Khadidjeh Nâderi Beni

124 articles

  • Djavâd Modjâbi,
    humoriste et poète contemporain iranien

    Khadidjeh Nâderi Beni, Mahnâz Rezaï N° 88, mars 2013

    Né en 1939 à Ghazvin, Djavâd Modjâbi est un humoriste, poète, écrivain et journaliste contemporain iranien. Rédacteur en chef de la Revue littéraire Donyâ-ye Sokhan (Le monde de la parole) pendant un temps, il a publié de nombreux ouvrages. Il est l’une des figures culturelles contemporaines importantes de l’art et de la littérature iraniens.
    En art, Modjâbi croit au modernisme et aux arts nouveaux. Dans son œuvre, surtout dans son roman Bâgh-e Gomshodeh (Le Jardin Perdu), le passage de la tradition à la (...)


  • Les démons, les êtres légendaires et les héros

    Abbâs Mokhber
    Traduit par

    Khadidjeh Nâderi Beni, Mahnâz Rezaï N° 77, avril 2012

    L’Avestâ ainsi que les autres textes religieux zoroastriens parlent des démons, des êtres légendaires et des héros de la Perse antique. Les sources les plus instructives en la matière sont l’Avestâ, le Bondahesh, ainsi que quelques autres documents ayant été consacrés aux anciens héros iraniens. Démons et forces malfaisantes
    Deux types de forces malfaisantes existaient dans l’ancienne Perse : celles qui attaquent directement le corps humain, et celles qui fréquentent les hommes en attendant une occasion (...)


  • La rectification orthographique du français
    Entretien avec Mohsen Hafezian

    Entretien réalisé par

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 76, mars 2012

    Khadidjeh Nâderi Beni : Afin d’avoir un schéma global de la rectification orthographique du français, pouvez-vous tout d’abord nous dire quelques mots à propos de son histoire ?
    Mohsen Hafezian : L’histoire de la rectification de l’orthographe n’est naturellement pas séparée de celle de l’orthographe et, dans une large mesure, de celle de la langue française et de ses modifications au fil du temps. En ce qui concerne l’alphabet français, vous savez bien que c’est l’alphabet grec qui a servi de modèle à (...)


  • Boroudjen, la petite Grèce de l’Iran

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 75, février 2012

    Située au sein de la province de Tchahâr Mahâl o Bakhtiâri, Boroudjen s’étale sur une superficie de 2 256 hectares. Cette région comporte trois parties dont Gandomân, Boldâdji, et la partie centrale. Du point de vue géographique, la ville de Boroudjen se trouve à l’intersection de plusieurs provinces, dont Kohkiluye va Boyer Ahmad, Fârs, Ispahan et le Khouzestân. Au centre de plusieurs cultures locales, la ville est considérée comme étant le carrefour économique et historique de Tchahâr Mahâl o (...)


  • L’artisanat de Yazd

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 74, janvier 2012

    Yazd est réputée pour être la ville des canaux souterrains, de la prière, et de la sobriété (shahr-e ghanât va ghonout va ghenâ’at) ; autrement dit, c’est la ville des traditionnels canaux souterrains, dont les habitants sont musulmans et se contentent de ce qui leur est réparti par la providence divine. Cette dernière particularité, la frugalité, fait partie de la culture des Yazdis. Elle transparaît également dans leur art et plus particulièrement dans l’artisanat de cette région désertique.
    A partir du (...)


  • Les vêtements des Bakhtiâris

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 73, décembre 2011

    Durant son histoire plurimillénaire, la culture iranienne s’est nourrie et a été enrichie par des sous-cultures nomades et populaires. La culture se compose d’un ensemble d’éléments très divers qui se complètent en s’associant. Parmi les éléments constitutifs de toute culture, nous pouvons notamment citer la langue, la littérature, l’artisanat, mais aussi les vêtements.
    Nous allons ici donner un aperçu des vêtements de l’un des peuples les plus anciens et les plus préservés de l’Iran : la tribu bakhtiârie. (...)


  • L’Imâm Rezâ et son rôle dans l’enracinement du chiisme en Iran

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 72, novembre 2011

    Du second siècle de l’Hégire jusqu’à nos jours, le nom du huitième Imâm et celui de la ville de Mashhad, dans le Khorâssân résonnent d’une façon particulière en Iran et dans le cœur de tout chiite. L’Imâm Rezâ, forcé d’accepter le titre d’héritier du calife Ma’moun et de quitter Médine pour le rejoindre en Iran, eut une influence décisive dans les domaines religieux, politique et culturel en Iran. Cet article s’attache à étudier les modalités de la venue de l’Imâm Rezâ en Iran et l’influence qu’il a tout (...)


  • Hossein Pejmân Bakhtiâri
    Poète classique contemporain

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 71, octobre 2011

    Mon cœur n’admire que l’amour Sans amour ce monde ne vaut rien…
    Fils de la grande poétesse Alamtâdj Ghâ’em Maghâmi (surnommée Jâleh), Hossein Pejmân Bakhtiâri naquit en 1279 (1900) à Dashtak. Son père, Ali Morâd Pandjeh Bakhtiâri, était l’un des chefs de la tribu Bakhtiâri.
    Pejmân débuta ses études primaires à Téhéran et apprit la langue française à l’école Saint-Louis ; il y fut notamment le condisciple de Nimâ Yushidj. Il étudia ensuite la littérature auprès de Adib Neyshâbouri à Mashhad, ainsi que de (...)


  • Regard critique sur le Musée des Arts décoratifs de Téhéran

    Khadidjeh Nâderi Beni, Mahnâz Rezaï N° 69, août 2011

    En Iran, le musée d’art est encore avant tout considéré comme le lieu d’exposition d’objets anciens voire antiques, et donc nécessairement comme le véhicule de l’histoire d’une culture. Si l’on exclut le Musée des arts contemporains, l’écrasante majorité des musées d’arts de Téhéran expose des œuvres dont les plus récentes datent au moins de 50 ans, et atteignent des époques reculées de l’histoire persane. Les lieux d’expositions ont aussi parfois une valeur historique, comme c’est le cas dans la majorité des (...)


  • Les dictionnaires de langue persane

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 59, octobre 2010

    A l’époque sassanide, où le persan était la langue officielle du pays, les Iraniens avaient déjà des dictionnaires persans, à l’instar des Chinois et des Grecs qui sont considérés comme les précurseurs de la lexicographie. Les archéologues ont ainsi découvert deux dictionnaires datant de cette époque : OIM et Monâkhtây ou dictionnaire Pahlavi. Lors de la diffusion croissante du persan dari en Iran, les locuteurs du persan pahlavi éprouvèrent le besoin d’apprendre le persan dari, ce qui entraîna une (...)


  • Iradj Mirzâ, poète de la mere

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 55, juin 2010

    On dit que Fath-Ali Shâh qâdjâr était très épris de poésie. Il transmit cet attachement à ses descendants, dont Iradj Mirzâ. Le père de ce dernier, Gholâm-Hossein Mirzâ, surnommé Sadr-ol-Sho’arâ (maître des poètes) était l’arrière-petit-fils de Fath-Ali Shâh et comptait parmi les poètes célèbres de la cour. Iradj Mirzâ naquit en 1871 à Tabriz. Il passa son enfance à étudier la langue persane chez des maîtres tels que Bahâr Shirvâni et Aref Esfahâni.


  • Les Bakhtiâris : héritage culturel des montagnes du Zâgros

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 54, mai 2010

    Les Bakhtiâris sont une tribu d’Iran méridional habitant essentiellement dans les provinces iraniennes du Lorestân, d’Ilâm, de Tchahâr Mahâl o Bakhtiâri, Kohkilouyeh va Boyer Ahmad, ainsi que dans certaines parties du Khouzestân et plus précisément dans les régions montagneuses des Zâgros dans le sud-ouest de l’Iran. 1 600 000 personnes appartenant aux différentes tribus bakhtiâris vivent actuellement en Iran, cependant, seule une minorité d’entre elles continue de pratiquer le nomadisme.


  • Entretien avec le Professeur Yousef Sobouti

    Entretien réalisé par

    Khadidjeh Nâderi Beni, Mahnâz Rezaï N° 45, août 2009

    Nous vivons sur la Terre, petite planète du grand système solaire, lequel fait partie de l’ensemble beaucoup plus vaste qu’est une galaxie, la Voie Lactée. Ceci alors qu’il existe des millions de galaxies dont certaines sont remarquablement plus vastes que la Voie Lactée. Cet entretien avec le professeur Sobouti pourrait nous révéler certains aspects de ce monde.
    Yousef Sobouti est né en 1932 à Zandjân. Il a étudié la physique, d’abord à l’Université de Téhéran, puis au Canada, où il a obtenu une (...)


  • Parviz Nâtel-e Khânlari :
    pionnier du modernisme dans la poésie persane contemporaine

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 45, août 2009

    Parviz Nâtel-e Khânlari, né en 1912 à Téhéran, est originaire de Nâtel. Il est l’un des premiers partisans de la poésie moderne iranienne dont il est lui-même l’un des auteurs. Ce moderniste est pourtant mesuré dans ses jugements et il rejette le mépris des autres partisans de cette nouvelle vision envers la poésie classique.
    Après ses études primaires, Khânlari entra à l’université de Téhéran dont il sortit docteur. Cette même université l’engagea comme professeur de lettres, fonction qu’il remplit lors de (...)


  • Le champ des tulipes renversées de Tchelguerd

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 44, juillet 2009

    Dans la région de Kouhrang, à 12 kilomètres de Tchelguerd, l’une des principales attractions naturelles de la province de Tchahâr Mahal va Bakhtiâri est un vaste champ de tulipes renversées rouges et jaunes s’étendant sur plus de 3 400 hectares. Dans cette région montagneuse, le champ situé sur les hauteurs des monts Mili offre une magnifique perspective sur la vallée et ses ruisseaux.
    Ce champ de tulipes jouit d’une plus grande renommée que d’autres sites naturels et touristiques de Kouhrang comme la (...)


  • Entretien avec Mohsen Hâfeziân,
    chercheur à l’Université Concordia de Montréal

    Khadidjeh Nâderi Beni, Mahnâz Rezaï N° 44, juillet 2009

    Mohsen Hâfeziân est l’auteur d’une thèse intitulée Didactologie des Langues et des Cultures soutenue à l’Université Sorbonne Nouvelle (Paris III) en 2001. Il a suivi des études postdoctorales au département de didactique à l’Université de Montréal de septembre 2004 à septembre 2005 en ce consacrant à l’étude de la représentation linguistique des notions mathématiques en inuktitut ainsi qu’à l’évaluation des mesures d’aide au français au Québec. Chercheur, enseignant, traducteur et écrivain, Mohsen Hâfeziân est (...)


  • Ali Moussavi Garmâroudi : précurseur de la poésie religieuse contemporaine

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 43, juin 2009

    Ali Moussavi Garmâroudi est né en 1941 à Qom. Il a entamé sa carrière littéraire avec des poèmes consacrés aux Quatorze immaculés, pour se faire peu à peu connaître comme poète religieux, chercheur, traducteur du Coran, rédacteur en chef de quelques magazines littéraires dont Goltcharkh, professeur à l’université, attaché culturel de l’Iran au Tadjikistan, conseiller culturel du président de la République islamique... "La ligne du sang" et "A l’ombre du dattier du Prince des croyants" figurent parmi ses poèmes (...)


  • L’emprunt : "la solution désespérée" de la traduction ?

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 41, avril 2009

    Selon Mohammad-Rezâ Bâteni, l’emprunt est avant tout un phénomène social. C’est le reflet de l’influence culturelle d’une société sur une autre. Les relations économiques, politiques et culturelles entre les communautés favorisent les échanges linguistiques entre les Etats, notamment au travers des échanges culturels, des congrès, des revues, etc, occasionnant l’entrée des éléments d’une langue dans une autre.


  • La sauvegarde de la chronologie iranienne*

    Rezâ Morâdi Ghiyâssabâdi
    Traduction et adaptation par

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 40, mars 2009

    Tout au long de leur histoire, les Iraniens ont accordé une grande importance aux phénomènes naturels pour l’élaboration de leur calendrier. De l’Antiquité à nos jours, de nombreux systèmes chronologiques ont été successivement mis en place. Le système chronologique actuel de l’Iran (qui est un calendrier solaire) peut être considéré comme l’un des calendriers le plus exact du monde en lien étroit avec les cycles de la nature. En approfondissant les divers calendriers persans, une divergence se fait jour (...)


  • Présentation de la version persane des Aventures de Hadji Bâbâ d’Ispahan

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 36, novembre 2008

    Parmi les œuvres célèbres de la littérature qâdjâre figure un roman original, dont l’auteur fut James Mourier, secrétaire de l’ambassade britannique en Iran qui, durant les huit années où il vécut dans ce pays, acquit une connaissance suffisamment importante des us et coutumes persanes pour pouvoir mettre à exécution ce projet romanesque original qu’est le livre Les Aventures de Hâdji Bâbâ d’Ispahan. Ce livre, doux mélange de roman-itinéraire, met en lumière la corruption de la cour de Fath-Ali Shâh Qâdjâr, (...)


  • Ali Bâbâtchâhi et une nouvelle définition de l’amour

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 32, juillet 2008

    En poésie, lorsque nous nous confions à un "lui" intérieur, il prend de l’ascendant sur tous les aspects de notre monde mystérieux, même s’ils sont tout à fait différents les uns des autres... Nous lui fournissons une clé fantastique qui lui ouvre les portes et les armoires poussiéreuses (de l’intérieur). Et grâce aux rayons de sentiments et de bienveillance que nous émettons envers les objets, notre "lui" devient un "pur observateur". A partir de ce moment, nous faisons la cour non seulement à la (...)


  • Le parfum du ruisseau des Mouliânes

    Mohammad Bahman Beigui
    Traduit par

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 24, novembre 2007

    J’ai commencé ma vie sous une tente, par un coup de fusil et par le hennissement du cheval. A quatre ans, je me mis en selle. Peu de temps après, on me donna une carabine. Jusqu’à l’âge de dix ans, je n’ai jamais passé une seule nuit en ville ni dans une maison en ville.
    Notre tribu passait du côté de Shirâz deux fois par an. Les colporteurs et les marchands des quatre saisons de la ville étalaient, sur la route, leurs marchandises, le gâteau et le Halvâ. A l’époque, l’argent liquide était rare. Je (...)


  • Tchâhâr Mahâl va Bakhtiyâri

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 20, juillet 2007

    Située parmi les montagnes Zâgros et la plaine d’Ispahan, la région de Tchahâr Mahâl va Bakhtiâri se compose de deux parties : Tchahâr Mahâl, entourée de quatre districts, et Bakhtiâri, située dans une région montagneuse. Chacune des deux rassemble des peuplades distinctes dotées de leur propre culture et manière de vivre. Ce territoire est situé à une haute altitude et a de ce fait été surnommé "le toit de l’Iran".
    Du point de vue ethnologique, au moins deux tiers des villageois de ladite province sont des (...)


  • Ommân Sâmâni
    ou la versification de la dimension mystique d’Ashourâ

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 13, décembre 2006

    Né à Sâmân en l’an 1259 de l’hégire, Ommân Sâmâni , étudia la littérature arabe, le droit et la logique à l’école de Sadr à Ispahan. Très jeune, il se distingua par ses dons d’écriture et de par la qualité de ses poèmes, pour devenir par la suite membre de l’Assemblée Poétique d’Ispahan. Ce grand poète se caractérisait par sa dévotion particulière aux quatorze "immaculés", dévotion qui a fortement marqué sa poésie. De ce point de vue, il est classé au même rang des poètes comme Mohtasham.
    Dans son recueil intitulé " (...)


0 | 100