La Revue de Téhéran | Iran

Mensuel culturel iranien en langue française

Accueil > ... > Forum 18158

La philosophie de la création dans l’œuvre de Mozart
(en opposition avec la dialectique hégélienne)

11 septembre 2011, 21:07, par ainamachroul

N’est pas Ricoeur qui veut. (¿Mais cet article est-il une boutade ?)

Fallait-il prouver une supériorité de Mozart sur Hegel ? Et qu’en est-il des macarons de la Tour d’Argent ? Des jardins de Le Nôtre ? Des arias wagnériens ? Des courses de trottinettes ? Du concept de non-aliud chez De Cues ? ...

Péremptoire et parfaitement — par défaut ! — absconse, cette "réflexion" est bien vaine... Quand une "pensée" n’est guère pénétrable que par elle-même, elle est triste à pleurer... "Poésie" disent certains... Au secours Derrida et Lacan, Schopenhaeur et Heidegger, Deguy et Corbin, Averroès et Darwich .... Come back Montaigne...

"Criez d’un passant à nostre peuple : O le sçavant homme ! Et d’un autre, O le bon homme ! Il ne faudra pas à destourner les yeux et son respect vers le premier. Il y faudroit un tiers crieur : O les lourdes testes ! Nous nous enquerons volontiers, Sçait-il du Grec ou du Latin ? escrit-il en vers ou en prose ? mais, s’il est devenu meilleur ou plus advisé, c’estoit le principal, et c’est ce qui demeure derriere. Il falloit s’enquerir qui est mieux sçavant, non qui est plus sçavant." Essais, I, 25 "Du pédantisme".

Ceci fut dit amicalement.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.