La Revue de Téhéran | Iran

Mensuel culturel iranien en langue française

Accueil > ... > Forum 18159

La philosophie de la création dans l’œuvre de Mozart
(en opposition avec la dialectique hégélienne)

11 septembre 2011, 22:07, par monsif ouadai saleh

J’ai lu ton commentaire cher monsieur ainamachroul avec indulgence souriante pour son apport essentiellement anti-pensée qui l’anime depuis le seuil de ta réflexion. Depuis ce seuil qui reste un seuil, tu écris le contraire de l’esprit le plus primaire : tu fausses l’intuition réflexive par l’intuition identificatoire. Je n’écris pas pour être un Ricoeur. Tu fausses l’esprit de ta référence en imposant à Montaigne l’altérité gratuite de l’admiration : tu sais sans doute que un vrai écrivain est le livre de sa subjectivité. Et le dépassement qu’opère la création réside d’abord dans le dépassement de la subjectivité. Ce qui veut dire que le texte ne dit pas plus Hegel ni Mozart autant qu’il me dit dans une relation plus introspective que projective. Je ne me réfère pas à la réduction abusive de la référence comme je me réfère à l’irréductibilité de l’acte de penser avec la non-condition des écluses et des aliénations. j’aurais aimé lire dans ton commentaire une boutade qui te libère de l’idolâtrie. J’aurais aimé lire aussi une critique qui ouvre à mon texte des horizons d’aspiration, de transcendance, ou pourquoi pas de conversion puisque mon écriture t’a poussé à une prise de position. Mon texte n’a pas d’argument plus authentique et plus péremptoire que ce que tu lui refuses contre la tendance matricielle de la création, à savoir, sa spontanéité, son élan, son élévation, son numen... Tu ne peux pas critiquer mon texte sans porter atteinte à l’essence même de la création. Et si tu veux argumenter contre ce texte, je te montre le chemin : détruire son autopostulation. Je n’ai pas cherché à montrer la supériorité de Mozart, mais la supériorité de l’être de Mozart. Mozart est un élan de l’être qui ne se réduit pas exclusivement à l’autorité du concept. L’être est plus grand que le concept... Il y a beaucoup de choses à ajouter, mais je trouve que ce qui est insignifiant répulse plus que ce qui est vaine
...

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.