N° 6, mai 2006

Les sept merveilles de l’île de Qechm


Maryam Devolder


Les sept merveilles de l’île de Qechm

Photos : Ahmad BAZMANDEGAN GHESHMI

L’Iran est un pays qui surprend par la diversité de ses climats. En effet, le nord du pays ou encore le centre, offre une température qui varie entre moins cinq et dix degrés, alors que dans le sud, elle atteint les dix neuf ou vingt-deux degrés, avec un climat tout à fait printanier. Si on descend plus au sud et vers la mer, on atteint plusieurs îles, dont une en particulier, qui s’est formée au long des siècles et qui est une merveille dans la région. Cette île s’appelle Qechm et se démarque des autres de par sa diversité géographique : la mer, la montagne, la forêt et les plaines.

Nous ne nous étendrons pas sur les caractéristiques économiques de cette île qui sans aucun doute, sont "une source de revenus importante pour le pays", selon les termes du chef du conseil de discernement et du bien de l’ordre islamique, Hachémi Rafsanjâni.

L’île de Qechm comprend à elle seule, une plage qui s’étend sur 260 kilomètres et dont chaque parcelle est unique en soi.

L’île de Qechm, avec ses 1500 kilomètres carrés, a une superficie supérieure à celle de plus de 22 pays. Les derniers recensements affichent 81 096 habitants. Cette île, grâce à sa situation stratégique, dans le détroit d’Ormuz, a toujours attiré la convoitise de différents peuples.

Le passé historique de Qechm, fait état d’une île prospère et active. L’été, il y fait très chaud. Cependant les souffles de vents humides sont rafraîchissants. L’hiver y est très doux, voire printanier.

Ces particularités climatiques se font sentir dans l’architecture et la tenue vestimentaire typique de la région. La situation géographique de l’île, offre un accès facile aux eaux internationales, au marché intérieur, à celui de l’Asie centrale et des côtes sud du golfe. La présence d’une main d’œuvre active, des ressources en énergie abondantes, comme entre autre le gaz, d’une configuration des côtes, propice à la création de ports de commerce de grande envergure, voilà les atouts de l’île de Qechm.

Les habitants de Qechm sont des musulmans très hospitaliers avec un artisanat, des coutumes, des cérémonies de deuil ou de mariage, des fêtes, des cérémonies religieuses et une musique qui valent le détour. Les cérémonies de mariage dans cette île durent dix jours : Du matin au soir on célèbre l’union. Trois nuits avant le départ de la mariée pour la maison de l’élu de son cœur, et sept autres après le mariage. Pendant ces cérémonies nuptiales ou à l’occasion d’autres fêtes, les femmes et les filles se colorent les mains de henné qui, selon les légendes, serait un remède venu du paradis, à la fois pour le corps et pour l’esprit.

Lieux attractifs de Qechm

Le puits en or : près de la citadelle de Nâderi, il existe de nombreux puits que les autochtons ont creusé avec beaucoup de peine au cœur de la pierre. Des rigoles de corail conduisent les eaux de pluie vers ces fosses dont le fond est constitué d’une couche de craie qui peut conserver l’eau, potable et fraîche, pendant un certain temps. Ces puits, dit-on, étaient d’un nombre équivalent au nombre des jours d’une année bissextile, et chaque jour, un des puits était ouvert à la consommation.

Le ravin aux étoiles : à l’ouest du village de Berkeh, un ravin aux sculptures naturelles laissées par l’érosion attire l’attention des voyageurs. D’après des légendes ancestrales, les habitants attribuent ce ravin à la chute d’une étoile dans la région.

La forêt d’Harrah (mangrove) : la forêt d’Harrah est l’une des curiosités touristiques de l’île de Qechm. Les palétuviers, qui sont une espèce en voie de disparition, forment une forêt de 200 kilomètres carrés sur la côte nord-ouest de l’île, qui est par ailleurs une réserve internationale protégée, abritant les oiseaux les plus rares. Le centre de tourisme de la ville de Qechm, dès l’installation d’un marché libre dans cette région, a planté des palétuviers sur 700 hectares, afin de créer une ceinture verte autour de l’île.

La citadelle de Qechm : Cette citadelle, d’une superficie de 2000 mètres carrés, est construite en calcaire et en craie, obtenus par le mélange de chaux et de suie, typique de la région et consolidée plusieurs fois depuis les cinquante dernières années. Cette citadelle témoigne de l’importance historique du détroit d’Ormuz et du courage des soldats iraniens, entraînés par le général Gholi Khân qui, en 1401 de l’hégire, mit définitivement un terme à la présence des colonisateurs. Cette citadelle se trouve en bordure de mer, derrière une mosquée sunnite.

Les mosquées : à Qechm, il existe des mosquées datant des premières années de l’Hégire, comme celle de Sheikh Brokh et une très belle et ancienne mosquée, du point de vue architectural, la mosquée de Ghobâ dans le village de Halû. Signalons également la mosquée de Ramtshâ de Lâft et la Grande Mosquée de Qechm.

Le roi martyr : la tombe du roi martyr est un des lieux historiques à visiter. Cette région était habitée par des populations dont l’histoire mêle vérité et légende. Ce lieu de pèlerinage se trouve près des grottes de Kharbas à 11 kilomètres de Qechm, sur la côte sud de l’île.

Le cimetière des Anglais : ce cimetière, situé à 35 kilomètres de Qechm, est un vestige de la présence anglaise dans le port de Bâsahidû, à l’époque du roi Fatalishâh. Il ne reste plus aujourd’hui que quelques tombes, les ruines d’une tour et d’une petite citadelle.

L’arbre de Lûr, le figuier des temples : l’une des curiosités des régions chaudes et équatoriales, particulièrement dans les îles du golfe Persique, est l’arbre toujours vert de Lûr, avec une couronne très grande et des racines aériennes. Un des plus beaux arbres se trouve dans le village de Tem Seniti dans la région de Tûriân.

Le curieux ravin de Tshâkûh : un ravin dont les parois ont pris avec le vent, les averses et les assauts du soleil, des formes sans pareille, et où se sont incrustées des voies d’eau et des centaines de creusets dans la pierre. Ce ravin se trouve à une centaine de kilomètres de la ville de Qechm, à l’ouest du village de Tshâhûh.

Les montagnes de Qechm : il existe à Qechm de nombreuses montagnes peu élevées dont les sommets sont constitués de couches de coraux, d’éponge ou de coquillages qui avec le temps et l’érosion montrent des paysages exceptionnels, sculptés dans toutes les régions de l’île.


Visites: 1385

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.