La Revue de Téhéran | Iran



  • Owhadi Maragheï

    Monireh Borhani
    Traduit par

    Helena Anguizi N° 7, juin 2006

    Cheykh Owhadoddin Ben Hossein Owhadi Maragheï Esfahani compte parmi les célèbres poètes et mystiques des VII et VIIIème siècles de l’hégire. Pour certains, le surnom de Owhadi, vient de Owheddine et pour d’autres de Roknoddine. Pour certains, il est natif d’Ispahan et pour d’autres sa ville natale est Maragheh.
    Au début de sa carrière, il prit pour pseudonyme littéraire, le nom de Safi qu’il changea plus tard en Owhadi. Son recueil de poèmes "Jamé Jam", fut achevé en 733 de l’hégire, alors qu’il avait 60 (...)



  • La cuisine iranienne, vue par Nadjaf Daryâbandari

    Shâhin Ashkân N° 7, juin 2006

    Nadjaf Dariabandari a créé la surprise en publiant un ouvrage, en deux volumes de 984 pages chacun, sur la cuisine du monde et la cuisine iranienne en particulier.
    Pendant près de 40 ans, il a rassemblé de nombreuses notes et documents. Avec l’aide de sa femme Fahimeh Rastkar et de son ami éditeur M. Zahraï, il a publié cette oeuvre qui est devenue aussitôt une référence en la matière.
    Dans son introduction, il explique qu’il est avant tout passionné par les lettres, mais également par la peinture et (...)



  • Musée du patrimoine rural du Guilân

    N° 7, juin 2006

    Un musée du patrimoine rural de la région du Gilân est actuellement en cours de réalisation. Unique en son genre au Moyen-Orient, ce musée est situé dans le parc forestier de Sarâvân (sur la route Rasht-Téhéran) et couvre une superficie de près de 200 hectares. Ce projet a été établi grâce à la collaboration de la Direction du patrimoine et de l’architecture du Ministère Français de la Culture et de la Communication, l’Université d’Aix en Provence, l’Ecomusée d’Alsace, et sous le patronage de l’UNESCO. Les (...)



  • Le dôme de Soltânieh
    Le plus grand dôme en brique du monde

    Monireh Borhani N° 7, juin 2006

    Le dôme de Soltânieh, par sa majesté, constitue l’un des joyaux architecturaux de l’Iran. Selon les épigraphes disponibles datant de la période assyrienne, au VIIIème siècle avant J. C., la terre de Soltânieh a longtemps abrité la tribu des Sakarats. Les Mèdes lui donnèrent le nom d’ " Aribad" et les Parthes, le nom de leur roi, " Orsâse". C’est dire à quel point le territoire de Soltânieh est susceptible de renfermer de précieuses données historiques ; Avant même l’arrivée des tribus mongoles, cette région (...)



  • Fereydoun Moshiri, l’odeur de la pluie

    Rouhollah Hosseini N° 7, juin 2006

    Viens avec moi pleurer sur l’homme d’aujourd’hui
    Le pauvre, il a perdu le sens de l’amour
    " De la musique avant toute chose " disait alors Verlaine ; aujourd’hui, c’est encore le degré de musicalité qui fait en grande partie la force du poème. La musique est le moule qui confère sa forme à la parole, qui démultiplie le verbe, qui l’habille de ses belles notes, qui à voix haute, séduit l’oreille, et l’esprit à voix basse. Telle est la poésie mochirienne. On l’écoute, on l’entend, on la fredonne à l’infini. (...)


0 | ... | 2445 | 2450 | 2455 | 2460 | 2465 | 2470 | 2475 | 2480 | 2485 | ... | 2570


Retour haut de page Mensuel culturel iranien en langue française | mail@teheran.ir | ISSN 2008-1944 | Mentions légales| Webmestre@teheran.ir | Plan du site    ...