La Revue de Téhéran | Iran

Mensuel culturel iranien en langue française

Accueil > ... > Forum 27018

Le juchoir d’Alamout

17 juillet 2015, 16:40, par Johnjoon

En 2015 on visite Alamut très facilement, malgré une ascencion éprouvante dans la chaleur iranienne, même dans ces montagnes de l’ Elborz. J’ai arpenté ce site prodigieux à fin juin, et c’est une très belle saison, car les champs cultivés de la vallée et sur les pentes des montagnes ont été coupés ; ainsi les couleurs des terres quasi à nues oscillent du beige au jaune, du brun au vert, et forment un merveilleux kaléïdoscope. La forteresse d’Alamut n’est pas envahie par les touristes, sans doute parce que la route pour y accéder depuis Qazvin semble interminable de sinuosités. Seuls quelques visiteurs iraniens s’y aventurent, et c’est tant mieux ! J’ai eu la chance de pénétrer au coeur interdit du château, là où les fouilles archéologiques continuent de nos jours encore, car Alamut n’a pas livré tous ses secrets. Descendre dans les entrailles interdites du site ouvre des perspectives nombreuses sur la qualité des scientifiques, lettrés et guerriers qui y résidaient. Chambres chauffées par des conduits provenant de la cuisine, observatoire astronomique enfoui au creux de la roche, puits de recueillement des eaux, système d’adduction, chemin d’accès... inaccessible(!), mosquée décorée de briques alternées, ces rares vestiges donnent une idée du fabuleux siège d’Hassan Ibn Sabbah. Le chef des Ismaéliens y demeura pendant 35 ans, sans jamais le quitter, dirigeant de ĺà le premier mouvement terroriste de l’histoire, qui au contraire des actuels et obscurantistes Al Qaïda et Daech (ou Etat islamique) s’appliquait à questionner et étudier (la bibliothèque du "vieux de la montagne" était célèbre ; on en retrouve même un écho dans La Prose du Transsibérien, poème de Blaise Cendrars au début du XXème siècle) le monde, pour y trouver partout la présence de Dieu, cette spécificité du monde chiite. En résumé, une visite à Alamut reste un phare dans cet Iran si riche culturellement ; on y ressent sans conteste le poids de l’histoire, sa complexité loin des propagandes qui ne renvoient du prodigieux Iran qu’une image simpliste faite de nucléaire et de déclarations politiques à l’emporte-pièce.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.