N° 127, juin 2016

Les serpents et lézards d’Iran


Shaghâyegh Ahangar


Af’i Damâvandi (vipère de Damâvand). Photo : Omid Mozaffari

Avec une superficie de 1 648 000 km2, l’Iran est un pays ayant une faune et une flore d’une exceptionnelle richesse, réparties dans diverses régions ayant chacune ses caractéristiques climatiques propres. Le pays constitue ainsi l’habitat de très nombreuses espèces de serpents et lézards. Chez plusieurs espèces de serpents, on observe des comportements migratoires. Ces serpents se déplacent souvent d’une région à l’autre sous l’effet de facteurs naturels tels que les différences extrêmes de température à différentes saisons ou un manque de nourriture. De ce fait, un nombre important de serpents en Iran nait dans certaines régions géographiques, y évolue quelque temps et migre ensuite vers des régions aux conditions plus favorables. Ainsi, les forêts fraîches de la Caspienne et de la région iranienne de l’Azerbaïdjan constituent l’habitat de plusieurs espèces de serpents qui proviennent à l’origine de forêts de l’Europe et de l’Asie, dont le mâr-e atashi ("serpent de feu", de son nom scientifique Coluber najadum), ou encore le kour mâr ("serpent aveugle", Eryx jaculus jaculus).

Af’i-e shâkhdar-e irâni (vipère à cornes persane)

A l’inverse, plusieurs serpents des régions méditerranéennes sont originaires des montagnes de Zagros à l’ouest de l’Iran, dont le mâr-e shâkhdâr ("vipère à cornes" Pseudocerastes fieldi) et le mâr-e ja’fari (Echis). En outre, la plupart des serpents vivant au sud de l’Iran sont originaires d’Afrique et d’autres pays d’Asie, dont le mâr-e khâldâr ("serpent tacheté", Coluber karelini Brandt) et le cobra. Mais certains serpents sont originaires d’Iran, dont la vipère de Damâvand, la vipère de Takâb, la vipère d’Azerbaïdjan, la vipère de Zanjân, le mâr-e gourekhari ("serpent zèbre", Spalerosophis microlepis), le mâr koutouleh ("serpent nain", Eirenis collaris), et le mâr-e (ou af’i-e) shâkhdâr-e irani ("la vipère à cornes persane", Pseudocerastes persicus fieldi). De fait, l’Iran, de par sa situation géographique particulière au carrefour de plusieurs continents, est un pays présentant une grande diversité d’espèces de reptiles.

 

Mâr-e ja’fari (Echis)

Aperçu sur les serpents d’Iran

 

Les serpents vivant en Iran ont une longueur maximale de deux mètres, mais y vivent aussi des serpents très petits dont la taille dépasse à peine quelques centimètres. Il y existe plus de vingt espèces de serpents venimeux et semi-venimeux, trente-cinq espèces de serpents non venimeux ainsi que cinq espèces de serpent de mer. Il est possible de distinguer plusieurs de ces serpents de par leurs couleurs et leurs signes particuliers ; par exemple, la tête de la vipère à cornes est munie de deux écailles en forme de corne situées juste au-dessus de ses yeux ; la vipère du Caucase a une fosse entre l’œil et la narine ; ou encore le mâr-e ja’fari a une couleur ocre typique et un signe en forme de croix situé au-dessus de la tête.

Af’i-e zanjâni (vipère de Zanjân ; Vipera albicornuta)

Il existe en Iran trois types principaux de serpents venimeux : la catégorie des vipères (af’i) ayant une fosse entre l’œil et la narine (crotalidé) et celles qui n’ont pas une telle fosse (vipéridé) ; la catégorie des serpents cobra (élapidé) ; et la catégorie des serpents de mer (hydroïde).

Gorzeh mâr (vipère à sceptre ; Vipera lebetina obtusa)
Af’i Damâvandi (vipère de Damâvand)

 

Les vipères

 

Af’i-e shâkhdar-e irâni (vipère à cornes persane) : Cette vipère a un corps de couleur grise ou brun clair, et une longueur maximale de 108 cm. Elle a une tête plate et en forme de baguette. Ses pupilles sont verticales et elle a deux appendices en forme de corne sur la partie supérieure de l’œil, ainsi que quatre séries de grandes taches sombres. On la trouve dans le Khorâssân, Sistân et Baloutchistân, Khouzestân, Fârs ainsi qu’à Kermân, Yazd, Ispahan, Semnân, Téhéran, et Zanjân.

Af’i ghafghâzi (vipère du Caucase ; Agkistrodon intermedius caucasicus)\

 

Mâr-e ja’fari (Echis) : Elle a une tête de forme triangulaire et des pupilles verticales. La couleur de son corps peut varier entre le gris, argent, sable, jaune et brun. On peut distinguer une ligne blanche en forme de zigzag sur les côtés de son corps, et deux lignes blanches en forme de croix sur sa tête. Sa longueur maximale est de 75 cm. Ce serpent très dangereux se déplace selon un mouvement typique et très particulier : il rampe en zigzag pour se protéger des sables brulants du désert. On le trouve dans la plupart des régions désertiques de l’Iran comme Semnân, le Khorâssân, le Sistân et Baloutchistân, Kermân, Fârs et Hormozgân.

 

Kaftcheh mâr (serpent louche)

Kok mâr (Eristicophis macmahoni) : Ce serpent a une large tête avec de grandes pupilles verticales. Son corps de couleur gris clair est en forme de tonneau, et comporte de 20 à 25 rangées de petites taches noires sur le coté ayant une longueur maximale de 70 cm. Ce serpent se cache souvent sous le sable. Il vit dans les provinces de Kermân et du Sistân et Baloutchistân.

 

Gorzeh mâr (vipère à sceptre ; Vipera lebetina obtusa) : Ce serpent a une tête de forme triangulaire avec des écailles minuscules et des pupilles verticales. Son museau est rond, et sa longueur maximale est de 168 cm. On le trouve dans la plupart des provinces d’Iran.

Cobra

 

Af’i Damâvandi (vipère de Damâvand) : La tête de cette vipère est de forme triangulaire, et elle a des pupilles verticales. Sa couleur varie entre gris clair, argent et brun foncé. Il y a parfois une ligne noire sur la partie postérieure de sa tête, qui se prolonge jusqu’à sa queue. Elle a aussi des taches en forme de zigzag sur le dos, et a une longueur maximale de 79 cm. On la trouve dans les régions de Damâvand et Firouzkouh, au nord de l’Iran.

 

Af’i alborzi (vipère d’Alborz ; Vipera ursinii eriwanensis) : Elle a des pupilles verticales et son museau est rond. La couleur de sa peau est brune et grise, et on trouve parfois sur son dos une rangée de taches noires de forme ovale, ou encore parfois une sorte de tiret entre la partie postérieure de l’œil et les coins de sa bouche. Sa longueur maximale est de 65 cm. Elle vit dans les régions de Téhéran et de Zandjân ainsi qu’au Mâzandarân et en Azerbaïdjân.

 

Af’i-e zanjâni (vipère de Zanjân ; Vipera albicornuta) : Cette vipère aux pupilles verticales et au museau rond a une grande écaille au-dessus des yeux. La couleur de sa peau est brun clair, et elle a une série de taches rondes de couleur ocre sur le côté dorsal de son corps. On distingue deux lignes brun sombre derrière ses yeux et sa tête. Elle a une longueur maximale de 82 cm. Elle vit dans le Guilân, à Zanjân, et en Azerbaïdjan.

Serpent hydroïde
Serpent hydroïde

 

Af’i ghafghâzi (vipère du Caucase ; Agkistrodon intermedius caucasicus) : Cette vipère a un museau étroit et noir, légèrement incliné vers le haut avec une tache noire dans la partie temporale. Ses pupilles sont verticales. Il existe une fosse entre ses yeux et sa narine. Sa queue est courte et sa tête est couverte de grandes écailles. La couleur de son corps varie entre le jaune, le gris, le rouge ou le brun. Elle a aussi des taches rondes sur sa surface dorsale. On la trouve à Téhéran, Semnân, dans le Guilân et au Mâzandârân.

Les serpents de la famille des élapidés

 

Kaftcheh mâr (serpent louche) : Les pupilles de ce serpent sont rondes. Son cou prend la forme d’une louche lorsqu’il veut attaquer, d’où son nom. La couleur de son corps est jaune ou brun foncé, sans taches ou dessins spécifiques. Sa longueur maximale est de 163 cm. On le trouve dans le Khorâssân, le Golestân, et à Semnân

Mâr-e shotori (serpent diadème). Photo : Bârbod Safâei

 

Le cobra : Il a des pupilles rondes. La surface dorsale de son corps est brun foncé et noire. La longueur maximale de son corps est de 117 cm. Il vit dans le Khouzestân, le Fârs, et à Kermânshâh.

Les serpents hydroïdes

 

Il existe souvent des similitudes entre ces serpents et les serpents venimeux de mer, dont la plupart ont de petites têtes noires et des lignes transversales noires tout le long du corps. La couleur de la peau est souvent jaune, brun et olive. Ils se trouvent le plus souvent dans les marges nord et sud du golfe Persique.

 

Kour mâr (serpent aveugle, Eryx jaculus jaculus)

 

Les serpents non venimeux et semi-venimeux de l’Iran

 

La forme et le nombre des écailles, la couleur du corps et la forme des dents aident à distinguer et à identifier les différentes espèces de serpents non venimeux. Ces serpents ont une apparence plus unifiée comparée à celle des espèces venimeuses. La peau est souvent unie, avec parfois quelques dessins peu marqués. La tête est ronde et a la même taille que celle du corps ; les pupilles sont le plus souvent rondes. La queue est en général ronde et longue, et cette particularité leur donne la possibilité de se déplacer plus vite. La forme des écailles de la tête est tout à fait différente de celles de la queue.

Sousmâr-e poulak dorosht-e irâni

Parmi les serpents non venimeux de l’Iran, nous pouvons citer le mâr-e gheitâni (serpent tresse, Coluber rhodorachis), le mâr-e shotori (serpent diadème, Spalerosophis diadema cliffordi), le mâr-e khâldâr (serpent tacheté), le mâr-e âtashi (serpent de feu, Coluber schmidti), le kour mâr (serpent aveugle, Eryx jaculus jaculus).

Ces serpents ne sont pas dangereux ; ils se trouvent dans la plupart des provinces d’Iran. Leur apparence ainsi que leur comportement sont presque identiques dans toutes ces espèces. Les serpents semi-venimeux ressemblent beaucoup aux serpents non venimeux du point de vue de leur apparence et comportement. La seule différence qui les distingue est les crocs, qui ne sont pas séparés de la glande toxique chez les serpents semi-venimeux. Les deux serpents semi-venimeux présents en Iran sont le tir mâr (Psammophis lineolatus) et le sag mâr.

Sousmâr-e irâni-e berânt

 

Les lézards en Iran

 

Nous dressons ici une liste non exhaustive des principaux spécimens de lézards en Iran.

 

Sousmâr-e poulak dorosht-e irâni (agama iranien à grandes écailles) : L’agama à grandes écailles est un reptile qui ressemble au lézard et que l’on trouve en Iran, en Afghanistan, au Pakistan et en Irak. Le chercheur italien Di Filippi aperçut pour la première fois ce lézard dans les ruines de Persépolis, en 1843. Cet agama a des écailles grandes de couleur brun ou olive, ainsi que quelques écailles de couleur jaune et noire dispersées sur le corps. Le bout de sa longue queue est souvent noir ou brun foncé. La proximité de la couleur de son corps avec celle de son environnement, ainsi que les pattes courtes, lui donne la possibilité de se camoufler lorsqu’il veut chasser. Le plateau de l’Iran constitue sans doute l’un des meilleurs habitats pour les agamas à grandes écailles. On les trouve dans les zones montagneuses, sous de gros rochers, et à proximité des murs et des ruines. On peut également les rencontrer à proximité de la frontière avec l’Iran et du Pakistan dans un lieu appelé Kalgan, à quelques kilomètres de la ville historique de Jalegh dans le Sistân et Baloutchistân.

Khârdom-e kavir

 

Sousmâr-e irâni-e berânt (lézard persan de Brandt ; lacerta brandtii) : Il est considéré comme étant l’un des plus beaux lézards du fait de la forme conique de sa tête et de ses membres allongés. La taille de sa queue (138 mm en moyenne) est presque deux fois plus longue que celle de son corps (75 mm). Ses paupières sont mobiles. La couleur de la tête et du corps est olive et verte, alors que la dernière partie du corps ainsi que la queue sont orange. On le trouve à Basmanj en Azerbaïdjan oriental, dans les montagnes de Zagros, et à Fereydounshahr à proximité d’Ispahan.

 

Khârdom-e kavir (lézard à queue hérissée) : Ce lézard a une queue courte et épaisse recouverte d’écailles. Il mesure de 40 à 80 cm. Les paupières de ses yeux sont mobiles et ses pupilles sont rondes. La couleur de la surface dorsale du corps est orange, alors que le ventre est souvent jaune. La viande de ce lézard est une nourriture populaire chez les Arabes du golfe Persique et les Lors. Ce type de lézard se trouve plutôt dans les régions désertiques, semi-désertiques et arides de Kermân (Bam, Anbar Abâd, Rigan) et du Sistân et Baloutchistân.


Visites: 1106

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.