N° 111, février 2015

Décoration intérieure
Créations en verre fusionné


Babak Ershadi


Le verre… Quelle étrange matière !

Le verre est une matière « apparemment » solide qui n’est, aux yeux du physicien, qu’un liquide figé. Cela est dû à la structure atomique et moléculaire du verre, complètement désorganisée, car étant refroidis très vite, les atomes du verre n’ont pas eu le temps suffisant pour trouver une place ordonnée les uns par rapport aux autres et restent figés sans qu’il y ait cristallisation. Mais très couramment - tant en français qu’en persan - nous appelons « cristal » ces objets de verre limpide et incolore qui contiennent généralement du plomb, parfois taillés, qui ne contiennent point de cristaux !

Pour ce qui est de cette merveille des merveilles qu’est le verre, le physicien a encore de quoi nous surprendre : dans le monde de la nature, la matière peut exister sous d’autres formes en dehors des états solide, liquide et gazeux. Elle peut exister aussi dans un « état vitreux ». Le verre ordinaire que nous fabriquons en est un exemple, et lui donne son nom. La physique nous présente le verre comme un état mésomorphe de la matière, un intermédiaire entre l’amorphe et le cristallin : quelque chose entre la conscience et l’inconscient de la matière ?

Le verre fusionné

La fusion du verre (fusionnage ou fusing) est une technique de verrerie dont la matière première est les morceaux de verre déjà fabriqués. Il faut assembler les morceaux de verre, les juxtaposer et accoler à froid, puis mettre tout dans un four pour porter les objets assemblés à leur point de fusion. L’objet qui sortira du four sera une seule pièce de verre homogène et fusionnée. Cependant, contrairement au processus de la fabrication du verre, le four ne doit pas produire longtemps la chaleur du point de fusion des morceaux de verre, le but n’étant pas de fondre complètement les morceaux mais de les amollir suffisamment (mais pas trop) pour qu’ils se collent et se fusionnent à leurs bordures.

Verre fusionné peint pour décorer les fenêtres d’un restaurant

La fusion du verre est une technique aussi ancienne que la verrerie elle-même. Il suffirait de se rappeler que le point de jonction entre le corps et l’anse d’un vase en verre est une « fusion ». Mais l’art du fusing dont nous voulons parler ici est un art moderne dépendant directement de l’avancée technologie permettant la fabrication des fours spéciaux de fusionnage.

La fusion du verre : une industrie jeune et un art décoratif nouveau

Les techniques modernes de la fusion du verre se sont développées à une date assez récente. A partir de 1980, le « fusing » s’est répandu peu à peu aux Etats-Unis, puis dans le reste du monde. Les avancées techniques et technologiques ont donné un nouvel élan à la verrerie et ont rendu possible la fabrication des fours et d’autres instruments modernes qui font aujourd’hui de la fusion du verre non seulement une activité artisanale de plus en plus répandue, mais aussi une industrie au service de l’architecture et de la décoration intérieure. Le « fusing » se fonde aussi sur une profonde connaissance mathématique des types de verres utilisés, car seuls les verres qui sont compatibles peuvent fusionner.

Tableau de verre fusionné, morceaux de verre peints fusionnés sur une surface principale

En d’autres termes, les verres qui doivent être assemblés doivent avoir nécessairement un coefficient de dilatation identique, c’est-à-dire que seuls les verres qui ont le même point de fusion sous l’action de la chaleur peuvent être utilisés dans une même opération.

En Iran, de nombreuses petites et moyennes entreprises travaillent depuis plus d’une quinzaine d’années dans le domaine de la fabrication de verres fusionnés. Comme dans d’autres pays, ces fabrications sont de plus en plus utilisées dans l’architecture et la décoration intérieure. Mais l’application de verre fusionné ne se limite pas seulement au bâtiment au niveau industriel, car il y a aujourd’hui, dans diverses villes d’Iran, des petits ateliers privés qui produisent des objets décoratifs de tailles relativement petites, des bibelots, des tableaux, des récipients, etc. qui doivent plutôt être placés dans la catégorie d’artisanat.

La fusion du verre en trois étapes

Qu’il s’agisse d’un processus industriel ou d’une production artisanale dans un petit atelier, la fusion du verre obéit à une opération en quatre étapes.

1- La première tâche consiste à couper les morceaux de verre et leur donner la taille et la forme voulues. C’est un travail de haute précision, car dans le four, les morceaux de verre peuvent changer de taille. Dans une production industrielle, tout est calculé avec une précision mathématique, mais dans des petits ateliers, c’est l’expérience du verrier qui lui permet de guider l’opération.

Verre fusionné, décoration intérieure

Dans les deux cas, il faut surtout faire attention à l’épaisseur des morceaux de verre choisis pour la fusion. Pour chaque objet de verre fusionné, le morceau qui a une taille supérieure aux autres est considéré comme la pièce principale. Les autres morceaux de verre qui seront collés à cette pièce principale doivent avoir une épaisseur inférieure, ou au maximum la même épaisseur que le morceau de base.

2- Après avoir coupé les morceaux de verre, il est parfois nécessaire d’en colorer certains d’après le plan général qui a été établi d’avance pour la fabrication des objets en verre fusionnés. Dans la fusion du verre, il est possible d’utiliser des morceaux de verre déjà colorés, mais parfois, le verrier peut décider de colorer lui-même ses morceaux. Dans ce cas, il utilisera des peintures spéciales en poudre. Cette substance colorante cuit dans le four à haute température, et elle est absorbée à l’intérieur du verre.

3- A l’étape suivante, il faut mettre au four les morceaux assemblés sur la pièce principale. Il ne s’agit pas de faire fondre entièrement les morceaux de verre, mais de les faire fusionner. En contrôlant la température du four, il est possible de déterminer le taux de la fusion des morceaux. Le premier type de fusion est appelé la « fusion brute ». Au cours de ce processus, le four produit une chaleur moyenne, suffisante pour que les morceaux de verre collent solidement à la pièce principale, mais la déformation est limitée et on peut facilement distinguer les bordures des morceaux fusionnés. Le deuxième type de fusion est appelé la « fusion complète ». Cette fois-ci, sous haute température, les morceaux fusionnent complètement de sorte qu’il est difficile de distinguer les bordures de chaque pièce. Dans ce type de fusion, la taille des verres change visiblement par rapport à leur taille d’avant la cuisson.

Les applications du verre fusionné se développent en Iran depuis une dizaine d’années : objets décoratifs, sculptures, portes, décoration intérieure, éclairage au plafond et mural…

Verre fusionné serti de metal

Création miroir

Visites: 977

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



1 Message