N° 116, juillet 2015

Les Centres culturels à Téhéran
pour la culture et les loisirs


Afsaneh Pourmazaheri


Foire internationale de Téhéran

Dans le présent article, nous avons tenté de dresser un répertoire des centres de loisir et de culture de Téhéran et, ce faisant, nous nous sommes trouvés face à un champ polymorphe de lieux dont la nature et les fonctionnalités demandent à être précisées. Nous avons par conséquent pris soin d’affiner notre recherche en nous concentrant de préférence sur les maisons de la culture et les centres importants consacrés aux festivals à Téhéran. Il faut également préciser qu’il s’agit d’une recherche qui englobe les centres concernés dans la capitale iranienne dans leur quasi-totalité.

Pour commencer, la foire internationale de Téhéran est l’un des centres commerciaux et économiques les plus importants d’Iran et bénéficiant d’un espace unique et d’équipements adéquats pour accueillir dans de bonnes conditions les rencontres nationales et internationales relatives aux divers métiers et industries. Construite en 1959, ce n’est que dix ans plus tard que ce lieu a été inauguré avec la participation de 33 pays. Celle-ci a adhéré également à l’UFI, l’Union des Foires Internationales, et à la BIE, le Bureau International des Expositions au sein desquels elle exerce différentes responsabilités, surtout en ce qui concerne l’organisation des expositions spécialisées aux thématiques définies, notamment en matière de commerce international, et l’organisation de diverses collaborations à mettre en place avec d’autres comités et centres d’expositions. Compte tenu de ses nombreuses activités, de sa politique centrée sur le développement commercial et de ses efforts dans la présentation de nouveaux produits, la foire internationale de Téhéran a réussi à atteindre les objectifs qu’elle s’était fixés, notamment en matière de développement durable, et à créer un espace propice aux investissements futurs en Iran. Située au nord de l’autoroute Chamrân Nord, elle occupe une surface de 850 000 m2 dont 120 000 couverts et 35 000 en plein air.

Maison de la Culture de Qânoun ou d’Avicenne

L’espace boisé, quant à lui, recouvre une superficie de 22 hectares.

La Maison de la Culturede Qânoun ou d’Avicenne, située dans le quartier Shahrak-e Gharb, est l’un des centres culturels et artistiques de la ville de Téhéran. Ce centre oriente ses activités dans deux directions : les formations pédagogiques, culturelles et artistiques diverses, les acquis techniques, les spectacles destinés aux adultes et aux enfants, les festivals artistiques et culturels, les projections de films, l’organisation de concerts, d’expositions et de programmes occasionnels d’une part, et de l’autre, la réflexion autour des besoins juridiques des citoyens et l’explication de leur rôle dans la société. Cette seconde activité est notamment réalisée au travers de l’organisation d’ateliers, de réunions spécialisées notamment autour des droits de la citoyenneté, des consommateurs et des producteurs. Elle a également accueilli en son sein un certain nombre de centres dont les plus importants sont les suivants : les centres locaux de Shahrak-e Gharb, celui des femmes, des intellectuels-artistes, des littéraires, des novateurs, des penseurs et des chercheurs, des amateurs d’astronomie, des musiciens, des retraités, etc. Elle s’occupe également de découvrir de nouveaux talents scientifiques, culturels et artistiques, de dresser la liste des problèmes actuels de la société et de tenter de les résoudre en faisant appel à des spécialistes lors de réunions, de contribuer à renforcer l’esprit de solidarité et de résoudre collectivement les problèmes. Elle agit également en tant que lien direct entre les responsables et les citoyens, ce qui accélère considérablement les démarches permettant la résolution des problèmes du quartier. La Maison de la Culture d’Avicenne est également dotée d’un cinéma et d’un grand hall qui sert à l’organisation de concerts, de spectacles et de colloques. Il arrive occasionnellement que l’on puisse profiter des programmes festifs et des activités humanitaires d’ailleurs largement médiatisés, notamment grâce au journal Hamshahri.

Maison de la Culture Arasbârân

Arasbârân est sans aucun doute l’une des maisons de la culture les plus intéressantes de Téhéran, compte tenu notamment de ses activités polyvalentes et de très bonne qualité. Elle a été fondée en 1995 en sept centres d’activités respectivement consacrés aux arts plastiques, aux artisanats, aux communications, à la religion, aux sports, aux spectacles et à l’architecture musicale. L’un des secteurs faisant sa notoriété est sa bibliothèque avec ses 300 m2 de superficie et ses deux salons en accès libre comprenant 12 300 livres et 729 ouvrages de référence. On y retrouve également des journaux et des revues en anglais, en persan et en japonais. Un grand amphithéâtre, un bazar dédié aux artisanats et aux arts originaux et personnalisés, et un salon d’exposition de peinture viennent compléter ce centre polyvalent. Les ateliers consacrés aux arts traditionnels iraniens ont pour but de familiariser les jeunes à la culture iranienne et contribuent de cette façon à la conservation de l’héritage artistique du pays. On y organise des ateliers centrés sur la conception de motifs de tapis, le graphisme, l’écriture ou la peinture, et orientés vers les styles traditionnels visibles dans les maisons de thé, la calligraphie et l’incrustation, la dorure, la mosaïque, l’émaillage, la gravure, la miniature, l’enluminure et le tissage.

La première Maison de la Culture à Téhéran construite en 1991 fut baptisée Maison de la Culture de Bahman et se situe dans le vieux quartier du sud de la capitale iranienne appelé antérieurement le quartier de l’abattoir. Possédant plus de 5000 m2 de superficie, elle contient un énorme cinéma-terrasse, des salons et des ateliers d’arts plastiques, une section musique, une bibliothèque, une garderie ainsi qu’un ensemble d’activités sportives, religieuses et pédagogiques destinées à tout âge. Elle comprend également un centre de recherche, le Salon des sciences et des techniques Khâjeh Nassir Toussi.

Portail d’exposition du parc artistique “Koutchebâgh-e Honar”, oeuvre de Hâmed Zâreân, qui sera après l’exposition transféré à la Maison de la Culture Bahman.

Ce qui distingue ce centre des autres du même genre, compte non tenu de son ancienneté, sont surtout les spectacles destinés aux non-voyants, les concerts classiques et les compétitions nationales et internationales qui s’y déroulent de manière permanente.

Fondé en 1996, le Centre culturel Ma’refât abrite de très nombreuses activités culturelles et ludiques citadines. En 2003, il a accueilli plus de 7000 participants dans ses ateliers éducatifs de musique, d’arts décoratifs et d’arts plastiques. Des expositions portant sur divers problèmes sociaux et familiaux, des colloques et des séminaires à thèmes variés font également partie des activités de ce centre.

Citons également le nom de la Maison de la Culture Khâvaran fondée il y a 12 ans. Le motif principal qui mena à la construction de ce centre culturel fut avant tout le constat fait à l’époque par la mairie, de l’oisiveté de la jeunesse du sud-est de Téhéran. Actuellement, le Centre culturel Khâvaran ou Djavân est l’un des foyers culturels les plus diversifiés de Téhéran bâti sur une superficie de 83 000 m2 et possédant cinq secteurs dont un établissement administratif, un bazar de plein air, un bâtiment central, un secteur des sciences et des techniques et un parc d’attractions. Globalement, dans ce lieu, quatre activités principales chapeautent les autres : artistique, pédagogique, sociale et culturelle. Ce centre dispose également de quatre grands halls dont la capacité varie de 100 à 3000 spectateurs. Le secteur pédagogique de la Maison de la Culture de Khâvaran offre 200 services de formation dans 47 aires distinctes, de manière quotidienne et permanente, et si variés que tout un chacun arrive à y trouver son bonheur. Les cours d’art, de Coran, d’informatique, de langue, d’arts ménagers, d’arts plastiques et d’artisanat n’en sont que quelques exemples. Elle met également à la disposition du public des comités scientifiques mêlant le loisir et la science de manière très performante. En font partie les associations de physique et d’astronomie, ou encore le comité des expérimentations chimiques et d’informatique. Une riche bibliothèque de plus de 75 000 ouvrages et comptant plus de 58 000 adhérents accueille 24 heures sur 24 les chercheurs et lecteurs intéressés.

Centre culturel Ma’refât

Les enfants y trouvent aussi de quoi s’amuser et s’enrichir. Une bibliothèque dédiée aux enfants avec plus de 15 000 livres et près de 3000 adhérents constitue un terrain propice à leur familiarisation avec la lecture. Les enfants peuvent également y bénéficier d’une variété d’activités parascolaires comme la peinture collective, la lecture de contes, des visites guidées scientifiques ainsi que d’autres programmes ludiques. La bibliothèque digitale comptant plus de 150 millions d’articles, 700 000 mémoires et des milliers de livres numériques, la bibliothèque sonore avec 5 939 livres sonores, de grands salons d’exposition de peintures, des expositions scientifiques, d’immenses salons de cinéma et de théâtre, des salles de conférences et des amphithéâtres, un jardin de détente avec une maison de thé, une garderie et un grand bazar de 4 800 m2, un impressionnant aquarium et un centre de consultation juridique ou familiale, deux grands parkings, un gigantesque parc d’attractions et des centaines d’équipements sportifs (dont la majorité est gratuite), un terrain de football, une piste de rollers et des salons couverts destinés aux sports divers plaident en faveur de ce complexe multifonctionnel hors pair à Téhéran.

La Maison de la Culture du quartier Hashem-Abâd a d’abord été construite en 1994 en tant que filiale de la Maison de la Culture de Khâvarân, mais elle s’en est détachée peu à peu en organisant des programmes culturels, cours, ateliers et formations. Elle possède une bibliothèque digne d’intérêt, un atelier de peinture et une garderie.

La maison de la culture, des technologies et de l’information située au croisement de la rue Djomhouri et Kârgar est un établissement de quatre étages conçu pour promouvoir la technologie de l’information. Les cours de pratique et d’apprentissage de sept compétences ICDL, les ateliers consacrés aux enfants, à Internet, à la programmation, aux logiciels graphiques, à Linux, aux divers matériels informatiques, aux logiciels conçus pour le génie et la technique, au génie du web, à Sisco, à la robotique, à l’astronomie, aux arts plastiques, au marketing et aux technologies de l’information n’en sont que quelques exemples. Ce centre accueille également des comités dans d’autres domaines comme la littérature, la photographie et l’astronomie. On y trouve également des séminaires spécialisés portant sur les sciences de l’information et ouverts au public.

La Maison de la Culture de Niâvaran fait partie du complexe Niâvaran situé au nord-est de Téhéran. Construit sous les Pahlavis sur une superficie de 110 m2, ce bâtiment est unique en son genre notamment du fait de sa belle architecture qui évoque l’art contemporain iranien. Après la Révolution Islamique, sa gestion fut confiée au ministère de la Culture et de la Guidance et jusqu’en 1985, on n’y enseignait que la traductologie . Il fallut attendre treize ans pour que d’autres disciplines puissent y retrouver leur place et en l’espace de trois semestres, 180 apprenants ont été diplômés de ce centre. Les ateliers de graphisme, de sculpture, de peinture, de cinéma, la rédaction de scénarios et l’apprentissage de la miniature font partie des activités qui attirent le plus le public.

La Maison des Artistes située au sein du parc des Artistes est l’un des centres culturels les plus importants et les plus fréquentés de Téhéran. On y organise des séances de projection de films, des télé-théâtres et des théâtres de tout genre. Les grandes expositions artistiques notamment centrées sur les arts plastiques, la peinture, ainsi que le graphisme, la photographie et la sculpture font le charme de ce complexe artistique. C’est également un lieu idéal pour l’organisation de concerts et de séminaires, et on y voit fréquemment s’y dérouler des réunions intellectuelles, artistiques et littéraires. Elle possède trois halls, une salle d’exposition, un atelier, un bazar, une maison de thé et un café très fréquenté.

"L’extase du calame", œuvre de naghâshi-khat (calligraphie picturale) d’Ali Tan, exposée à la Maison de la Culture Khâvarân

Citons également la Maison de la Culture de Khânevâdeh centrée sur les activités artistiques, théâtrales et musicales ; la Maison de la Culture de Dâneshjou spécialisée en peinture, poteries et artisanats iraniens ; le centre culturel de Dokhtarân doté d’une salle d’exposition, d’une bibliothèque et d’un salon d’exposition de peintures ; la Maison de la Culture de Rezvân où l’on réfléchit sur les questions philosophiques et existentielles ; la Maison de la Culture de Sarv connue notamment pour son centre musical ; le centre culturel du Coran qui aide à la promotion de la pratique coranique et de la théologie et qui comprend notamment une salle de cinéma, un musée ainsi qu’une bibliothèque spécialisée ; la Maison de la Culture de l’Enfant qui organise des activités diverses pour les enfants avec notamment la narration de contes ainsi que des ateliers de musique, de théâtre et de langues étrangères ; la Maison de la Culture Virtuelle, très originale en son genre, qui offre des services à distance aux usagers comme la diffusion d’informations culturelles, sociales et artistiques, la publication d’hebdomadaires, l’organisation d’expositions et de visites guidées virtuelles, et qui comprend un forum et un magasin virtuel.

Maison des Artistes

La Maison de la Culture des Nations, le Centre culturel de la Jeunesse, la Fondation de la science et de l’art, la Fondation scientifique de Zirakzâdeh et celle de Parviz Shahryâr sont d’autres exemples de centres de loisirs et de la culture à Téhéran.

On dénombre des centaines de centres culturels et de maisons de la culture, parfois dispersés dans les recoins les plus cachés de la métropole iranienne. Les découvrir est une chose et les présenter en un seul article en est une autre. Nous nous sommes donc contentés d’en évoquer les plus importants dans le but d’offrir un aperçu général des activités culturelles et ludiques orientées et organisées au sein de la capitale iranienne. Il faut également tenir en compte du fait que les galeries d’art, les bibliothèques, les grands salons de spectacles et les complexes polyvalents constituent des centres artistiques et culturels qui contribuent pareillement à occuper les belles heures des habitants de Téhéran.

Maison de la Culture de Khâvarân

Visites: 450

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.