La Revue de Téhéran | Iran

Mensuel culturel iranien en langue française

Accueil > ... > Forum 17308

René Guénon

12 septembre 2010, 00:22, par A. M.

Je ne connais que très peu encore René Guénon. Cependant, j’ai été vivement intéressée par cet article avec lequel je me sens en affinité.

En tant que chargée d’études documentaires dans un service d’Archives départementales de France, j’ai eu la chance de classer récemment les archives de Marie- Magdeleine Davy, intellectuelle de renommée internationale et maître de recherche au CNRS. C’est par le biais de cette personnalité hors du commun, qui s’est également penchée sur l’Orient, que j’ai découvert René Guénon et que j’ai pris connaissance de votre très bonne revue.

Toutefois, M.-M. Davy ne semble pas tout à fait en accord avec René Guénon concernant sa conversion à l’Islam. Elle se rapproche plus de Louis Massignon et de Henry Corbin qui, tout en s’étant profondémment attachés à promouvoir la culture musulmane, n’en sont pas moins restés fidèles à leur tradition d’origine. Elle écrit qu’il n’est pas nécessaire de changer de religion pour se rapprocher de l’Orient et que c’est en partant de sa racine que l’on "s’universalise" ensuite (la conversion n’étant que l’exception). Elle précise cela, en faisant justement référence à René Guénon qui lui, avait dépassé le cadre de ses racines pour s’ouvrir à l’Orient. Je serais heureuse de savoir ce qu’en concluent d’autres personnes sur ce point.

Cependant, la pensée de René Guénon me paraît très intéressante et toujours d’actualité concernant l’apport de l’Orient à l’Occident, Occident qui semble se vider de toute spiritualité, tout au moins en apparence. Mais je pense que, pourtant, la soif de spiritualité et d’intériorité étant grande, même si elle n’est pas clairement exprimée, la période de "désertification" que nous traversons ne sera peut-être qu’un passage vers un renouveau spirituel allant bien au-delà d’une religion institutionnalisée. Le présent me paraît donc vraiment inconfortable, mal défini, parfois difficile à supporter, mais j’y vois des signes d’espérance en un avenir qui se recentrera sur l’essentiel, sur une recherche d’intériorité et d’Infini (dont les germes sont peut-être déjà en nous-mêmes). Ce sont des questions angoissantes à certains moments, mais passionnantes aussi. Le plus dur à mon sens est d’avoir le sentiment d’être seul(e) face à ces questions pourtant vitales. C’est alors que des personnalités telles que Marie-Magdeleine Davy, Louis Massignon, Henry Corbin, René Guénon et d’autres encore, peuvent, aujourd’hui encore, être pour nous des "êtres de lumière".

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.