N° 25, décembre 2007


  • Téhéran et son métro

    Sarah Mirdâmâdi N° 25, décembre 2007

    La croissance urbaine, l’accroissement considérable du parc automobile et l’augmentation de la pollution qu’ils ont engendré ont fait de la mise en place d’un réseau de transport public étendu et fiable à Téhéran une véritable priorité gouvernementale afin de répondre aux problèmes croissants posés par le trafic et les questions de santé publique qui lui sont liées. Dès le début des années 1970, la construction d’un métro sur le modèle de ceux existant au sein des grandes capitales européennes fut également (...)


  • Téhéran et le phénomène des embouteillages "apocalyptiques"

    Arefeh Hedjazi N° 25, décembre 2007

    Une scène qui depuis quelques années se répète à tous les carrefours de l’immense capitale iranienne : derrière les feux rouges, les conducteurs impatients de Téhéran attendent dans un état d’esprit proche de l’hystérie le passage au vert qui leur permettra de déverser une nouvelle fois, après quelques secondes -très très longues il est vrai - le flot interminable des voitures sur les larges chaussées de cette ville dont les embouteillages monstrueux sont aussi bien connus que mal vécus par les habitants. (...)


  • L’histoire des caravansérails et des relais de poste en Iran

    Babak Ershadi N° 25, décembre 2007

    Introduction
    L’histoire des caravansérails - grandes auberges routières - remonte à des époques très lointaines : les historiens grecs citent les caravansérails de l’époque des Achéménides construits sur les routes principales de l’Empire, à intervalles plus ou moins réguliers par rapport à la distance parcourue chaque jour par une caravane de voyageurs ou de marchands.
    Le climat rude et l’aridité d’une grande partie du plateau iranien où les précipitations sont relativement faibles, impliquaient comme (...)


  • Jolfâ d’Ispahan

    Les décorations de l’architecture safavide

    Mohammad-Karim Mottaghi
    Traduit par

    Babak Ershadi N° 25, décembre 2007

    Mohammad Karim MOTTAGHI
    A l’époque des Safavides, Jolfâ était une cité rattachée à Ispahan ; de nos jours, elle est un quartier de la ville, perdant progressivement son identité d’antan et ses précieuses particularités architecturales. Le quartier est surtout menacé de destruction par la mauvaise gestion urbaine, l’offre démesurée de permis de construire et l’absence de programmes appropriés pour protéger ou restaurer les monuments historiques. Jolfâ compte aujourd’hui quinze églises, une trentaine de (...)


  • La ville de Rey et le mystère de la prison de Hâroun :
    le premier duplex au monde

    Afsaneh Pourmazaheri, Farzâneh Pourmazâheri N° 25, décembre 2007

    "Dans le monde entier, il n’y a que quatre lieux vraiment privilégiés qui sont Rey, Damas, Raqqa et Samarkand",
    Hâroun al-Rashîd, ancien calife de Bagdad.
    Les duplex demeurent aujourd’hui particulièrement prisés ; les escaliers joignant les deux étages à l’intérieur donnant à l’intérieur un style particulier tout en contribuant au confort des habitants. Pourtant, on n’a guère imaginé d’où pourrait émerger l’idée d’une telle architecture originale, ni qui pourrait en être l’inventeur. Guère besoin d’aller (...)


  • Le réchauffement climatique et ses enjeux

    Hoda Sadough N° 25, décembre 2007

    Au cours des dernières décennies, les catastrophes écologiques dues à l’accroissement sans précédent du volume des rejets atmosphériques de l’ensemble des pays du globe se sont comptées par dizaines. Les medias évoquent également de plus en plus souvent des questions liées à l’environnement, la pollution et l’écologie, dans le but de sensibiliser le public et par conséquent inciter les dirigeants à prendre de nouvelles initiatives. Si la conscience que l’on a de ces périls semble avoir progressé, beaucoup (...)


  • La grammaire de l’amour

    Rouhollah Hosseini N° 25, décembre 2007

    "Les plus désespérés sont les chants les plus beaux" Alfred de Musset
    Le train part
    Tu pars avec
    Tout l’arrêt part avec
    Comme je suis naïf
    De t’attendre encore
    Depuis des années
    Debout
    A côté de ce train parti
    De m’appuyer encore
    Aux grilles de cet arrêt parti !
    Comme de coutume, toi, tu pars, et moi, je reste, comme de coutume, les yeux fixés sur un chemin, qui, je le sais, ne verra plus ton retour. Je reste seul avec la pluie, le vent et des nuits qui s’allongent entre deux éternités ; (...)


  • Simine Dâneshvar
    La première dame de la littérature persane moderne

    Ghâssem Taghvâyipour N° 25, décembre 2007

    Née à Chiraz en 1921 d’un père médecin et d’une mère peintre, Simine Dâneshvar a passé une enfance gaie et heureuse, glanant ses lectures dans la riche bibliothèque de son père ou au travers des récits et des chansons folkloriques de sa grand-mère.
    Son apprentissage précoce de la langue anglaise, des études primaires et secondaires dans les écoles des missionnaires anglais ainsi que ses nombreuses lectures personnelles lui permirent d’acquérir une connaissance approfondie de la littérature anglo-saxonne. (...)


  • Trésor noir

    Saïdeh Bogheiri N° 25, décembre 2007

    Le 24 novembre 1927, dans un coin de terre obscur qui allait bientôt faire don d’un trésor éclatant, s’ouvraient les yeux vigilants d’un enfant, Ahmadou Kourouma, l’un des plus importants auteurs - sinon le plus important- du continent noir, né à Togobala ou Boundiali en Côte d’Ivoire et d’origine malinké, une ethnie d’Afrique de l’ouest. Elevé par son oncle, il fit ses études primaires et secondaires à Bamako au Mali, pendant la colonisation de 1950-1954, pour ensuite partir en France où il étudia les (...)


  • Les prix littéraires, agitateurs du Quartier de Saint-Germain des Prés

    Elodie Bernard N° 25, décembre 2007

    Au cours du mois de novembre, le Quartier de Saint-Germain des Prés à Paris s’agite lors des remises des prix littéraires français. Prix Goncourt et prix Renaudot, prix Médicis et Prix Femina, prix Interallié. Les distinctions ne manquent pas à l’automne. Cette année, les prix Goncourt et Renaudot ont été décernés en premier, le lundi 5 novembre. Les lauréats du Femina et du Médicis n’ont été connus qu’une semaine plus tard, le 12. Et le lendemain, le 13, a été remis l’Interallié.
    Le Goncourt est la (...)


  • La liberté et l’Azâdegui vus par Mowlânâ

    F. L. Miremadi, S. Nafici N° 25, décembre 2007

    Il n’est pas nécessaire de s’attarder trop sur la vie de Djalâl-o-Dîn Mohammad Mawlawî de Balkh, célèbre en occident sous le nom de Rûmî, surnommé Mowlânâ (Balkh, Afghanistan, 1207- Konya, Turquie, 1273), connu dans le monde entier et beaucoup évoqué cette année du fait du 800ème anniversaire de sa naissance.
    Mais il est important de rappeler qu’il est "l’un des plus grands génies mystiques de tous les temps" et que son livre, le Mathnavî, écrit en persan durant les onze dernières années de sa vie, est "sans (...)


  • Entretien avec Bernard Hourcade (II)
    L’Iran sous la loupe d’un chercheur français

    Afsaneh Pourmazaheri, Farzâneh Pourmazâheri N° 25, décembre 2007

    Bernard Hourcade est un géographe spécialiste de l’Iran né en 1946. Il est actuellement directeur de recherche au CNRS dans l’équipe de recherche "Monde Iranien". A l’occasion de sa dernière conférence sur son nouveau projet de recherche intitulé "Nouvelles identités des banlieues de Téhéran " à l’IFRI, il a accordé un entretien à la Revue de Téhéran dont nous publions la deuxième et dernière partie dans ce numéro.
    Farzaneh POURMAZAHERI : Quel âge a Paris ?
    Bernard HOURCADE : Paris a plus de deux mille ans. (...)


  • Emâmi

    Monireh Borhani N° 25, décembre 2007

    Né dans la ville de Hérât en Afghanistan au VIIe siècle de l’hégire (XIIIe siècle), Malek-o-Sho’arâ Razï-eddîn Heravi, qui versifia sous le nom d’Emâmî, est l’un des célèbres poètes de l’époque Ilkhanide. Il vécut d’abord à Kermân où il chanta la grandeur des princes de son temps et quitta plus tard cette ville pour Yazd, où il devint l’un des chantres de Shams-e-dîn Mohammad Tâzigouï, l’un des disciples de Shams-e-dîn Mohammad Sâhebdivân. Après cela, il prit le chemin d’Ispahan, ville où il resta toute sa vie.
    Il (...)


  • Rencontre avec Jésus sur la route de la soie

    Kioumars Derambakhsh N° 25, décembre 2007

    L’auteur tient à souligner que ce texte est redevable à de nombreuses études, tout particulièrement à celle de M. Wolfran Kleiss à propos du monastère de Saint Thaddée et à celle de M. Mesrob Vardapet Ashjian à propos de l’église Vank, ainsi qu’à des articles de MM. Léon Minassian, Iradj Afshar et Esmaïl Raïn. Des remerciements plus particuliers doivent être adressés à M. Varoujan Arakelian, architecte, pour sa contribution à la rédaction de ce texte.
    L’histoire veut que les Arméniens aient été un des premiers (...)


  • Lalla Gaïa à Qom (6)

    Le luth fou (Épisode n° 7)

    Vincent Bensaali N° 25, décembre 2007

    Le matin, Lalla Gaïa est réveillée par les mouches. Ayant craint un nouveau face-à-face avec les chiens, elle a préféré passer la nuit dans le petit sanctuaire, dormant à même le sol, à deux mètres à peine de la sépulture, derrière le saint. Elle s’est allongée comme doit l’être le Seyyed, sur le côté droit, la main droite sous la tête, tournée vers le sud-ouest, vers la qibla. Les musulmans, vivants ou morts, se reposent de la même manière, imitant en cela le Prophète, et réalisant là aussi cette unité qui leur (...)


  • La troisième écriture

    Rouhollah Hosseini
    Traduit par

    Shekufeh Owlia N° 25, décembre 2007

    Sa mère lui avait dit avec fermeté : "Tu ne devrais pas faire le premier pas, c’est à lui de le faire, parce que tu es une fille toi, tu comprends ça ?" Je l’ai compris dans ses yeux baignés de larmes tandis que les sanglots lui nouaient la gorge. Un frisson violent me saisit, une sueur froide mouilla tout mon corps. J’avais froid. J’aurais tant aimé partir ! Si j’avais eu la tête baissée, je serais sans doute parti… comme le jour où on m’annonça la mort de ma mère ou le jour où on m’informa du départ de (...)


  • Pour mieux connaître l’Iran

    Au Journal de Téhéran

    N° 25, décembre 2007

    12 Azar 1316 3 Décembre 1937
    Si les routes de l’Iran étaient autrefois peu favorables au tourisme, elles forment aujourd’hui, par la volonté de sa majesté Impériale le Shâhanshâh, un vaste réseau carrossable.
    Mais est-ce à dire que le touriste voit tout ce qu’il faut connaître en Iran ?
    Il s’en faut de beaucoup.
    Nombreux sont ceux qui, venant d’Irak, ont manqué Tâgh-é Bostân, dont nous avons parlé dans un récent article ; manqué Bisotoun, manqué Kengêwar et n’ont rien reconnu de l’ancienne Ecbatane. (...)


  • Un monde aux couleurs de l’enfance

    Saïdeh Bogheiri N° 25, décembre 2007

    Pour la plupart des gens, le mot BD est un concept agréable, puisqu’il ranime le souvenir de leur enfance déjà lointaine à l’aube d’une vie.
    BD, bande dessinée, bédé, sur les territoires francophones, fumetti en Italie, historieta en Amérique latine, comics aux Etats-Unis, tebeo en Espagne, manga au Japon, manhwa en Corée, manhua en Chine, tous présentent le concept du "neuvième art" où "une histoire est racontée grâce aux images" dans des cases, placées sur une planche, accompagnées de textes écrits dans (...)


  • Le néflier & le grand paon de Nuit

    Faune et flore iraniennes

    Mortéza Johari N° 25, décembre 2007

    Le néflier
    Nom scientifique : Mespilus germanica
    Nom Persan : Azgil
    Cet arbre atteint 4 à 8 m de hauteur. L’espèce sauvage de cet arbre produit des fruits ayant parfois jusqu’à 25 mm de diamètre, mais ceux de l’espèce cultivée atteignent les 65 mm de diamètre ou plus. La floraison dure de mai à juin et les graines mûrissent en novembre. La coloration de la fleur est blanche ou rose blanche et les fleurs sont hermaphrodites c’est-à-dire qu’elles possèdent à la fois les organes mâles et les organes (...)