N° 132, novembre 2016

Les attractions touristiques de la province du Khorâssân du Sud


Hamideh Haghighatmanesh


La source de Mortezâ-Ali

La province du Khorâssân-e Djonoubi ou Khorâssân du Sud, qui s’étend sur une superficie d’environ 151 193 km², est la province la plus à l’est du pays. Son climat est sec et désertique. Les monuments historiques et objets datant des périodes parthe et sassanide retrouvés dans la région attestent de l’ancienneté de sa culture et de sa civilisation. Les études archéologiques réalisées à Birjand, capitale de la province, ont confirmé l’installation ancienne de diverses ethnies dans cette ville. Parmi les œuvres les plus remarquables restées de l’Antiquité, on peut faire allusion au pétroglyphe Lâkh-Mazâr dont l’ancienneté remonte à plusieurs milliers d’années. Birjand, qui comporte un grand nombre d’attractions touristiques, est une ville au cœur du désert. C’est pour cette raison qu’elle est surnommée « joyau (negin) du désert de l’Iran ». Etant donné sa position unique au centre du désert, elle constitue aussi un point de chute adéquat pour les touristes intéressés par des excursions dans le désert.

Pétroglyphe Lâkh-Mazâr

Les attractions naturelles de la province

 

La province du Khorâssân-e Jonoubi concentre un nombre important d’attractions naturelles, avec près de 35 lieux enregistrés au Patrimoine des sites naturels exceptionnels du pays. En font partie trois arbres très anciens, de beaux villages à la nature préservée, des zones protégées, des grottes, des montagnes et vallées, ou encore des fontaines et cascades. Nous en présentons ici quelques-unes.

 

La source de Mortezâ-Ali : Située à 27 km de la ville de Tabas, cette source aux propriétés thérapeutiques contient à la fois de l’eau froide et chaude, et est massivement visitée par les touristes. Pour l’atteindre, il faut entrer dans une vallée et parcourir à pied une distance d’environ 5 km, parfois dans quelques centimètres d’eau.

La zone humide (tâlâb) Kaji de Nehbandân

La zone humide (tâlâb) Kaji de Nehbandân : Avec une étendue de 22 000 hectares, cette zone humide, située à 75 km de la ville de Nehbandân, a été préservée malgré la sécheresse ayant récemment touché Nehbandân. Ce lieu a été transformé en une zone protégée pour les oiseaux aquatiques et accueille tous les ans près de 5000 oiseaux migrateurs, dont des espèces rares.

La grotte de Chenesht

La grotte de Chenesht : Située à 60 km au sud-est de Birjand, cette grotte contient des traces de vie humaine, notamment des pièces de poterie et des ossements humains datant de plus de 3000 ans. L’origine de cette présence humaine reste un mystère, l’explication la plus plausible étant que ce lieu aurait servi de refuge à un peuple contraint d’émigrer.

La source d’eau chaude de Ferdows : Cette source est située à environ 20 km au nord-est de la ville de Ferdows. Elle constitue un haut lieu du tourisme médical de la région du fait de ses propriétés médicales et thérapeutiques.

La zone protégée de Darmiân : S’étendant sur une superficie de 80 000 hectares, cette zone est située à 68 km de Birjand et à 25 km au nord de la ville de Sarbisheh. Diverses espèces de mammifères, d’oiseaux et de plantes y vivent, au sein d’un environnement varié composé de monts, collines, cascades et rivières.

La zone protégée de Shâskouh

La zone protégée de Shâskouh : Avec une superficie de 7140 hectares, cette zone comprend de nombreux hauts rochers, collines, montagnes, et sources, ainsi qu’une importante variété de faune et de flore.

Le village de Nâyband : Surnommé la "Massouleh du désert", ce village situé à 225 km au sud de la ville de Tabas a une structure qui évoque celle du village de Massouleh situé au nord de l’Iran, car le toit d’une maison sert de cour à la maison située au-dessus. Une montagne de 3009 mètres située à proximité, la présence de palmiers et d’orangers, et une forteresse tricentenaire confèrent une ambiance unique à ce lieu.

La zone protégée de Darmiân
Le village de Nâyband

La région touristique de Mas’abi-Karimou : Cette région comprend plusieurs villages situés à 30 km de la ville de Sarayân. Dotée d’un climat très doux et agréable au printemps, en été et au début de l’automne, elle comprend de nombreuses sources qui attirent les touristes. Les mausolées des deux Imâmzâdeh Mosayab et Soltân Karim Shâh font partie des attractions religieuses de ces villages.

Le village de Bidesgân : Le village historique de Bidesgân, situé à 29 km à l’est de la ville de Ferdows, se trouve dans une région montagneuse comprenant de vastes vallées couvertes de jardins fruitiers et des sites historiques incluant une forteresse, des maisons traditionnelles, des barrages de terre, etc.

 

La région touristique de Mas’abi-Karimou

Les attractions historiques de la province

 

La province du Khorassân du Sud est également dotée d’un riche patrimoine historique. La présence d’épigraphies et de nombreuses forteresses atteste de l’ancienneté historique de cette région. Citons notamment l’inscription épigraphique de Kal-Jangal à Birjand, sa capitale, les traces antiques de vie humaine dans la grotte de Khonik, ou encore les découvertes archéologiques sous la mosquée de Ghâen démontrant l’importance de ce monument à l’époque seldjoukide. Evoquons aussi la forteresse de la ville de Nehbandân dont l’histoire remonte à l’époque préislamique, la ville de Sarbisheh et ses villages historiques, la ville de Boshrouyeh et celle de Sarayân, ainsi que de nombreuses villes de la province ayant leurs propres mosquées, mausolées, forteresses, réservoirs d’eau, hammâms, musées et autres monuments de diverses périodes historiques dans la province, de l’antiquité à l’époque qâdjâre.

Le mausolée de Hossein ibn Moussâ al-Kâzem, Tabas

Le mausolée de Hossein ibn Moussâ al-Kâzem : Situé dans la ville de Tabas, ce lieu sacré est le mausolée du frère de l’Imâm Rezâ, huitième Imâm des chiites. Il accueille tout au long de l’année des milliers de pèlerins.

La mosquée Djâme’ de Ghâen : Cette mosquée a été construite en 796 de l’Hégire lunaire. Ses peintures, ses ornements de brique ainsi que son iwan sont particulièrement remarquables.

Le mausolée de Bouzarjomehr : Ce monument est le mausolée de l’un des célèbres mystiques et poètes du pays. Il est situé à 5 km au sud de Ghâen, au pied de la montagne Abouzar. Les ornements en stuc situés sous le dôme constituent l’une des plus belles parties du monument. A côté, se trouve également un vieil arbre âgé de plus de 700 ans.

La mosquée Djâme’ de Ghâen

La forteresse de Birjand : Située en haut d’une colline, cette forteresse dotée de quatre tours rondes et de deux portes d’entrée occupe une superficie d’environ 2500 m2. Selon les recherches archéologiques, elle a été construite à l’époque safavide et rénovée sous les Qâdjârs. Son but principal était de protéger les habitants locaux des attaques ennemies, particulièrement turkmènes et ouzbèkes.

Le mausolée de Bouzarjomehr

Kolâh-farangi : Situé à Birjand, ce complexe constitué d’un jardin et d’un bâtiment (emârat), date de l’époque qâdjâre. Avec une superficie de 677 m², l’édifice en forme de ziggurat possède six étages dont deux sont encore en état, tandis que le reste se limite à des façades.

Le barrage (band) historique de Darreh : Construit à l’époque qâdjâre, il se trouve sur le chemin d’écoulement de l’eau de la chaîne de montagnes de Baghran. Il est considéré comme étant le plus important barrage historique de Birjand avec une longueur de 31 m, une largeur de 3 à 5 m, et une hauteur d’environ 13 m.

Kolâh-farangi

Le jardin et bâtiment (emârat) de Rahim-Abâd : Datant de l’époque qâdjâre et situé à Birjand, ce complexe historique est constitué d’un jardin, d’un bâtiment principal comprenant une remarquable salle des miroirs, et des tours de garde. Il se distingue par ses caractéristiques architecturales et ornementales originales.

Le bâtiment et le jardin d’Akbarieh : Ce monument historique de Birjand date de l’époque qâdjâre et comprend deux étages. Son jardin fait partie des œuvres nationales de l’Iran et est enregistré au patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce complexe historique est constitué de diverses parties comme le bâtiment principal doté d’un dôme et d’une chambre des miroirs, un jardin, une étable, etc. Il y existe également un musée d’anthropologie.

Le jardin et bâtiment (emârat) de Rahim-Abâd
Le bâtiment et le jardin d’Akbarieh

La forteresse de Fourg : Cette forteresse est l’une des plus belles de la région. Située à 110 km à l’est de Birjand, dans le village de Fourg, elle fut l’un des sièges les plus importants de la présence des Ismaéliens, après la forteresse d’Alamout.

L’école Shokatieh : Ce monument historique de Birjand a été construit en 1906 dans le style de l’architecture désertique de l’Iran, avec une vaste cour centrale. Il est constitué des éléments traditionnels de l’architecture iranienne comprenant entrée, hashti, iwan, chambres autour de la cour, hammam, etc. Sur le plan ornemental, ce monument est doté de muqarnas, de belles ornementations en stuc et en brique.

La forteresse de Fourg

La maison de Mostofi : Située dans la ville de Boshrouyeh, cette maison date du début de l’époque qâdjâre. Elle est dotée d’iwans splendides, de trois tours du vent (bâdgir), et d’ornements en stuc.

Le caravansérail et le réservoir d’eau de Sarayân : Ce monument historique date de l’époque safavide. Il comprend notamment deux iwans, une étable, de nombreuses chambres (hojreh) disposées autour de la cour centrale du caravansérail, etc. Ce caravansérail est aussi nommé Robat-e Shâh Abbâsi. Situé à proximité d’un réservoir d’eau, d’une mosquée, d’un hammam et d’un bazar, l’ensemble constituait auparavant un complexe urbain.

Le complexe historique de Koushk : Constitué d’une mosquée, d’un hammam, et d’un réservoir d’eau, ce complexe est situé à proximité de la ville de Ferdows. La mosquée de Koushk est la plus ancienne de la province, et son architecture remonte aux premiers siècles de l’islam. Il semble aussi que cette mosquée ait été un temple du feu avant l’arrivée de l’islam. Le hammam de Koushk appartient à l’époque des Timourides.

La maison de Mostofi

Le jardin de Golshan : Datant de l’époque zend-qâdjâre (XVIIIe) et situé à Tabas, c’est l’un des plus beaux jardins de l’Iran. Il fut construit par l’un des Khâns nommé par Nâder Shâh Afshâr au gouvernement de Tabas. Bien qu’il soit situé entre deux déserts de l’Iran, à savoir Dasht-e Kavir et Dasht-e Lout, la présence et la qualité miraculeuse de l’eau de cette région ont permis la présence de cascades, de bassins d’eau naturels, ainsi que de verdoyantes prairies. Ce jardin est l’une des plus intéressantes attractions de la province, à visiter de préférence au printemps.

L’école Shokatieh

 

A cette liste, nous pouvons également ajouter la mosquée Djâme’ de Toun (Ferdows actuel), remontant à l’époque seldjoukide, la mosquée Djâme d’Afin, datant de la période timouride (XIVe siècle) et située dans le village Afin de Zirkouk, la citadelle (arg) historique de Bahârestân, à Birjand, datant de l’époque afshâre, le jardin Manzarieh ou le consulat de l’Angleterre remontant à l’époque qâdjâre et situé à Birjand, la mosquée d’Hendevâlân qui est l’un des plus beaux monuments historiques et religieux de Birjand, le village d’Hendevâlân construit au XIVe siècle, le monument historique de Khâjeh Khezr à Birjand datant de l’époque qâdjâre, la citadelle de Haji-Abâd à Birjand qui remonte à la période qâdjâre, le barrage d’Amir-Shâh, construit sur le passage d’une rivière saisonnière, l’école (madreseh) Elmieh Olyâ datant de l’époque safavide et située dans la ville de Ferdows, et tant d’autres lieux restant à découvrir.


Visites: 765

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.