La Revue de Téhéran | Iran

Mensuel culturel iranien en langue française

Accueil > ... > Forum 17418

L’Espéranto et les Français

11 novembre 2010, 14:02, par Henri Masson

Bonjour Mohammad,

Voici longtemps que je suis la situation de l’Iran et celle de l’espéranto dans votre pays, surtout depuis l’époque où, avant la chute du shah, il avait connu un essor extraordinaire. Surtout grâce à l’action et l’impulsion du professeur M.H. Saheb-Zamani, de l’Université de Téhéran, avec qui j’avais eu quelques échanges, il y avait eu des centaines d’étudiants et de professeurs formés à l’enseignement de l’espéranto. Ceci m’a rappelé que c’est grâce à cette même méthode que l’espéranto a pu s’enraciner en Chine et connaître l’essor qu’il y connaît encore aujourd’hui. C’est grâce au professeur Saheb-Zamani que je possède les Robayiâts d’Omar Khayâym dans une superbe édition en trente langues, dont l’espéranto. Il avait d’ailleurs publié une critique que j’en avais faite dans une publication en espéranto à la fin de la préface de Mohsen Ramezani, dans la seconde édition publiée en mars 1988.

Hélas, le terrible conflit Iran-Irak, dans lequel des gouvernements occidentaux ont eu de lourdes responsabilités, a brisé ce magnifique élan. Le totalitarisme et le fanatisme religieux ont fait le reste. La religion est respectable quand elle apaise, pas quand elle rend fou, comme l’alcool et la drogue.

Les nombreux contacts que j’ai eus avec des Iraniens, grâce à l’espéranto, m’ont fait découvrir beaucoup d’affinités, en dépit de la différence de culture. Je n’ai rien ressenti de comparable avec les pays voisins. Je pense qu’il serait bon que ces deux peuples se connaissent mieux. L’existence de votre revue prouve qu’il existe déjà des relatons intenses. Nettement plus facile que le français pour les Iraniens, et aussi bien plus facile que le persan pour les Français, l’espéranto peut être un moyen de faciliter des échanges constructifs et un rapprochement pour les couches sociales moins privilégiées.

J’ai donc beaucoup apprécié votre article qui montre une étude fouillée de la question. Je le connaissais en fait depuis pas mal de temps, et, au hasard d’une nouvelle lecture, aujourd’hui, je me suis décidé à vous écrire pour vous en remercier ;-)

J’ai toujours des contacts, surtout avec un ami de Téhéran que j’estime beaucoup et grâce à qui je reçois une idée complémentaire de ce qui s’y passe par rapport aux médias. Je souhaite vivement que le peuple iranien sorte très vite de ces ténèbres, mais j’espère aussi que ce ne sera pas pour tomber dans l’excès inverse.

Bon courage dans votre travail d’information !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.