N° 175, printemps 2021

Le Coran timouride, le plus beau livre du monde


Arash Khalili


Photos : Le Coran timouride

Le 25 juin 2020, la société internationale Christie’s basée à Londres a organisé une vente aux enchères consacrée à l’art des mondes islamique et indien des XVe et XVIe siècles. Christie’s a présenté 226 pièces venues des pays musulmans et de l’Inde, dont 132 ont été vendues. La vente a eu lieu en ligne et contrairement à beaucoup d’autres événements qui subissent une baisse en raison des conséquences de la pandémie de Covid-19, cette vente de Christie’s a été un succès avec un montant total de plus de 18,85 millions de dollars, notamment grâce aux œuvres iraniennes qui y ont été présentées. En effet, deux tiers des pièces vendues venaient d’Iran (66 pièces), y compris des manuscrits coraniques, des miniatures, des calligraphies, des poteries et des tapis pour un montant total de plus de 14 millions de dollars. Ce chiffre a été un nouveau record pour des œuvres iraniennes pendant une vente aux enchères internationale.

La pièce maîtresse de la vente aux enchères de Christie’s en juin 2020 était un manuscrit coranique du XVe siècle. Appelé le « Coran timouride » (et parfois « le Coran Aq Qoyunlu »), il a représenté à lui seul la moitié de la vente totale de Christie’s. Estimé au départ de 847 000 à 1 270 000 dollars, ce chef-d’œuvre exceptionnel a été vendu à plus de 9,9 millions de dollars. Le « Coran timouride » est devenu ainsi le manuscrit coranique le plus cher du monde.

Le Coran timouride

Le manuscrit du « Coran timouride », également connu sous le nom de manuscrit du « Coran Aq Quyunlu », est un manuscrit coranique timouride du XVe siècle calligraphié et enluminé à l’époque de l’Empire timouride (1370-1507), quelque part en Iran ou en Afghanistan, sur un papier chinois produit sous la dynastie Ming (1368-1644).

Le manuscrit se compose de 534 feuillets, de 22,6×15,5 cm, en grande partie constitué de papier teint et moucheté d’or fabriqué en Chine sous la dynastie Ming. Les études menées par des experts prouvent que l’encre de Chine utilisée pour la calligraphie du texte coranique a été également fabriquée en Chine. Cette encre noire est infusée de blanc de plomb. Ainsi, le noir a été nuancé avec un pigment synthétique blanc opaque (carbonate de plomb basique) utilisé depuis l’Antiquité pour produire des peintures. Malgré sa toxicité connue à l’époque, ce pigment était cependant réputé être le meilleur pigment blanc.

Le papier chinois du manuscrit du « Coran timouride » est un papier exceptionnel selon les experts, qui le décrivent comme un chef-d’œuvre artistique en raison de sa formulation, de sa méthode de fabrication, et de sa texture douce et soyeuse. Ce papier est de diverses couleurs rose, violet, crème, orange, bleu et turquoise, avec quelques pages contenant des représentations de paysages, de flore et d’oiseaux.

Dans ce manuscrit coranique, la calligraphie et les enluminures sont des chefs-d’œuvre de l’art iranien. Les artistes sont malheureusement anonymes. L’arabe est écrit en utilisant le style naskh, tandis que le script thuluth est utilisé pour les titres des 114 sourates (chapitres) et des 30 juz’ (division quantitative du texte coranique).

Il est à noter que la vente du manuscrit du « Coran timouride » a été condamnée par plusieurs universitaires à travers le monde, qui ont soutenu que cette vente sapait sa valeur historique, culturelle, artistique et spirituelle.

Le manuscrit du « Coran timouride » est un chef-d’œuvre rare et époustouflant. Cet exquis manuscrit du XVe siècle qui a peu de pairs connus se distingue de tout autre manuscrit historique du Coran par ses lignes délicates et de calligraphie en arabe sur des feuilles de papier chinois teint et moucheté d’or. Probablement créé à la cour d’un prince timouride dans un pays qui est maintenant l’Iran ou l’Afghanistan, ce Coran invite à travers les siècles à raconter la riche histoire des échanges culturels entre le monde persan et la Chine.

Les propriétés esthétiques du manuscrit sont d’une beauté merveilleuse et d’une qualité éblouissante. Chacun de ses 534 feuillets est teint dans de riches couleurs : bleu profond, turquoise, rose, violet, orange, vert et crème - la variété kaléidoscopique destinée à la fois à honorer Dieu dans toute sa variété infinie et à susciter une expérience esthétique spécifique chez l’adorateur. Le papier lui-même a été fabriqué selon un processus peu connu, ayant pour résultat une texture soyeuse et souple qui participe à cette expérience unique de la tenue du Coran. Chaque page est en outre ornée d’or, avec beaucoup d’images d’arbres et de fleurs dans le style sinueux de la peinture chinoise de la période Ming.

D’une beauté surprenante et captivante, le manuscrit timouride est recouvert d’une reliure estampée et dorée datant de l’époque de la dynastie des Safavides (1501-1736). Sur chaque page, le texte calligraphié se trouve dans un cadre doré et la marge est enluminée et décorée de médaillons.

 


Visites: 303

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.