La Revue de Téhéran | Iran

Mensuel culturel iranien en langue française

Accueil > ... > Forum 28022

La race aryenne, porte-flambeau de la civilisation en Asie

28 juillet 2017, 02:45, par jacquesB PecherL

Lisant le Devanagiri, je tiens à vous signaler qu’il n’existe ni dans la littérature hindoue, ni bouddhiste, ni jaïne une seule parole signalant qu’être aryen, c’est appartenir en exclusivité à un peuple de race blanche, à yeux bleus et cheveux blonds et qui aurait émigré selon une date arbitraire vers l’Iran ou l’Inde en y apportant bien sûr la civilisation. Etre aryen a toujours signifié une qualité d’être et rien de plus. D’ailleurs si être aryen, c’est appartenir à une ethnie que l’on m’explique pourquoi dans le Mahabharata à l’intérieur d’une même famille, il y en a qui sont aryens d’autres pas et que dans ce même livre, il est dit de certains intouchables qu’ils sont aryens. Il est donc bien clair que c’est le comportement qui définit l’aryanisme et non la race. Prenez une grammaire de sanskrit vous y lirez que le mot arya est présenté comme un adjectif parfois pour un nom commun mais jamais au grand jamais comme étant un nom propre.
Présenté l’aryen comme étant une race ou un peuple est une escroquerie scientifique inventé par Max Müller en 1866 pour détruire la civilisation indienne et la remplacer par le christianisme pour le compte de la compagnie des Indes à laquelle il était affilié. En d’autres termes, adhérer au mythe de la race ou peuplade aryenne, c’est se rendre coupable de complicité de génocide culturel mais surtout c’est dégénérer dans ce que la mystique indienne appelle la spiritualité du kali-yuga où on prend les concepts spirituels les plus sublimes et les plus universels tels que le mot arya que l’on fait dégringoler en de puériles et vulgaires préoccupations matérialistes et racistes. Et pour faire court, j’ajouterai que d’après le calendrier "aryen" selon les Mazdéen(ne)s, nous sommes dans l’ère de Yezdegerd III qui commence le 16 juin 632 de l’ère commune date de son intronisation sur le trône de Perse. Sa grand-mère était araméenne donc sémite, son père perse et sa mère soudanaise. Ce personnage historique fait voler en éclat l’idée qu’être aryen, c’est appartenir à un peuple en particulier. Je pourrais encore multiplier les exemples qui mettent à mal la théorie ethnique du mot aryen mais je m’arrête ici.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.