N° 175, printemps 2021

Théorie d’Avicenne sur la raison pour laquelle les étoiles sont seulement visibles la nuit


Jafar Aghayani-Chavoshi


À mon cher fils Mehdi, le génie de l’informatique



Introduction

Quand on regarde le ciel par une nuit claire, on aperçoit une myriade d’étoiles briller. Mais pourquoi les étoiles sont-elles visibles la nuit et invisibles le jour ? Depuis l’Antiquité, savants et astronomes se sont penchés sur cette question et ont émis des hypothèses.

Avicenne, dans son K.al-Shifâ’ (De anima III, 5) a abordé l’étude de ce phénomène. Il a également écrit un court traité intitulé « De la raison pour laquelle les étoiles sont visibles la nuit et invisibles le jour. » On dénombre six manuscrits de cet opuscule.

Dans ce présent article, après avoir au préalable soulevé la question de l’authenticité du traité, nous le commenterons, tout en donnant une édition critique du texte arabe.

Fac-similé de la première page du manuscrit qui se trouve à la bibliothèque de Mashhad.

La question de l’authenticité du traité

Dans les trois manuscrits qui se trouvent respectivement à Mashhad en Iran, à Istanbul et à Edirne en Turquie, le nom d’Avicenne figure en tant qu’auteur du traité. En revanche, dans les deux autres manuscrits qui sont à Téhéran et à Berlin, la rédaction en est attribuée à Abu’l Barakat. Nous allons étudier ces manuscrits pour ressayer de déterminer la paternité de ce traité. Dans les pages suivantes figurent les fac-similés des trois manuscrits que nous avons à notre disposition. Il faut signaler qu’E.Widemann a traduit ce traité à partir du manuscrit de Berlin.

En comparant les divers manuscrits, on remarque que leur contenu est identique et que seul le nom de l’auteur diffère. Comme bien sûr il ne peut y avoir deux auteurs pour un seul traité, on peut donc en déduire que l’un d’eux est apocryphe. Mais lequel ? Pour répondre à cette question, nous allons étudier la compatibilité de ces ouvrages avec la personnalité et le parcours de leur auteur.

Fac-similé de la première page d’un autre manuscrit du traité d’Avicenne qui se trouve également à la bibliothèque de l’Astan-e Qods à Mashhad.

I-1 Arguments en faveur d’Avicenne

Les manuscrits suivants portent le nom d`Avicenne comme l’auteur du traité :

A - Manuscrit d’Istanbul, Bibliothèque Sainte Sophie n°4832. Suheyl Unver, chercheur turc, a traduit le traité d’Avicenne en anglais à partir de ce manuscrit. Cette traduction n’est néanmoins pas très exacte. Le résumé de celle-ci a été traduit en français et publié en 1980 dans le courrier de l’UNESCO

B – Le manuscrit d’Edirne

Ce manuscrit, qui se trouve également en Turquie (bibliothèque de Selimuye), est mentionné par Suheyl Unver.

C- Le manuscrit de Mashhad (Iran) n°12297.

D – Le manuscrit de Mashhad (Iran)

Celui-ci se trouve à la bibliothèque de l’Astan-e Qods et semble authentiquement ancien au regard de l’écriture, de l’encre et du papier.

 

  1. b) Les idées d’Avicenne contenues dans ce traité

Les idées contenues dans ce traité paraissent en adéquation avec celles plus amplement et antérieurement développées par Avicenne dans son traité De l’âme (III, 5) du K. al-Shifâ.

Nous allons maintenant rassembler les passages dans lesquels ces ressemblances apparaissent. On trouvera dans la colonne de droite les fragments du K. al-Shifâ que l’on peut rapprocher.

II- Arguments en faveur de Abu’l Barakat al-Baghdâdî

Hibbat Allâh lbn ‘Ali Ibn Malkâ Abû al-Barakât al-Baghdadî, qui grâce à son rôle important dans la philosophie, avait obtenu un surnom honorant Auhad al-Zamâ (unique dans son temps), sous lequel il apparaît aussi chez Ibn Abî Usaibia, était un grand médecin. Il était juif et s’est converti plus tard à l’islam. Il est mort vers l’âge de 80 ans, aux environs de 570 de l’Hégire (1174) à Bagdad. Il naquit donc approximativement en 490 de l’Hégire (1096). Vers la fin de sa vie, il fut le médecin personnel du calife al-Mustanjid Billâh (555-566 de l’Hégire ; 1160-1170 ap. J.-C.). Muwaffaq Abd al-Latif, un savant très connu, raconte selon lbn al-Dahhân al-Munajjim qu’Awhad al-Zamân est devenu aveugle à la fin de sa vie et a dû dicter son œuvre philosophique.

  1. a) Deux manuscrits conservés à Berlin portent le nom d’Abû al-Barakât en tant qu’auteur de ce traité :
Fac-similé de la première page du manuscrit se trouvant à la bibliothèque de Berlin.

Ces deux manuscrits conservés à la Bibliothèque Royale de Berlin sont cités dans le catalogue d’Ahlward sous le numéro 5671 (Catalogue, Volume 5, p. 157). Le premier texte (Pm466, 6, 47-48) porte le titre suivant : « Traité (risâla) sur la raison pour laquelle les étoiles sont visibles la nuit et invisibles le jour », écrit par Abu’Barakât al Baghdâdî, auteur de l’ouvrage al-Mutabar. Ce texte est le meilleur des deux. Le second (Mf258, 34, folio 440b-442a) ne comporte pas de titre spécifique ; la problématique est en revanche indiquée dans l’ouvrage lui-même. À la fin, figure aussi la mention suivante : « Traité sur la raison pour laquelle les étoiles sont visibles la nuit » par Abu’Barakât al Baghdâdi, l’auteur de l’ouvrage al-Mutabar ». Ahlwardt considère également les pages suivantes jusqu’au folio 443b comme faisant partie de notre texte ; celles-ci concernent l’étude sur les couleurs de Nasir al-Din al-Tûsi. Un autre manuscrit de ce traité existe sous le numéro de n°124/9 à la bibliothèque de l’Astan-e Qods à Mashhad

 

  1. b) Ce traité a également été attribué à Abu’l Barakat par Ibn Abî Usaibia.

D’après Ibn Abî Usaibia, ce traité a été écrit par Abu’l Barakat pour le sultan Mughtazzam Ghiâth al-Dîn Abû Shujâ Muhammad ibn Mâlik Shâh. Comme chacun le sait, ce sultan était un remarquable sultan des Seldjoukides grâce à sa justice et son courage. On raconte qu’Hibbat Allâh a été appelé près de lui comme médecin.

Contre-arguments

  • c) Le destinataire est un sultan seldjoukide bien connu de la cour où il a exercé la profession de médecin. Cet argument, malgré les apparences, est faible. En effet, ce dernier étant décédé en l’an 511 de l’Hégire (4 mai 1117), cela supposerait qu’Abû al-Barakât aurait rédigé le manuscrit à peu près à l’âge de vingt ans, ce qui semble peu probable. Il serait utopique de croire qu’un jeune homme de vingt ans puisse arriver à la cour d’un sultan grâce à ses connaissances en médecine et en philosophie.
  •  

    1. d) Abû al-Barakât était un fervent critique d’Avicenne et, dans ses œuvres, il n’hésitait pas à remettre en question ses principes philosophiques. « Les signes indicateurs qu’avait posés dans ses investigations Abû Ali (Ibn Sina) étaient bien près d’être effacés sous le coup des doutes proposés par le juif Abû al-Barakât et les critiques de Fakhr-al-Din al-Râzi, écrit au XIXe siècle le shiite duodécimain Muhammad ibn Sulaiman al-Tanakabûni ». Or, comme nous l’avons vu précédemment, les théories présentées dans le traité sont conformes à celles d’Avicenne dans son al-Shifâ.

    Conclusion

    Les arguments qui pourraient attribuer la paternité du traité à Abû al-Barakât sont peu convaincants. En revanche, il est plus logique d’avancer que ce traité, qui est compatible avec les principes d’Avicenne, a été écrit par ce philosophe.

    III- Analyse du traité

    Avant d’analyser le texte d’Avicenne, il convient d’expliquer quelques points pour mieux saisir le sens de celui-ci.

    III-1 La cosmologie d’Aristote

    Avicenne, étant un aristotélicien, adhérait aux théories cosmologiques du grand philosophe. Selon Aristote, l’univers est clos, sphérique et centré. « Aristote suppose que toutes les transformations obéissent à une tendance naturelle. À partir de ce principe de bon sens et intuitif fondé sur la perception immédiate et a priori du monde. D’après lui comme un caillou jeté en l’air retombe à nos pieds. Par conséquent, la Terre est le centre du monde et elle est fixe, car si elle était en mouvement, le caillou tomberait plus loin. Le feu monte du sol, son lieu naturel se situe donc au-dessus de la Terre. Nous voyons les étoiles se déplacer ? Elles tournent donc accrochées à la sphère fixe. Toute une série de déductions analogues permet de proposer une configuration très hiérarchisée de l’Univers : la terre est entourée d’une série de sphères concentriques, d’abord celles de trois éléments (l’eau, l’air, puis le feu), puis celles où sont enchâssées les planètes (la Lune, Mercure, Venus, le Soleil, Mars, Jupiter, et enfin Saturne). L’univers est limité par la sphère des fixes. La sphère de la lune sépare deux régions bien distinctes, celle des éléments et celle des astres. Ces derniers tournant éternellement, leurs mouvements ne peuvent être que circulaires et uniformes, car la rotation régulière est le seul mouvement possible. Aristote avait refusé l’existence du vide pour rendre compte du mouvement des corps célestes, et avait besoin d’un autre élément. Il a donc développé le premier élément, ou l’éther. D’après lui, « il n’existe que deux mouvements simples : le mouvement circulaire et le mouvement rectiligne. À ce mouvement simple doit nécessairement correspondre un élément simple, différent des quatre éléments déjà définis pour le mouvement rectiligne : l’éther. Comme cet élément vient, dans le traité d’Aristote, après l’étude des quatre premiers (terre, air, eau, feu), certains commentateurs de l’œuvre d’Aristote l’ont appelé le cinquième élément, se référant ainsi à l’œuvre chronologique de l’exposé. Il en est résulté le terme de quintessence, encore en usage aujourd’hui notamment en cosmologie. Mais, en réalité, il s’agit du premier élément, tant par son importance que par ses propriétés.

    Le premier élément, par sa nature et par sa définition, possède donc la propriété singulière de se mouvoir en cercle. Il ne peut pas se mouvoir en ligne droite, car il n’est ni grave ni léger ». Les astres se meuvent donc dans l’éther selon un ordre défini par une loi du mouvement dont la cause première est d’essence divine. C’est la thèse du « moteur non mû ». (Fig.1)

    Fig.1

     

    III-2- La doctrine de la vision d’Avicenne

    Le De Anima d’Avicenne est plus spécifiquement une étude de la connaissance sensible. Trois livres sur cinq sont consacrés à ce sujet. Le livre III est consacré à la perception visuelle. Dans ce livre, après avoir défini la nature de la lumière, Avicenne propose sa doctrine de la vision. Il définit la lumière, la clarté, la couleur et le diaphane. Nous accompagnerons certaines définitions d’Avicenne de figures afin de mieux les comprendre.

    strongLa lumière :

    D’après Avicenne, « celle que nous appelons lumière est, par exemple, celle que possèdent le Soleil et le feu. C’est l’idée vue par elle-même, car lorsqu’une chose comme l’air et l’eau se trouve entre la vue et le corps porteur de cette qualité, (le corps) est vu nécessairement, sans qu’il soit besoin de l’existence de ce dont la muraille a besoin qui, pour que la muraille soit vue, ne suffit pas à ce à quoi suffit l’existence de l’air, de l’eau et ce qui leur ressemble entre elle et la vue ». (Fig. 2)

    Fig.2

     La clarté :

    Mais d’après lui, la clarté « est due à l’influence produite sur la muraille par un corps en possession de la lumière lorsqu’il est placé vis-à-vis d’elle, tandis qu’entre les deux se trouve un corps auquel il n’appartient pas de cacher la production de l’influence de ce qui est éclairé. » (Fig. 3)

    Fig.3

     

    En ce qui concerne les couleurs, Avicenne déclare qu’elles n’existent pas en acte dans l’obscurité. C’est grâce à la lumière qu’elles passent à acte. Le milieu transparent ou diaphane lui-même devient transparent en acte dans la lumière :

    -Les corps diaphanes 

    Le milieu transparent ou diaphane lui-même devient transparent en acte au contact de la lumière. Celui-ci est défini par Aristote comme le diaphane en acte, et par Avicenne comme diaphane en acte ou en puissance. (Fig.4)

    Fig.4

    -Les corps opaques lumineux :

     Les corps opaques lumineux rendent obscur ce qui se trouve derrière eux.(Fig.5)

    Fig.5

     

    III – Sujet du traité : Un débat scientifique avec Avicenne et ses contradicteurs animé par un sultan afin de savoir pourquoi les étoiles sont visibles de nuit et invisibles le jour

    Dans ce traité, Avicenne parle d’un débat à la cour auquel prirent part un sultan et un cercle de savants. Le sultan voulut savoir pourquoi les étoiles étaient invisibles le jour et visibles la nuit.

    III-1-La réponse des contradicteurs d’Avicenne :

    Les adversaires expliquèrent au sultan que ce phénomène se produit à cause de la lumière du soleil qui absorbe celle des étoiles durant le jour. Par contre, en absence du soleil la nuit, elles apparaissent illuminées.

    III-2 Analyse comparative de cette réponse :

    Bien entendu, cette explication qui est plus ou moins correcte provient de l’intuition pure, car les savants de cette époque n’avaient qu’une vague connaissance de la nature des étoiles et n’avaient pas à leur disposition tous les instruments astronomiques que nous possédons aujourd’hui. Ils croyaient en majorité que les étoiles fixes, soit recevaient toute leur lumière du soleil, soit, si elles possédaient leur propre lumière, étaient en plus de cela illuminées par le soleil. En contraste, les savants islamiques avaient des idées plus proches du réel pensant, au moins pour une partie d’entre eux et notamment selon Ibn al-Haytham, que toutes les étoiles, les planètes et les étoiles fixes étaient des émetteurs de lumière. Concernant Venus, cela est déduit de l’absence des phases qui sont analogiques à celles de la lune. Les moyens de l’époque ne suffisaient justement pas pour définir les phases de Venus. C’est justement grâce à ces étoiles émettrices de lumière que celles-ci sont visibles la nuit, comme nous le voyons dans la Figure 6. L’astronomie moderne nous enseigne que les étoiles ne s’éteignent pas durant le jour. Elles sont toujours là, même si le ciel est bleu et qu’on ne soupçonne pas leur présence. (Fig. 6)

    Fig.6

     

    « Leur brillance est toutefois compromise par celle d’un rival de taille : le soleil. Les étoiles ont beau être lumineuses, elles ne font pas le poids, pour une simple question de distance. Par exemple, l’étoile la plus près de nous (à part le Soleil, bien entendu…), Proxima Centauri, est située à environ quatre années-lumière d’ici. Le Soleil, lui, à huit minutes-lumière. Cela signifie que la lumière de Proxima Centauri met quatre ans de plus à nous parvenir que celle du Soleil. Le jour, puisque nous faisons face au Soleil, nous sommes inondés de sa lumière qui ne laisse alors aucune chance à celle des autres étoiles. ».Nous pouvons illustrer ce phénomène par la figure 7.

    Fig.7

    III-2- La réponse d’Avicenne :

    Avicenne, qui n’était pas satisfait de cette réponse, soulignait que toute une théorie scientifique est derrière ce phénomène. Il avança sa propre explication et eut pour cela recourt à sa théorie de la vision. D’après lui, afin de résoudre ce problème, il faut établir certains principes. L’un d’entre eux est le fait que l’air, connu comme un grand espace vide (diaphane), est un corps léger, transparent, à travers lequel passe le regard. Cet espace ne brille pas et n’est pas sombre comme le pensent ceux qui n’ont pas saisi les théories sur ce grand espace, sur l’air plus exactement, et qui croient qu’il s’illumine grâce au soleil ou aux lampes et s’éteint quand ces derniers disparaissent (comme on l’observe dans la figure 2). Ce ne sont que les murs et les corps denses qui brillent quand les rayons ou les lumières tombent sur eux (comme on l’observe dans la figure 4).

    D’après Avicenne, il est possible de voir de jour comme de nuit les étoiles qui sont des corps opaques lumineux ; seulement, l’air peut parfois perdre sa transparence à cause des parasites qui capturent la lumière. Si les cieux devenaient ainsi des corps non-transparents, on ne verrait pas d’étoiles derrière eux. Par exemple, si entre nos yeux et un objet visible se trouve un quartz pur et transparent malgré sa densité d’un bouclier (de terre dure), nos yeux ne le voient pas. (Fig.8)

    Fig.8

     

    Par conséquent, voir un objet nécessite non seulement une source lumineuse, mais aussi un milieu transparent sans lequel la vision sera impossible. Par exemple dans la vie quotidienne, nous voyons souvent un feu allumé à une grande distance toujours grâce à un milieu transparent, alors qu’on ne voit pas le dos de sa main du côté de la paume à cause du milieu opaque, c’est-à-dire la main. Cet aspect du phénomène a été ignoré par les adversaires d’Avicenne. (Fig.9)

    Fig.9

    Conclusion

    En résumé, d’après Avicenne, la visibilité des étoiles durant la journée est liée au milieu transparent de l’atmosphère, au degré d’influence de la lumière de ces étoiles, et surtout à l’absence des parasites dans l’environnement de l’observateur, ce qui, à première vue, peut être considéré comme un « filtre » induit par la dispersion de la lumière dans l’atmosphère et peut être traduit par le « bruit » généré par le fond du ciel - en l’occurrence la présence de la lumière intense du soleil.

    III-3-La deuxième question du sultan et la réponse d’Avicenne

    Le sultan interrogea aussi Avicenne en ces termes : « Comment la lumière du soleil pourrait-elle disparaître de notre globe terrestre alors que le soleil est bien plus grand que lui, sachant que la partie du globe qui ne reçoit pas de lumière serait infime ? » Si l’on suit l’observation du sultan, la terre est donc une planète trop petite par rapport au soleil, et les hypothèses des savants ne sont guère convaincantes. D’ailleurs, dans la définition d’un univers homogène, toute ligne de visée doit aboutir à la surface d’une étoile et toute portion de ciel recevoir l’éclat du soleil. Ainsi, la lumière émise par cet astre devrait empêcher que la nuit soit noire. Mais ce n’est pas le cas. Pourquoi ? (Fig.10)

    Fig.10

    Avicenne, jugeant les hypothèses de ses confrères peu fiables, tâcha de résoudre ce problème en s’appuyant sur la théorie de la vision. Il explique en effet que l’éther n’est ni lumineux, ni sombre parce qu’il n’est pas soumis à la génération et à la corruption et ne possède aucune des quatre qualités propres aux quatre éléments du monde sublunaire. En effet, ce qui rend le jour lumineux et la nuit obscure n’est pas le soleil lui-même, mais le milieu diaphane (transparent) comme l’air ou l’eau. Ce qui explique pourquoi la couleur du ciel est une illusion inexistante. Le ciel (l’éther) n’est ni blanc ni noir ; c’est l’air qui prend ces couleurs, l’éther étant absolument transparent. C’est la raison pour laquelle on peut distinguer, la nuit, les étoiles brillant dans la profondeur du ciel au travers des sept sphères des planètes, lesquelles ne sont pas constituées de cristal mais d’un éther parfaitement pur et incorruptible.

    Durant le jour, l’air est éclairé par le soleil et perd sa transparence du fait de sa propre épaisseur et aussi à cause des poussières et des vapeurs qu’il contient. L’air a une telle brillance qu’elle empêche de distinguer la lumière faible des étoiles. Selon les lois de l’optique, le Soleil, malgré sa masse nettement supérieure à celle de la Terre, parait plus petit. Cela est dû à la très grande distance existant entre la Terre et le Soleil. (Fig.11)

    Fig.11

     

    On peut donc considérer que ce dernier occupe une dimension négligeable lorsque son rayonnement atteint l’atmosphère terrestre.

     

    IV- Traduction française du Traité :

    Au nom de Dieu clément et miséricordieux

    Traité sur la raison pour laquelle les étoiles sont visibles la nuit et invisibles le jour, écrit par Avicenne.

    Le sultan avait réfléchi à notre idée à propos de la raison pour laquelle les étoiles sont visibles la nuit et invisibles le jour. Il avait en fait entendu que c’est le soleil qui cachait la lumière des étoiles lors de l’apparition de sa lumière (celle du soleil) conformément à l’intensité de cette dernière. Car les étoiles éteignent leurs lumières le jour et ne vont pas dans la profondeur du ciel comme le disent les gens incapables de faire des conclusions. Et il dit : Comment est-ce possible que les rayons du soleil manquent sur la moitié du ciel, si la terre qui les cache se trouve entre les deux (entre le soleil et le ciel). Et on dit qu’elle n’est pas capable de le faire si elle a la taille du soleil. Et même si la terre avait la taille du soleil, elle ne cacherait pas la lumière de la moitié du ciel. Elle ne cacherait que la partie correspondant à la taille du soleil, et pas plus. Mais on dit que le soleil est beaucoup plus grand que la terre, selon quoi la partie cachée du ciel est beaucoup plus petite que le soleil. (Ensuite, il est précisé que ce problème n’a pas été vraiment étudié jusque là et il continue :) Afin de résoudre ce problème, il faut établir certains principes. Un de ces principes est le fait que l’air, connu comme un grand espace vide, est un corps léger, transparent, à travers lequel passe le regard. Cet espace ne brille pas et n’est pas sombre comme le pensent ceux qui n’ont pas saisi les théories sur ce grand espace, sur l’air plus exactement, et qui croient qu’il s’illumine grâce au soleil ou aux lampes et s’éteint quand ces derniers disparaissent. Ce ne sont que les murs et les corps denses qui brillent quand les rayons ou les lumières tombent sur eux. Une preuve certaine de cela est le fait que dans la nuit noire, en traversant le milieu considéré comme obscur, le regard des gens arrive jusqu’aux étoiles et les voit ; par contre, il ne voit pas les corps qui se trouvent à proximité immédiate. Cela s’explique par le fait, que le regard voit uniquement les corps sur lesquels se trouve la lumière, soit parce qu’ils brillent eux-mêmes, comme le soleil, soit parce qu’ils reçoivent la lumière des autres corps, comme la lune, les murs, les montagnes, la terre, etc. Le regard passe vers ces objets aussi bien la nuit que le jour, mais il ne les voit pas. La nuit, on voit un feu allumé à la distance d’une farsakh (environ 6000 m), tandis qu’on ne voit pas le dos de sa main. Conformément à cela, le regard atteint les corps manifestement brillants et avance à l’intérieur du corps transparent, comme à l’intérieur de l’espace, aussi bien la nuit, que le jour. C’est un principe scientifique absolument sûr, sur lequel les théoriciens ne reviennent plus (c’est à dire généralement reconnu). Le corps transparent situé entre le corps brillant et les yeux est rempli de la lumière, mais ne brille pas lui-même. Dans un corps qui brille lui-même, le regard n’avance pas vers un corps. (Cela n’est pas valable pour le feu, comme nous le savons.)

    Il y a aussi les corps qui contiennent des éléments transparents et non-transparents. Ce sont à la fois les corps qui sont composés d’un corps transparent, comme l’air, et d’un corps non-transparent (dense), qui capture la lumière, comme la terre. Ce sont par exemple le quartz, l’hyacinthe et le verre qui sont visibles grâce au corps non-transparent qu’ils contiennent.

    Ici appartiennent également de tels éléments comme l’eau qui se trouve au milieu entre le transparent et le non-transparent. L’eau est visible et le regard la traverse vers ce qui se trouve derrière elle. Mais cet avancement ne se produit pas de la même façon que dans l’air qui est l’espace. On rencontre les mêmes phénomènes, quand, l’air réellement existant, n’est pas absolument pur, mais quand il contient des morceaux de terre ou d’eau et cela suite à l’élévation de vapeurs, de fumées et de poussières qui se mélangent avec l’air. Parfois on les voit se multiplier dans l’air, de façon que ce dernier devient trouble et le regard ne peut plus passer à travers, comme par exemple le jour de la résurrection, le brouillard ou le vent qui fait monter la poussière. Mais cela ne se produit pas toujours.

    Cela concerne également le ciel qui, comme l’air, est un corps transparent ; il ne prend pas la lumière quand elle lui tombe dessus ; il ne brille pas et n’est pas sombre. Ce que le regard prend pour une couleur du ciel est une chose imaginaire, irréaliste. (Il est habituel que lors de l’avancement du regard se dirigeant dans un espace vers un objectif éloigné, le lieu sur lequel le regard tombe est affaibli.) Cela vient sans doute du fait, que l’on voit des étoiles fixes derrière les 7 cieux conformément à ce que l’on sait de la densité (shakhâna) de chaque ciel. Si les cieux étaient des corps non-transparents, on ne verrait pas d’étoiles derrière eux. On ne les voit pas non plus derrière un mur fin. Si entre vos yeux et les étoiles se trouve un quartz pur, qui est transparent malgré sa densité d’un bouclier (de terre dure), vos yeux ne les voient pas. Comment est-il alors possible, qu’un corps si dur n’a pas la plus grande transparence ? Il est sûr que le corps transparent ne brille pas et n’est pas sombre. Il forme un maillon intermédiaire entre l’œil et le corps brillant que l’on regarde. Ainsi, les principes sont établis.

    Nous disons que les étoiles sont sombres le jour uniquement parce que nos regards sont occupés par la lumière du soleil qui tombe sur la terre, sur les murs et l’espace reluisant qui devient visible à cause de la poussière et de la vapeur qui le troublent, mais aussi parce que le ciel brille le jour et devient sombre la nuit.

    La remarque que le ciel devrait être illuminé par le soleil de la même façon le jour et la nuit, si jamais il prenait la lumière, est une objection incontestable. On ne peut qu’en déduire alors, que cette lumière devient visible grâce aux corps terrestres denses. Et si l’espace qui nous entoure ne prenait pas de lumière à cause de son caractère trouble, celui d’entre nous qui lèverait sa tête vers le ciel étant dans un désert ou au sommet d’une montagne et ne voyant pas en même temps la terre, les murs ou une autre montagne, pourrait penser qu’il verrait nécessairement les étoiles, car son regard n’est pas préoccupé par une lumière plus proche. Mais ce n’est pas le cas. Il ne pense pas à ce que l’espace est lumineux parce qu’il est composé des éléments denses et légers. Nous pensons que la lumière provient de ces composants denses, même s’ils ne sont pas nombreux. Le regard avance à l’intérieur de lui grâce aux éléments légers qui sont plus nombreux. Le phénomène qu’on voit les étoiles la nuit ne repose sans doute pas sur le fait que le soleil est assombri par le ciel, mais sur le fait qu’il est assombri par ce qui est illuminé par lui-même et se trouve à notre proximité. C’est tout à fait pareil quand une personne reste assise la nuit entourée de lampes et de lumières. Dans ce cas-là, tout ce qui entoure cette personne sera illuminé comme par le soleil (même si beaucoup moins intensivement) et ces lumières l’empêcheront de voir les étoiles. Il est sûr que le ciel n’est pas illuminé par ces lampes. Si c’était le cas, aucune personne ne pourrait voir les étoiles à ce moment-là. Cela est également confirmé par un fait connu par les astronomes, qui consiste notamment en ce que quand il fait nuit chez nous et on voit les étoiles, chez les autres il fait jour et ils ne voient pas d’étoiles ; le soleil, se couchant chez nous, se lève tout juste chez les autres. C’est la raison principale pour laquelle la cause indispensable et fondamentale de ce phénomène ne doit pas être liée au ciel en tant que tel en particulier, mais au coucher du soleil dans la région concernée. C’est ça la réponse à notre question.

    Ainsi se termine la dissertation sur la raison du pourquoi les étoiles sont visibles la nuit et invisibles le jour d‘Avicenne.

     

    V- L’établissement du texte arabe :

    Note l’établissement du texte :

     

    Le texte critique du traité d’Avicenne a été établi à partir de deux manuscrits de Mashhad (Manuscrit n°12297, Manuscrit n.12124/9 et un manuscrit de Berlin n°4832)

     

    رسالة في رؤية الكواكب في الليل لا في النهار للشيخ ابي علي سينا

    بسم الله الرحمن الرحيم

    و بعد حمد الله و الثناء عليه كما هو أهله و مستحقه ، فإنَّ السلطان الذي به جمع الله تعالی فيه ما تفرّق في عظماء الملوك و مذكور بهم من شرف النفس و علو الهمة و رصانة العقل و إصالة الرأي و توقّد الفطنة و اخلاق الشجاعة و الكرم و العدل و العفة و القيام بواجبات الدين و المُلك، فوّقه بذلك للفوز بالسعادة العظمی في الأولی و الآخری، كان بلطافة فكره و ثقافة ذهنه تفكّر فكراً حكمياً في سبب ظهور الكواكب ليلاً و خفائها نهاراً و كان قد سمع ذلك أن الشمس بظهور نورها [ نهاراً علی انوار الكواكب فلا تری و إذا غابت ليلاً لغيبة نورها ] ‌ الذي كان انوارها تخفی بقياسه لأن الكواكب تنمحي انوارها نهاراً و لا تدخل إلی عمق السمآء كما يتوهمه ضعفآء الرأي [ نهاراً علی انوار الكواكب فلا تری و إذا غابت ليلاً لغيبة نورها ] ، فقد قيل فيها إنّها لا يبلغ قدرها أن تكون بقدر الشمس و حتی لو كانت الأرض بقدر الشمس لما حجبت النور عن نصف الفلك و إنما كانت محتجبة عما قدره قدر الشمس لا أزيد من ذلك فأما و هي علی ما يقال أكبر من الأرض أضعافاً كثيراً فكيف يكون كذلك يستتر من الفلك ما قدره أصغر من [قدر الارض التي أصغر من] الشمس بكثير و كان هذا سؤالاً عظيماً لا يهتدي إليه أكثر المتشاغلين [بالعلوم و لا انتهی الينا ان أحداً سأل عنه و اعترض به الی وقت سماعه المتعلمين] بالعلم إنما يقتصرون فيه علی ذلك السؤال و لم يكن فيهم من أهتدی فيه إلی هذا السوآل العظيم.

    الجواب عن ذلك يحتاج إلی تقرير أصول منها ان الهوآء المعروف بالفضآء هو جسم شفاف [ وكل شفاف] ينفذ البصر فيه لا يضيء و لا يظلم كما يظن من لا يحسن النظر في العلوم وإن هذا الفضآء الذي هو الهوآء يضيء بالشمس أو بالمصباح و يظلم بعدم ذلك و إنما يضيء الجدران و الاجرام الكثيفة بوقوع الشعاعات و الأنوار عليها و برهانه واضح من ان الانسان في الليل المدلهم ينفذ بصره في هذا الفضآء الذي يعتقده مظلماً إلی الكواكب فيراها و هو لا يشاهد أقرب الاجسام اليه و إنما ذلك لأن البصر إنما يری من الاجسام ما عليه نوراًً، إما من ذاته كالشمس و إما من غيره كالقمر و الجدران و الجبال و الأراضي و نحوها و ينفذ البصر إليه في الجسم الشفاف كالهوآء و ذلك في الليل كما هو في النهار، الا تری انه لو كان في الليل المدلهم نار مضيئة بُعدها مثل فرسخ لرأيتها من مقامك الذي لا تری فيه كفك ، فذلك دليل واضح علی أن البصر إنما يدرك ما عليه من الأجسام نور و ينفذ في الجسم الشفاف كهذا الفضآء ليلاًً كما ينفذ نهاراً و هذا أصل محقق مستوفی في العلوم لا مراجعة لأهل النظر فيه، فالجسم الشفاف سينير بين المنيرات و الابصار و ليس منيراً بذاته و الجسم المنير بذاته ولا ينفذ البصر فيه إلی غيره و الجسم الذي فيه كثافة و لاشفاف ، اما من المركبات من اجسام شفافة كالهوآء و كثيفة قابلة للضياء كالأرض مثل البلور و الياقوت و الزجاج أي بما فيه من الجسم الشفاف و إما من البسائط فكالمآء الذي هو في حدود توسط من كثافة و اشفاف فانه مرئي و وسيطه أيضاً ينفد البصر فيه إلی ما وراءه و إن لم يكن كنفوذه في الهوآء الذي هو[ الفضآء و منها ان هذا الفضآء الذي هو] الهوآء الموجود ليس خالصاً صرفاً بل يخالطه ارضيه و مائية بما يتصعد اليه من بخار و دخان و غبار كما يری ذلك يزيد فيه ماده فيتكدر حتی لا ينفذ البصر فيه كما يكون في يوم الغمم و الضباب و الريح المثيرة للغبار و لا يكون في وقت من الاوقات [خالصاً صافياً لا خلط فيه فذلك ليس بخالص الاشفاف في وقت من الاوقات ] و منها ان السمآء أيضاً جسم شفاف كالهوآء لا لون لها و لا تقبل الانوارالا باشراقها عليها فلا يضيء و لا يظلم و اما ما يتخيل للبصر فيها من لون فانما هو أمر خيالي لا حقيقة له يكون لامعان البصر متمادياً في مسافته إلی حد من البعد يضعف موقع البصر عنده و ذلك واضح من ان الكواكب الغائرة تری من وراء سبع سموات علی ما هو معلوم من ثخانة كل سمآء منه ولو لم يكن السمآء جسماً شفافاً لم تر هذه الكواكب من ورائها و هي لا يری من ورآء جدار رقيق و لو حجب بصرك عنها جسم من البلور الصافي الذي هو شفاف في ثخانة الترس لما ابصرتها فكيف ما هو بهذا القدر من الثخانة فكيف لا يكون في غاية الاشفاف و قد صحّ ان الشفاف لا يضيء و لا يظلم و انما هو واسطة بين البصر و بين المرئي المنير و إذا تقررمن هذه الاصول فنقول ان الكواكب إنما تخفی نهاراً لاشتغال ابصارنا بنور الشمس الواقع علی الارض و الجدران و الفضآء الكدر الذي يلينا لما يكدره من الغبار و الدخان لا لاستضائة السمآء نهاراً و لا لظلمتها ليلاً فان الاعتراض بان حالها ليلاً و نهاراً مع وجوب اضاءتها عن الشمس لو كانت تقبل السمآء حال واحدة اعتراض لا رد له فبقی ان يكون ذلك الاضائة مايلينا من الاجسام الكثيفة الارضية فقط ولولا ان الفضاء الذي عندنا بكدورته يقبل الضياء لقد كان الواحد منا اذا رفع رأسه إلی السمآء في صحرآء أو علی رأس جبل لا يری معه ارضاً و لا جداراً و لا جبالاً غيره لكان يجب ان يری الكواكب لا محالة لان بصره غير مشغول يمر قريب و لكن الامر ليس كذلك لا ينظر في فضآء مضي لانه مركب من كثيف و لطيف فتقبل الضيآء بما فيه من خلط كثيف و ان كان قليلاً و ينفذ فيه البصر لما فيه من الغالب اللطيف فليس رؤية الكواكب ليلاً لاستنار الشمس عن السمآء و الا لبطل بهذا الاعتراض لا محالة بل لاستنارها عما كان يضيء بها مما لدينا و هو أقرب الينا و كذلك لوجلس الانسان في الليل بين مصابيح و مشاعل يضيء بها ما حوله اضاءة مقارنة لاضاءة الشمس بل أقل منها كثيراً لقد كان يقصر عن ابصار الكواكب [بقدر ما عنده من تلك الاضاءة وهو يتحقق ان السمآء لا يضيء بتلك المشاعل و الا يقصر كل الناس عن ابصار الكواكب] في ذلك الوقت مثل قصوره و يتضح ذلك ايضاً بما هو معلوم من علوم الهيئة من ان ليلنا الذي يبصر فيه الكواكب، نهار قوم آخرين لا يرون فيه كوكباً لانَّ الشمس في وقت غروبها عنا، تكون طالعه علی آخرين فذلك دليل قاطع علی ان السبب المانع و الموجب ليس يختص بالسمآء و انما يختص بما نعرف عنه الشمس من الاقاليم فهذا جواب السؤال و كشف الاشكال عن تمامه [ عمن هو مقصّر عن امثاله و اضاء قلبه و انطق لسانه انوار سعادة السائل و حسن التوفيق و التأييد و بالله العون و الاستعانة].

    تمت الرسالة الحمد لوليه


    Visites: 271

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message

    Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.