La Revue de Téhéran | Iran

Mensuel culturel iranien en langue française

Accueil > ... > Forum 117413

Les Bâdgirs

1er décembre 2018, 12:31, par Gérard Pauluis

J’ai été fasciné par les badgirs, et l’ingéniosité de leurs constructeurs.

Toutefois les explications de leur fonctionnement me laissent un peu sur ma fin. En effet, elles laissent croire à une simultanéité du fonctionnement des badgirs en tant que moyens d’amenée d’air extérieur et d’extraction. Une telle simultanéité (certains conduits au vent amenant l’air vers l’intérieur alors que les conduits sous le vent l’extrairaient) me paraît irréaliste, d’autant que de jour, l’air sous ces tours plus frais est plus lourd que l’air extérieur.Ceci crée un appel d’air vers l’intérieur des bâtiments ( La »colonne » d’air à l’intérieur des tous et dans le bâtiment est plus lourde que la colonne d’air à l’extérieur). Cet effet d’appel est amplifié par le refroidissement provenant de l’humidification de l’air au dessus des bassins à l’intérieur (refroidissement adiabatique).

Il me paraît donc important de distinguer le fonctionnement des tours de jour de celui de nuit.
De jour, l’air pénètre des les locaux par les cheminées (un effet moteur secondaire peut provenir de la surpression dynamique due à la vitesse du vent), mais je pense que même en l’absence de vent, l’intérieur plus frais crée cet appel d’air qui se disperse dans les différentes pièces du bâtiment avant de s’évacuer à l’extérieur au niveau du sol. L’éventuelle humidification de l’air à l’intérieur permet d’améliorer encore la fraîcheur au long de la journée.

De nuit, dans ces régions arides où l’air est clair, il se refroidit rapidement et s’alourdit alors que la température de l’air à l’intérieur des bâtiments reste plus constante, l’air tire alors son réchauffement de la masse du sol et des murs. La « colonne » d’air dans le bâtiment et à l’intérieur des tours est plus légère que celle au dehors et la circulation d’air se réverse dans les tours. Celles-ci tirent l’air chaud du bâtiment vers l’extérieur et créent un appel air froid au niveau du sol qui rafraîchit l’intérieur du bâtiment tout au cours de la nuit.

Le moteur thermodynamique de cet ingénieux système réside dans les variations journalières rapides de température de l’air en regard de la quasi constance de température du sol et des parois. L’effet est encore accentué là où il est possible d’humidifier l’air à l’intérieur des bâtiments.

bien à ous,

Gérard Pauluis, Ir. , PhD. (McGill)

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.