N° 42, mai 2009

Les grandes bibliothèques islamiques en Iran


Nayereh Djoshaghani
Traduction et adaptation par

Afsaneh Pourmazaheri, Farzâneh Pourmazâheri


A l’époque de la pénétration de l’islam en Iran en 634, l’Iran comptait plus de 600 bibliothèques qui attiraient un grand nombre de savants et de philosophes de nombreux pays et régions reculées, dont l’Andalousie de l’époque, venus en Iran pour bénéficier des bibliothèques et des centres culturels du pays.

La Bibliothèque d’Abol-vafâ Ibn Salmeh dans la province de Hamadân comptait parmi les bibliothèques les plus anciennes de l’Iran après l’islam. Elle conservait d’importants ouvrages évoquant les problèmes courants de l’époque et les événements historiques, notamment ceux du Xe siècle. La Bibliothèque de l’observatoire de Marâgheh, construite grâce aux efforts de Khâdjeh Nassireddin Toussi (1201-1274) [1], rassemblait également des trésors bibliographiques iraniens. Outre les ouvrages scientifiques, la bibliothèque, qui avoisine l’observatoire, contenait également certains manuscrits d’ouvrages remarquables provenant de nombreuses villes du monde islamique de l’époque dont Bagdad, Damas, et la région du Khorâssân. Afin de préserver les ouvrages précieux dans les bibliothèques notamment des risques de pillage auxquels ils étaient régulièrement exposés, les gouverneurs de l’époque décidèrent de les envoyer à la Bibliothèque de Marâgheh où ils seraient bien gardés. De même, Khâdjeh Nassireddin Toussi chargea de nombreux missionnaires de trouver et d’acheter des manuscrits précieux dans de nombreux pays. C’est ainsi que sa bibliothèque rassemblait près de 400 000 ouvrages.

L’observatoire de Khâdjeh Nassireddin Toussi

Au XVe siècle, la Bibliothèque de Sheikh Sâfi al-Din Ardabili [2] était connue comme un lieu où se trouvaient d’importants manuscrits historiques, dont une majorité écrite par les disciples du Sheikh. Au XXe siècle, sous le règne de Fath Ali Shâh Qâdjâr et à la suite de la guerre entre l’Iran et la Russie (1961-1964), ces manuscrits furent emportés à Tiflis afin d’effectuer des recherches à leur sujet. Ils sont actuellement à l’Institut des Etudes Orientales à Leningrad.

L’observatoire de Khâdjeh Nassireddin Toussi

Au Xe siècle, la dynastie samanide [3] qui avait la mainmise sur la province du Khorâssân et la Transoxiane et était adepte de l’ismaélisme [4], essaya d’y répandre ses idées au travers de la diffusion d’ouvrages religieux et philosophiques. Elle bâtit dans ce but plusieurs bibliothèques à Boukharâ, sa capitale. Dans la bibliothèque de Nouh Ibn Mansour, de nombreux ouvrages sur des sujets très divers étaient disponibles. Avicenne décrit en ces termes la bibliothèque de Nouh Ibn Mansour : « Dans cette bibliothèque, j’ai trouvé des livres dont les gens n’avaient même pas entendu parler. J’y ai lu des manuscrits que je n’avais jamais vus de ma vie. Je ne les ai par la suite retrouvés nulle part ailleurs. »

Une page du Canon d’Avicenne rédigé en arabe

La bibliothèque d’Astân-e Ghods-e Razavi dans la ville de Mashhad, ayant plus de mille ans, a résisté aux destructions de l’histoire. En 1969, à la suite de la reconstruction du bâtiment, plusieurs ouvrages dont quelques Corans précieux datant des Xe et XIe siècles y ont été retrouvés. A Shiraz, la bibliothèque d’Azd-od-Doleh Balami était unique. Ce dernier avait commandé des ouvrages par sujet de façon à pouvoir les classer et consacrer chaque pièce à un domaine spécifique. La description faite par le peintre de sa bibliothèque, permet d’imaginer son importance : « Je n’ai jamais vu une telle bibliothèque dans le monde islamique. On dirait qu’elle est le paradis terrestre. » Moghadassi, quant à lui, ajouta : « On y trouve une copie de tout livre écrit jusqu’à aujourd’hui. »

La ville de Rey possédait également des bibliothèques remarquables dont celle de Sâheb Ibn Ebâd qui comprenait près de 117 000 ouvrages et manuscrits précieux. Plus tard, il la nomma Dar-ol Ketâb (la maison des livres) et l’ouvrit à l’ensemble de la population. Ainsi, les ouvrages rares furent facilement à la disposition des chercheurs et des amateurs. On suppose que le nombre de ses livres dépassaient les 300 000.

Les bibliothèques des grandes villes du Khorâssân comptaient parmi les centres culturels les plus importants de l’époque. Parmi elles, les plus connues furent la bibliothèque de Massoud Ibn Ibrâhim Ghaznavi, appartenant au fameux poète de XIIIe siècle, Massoud Ibn Sa’ad-e Salmân, la bibliothèque de l’Imam Mohammad Ghazzâli dans la ville de Tous, les bibliothèques de Sâbounieh et de Nezâmieh à Neyshâbour, les bibliothèques de Rashidoddin et de Tavat à Khârezm.

Mausolée samanide, Bokharâ

Quant aux bibliothèques des autres villes d’Iran, nous pouvons mentionner les bibliothèques de Nezâmieh d’Ispahan, de Seyyed Hassan Sabbâh, de Fâzel Déilami, de Shams al-Maâli à Tabas, la bibliothèque de Rostam-e Shahriâr à Rey, et enfin, celles d’Anoushirvân à Kâshân et de Rashidi à Tabriz. L’ampleur et la richesse de ces bibliothèques et centres de recherche soulignent également l’avancement et le développement de la culture des Iraniens de l’époque. Certaines de ces bibliothèques ont survécu jusqu’à nos jours et font partie des trésors culturels et scientifiques de l’Iran.

Bibliographie
- Azâdi, Assadollah, Shenâkht-e Ketâb va Ketâbkhâni (Introduction à la connaissance du livre et de la lecture), Mashhad, Bibliothèque d’Astân-e Ghods-e Razavi.
- Hakimi, Esmâ’il, Naghsh-e Irâniân dar Sâkht-e Ketâbkhânehây-e Eslâmi ta Qarn-e Hashtom-e Hejri (Le rôle des Iraniens dans la construction des bibliothèques islamiques jusqu’au XVe siècle), Mashhad, l’Université de Mashhad, Bibliothèque Centrale et le Centre de Documentation, 1981.
- Farahzâd, Mohammad, Pâyeh-e Ketâbkhânehhâ dar Jahân (La base des bibliothèques dans le monde), "La revue bibliographique", No. 24 et 25, 1996.

Notes

[1Khâdjeh Nâssireddin Toussi fut un grand philosophe, orateur, mathématicien, astronome, théologien et médecin né à Tous en 1201 et mort en 1274. Il construisit un observatoire qui devint le plus grand de son époque. Il écrivit également nombreux livres dont Sharh al-Eshârât va al-Tanbihât et Akhlâq-e Hasiri, traité de morale devenu un classique.

[2Sheikh Sâfi al-Din Ardabili (1252-1334) fut un grand mystique iranien à l’époque de la dynastie safavide. Il est notamment l’auteur de Kara Medjmua (Le livre noir).

[3Les Samanides (874-1004) furent une dynastie persanophone qui régna plus d’un siècle sur l’Iran d’aujourd’hui, l’Afghanistan et l’Asie Centrale. Ils ont accédés au pouvoir en Iran après l’invasion arabe.

[4L’ismaélisme est une branche du chiisme qui considère que le dernier imam est Ismâ’ël, fils du sixième Imam Ja’far.


Visites: 3210

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



10 Messages

  • Les grandes bibliothèques islamiques en Iran 28 mai 2011 15:19, par traore zakaria

    je suis un ivoirien j’ai etudié pendent 3ans dans l’école islamique iranienne en cöte d’ivoire(ma-ahad ahloul bayty) mais je ne suis ps satisfais de mes connaissances ,donc je voulais vous dire que si vous pouviez m’aidez pour que je pusse contuner mon etude chevous précisement en Iran.je vous remerci.

    repondre message

  • Les grandes bibliothèques islamiques en Iran 18 août 2011 13:19, par toure adama

    je veu fait une mobilisation fort j’aimmerai recevoire des livre islamique et des coren en frencai si possible wassalm aleyikoume

    repondre message

  • Les grandes bibliothèques islamiques en Iran 13 juillet 2012 14:46, par souleymane

    salamoualeykoum moi je me nomme bakayoko souleymane je suis à abidjan avec mes parants .je etudie içi à abidjan je suis dans la classe de terminal en arabe je suis en 4em en français donc je merai bien pour allez terminé mon etudie au iran mais j’ia pas de moyenne pour fais sa mais je vous demandes de m’aidé que je sois allez frequanté la bas.je vous demande aussi si vous pour vez m’envoyer les livres aussi .voici mon numero 00225 57 99 07 19.ma salam

    repondre message

  • Les grandes bibliothèques islamiques en Iran 1er octobre 2012 02:41, par DIACKO ABDOULAYE

    Je m’appelle ABDOUMAYE SAMBA DIACKO. Jesuis Joirnaliste Sénégalais et Président d’un Groupe de Presse et de Communication travaillant presque exclusivement dans les Grandes Langues Ouest Africaines. Nous avons toujours rêvé de jouer le trait d’union, entre les Musulmans d’Afrique Noir ert leurs frères et Soeurs Iraniens par l’Information et a Communication. J’espère que ce contact nous en offrira l’opportunité.

    ABDOULAYE SAMBA DIACKO
    TEL 00 221 77 444 11 30

    repondre message

  • Les grandes bibliothèques islamiques en Iran 20 décembre 2012 14:46, par ismael

    je veux devenir chiite

    repondre message

  • Les grandes bibliothèques islamiques en Iran 23 août 2013 17:35, par diallo mouhamad riziq

    assalam alaykoum bonjour je me nome rizighou diallo qui a etudier 5ans dans l’universite al moustapha a conakry guinee dubreka presisement dans l’ecole ahlul bait mai je ne pas u la chance de paritr en iran toute ma promotion sont parti en liban en syrie en iran moi manque de moin je ne pas u la chance de partir je me debrouille en cote d’ivoire bouake je vais bien aller contunuer je vous prie de m’aide a poursuivre mes etude merci. Des votre ede vrement jenvie de contunuer aider moi.

    « »

    repondre message

  • Les grandes bibliothèques islamiques en Iran 23 août 2013 18:38, par diallo mouhamad riziq

    assalam alaykloum wa rahmatoulaye.je me nome riziq diallo je etudier dans les ecole iranien en guine umiversite islamique al moustapha presisement appelle ahlul bait de dubreka guine conakry ma promotion beaucoup sont parti en liban syrie en iran mai moi manque de moin je ne pas pu aller je fait 5ans laba avec mention bien 14,18 de moyenne promotion 2005=2010 je vais bien une aide pour contunuer mes etude je vous prie de m’aide a aller etudier ce vous je suis a bouake cote d’ivoire numero tel.0022546050110

    repondre message

  • Les grandes bibliothèques islamiques en Iran 29 décembre 2013 20:24, par silué kassoum

    Assalamou aleikoum warahamatou lahi wabarakatouhou.
    Je suis un jeunne enseignant franco-arabe ivoirien dans le nord de la cote d’ivoire plus précisement dans la sous-préfecture de Niéllé au sein d’un village appelé OUAMELHORO.
    Mon ambition est la suivante:obtenir auprès de vous une bourse d’études pour recevoire une ample formation en langue arabophone pour le bon fonctionnement de notre nouvelle école en construction.
    Mon niveau d’études : BEPC en français et BAC en arabe.
    Dans l’espoire d’une suite favorable je compte sur votre générosité et votre bonne foi pour la réalisation de ce rève tant attendu de ma part. je vous remercie tout en implorant le seigneur de l’univers à vos cotés

    repondre message

  • Les grandes bibliothèques islamiques en Iran 12 avril 2016 15:49, par Ibou SONKO

    Salut, je suis le responsable de la bibliothèque du centre culturel de l’ambassade de l’Iran à Dakar , mon souhait le plus ardant c’est de venir en Iran pour m’enquérir et découvrir de façon physique la culture Iranienne même dans cinq grandes bibliothèque de l’Iran car cela sera un plus pour moi de mieux connaitre la culture Iranienne et devenir l’ambassadeur de la culture Iranienne dans mon pays voir même pour toute l’Afrique, c’est mon rêve depuis 08 que je suis dans cette institut au Sénégal.

    repondre message