Les dernières vapeurs de l’aube vermillon

Montent dans le bois roux, les rousses brumes.

Notre amour est vaste et d’un si vaste brouillon

Il jette à ma mémoire son écume.

 

L’hiver bleu du matin jette son aube brune

Auprès de la rivière, au clair rivage

Dont buvant seul toute son eau d’amère prune

J’en sens jusqu’à l’aigreur l’âcre abordage.

 

L’épine raide et livide, la fleur du sapin

Pèse la glace d’Occident, miroir

Du ciel, des étangs clairs et des soleils éteints,

Du métal, du vent, de l’eau de la poire.

Lointaine âme et tranquille, en ton rêve recluse,

Il neige en novembre dans l’ample firmament ;

La neige chutant infuse

Et le bois, et le ciment.

 

Quand ces mousses princesses dans leur beau silence,

Garni des lambeaux, sur les toits, miment les nonnes,

Il ressemble, en des rangs que la lenteur ordonne,

Qu’elles s’élèvent vers le lieu de leur naissance.

 


Visites: 26

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.