N° 37, décembre 2008

La folie de l’habitude


Ehsan Sedighi


Un jour, l’homme apparut sur terre. Au début, il vivait seul dans la nature, puis il décida de construire une société et de vivre avec ses semblables. Avoir des relations avec la nature et les autres lui permit d’acquérir des informations. Chaque jour, il trouve et comprend de nouvelles choses à travers ses recherches et ses relations. L’homme a la faculté d’ordonner ses connaissances pour arriver à un résultat. C’est une faculté naturelle que l’on appelle la Logique. L’homme étudie ainsi un ensemble de données pour en déduire certaines lois concernant sa vie, dont la plus importante est le but même de son existence à partir duquel les autres lois s’établissent. Ces lois l’aident à vivre dans les meilleures conditions possibles. Ces lois sont raisonnables ; c’est-à-dire qu’elles sont basées sur des informations fondées et étayées par la logique. La raison, telle une lumière qui ne s’éteint jamais, illumine le trajet existentiel de l’homme vers son objectif ultime. Sans elle, l’homme se perd dans un monde sans cesse plus complexe.

La raison est composée de deux éléments, et peut donc être limitée par eux. L’information limitée constitue en soi une limite pour la raison. Sans information, l’homme ne peut fonder ses actes raisonnablement. A ce titre, l’ignorance, ou manque d’information, est le contraire de la raison. Mais on dit également que le contraire de la raison est la Folie, qui apparaît comme l’autre limite de la raison, et se traduit par une absence de logique dans les actes. La raison disparaît quand l’homme met de côté les lois de la logique.

Une seule sorte d’ignorance existe, en est-il de même pour la Folie ?

Tout d’abord, il existe une situation dans laquelle l’homme ne peut pas respecter les lois de la logique. Ici, comme dans le cas de l’ignorance, nous sommes face à une impuissance, avec cette particularité que ses causes sont psychiques. En outre, il existe un autre cas où l’homme, par sa puissance, ne fait pas attention aux lois de la logique ; il ne veut volontairement pas être raisonnable dans ses actes. C’est parfois une révolte contre la raison, donc contre la logique. C’est une révolte inconsciente : l’homme ignore la nécessité de la raison dans son existence. Mais parfois, il n’accepte pas la raison consciemment.

Mais pourquoi l’appelle-t-on fou ? Parce qu’il est différent des autres. Les deux aspects de la Folie - la maladie et le dépassement de la raison - se ressemblent sur un point qui est la différence, la différence avec les autres qui ont assignés un autre but "raisonnable" à leurs vies. La différence fait la Folie, la Folie fait la différence. L’homme, durant l’Histoire, a pensé, médité, réalisé de nombreuses recherches. Ainsi découvrait-il de nouvelles choses et se perfectionnait. Ainsi, la raison évolue en ce que quelque chose jugé "raisonnable" à notre époque ne le sera peut-être pas à l’avenir ; il en va de même pour les gens qui que l’on qualifie de "fou" aujourd’hui. Donc la raison n’est pas la Raison. Celle-là est une raison à l’horizon limité, destinée à justifier nos actes quotidiens. ?tre raisonnable, se justifier en son nom est devenu une habitude de l’homme. Nous sommes un monde d’habitudes, et non de Raison. Si on la regarde attentivement, la raison de l’homme n’est souvent que peu éloignée de la Folie. La Raison existe, mais nous nous sommes rendus incapables de la percevoir. Nous la condamnons à devoir se manifester à la fin du monde, où même, à ce qu’elle demeure en Dieu. Homme d’aujourd’hui, ne sois pas fier de toi ! Tu n’es qu’un fou !


Visites: 352

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.