Afsaneh Pourmazaheri

139 articles

  • Les énergies renouvelables en Iran
    Projets, enjeux et potentiels

    Afsaneh Pourmazaheri N° 144, novembre 2017

    Bénéficiant de la quatrième plus grande réserve de pétrole et de la deuxième plus grande réserve, (en termes d’offre) de gaz naturel dans le monde, l’Iran est assurément un géant mondial dans le domaine des hydrocarbures. Néanmoins, les décideurs iraniens montrent un intérêt toujours grandissant pour les sources d’énergies renouvelables, et ce en vue d’améliorer la sécurité énergétique, de réduire la dépendance interne aux hydrocarbures, et de répondre à la croissance prévue de la demande en électricité. La (...)


  • Styles et tendances actuelles de l’architecture moderne en Iran

    Afsaneh Pourmazaheri N° 143, octobre 2017

    La transformation de l’architecture iranienne a commencé il y a environ quatre-vingts ans, au cours des années 1920. A cette époque, suite aux mutations politiques dans le pays et aux changements des conditions sociales et économiques, s’est engagée une évolution de la physionomie des villes iraniennes. En réponse aux exigences de la vie moderne, de nouveaux types de bâtiments tels que les banques, les universités et les entreprises ont émergé. Cette période de 80 ans peut être divisée en quatre (...)


  • L’histoire de la province de Kermânshâh

    Afsaneh Pourmazaheri N° 142, septembre 2017

    La province de Kermânshâh est considérée comme faisant partie du Kurdistan iranien. Elle relie la Mésopotamie au plateau iranien. Les fouilles près des inscriptions de Bisotoun situé dans la région ont permis de mettre à jour un site vieux de 35 000 ans et la preuve de l’existence passée de Néanderthaliens. D’autres vestiges archéologiques situés dans la vallée de Kangavar et remontant à 5000 av. J.-C. peuvent aujourd’hui être admirés et sont comparables, par leur importance, aux sites archéologiques du (...)


  • Le poète Saadi, une passerelle entre l’Orient et l’Occident

    Afsaneh Pourmazaheri N° 141, août 2017

    Le Golestân (la Roseraie) et le Boustân (le Verger) de Saadi de Shirâz sont deux classiques de la littérature persane lus par des millions de personnes, de l’Inde jusqu’à l’Europe. Saadi était un derviche errant qui eut l’occasion de visiter les hauts lieux scientifiques et artistiques de l’Orient au Moyen-Age. Ces voyages constituèrent pour lui autant de sources d’inspiration pour la création de chefs-d’œuvre littéraires atemporels. L’influence de Saadi sur la littérature européenne est reconnue comme (...)


  • La femme et la littérature persane
    La figure de la femme et les femmes écrivaines en Iran

    Afsaneh Pourmazaheri N° 140, juillet 2017

    Les premiers pas des femmes dans la littérature
    La littérature contemporaine iranienne se forme à partir de l’ère qâdjâre et continue son évolution jusque dans les années 1950. Cependant, le faible nombre d’écrivaines iraniennes durant cette période n’a guère permis à un véritable courant littéraire féminin d’émerger. Les contraintes sociales et familiales ne favorisaient alors pas l’épanouissement de la fibre littéraire féminine. Celles qui avaient l’ambition d’écrire évitaient de porter la main à la plume de (...)


  • Histoire de la province du
    Khorâssân (Razavi)

    Afsaneh Pourmazaheri N° 138, mai 2017

    Le Khorâssân ou Khurasan tient son nom d’origine du mot « Khowrâssân », constitué de deux lexies : « khowr » (le soleil) et « âssân » (apparaître). C’est une région historique comprenant un vaste territoire maintenant situé au nord-est de l’Iran, au sud du Turkménistan, et au nord de l’Afghanistan. La partie nord du Khorâssân comprend un prolongement de l’est des montagnes d’Alborz et une crête indépendante, le Kopet-Dag. Un grand désert de sel, Dasht-e Kavir, avec des marécages à plantes feuillues, recouvre le (...)


  • Particularités des éléments architecturaux des mosquées iraniennes

    Afsaneh Pourmazaheri N° 137, avril 2017

    Les mosquées, avec leur style et leur forme uniques, constituent l’un des symboles et lieux centraux de la culture musulmane. Dès l’arrivée de l’islam en Perse et avec la construction des premières mosquées, ces édifices ont occupé un rôle à part entière dans l’histoire à la fois sociale, religieuse, mais aussi politique du pays, tout en jouant un rôle non négligeable dans le domaine de l’éducation. La chute de la dynastie sassanide à la suite de la conquête musulmane a conduit à l’utilisation de formes (...)


  • Le tapis persan et son histoire

    Afsaneh Pourmazaheri, Somayeh Jabari N° 134, janvier 2017

    Avec deux millénaires d’histoire, le tapis demeure l’un des éléments pratiques et esthétiques importants de la culture et de l’identité persanes. La finesse de son tissage et la beauté de ses formes nous font parfois oublier ses origines rustiques. Tissé par les nomades du plateau iranien, il n’était tout d’abord utilisé que pour se protéger contre les conditions rudes. Grâce à ses motifs et aux matières utilisées pour sa fabrication, il est devenu ensuite un instrument d’affirmation esthétique et (...)


  • Les motifs du tapis persan :
    richesse et spécificité

    Noushin Asgari
    Traduit par

    Afsaneh Pourmazaheri N° 134, janvier 2017

    Les dessins ou les motifs utilisés dans le tissage du tapis persan font partie des éléments les plus importants de l’identité et de la particularité de cet art exceptionnel. Ils proviennent de la culture iranienne, de ses croyances, des inspirations topographiques, des us et des coutumes, du folklore en somme, qui définit à travers les millénaires le peuple persan. Effectués d’abord sur du papier quadrillé, les motifs sont minutieusement tissés sur les trames par les tisseurs en suivant chaque carreau (...)


  • Les religions
    iraniennes anciennes

    Afsaneh Pourmazaheri N° 128, juillet 2016

    Aujourd’hui, près de 95 % des Iraniens appartiennent à la branche chiite de l’islam, la religion officielle de l’Etat, et environ 4,4% à ses branches sunnite et soufie. Le 0,6 % restant regroupe des minorités religieuses non islamiques tels que les mandéens, les yarsanis, les zoroastriens, les juifs et les chrétiens. Les trois dernières religions minoritaires sont officiellement reconnues et protégées, et détiennent même des sièges au parlement iranien. On le sait, le zoroastrisme fut un temps la (...)


  • Aperçu général sur la faune de l’Iran

    Noushin Asgari
    Traduit par

    Afsaneh Pourmazaheri N° 126, mai 2016

    De par son étendue géographique, l’Iran bénéficie d’un climat diversifié, à l’origine d’une grande variété de paysages désertiques ou boisés, côtiers, montagneux, marécageux, plats ou riches en reliefs, monotones ou hauts en couleurs. La faune et la flore iraniennes sont également réputées pour leur richesse et leur diversité notamment dues à la grande taille du pays, à son climat et aux différentes variables agissant sur les écosystèmes du pays. Situé entre les masses d’air anticycloniques de l’Asie centrale et (...)


  • Hamedân,
    de l’antiquité au temps present

    Afsaneh Pourmazaheri N° 125, avril 2016

    Hamedân est l’une des villes les plus anciennes de l’histoire de l’humanité. Son nom, Hamadaneh ou Amadi, fut mentionné pour la première fois dans les inscriptions appartenant au roi assyrien Teglath-Phalasar Ier qui régna d’Assyrie à la Méditerranée et sur les rives de la mer Noire de 1114 à 1076 av. J.-C. Durant le 1er millénaire av. J.-C., elle fut la capitale de la dynastie des Mèdes qui auraient occupé tous les territoires recouvrant le Nord-Ouest de l’actuel Iran jusqu’aux monts Zagros. Elle était (...)


  • Aperçu historique sur
    les relations anglo-iraniennes

    Afsaneh Pourmazaheri N° 124, mars 2016

    Les premiers contacts entre la Grande-Bretagne et la Perse remontent au XIIIe siècle. Leur discontinuité empêcha cependant la mise en place d’une véritable interaction jusqu’à l’époque safavide. Le premier contact officiel établi entre le roi de Perse et la cour d’Henri III date de 1238 et avait pour objectif de mettre en place une coalition contre les envahisseurs mongols ; tentative qui s’avéra infructueuse. On ne trouve aucun autre signe de contact entre les deux pays jusqu’à la période safavide, (...)


  • L’architecture traditionnelle iranienne
    Les espaces résidentiels

    Afsaneh Pourmazaheri N° 123, février 2016

    L’architecture des résidences traditionnelles iraniennes est composée des éléments, des motifs et des méthodes de constructions culturels et environnementaux des époques islamique et préislamique. Au cours de la période préislamique, on comptait deux styles principaux à savoir le style parsi (Pasargades, Persépolis, Sialk) et les styles parthe et sassanide (Tample d’Anahita et Bishapour). Pour ce qui est de l’époque islamique, les exemples les plus connus sont le style Khorâsâni (la mosquée de Nâïn), le (...)


  • La dynastie zand
    Aperçu historique general

    Afsaneh Pourmazaheri N° 121, décembre 2015

    Originairement, la dynastie zand s’inscrit dans la lignée iranienne des Laks qui constituent un des peuples nord-caucasiens du Daguestan qui prit le pouvoir à la suite de l’effondrement de la dynastie des Afsharides et régna sur l’Iran jusqu’à l’avènement de la dynastie qâdjâre, autrement dit pendant près de 46 ans, jusqu’en 1779. Cette dynastie gouverna l’Iran à partir de 1749, avec Karim Khân Zand à sa tête. Karim Khân fut lui-même l’un des commandants de l’armée de Nâder Shâh Afshâr, l’accompagnant dans (...)


  • Survol historique de la province du Golestân

    Afsaneh Pourmazaheri N° 119, octobre 2015

    La province du Golestân fut, durant les premières décennies ayant suivi l’arrivée de l’islam en Iran et même avant cette époque, la région la plus fertile et la plus prospère des contrées nordiques de l’Iran. Connue sous le nom de « province de Gorgân », ce n’est qu’au début du XIIIe siècle qu’elle a changé de nom pour devenir Estarâbâd. Elle garda cette appellation jusqu’au XXe siècle. En 1937, elle changea officiellement de nom et pour devenir, et ce jusqu’à aujourd’hui, la « province du Golestân ».
    Selon les (...)


  • L’aventure du thé en Iran et ailleurs

    Afsaneh Pourmazaheri N° 118, septembre 2015

    La culture du thé et sa consommation remontent à plus de deux millénaires avant Jésus-Christ, et ce sont les Chinois qui en furent les premiers bénéficiaires. Ce sont les premiers à avoir cultivé et infusé les feuilles de cette plante aujourd’hui si prisée nommée tchây (également son actuel nom persan). D’après les légendes, le thé fut découvert en 1737 av. J.-C. par un empereur chinois du nom de Shen Nong, héros civilisateur de la mythologie chinoise à qui l’on attribue par ailleurs l’invention de la houe, (...)


  • Les Centres culturels à Téhéran
    pour la culture et les loisirs

    Afsaneh Pourmazaheri N° 116, juillet 2015

    Dans le présent article, nous avons tenté de dresser un répertoire des centres de loisir et de culture de Téhéran et, ce faisant, nous nous sommes trouvés face à un champ polymorphe de lieux dont la nature et les fonctionnalités demandent à être précisées. Nous avons par conséquent pris soin d’affiner notre recherche en nous concentrant de préférence sur les maisons de la culture et les centres importants consacrés aux festivals à Téhéran. Il faut également préciser qu’il s’agit d’une recherche qui englobe (...)


  • Aperçu sur les relations sino-iraniennes de l’Antiquité jusqu’au califat abbasside

    Afsaneh Pourmazaheri, Esfandiar Esfandi N° 114, mai 2015

    Pour se faire une idée claire des débuts de l’histoire des relations entre l’Iran et la Chine, il est bon de se référer aux premiers documents rédigés par les spécialistes, notamment les annuaires grâce auxquels on pourra constater l’ancienneté de ces relations datant du 23e siècle av. J.-C. : « La Chine est même nommée le paradis des historiens car depuis des centaines d’années, les historiens officiels du pays se sont efforcés à rédiger et à sauvegarder tous les menus détails des événements qui avaient (...)


  • Histoire de la province de Fârs

    Afsaneh Pourmazaheri, Esfandiar Esfandi N° 112, mars 2015

    Commençons, en guise de prélude à l’histoire de la province de Fârs, par en mentionner brièvement l’étymologie. On retrouve des traces de son actuelle appellation dans des manuscrits grecs qui désignaient le territoire par le nom de « Persis », que les Européens appliquèrent à l’ensemble du sol iranien. Hérodote évoque le récit de l’arrivée des Aryens en Perse et leur répartition en douze tribus dont celle des « Pârs » qui s’installèrent au sud du pays (de là l’arabisation actuelle - Fârs - du nom de la (...)


  • Regard croisé sur l’histoire du verre et de la verrerie
    en Iran et dans le monde

    Afsaneh Pourmazaheri N° 111, février 2015

    La découverte du verre, qui révolutionna le mode de vie de nos ancêtres, ne date pas d’hier. Il faut remonter à l’époque préhistorique pour en retrouver les origines. Les tectites, l’obsidienne, les fulgurites, etc. étaient toutes déjà connues il y a environ une centaine de milliers d’années. Des légendes essaient également d’expliquer l’origine de la formation du verre. Celle racontée par Pline par exemple, naturaliste et écrivain romain du 1er siècle, soutient que le verre aurait été inventé par les (...)


  • Dire la guerre
    dans la fiction contemporaine de langues française et persane
    Minutes du colloque international organisé par les Facultés des langues et littératures étrangères de l’Université de Téhéran et de l’Université d’Ispahan

    Abbâs Farhâdnejâd, Afsaneh Pourmazaheri N° 110, janvier 2015

    Les Facultés des langues et littératures étrangères de l’Université de Téhéran et de l’Université d’Ispahan accueillaient les 7, 8, et 10 décembre 2014 à l’occasion de la commémoration des 100 ans de la Première Guerre mondiale, le colloque international intitulé "Dire la guerre dans la fiction française de langues française et persane". Le colloque a été organisé par le département de français de l’Université de Téhéran, notamment grâce aux efforts de Nâhid Shâhverdiâni, responsable et principale organisatrice (...)


  • La littérature de guerre en Iran Une présentation générale des œuvres en prose

    Afsaneh Pourmazaheri N° 109, décembre 2014

    L’épopée, dont la littérature de guerre est un sous-genre, a existé même avant que l’écriture soit découverte. Les mythes et les épopées ont depuis toujours été célébrés et considérés comme des supports à partir desquels on formait pédagogiquement la nouvelle génération. On compte aujourd’hui un vaste ensemble de créations littéraires sur la guerre qui est parvenu à remplacer la littérature héroïque d’autrefois, d’où la multiplication des sous-genres qui se différencient chacun par au moins un trait distinctif. (...)


  • Chronologie succincte du football
    en Iran

    Afsaneh Pourmazaheri N° 108, novembre 2014

    Le football se range au premier rang parmi les sports les plus populaires en Iran, il est même surnommé premier sport de l’Iran, évidemment après la lutte. Cette dernière, généralement reconnue comme sport national, n’a jamais permis au football, malgré sa popularité hors pair, d’occuper la place qu’il mérite. Le football a depuis longtemps pénétré le quotidien des Iraniens, notamment celui des couches populaires, et on compte plus de douze journaux spécialisés dans le domaine publiés à l’intérieur du pays. (...)


  • Les Afshârides : aperçu historique

    Afsaneh Pourmazaheri N° 107, octobre 2014

    La dynastie Afshâride est une dynastie fondée par Nâder Shâh Afshâr en 1736, à la suite de l’abolition de la dynastie safavide. Son règne dura pratiquement jusqu’en 1749. Originairement, les Afshârs étaient une tribu du Turkestân qui s’était déplacée vers la province de l’Azerbaïdjan après la conquête mongole. Sous les Safavides, ils furent déplacés vers le Khorâssân pour contrer les Ouzbeks et s’y installèrent définitivement. D’une manière générale, le XVIIIe siècle est marqué par des troubles et des conflits (...)


  • Remarques à propos des dialectes, langues
    et ethnies de la province de Hormozgân

    Afsaneh Pourmazaheri N° 106, septembre 2014

    La province de Hormozgân couvre une région dont la civilisation est ancienne, ce qui explique sa réputation de « berceau » des premières agglomérations iraniennes des premières civilisations de la Mésopotamie. Située à l’extrémité sud des chaines du Zagros, la province de Hormozgân est majoritairement montagneuse. Elle compte huit villes importantes à savoir Bandar Abbâs, Minâb, Jâsk, Bandar Lengeh, Bandar Charak, Bastak, Fin et Bandar Khamir, ainsi que quatorze îles dans le golfe Persique, dont Kish et (...)


  • Aperçu historique sur la province de Hormozgân

    Afsaneh Pourmazaheri N° 105, août 2014

    L’histoire du golfe Persique, qu’il est possible de corréler avec celle de la province de Hormozgân, commence véritablement dans l’antiquité iranienne. Elle est mentionnée dans divers documents dès le VIe siècle av. J.-C., et à plusieurs reprises dans les œuvres des historiographes grecs qui sont d’ailleurs les seules à nous informer sur le lointain passé de cette région. Avant l’arrivée des Ariens sur le plateau iranien, les Assyriens connaissaient le golfe Persique sous le nom de Nar Martou ou "la rivière (...)


  • L’Iran contemporain : une mosaïque de minorités ethniques et culturelles

    Afsaneh Pourmazaheri N° 103, juin 2014

    Près de 80% des Iraniens parlent le persan (rarement comme seconde langue). Le groupe des persanophones rassemble les ethnies démographiquement majoritaires de l’Iran dont les Persans, les Kurdes, les Guilakis, les Mazandaranais, les Lors, les Tâts, les Baloutches, etc. D’autres ethnies, turcophones comme les Azéris, les Turkmènes et les Qashqâïs (Kachkaï) constituent les minorités influentes du pays. Le reste concerne les groupes sémitiques importants, en particulier les Arabes et les Assyriens, ou (...)


  • Les Imâmzâdehs en Iran
    Présentation générale et répartition géographique

    Afsaneh Pourmazaheri, Esfandiar Esfandi N° 102, mai 2014

    En persan, le mot "Imâmzâdeh" désigne les enfants ou petits-enfants des douze Imâms chiites et par corrélation, les mausolées construits en leur honneur. La majeure partie des Imâmzâdehs se trouvent en Iran et le reste en Irak et en Afghanistan, ou dans d’autres régions musulmanes chiites. Ils attirent chaque année de nombreux pèlerins venant effectuer les rituels de pèlerinage que l’on appelle ziyârat dans la culture chiite. L’ensemble des Imâmzâdehs est géré par l’Organisation des dotations pieuses ou (...)


  • Le soufisme et la franc-maçonnerie en Iran

    Afsaneh Pourmazaheri N° 101, avril 2014

    Les cercles soufis et leurs khânqâh sont des lieux de stagnation ou d’épanouissement de la culture et du mysticisme dans l’histoire de l’islam chiite. Parmi les soufis iraniens, nous pouvons évoquer les noms de Bâyazid Bastâmi, Sheikh Kharâghâni, Abou Saïd Abolkhayr, Sanâ’i, Sheikh Najmeddin Kobrâ, Najmeddin Râzi, Attâr Neishâbouri, Mowlâna, etc., qui ont considérablement marqué la société iranienne, notamment sa culture et sa littérature.
    Plus récemment, durant ces six derniers siècles, les cercles soufis (...)


  • La conquête mongole en Perse, ses causes et ses consequences

    Afsaneh Pourmazaheri N° 99, février 2014

    La conquête mongole a débuté en Perse en 1219 et s’est prolongée jusqu’en 1221. Elle marqua le début de l’invasion des pays musulmans d’Eurasie. Après avoir battu les Kara-Khitans, l’empire Mongol de Gengis Khân voisinait alors avec les frontières iraniennes de l’Empire Khorezmien, gouverné par Shâh Alâeddin Mohammad. Celui-ci, ayant récemment pris sous son contrôle quelques nouvelles contrées musulmanes, était entré en conflit avec les califes de Bagdad. Il refusait de rendre les hommages dus aux leaders (...)


  • Naissance et évolution de la photographie en Perse

    Afsaneh Pourmazaheri, Esfandiar Esfandi N° 97, décembre 2013

    L’avènement de la photographie en Perse revêt une grande importance aussi bien pour les professionnels du domaine que pour les chercheurs historiographes, notamment les spécialistes de la Perse qâdjâre. L’apparition de cette pratique en Iran coïncide en effet avec le règne de Nâssereddin Shâh, roi à partir de 1848 et jusqu’en 1896. C’est grâce à cette passion du roi iranien pour les arts visuels, en particulier la photographie, que les professionnels de tous bords possèdent aujourd’hui de nombreuses (...)


  • Abrégé de l’histoire de la province de Kermân

    Afsaneh Pourmazaheri N° 96, novembre 2013

    Kermân est l’une des plus vieilles provinces de l’Iran dont les sites historiques, riches en fossiles, appartiennent à des ères géologiques nettement différentiées. Ces sites constituent, aujourd’hui encore, un espace d’investigation propice pour les paléontologues, paléo-biologistes et archéologues spécialistes de la zone. Les terrains fossilifères de la province de Kermân renferment en effet de surprenants « trésors » dont le spécimen le plus rare, un poisson à carapace appartenant à l’ère dévonienne et (...)


  • Regard sur l’apparition, le développement et la diversité des dictionnaires persans

    Afsaneh Pourmazaheri N° 95, octobre 2013

    La langue persane est l’une des rares langues qui accueille depuis l’Antiquité iranienne la pratique de la lexicographie. Les volumes de vocabulaire n’ont cessé de jalonner les étapes de l’évolution de cette langue. Aucun ouvrage précieux n’a hélas survécu aux aléas de l’histoire. Pour ce qui est de la structure d’ensemble et de la morphologie actuelle de la langue persane, elle fut élaborée et fixée à partir du pahlavi sassanide au cours du premier siècle de présence musulmane en Iran. Durant cette période, (...)


  • La science médicale et les soins de santé dans l’Iran contemporain

    Afsaneh Pourmazaheri N° 94, septembre 2013

    Avec ses quelque 77 millions d’habitants, l’Iran est aujourd’hui l’un des pays les plus peuplés du Moyen-Orient. Le pays doit ainsi faire face à divers problèmes notamment l’un, concernant le plus souvent les nations démographiquement jeunes de la région, est la demande toujours croissante de services publics. La couche la plus jeune de la population aura bientôt atteint l’âge de fonder une famille, ce qui entraînera l’accroissement du taux de croissance et par conséquent l’accroissement du besoin en (...)


  • Les récits de voyages occidentaux du XVIIe siècle safavide
    Entre description biaisée et relevés anthropologiques

    Afsaneh Pourmazaheri, Esfandiar Esfandi N° 93, août 2013

    Les récits de voyages ont ouvert les lecteurs au monde. Initiation à de nouvelles cultures, description de paysages restés longtemps chimériques, ces récits invitent à se tourner vers d’autres horizons. Sous ses diverses formes, journal intime, carnet de route, discours épistolaires, etc., le récit de voyage reste, bien plus qu’un simple manuscrit, un véritable outil d’observation et idéalement, de compréhension du monde, grâce notamment à sa dimension expérientielle et au foisonnement de détails qu’il (...)


  • La dynastie safavide
    Des origines au crépuscule de l’empire

    Afsaneh Pourmazaheri, Esfandiar Esfandi N° 92, juillet 2013

    La dynastie safavide est la première dynastie iranienne musulmane qui réussit à établir, après 1000 ans, un empire irano-musulman entièrement indépendant par rapport au centre de gestion du pouvoir arabo-musulman qui dominait directement tous les pays conquis par l’Islam depuis le Vème siècle. Depuis la conquête musulmane de la Perse en 637, les dynasties arabes telles que les Samanides, turques comme les Ghaznavides et les Seldjoukides, ou encore mongoles comme les Timurides régnaient sur l’Iran. (...)


  • Brève histoire de la province de l’Ilâm

    Afsaneh Pourmazaheri, Esfandiar Esfandi N° 91, juin 2013

    L’actuel Ilâm, situé entre le plateau iranien et l’Irak, a toujours bénéficié au cours de son histoire, d’un statut stratégique particulier. De là les nombreuses excavations archéologiques dont il fit l’objet, notamment au XIXe siècle.
    Riche histoire que celle des métamorphoses patronymiques successives de la province de l’Ilâm. Elle tient son nom d’une appellation babylonienne qui signifiait originellement "région haute et montagneuse", d’un lieu que les autochtones situaient à l’ouest de leur territoire (...)


  • L’histoire de l’artisanat du bijou
    en Iran antique

    Afsaneh Pourmazaheri, Esfandiar Esfandi N° 90, mai 2013

    L’Iran est géologiquement situé sur l’une des plus importantes ceintures minérales au monde. Son sol est à ce titre particulièrement riche en métaux précieux, ce qui n’a pas été sans influencer son histoire plurimillénaire. Cette richesse explique ses progrès rapides, depuis le sixième millénaire av. J.-C., dans le domaine de l’industrie du métal et dans l’art de la joaillerie à base de métaux précieux. La technique iranienne hors pair du traitement artisanal de la pierre faisait à l’époque envie aux plus (...)


  • L’artisanat persan et son évolution historique

    Afsaneh Pourmazaheri, Afshin Nasimi N° 89, avril 2013

    La civilisation millénaire persane nous a légué un héritage culturel et artistique riche dans sa diversité et dans sa rareté, et qui constitue aujourd’hui l’identité régionale et historique des habitants de cette vaste contrée orientale. Une partie essentielle de ce legs culturel, aujourd’hui protégé des ravages du temps par sa perpétuation, est constituée par l’art ou plutôt par l’artisanat iranien. L’artisanat doit aujourd’hui son importance à son rôle dans la sauvegarde des pratiques artistiques (...)


  • Histoire de la langue persane en Iran et ailleurs
    Retour sur une langue indoeuropéenne trimillénaire

    Afsaneh Pourmazaheri N° 87, février 2013

    Le persan et sa racine indo-européenne
    La problématique de l’origine des langues est longtemps restée au centre des études linguistiques. Elle fut même baptisée "problème le plus récalcitrant et pourtant le plus étudié de la linguistique historique". Parmi les familles de langues découvertes par la linguistique historique, les langues indo-européennes possèdent une importance singulière chez les chercheurs spécialisés dans ce domaine. Les langues indo-européennes (appelées antérieurement les langues (...)


  • Le Louvre et la nouvelle collection des Arts de l’Islam
    Les chefs-d’œuvre racontent leur histoire

    Afsaneh Pourmazaheri N° 86, janvier 2013

    Les Arts de l’Islam exposés dans un nouvel espace européen
    La création du huitième département du musée du Louvre en septembre 2012, consacré entièrement à l’art et à la civilisation de l’époque islamique, est un évènement rare dans l’histoire récente de la France. Aménagé vingt ans après la construction de la Pyramide du Louvre, ce chef-d’œuvre architectural comprend des objets étonnants rassemblés à travers tous les territoires conquis par l’Islam, de l’Inde à l’Espagne, et chronologiquement du VIIe au XIXe (...)


  • Fragments d’archéologie et d’histoire de l’Azerbaïdjan

    Afsaneh Pourmazaheri N° 84, novembre 2012

    Aujourd’hui, l’Azerbaïdjan iranien comprend les contrées du nord-ouest de l’Iran, plus précisément les territoires se situant à l’est du lac d’Oroumieh. Le nom d’ « Azerbaïdjan » fut par ailleurs adopté à la suite de la déclaration d’indépendance des forces séparatistes anti-russes en mai 1918, et fait, selon l’une des hypothèses sur ce sujet, allusion à Arrân, une antique région iranienne puis caucasienne. En vue de différencier les deux homonymes, le gouvernement iranien choisit le nom d’ "Azerbaïdjan (...)


  • Le roman persan dans le tourbillon de l’ère moderne
    Regard sur l’évolution de la littérature persane contemporaine en interaction avec la littérature française

    Afsaneh Pourmazaheri N° 83, octobre 2012

    La littérature persane est renommée aujourd’hui pour son arrière-plan oral traditionnel et sa richesse populaire. Au long des siècles, elle a toujours été nourrie par les récits oraux transformant, de bouche à oreille, les événements quotidiens, les petites choses de la vie, en conte, mythe ou légende. D’habitude relatée oralement et donc sujette aux transformations continuelles, la prose, contrairement à la poésie, ne trouva guère un statut stable au cours des siècles. A l’inverse, la poésie, élaborée (...)


  • Les orientalistes et le Coran :
    plusieurs siècles de recherches occidentales sur le Livre sacré des musulmans

    Afsaneh Pourmazaheri N° 82, septembre 2012

    L’orientalisme a une vieille histoire qui remonte au-delà même des origines de l’histoire musulmane en tant que discipline. L’épanouissement de la civilisation musulmane amena les esprits occidentaux curieux à décrypter, à tâtons, les mystères du monde oriental notamment à travers les œuvres écrites, en l’occurrence, le Coran, livre sacré et "intact" des musulmans. Les orientalistes se penchèrent essentiellement sur son histoire, son style, sa structure, son contenu et entreprirent d’approfondir la question (...)


  • Représentation coranique dans l’art et l’architecture iraniens

    Afsaneh Pourmazaheri N° 81, août 2012

    L’art islamique est à la fois varié et homogène. Partant du sud de l’Espagne musulmane jusqu’à l’Inde du nord, on peut retrouver les mêmes motifs esthétiques fondamentaux pourtant déclinés dans une constellation d’interprétations culturelles. Dès l’apparition de l’islam dans les pays conquis, les concepts coraniques devinrent la source d’inspirations nouvelles, embrassant et transformant les arts existants en une alchimie transcendante. En Perse, le mariage des concepts coraniques et l’art persan s’avéra (...)


  • Urbanisme et architecture à l’époque qâdjâre
    Entre tradition et modernité

    Afsaneh Pourmazaheri, Esfandiar Esfandi N° 80, juillet 2012

    "L’architecture, c’est les traces de pas du temps sur l’espace." Seyyed Hâdi Mirmirân, architecte iranien (1945 Qazvin-2006 Berlin)
    A l’époque de la dynastie qâdjâre qui a duré de 1781 à 1925, l’Iran connut un fort développement des arts et entra dans une période de stabilité politique relative, en comparaison aux périodes précédentes, notamment sous le règne de Fath-’Ali Shâh (1772-1834) et de Nâssereddin Shâh (1831-1896). L’art qâdjâr se caractérisa par une forte teinte européenne accompagnée d’une présence (...)


  • Les Qâdjârs et l’Europe, quelle interaction ?
    La société iranienne et la lorgnette européenne

    Afsaneh Pourmazaheri, Esfandiar Esfandi N° 79, juin 2012

    La rencontre Orient-Occident a toujours suscité la curiosité internationale. C’est en effet découvrir le monde inconnu et « mystérieux » de l’Orient qui a poussé les Occidentaux vers les terres lointaines tout au long de l’histoire. Quant aux Orientaux, s’ils s’intéressèrent à l’Occident, ce fut pour sa technologie et son potentiel militaire. Au cours de ces contacts, des liens forts furent parfois tissés entre des nations, qui n’ont jamais été rompus bien que parfois affaiblis par des problèmes (...)


  • La mer Caspienne, son histoire et ses enjeux politiques

    Afsaneh Pourmazaheri N° 78, mai 2012

    La mer Caspienne, plus grand lac du monde, passionne depuis toujours les historiens, géographes et scientifiques du monde entier. C’est justice, compte tenu de sa singularité hydrographique, géologique ainsi que de ses ressources pétrolières et halieutiques. Parmi les historiens de l’Antiquité, Hérodote l’évoqua à plusieurs reprises sous le nom de « la mer Khazar » décrivant, à sa proximité, la guerre entre une des tribus celtes, les Massagètes, et les Perses. D’après Hérodote, la rivière Arax, après avoir (...)


  • De certaines variétés de plantes médicinales utilisées dans la médecine traditionnelle iranienne

    Afsaneh Pourmazaheri N° 77, avril 2012

    Les plantes médicinales jouissent d’une grande importance dans le traitement et la prévention des maladies mais également dans la préservation de l’hygiène générale de la société. L’usage de ces ressources naturelles de l’humanité remonte aux premières communautés humaines. Elles jouèrent de même un rôle important dans le développement des sociétés traditionnelles et modernes. D’innombrables recherches ont été et demeurent effectuées pour continuer à découvrir et à utiliser leurs vertus médicinales. Ce qui est (...)


  • Les chutes d’eau du Lorestân, tumulte de la vie au cœur du roc
    Les chutes Absefid d’Ali-Goudarz

    Afsaneh Pourmazaheri N° 77, avril 2012

    Le Lorestân, l’une des trente provinces de l’Iran, se situe en plein centre des monts Zagros. Il constitue le noyau des montagnes et des affluents qui créent de grandioses chutes au centre de paysages magnifiques.
    Dans le sud-est du Lorestân, à une cinquantaine de kilomètres de la ville d’Ali-Goudarz, plus précisément dans la région de Pishkouh et au cœur de la montagne Ghâli-kouh, se trouve de belles chutes d’eau connues sous le nom de Ab Sefid ou « Eau blanche », appelées également "la belle mariée du (...)


  • Le succès de la poésie persane en Occident
    Mowlavi vu à distance

    Afsaneh Pourmazaheri N° 76, mars 2012

    « La vérité est un miroir tombé de la main de Dieu et qui s’est brisé. Chacun en ramasse un fragment et dit que toute la vérité s’y trouve. »
    Mawlavi
    Jamel Balhi, Les routes de la foi,
    Le Cherche-Midi Editeur, 1999, p. 292
    Ferdowsi, Saadi, Nezâmi, Hâfez et Mowlavi, considérés comme les cinq figures incontournables de l’histoire littéraire et poétique de la Perse, sont reconnus dans le monde entier en qualité de porte-étendards de la poésie persane. Ils doivent cette notoriété non seulement à leur impact (...)


  • Les temps forts de l’histoire de la province de Yazd

    Afsaneh Pourmazaheri N° 74, janvier 2012

    Yazd est l’une des plus anciennes provinces de l’Iran. Son âge supposé a donc tout naturellement éveillé de nombreuses hypothèses quant à ses origines mythiques. D’après l’UNESCO, il s’agirait de l’une des plus vieilles provinces, après Ur (dans l’actuelle Irak) datant du IIIème millénaire av. J.-C. A en croire les textes historiques et religieux, la fondation de la ville de Meybod (dans l’est de la province) remonterait au prophète Salomon, fils de David, au premier millénaire av. J.-C. (selon la (...)


  • Regard sur le zoroastrisme iranien à l’aube du XXIe siècle

    Afsaneh Pourmazaheri N° 74, janvier 2012

    « Heureux sera celui qui est à la recherche du bonheur des autres » Yasnâ 30, ligne 1
    Dans l’actuel Iran, notamment à Téhéran, il reste apparemment peu de traces de l’ancienne religion perse, le zoroastrisme. Pourtant, en « creusant l’écorce » et en dépassant cette première impression de vacance, on réalise que l’antique religion est toujours vivante. Elle perdure à travers un ensemble de signes et d’éléments, de rituels et de traditions, qui confirment non seulement sa permanence, mais également sa (...)


  • Comment s’habillaient les Iraniens ?
    Du troisième millénaire av. J.-C. à l’avènement de l’islam

    Afsaneh Pourmazaheri N° 73, décembre 2011

    La façon dont s’habillaient les habitants de la Perse antique il y a plusieurs millénaires est une question sur laquelle se sont penchés de nombreux chercheurs. La vieille histoire de la Perse est souvent partagée en deux blocs historiques distincts : celle d’avant islam et d’après islam. De la première période, celle précédant l’entrée d’éléments culturels arabes en Iran, nous ne disposons que de peu de données historiques et culturelles. Ce qui sert de données de base aux chercheurs spécialistes de cette (...)


  • La conversion de l’Iran au chiisme sous les Safavides
    Un tournant décisif pour l’identité géopolitico-religieuse de l’Iran

    Afsaneh Pourmazaheri N° 72, novembre 2011

    La fondation de la dynastie safavide en 1501 par Shâh Esmâ’il 1er (1487-1524), succédant aux Timourides, constitue l’un des événements les plus marquants de l’histoire iranienne. Avec l’avènement de cette dynastie, l’Iran recouvra, après des siècles, une identité politique propre ainsi que son hégémonie nationale. Néanmoins, en adoptant le chiisme duodécimain comme religion officielle de la cour, et donc celle du pays, Shâh Esmâ’il 1er se retrouva face à deux adversaires voisins, partisans fervents du (...)


  • La radio et les stations radiophoniques en Iran

    Afsaneh Pourmazaheri N° 71, octobre 2011

    La radio ou plus précisément la radiodiffusion est la transmission des signaux à l’aide d’ondes électromagnétiques, dont la fréquence est moins importante que celle des ondes lumineuses. Quand à l’histoire de la naissance de ce nouveau genre de média de masse, elle est relativement récente.
    En 1860, James Clerk Maxwell, physicien et mathématicien écossais, présenta la théorie de l’électromagnétisme qui marqua ainsi une première étape vers la réalisation ultérieure du petit bijou technologique appelé « radio (...)


  • La cité d’Ispahan, la « Moitié du Monde »

    Afsaneh Pourmazaheri, Farzâneh Pourmazâheri N° 71, octobre 2011

    Un voyage en Iran ne serait pas un véritable voyage sans une halte à Ispahan, cette ville abritant plus de 2500 ans de civilisation. De par son histoire féconde, elle abonde en richesses culturelles et artistiques de toutes sortes.
    Ce n’est nullement un hasard si on l’a surnommée la « Moitié du Monde » (nesf-e jahân, qui rime avec "Ispahan" ou "Esfahân", en persan). L’arrivée à Ispahan donne l’impression de se retrouver soudain devant un nouvel espace, à la vois si vaste, original, et diversifié. Une (...)


  • Au cœur de la culture populaire de Boushehr :
    Le parler, les us et les coutumes des zones côtières du Golfe persique

    Afsaneh Pourmazaheri N° 70, septembre 2011

    Langue officielle des habitants de la province de Boushehr, le persan est utilisé dans la quasi-totalité des conversations quotidiennes de la région. Ceci dit, les Boushehris sont parvenus à conserver, dans leur persan, les dialectes propres à chaque partie de leur géographie. Bien évidemment, c’est au niveau rural que les régionalismes et accents locaux manifestent une plus grande variété. Cela se justifie par le fait que ceux-ci furent moins touchés par l’homogénéisation linguistique à laquelle (...)


  • Le Musée des Joyaux nationaux d’Iran
    Témoins historiques et artistiques inestimable

    Afsaneh Pourmazaheri N° 69, août 2011

    Le Musée des Joyaux nationaux (mouzeh-ye javâherât-e melli) comprend des bijoux et joyaux uniques au monde qui ont été réunis au cours de l’histoire et font désormais partie de l’héritage national iranien. Chaque pièce est un chef-d’œuvre qui témoigne d’une époque particulière de l’histoire de la Perse ainsi que du goût et de la finesse de l’artisanat iranien. Une question demeure cependant sans réponse : quelle est la véritable valeur de cette collection ? Aucun expert n’a jamais pu répondre à cette (...)


  • Pèlerinage et tourisme en Iran, quelle interaction ?

    Afsaneh Pourmazaheri N° 68, juillet 2011

    Tout d’abord, il faut retenir que les deux notions « pèlerinage » et « tourisme religieux » sont pratiquement interchangeables, sans pour autant se recouvrir. Plus précisément, le pèlerinage et la "visite pieuse" (ziyârat) peut faire partie du voyage religieux. Si le voyageur projette de visiter un lieu saint (une mosquée par exemple) dans un but culturel, il ne sera plus question de pèlerinage mais seulement de tourisme religieux. En revanche, si un pèlerin se déplace dans une optique religieuse, et (...)


  • Khorramshahr dans la littérature et le cinéma iraniens

    Afsaneh Pourmazaheri N° 67, juin 2011

    Khorramshahr ou (littéralement) la "ville verte" fait partie des villes méridionales de la province du Khouzestân et occupe une place importante en Iran, plus particulièrement depuis la « Guerre Imposée » (jang-e tahmili) par l’Irak à l’Iran, entre septembre 1980 et août 1988. Située entre le Golfe persique et l’Iraq, elle a une situation stratégique, économique, commerciale et surtout politique essentielle. Elle se trouve également au confluent des deux grands fleuves Kâroun et Arvandroud, c’est-à-dire (...)


  • Le palais de Saadâbâd
    Un survol historique et culturel

    Afsaneh Pourmazaheri N° 66, mai 2011

    Situé entre la pente douce des contreforts d’Alborz et la vallée verte de Darband, à Shemirân, le palais de Saadâbâd est incontestablement l’un des plus prestigieux palais de la capitale iranienne. Il est érigé sur une superficie de 110 hectares couverts majoritairement par des forêts naturelles, des rivières, des rigoles, des jardins riches en plantes d’origines diverses et des sentiers enserrés par des arbustes et des tapis de fleurs (d’où son air sain et frais). Il avoisine également les (...)


  • L’écotourisme et les attractions naturelles de la province Markazi en Iran

    Afsaneh Pourmazaheri N° 65, avril 2011

    La province Markazi occupe une position centrale en Iran et avoisine les provinces de Téhéran, Ghazvin, Hamedân, Lorestân, Qom et Ispahan. Au niveau géologique, la formation de sa croûte terrestre, inégale et poreuse, remonte à l’ère quaternaire ou anthropozoïque. Elle longe le désert central d’Iran connu sous le nom de Dasht-e Kavir, et se situe au pied des plissements des chaînes montagneuses de l’Alborz et de Zâgros. C’est justement cette position stratégique qui explique les irrégularités de son (...)


  • Les affiches du festival de Fadjr
    Vitrine graphique d’un événement artistique iranien

    Afsaneh Pourmazaheri N° 64, mars 2011

    Le festival de Fadjr est une véritable rencontre artistique se tenant annuellement depuis 1983 à Téhéran à l’occasion de l’anniversaire de la Révolution islamique de 1979. C’est une période exceptionnelle pour les jeunes et talentueux créateurs qui viennent y présenter leurs œuvres aux amateurs d’art iraniens. Cet événement de grande portée donne lieu également à la rencontre entre les professionnels et des artistes moins expérimentés. De cette alchimie naissent des œuvres parfois admirables l’année suivante. (...)


  • Le cinéma iranien dans le monde

    Afsaneh Pourmazaheri N° 63, février 2011

    De la création du cinéma à Paris par les frères Lumière en 1895 jusqu’à l’arrivée de cinématographe en Iran sous le règne du roi Mozaffareddin Shâh en 1900, il a fallu attendre quelques années. Malgré cela, il fallut encore attendre avant de voir sur les écrans des productions iraniennes, étant donné que les salles obscures accueillirent pendant longtemps des films étrangers sous-titrés en persan. En 1929, la première production cinématographique iranienne fut réalisée par Ovanes Oganians et intitulée Abi va (...)


  • L’art calligraphique et scriptural de la Perse antique

    Afsaneh Pourmazaheri N° 62, janvier 2011

    La calligraphie iranienne, à côté de celle des pays orientaux ou extrême-orientaux et au-delà de son caractère proprement utilitaire, constitue un art décoratif à part entière. Cet art, qui prit son essor grâce à la calligraphie coranique, continue de vivre son âge d’or, et ce depuis la naissance de l’islam. Aujourd’hui, malgré les progrès technologiques et l’usage systématique de l’écriture numérique, la calligraphie iranienne continue de retenir l’attention d’un grand nombre d’amateurs et d’artistes à la (...)


  • De la Perse au Louvre
    Hier et aujourd’hui

    Afsaneh Pourmazaheri N° 61, décembre 2010

    La Perse, carrefour d’anciennes civilisations, a toujours été un li eu de prédilection pour les fouilles archéologiques. Avec le décodage de l’écriture cunéiforme à Neynavâ, les excavations de Suse et de Persépolis prirent une nouvelle dimension. Des spécialistes trouvèrent alors le moment opportun pour se lancer, en terre iranienne, à la recherche des vestiges de l’ancienne Perse. Deux anglais, Laftles et Williams, se rendirent alors en Iran dans l’espoir de mettre à jour l’emplacement exact du célèbre (...)


  • Sohrawardi et la théosophie orientale

    Afsaneh Pourmazaheri N° 60, novembre 2010

    Tout au long de sa tumultueuse histoire, l’Iran a toujours su préserver la singularité de son identité culturelle, et ce malgré les multiples invasions dont le pays fit l’objet de la part des pays de l’est ou de l’ouest, des Grecs jusqu’aux Mongols, en passant par les conquérants arabes. Ce qui n’a pas été le cas pour d’autres civilisations telles que celles de l’Afrique du Nord, la Palestine, la Turquie ou la Syrie. Cette singularité a constitué l’objet d’études de certains chercheurs ayant également mis (...)


  • Khayyâm et les asters

    Afsaneh Pourmazaheri N° 59, octobre 2010

    Un survol de l’histoire scientifique de l’humanité nous réserve parfois des surprises inattendues qui préfigurent de grands théorèmes et de grandes découvertes. La pluridisciplinarité a été le lot de nombreuses figures du monde de l’esprit, et cette polyvalence leur permettait de formuler des hypothèses complexes à propos de phénomènes naturels multidimensionnels. L’une des énigmes qui n’a jamais cessé de préoccuper l’homme fut et reste sans conteste l’astronomie. De grandes découvertes ont été accomplies (...)


  • La richesse touristique de la terre verdoyante du Guilân

    Afsaneh Pourmazaheri, Farzâneh Pourmazâheri N° 58, septembre 2010

    La région du Guilân est l’une des rares régions d’Iran qui jouit en même temps d’importantes richesses naturelles de par sa situation géographique, et de richesses culturelles et historiques grâce à ses habitants et à son histoire tumultueuse. Cette alchimie naturelle et culturelle historique fait du Guilân une destination privilégiée pour le tourisme. Le visiteur peut profiter de la fraîcheur de son climat agréablement humide, des vertes montagnes de l’Alborz et du Tâlesh, du calme de la mer, du paysage offert par les champs de thé et les orangers, aussi bien que de la cuisine guilânaise et de ses saveurs variées, et des sites historiques magnifiques au sein de la nature.


  • Les incontournables de la table iranienne

    Afsaneh Pourmazaheri N° 57, août 2010

    L’art culinaire iranien est l’un des éléments culturels qui rend particulièrement bien compte de la subtilité de la culture proprement dite iranienne. La table colorée est en elle-même assez parlante. Elle offre une grande diversité d’aliments, de plats, de desserts, de condiments et d’accompagnements. Différents genres de soupes, de ragoûts, de riz, de pains, de sirops, etc. sont là pour rendre compte des pratiques culinaires des Iraniens des siècles passés, et de leurs techniques pour enrichir, toujours plus, leurs recettes.

    D’une manière générale, les principaux mets de la cuisine iranienne peuvent être divisés en plusieurs catégories :


  • (Historique et activités de la fondation pieuse de l’Imam Rezâ)

    La tradition du waqf à Astân-e Ghods-e Razavi

    Afsaneh Pourmazaheri, Farzâneh Pourmazâheri N° 56, juillet 2010

    A fin de gérer les biens donnés sous forme de "waqf", de nombreuses fondations pieuses ont été créées dans l’ensemble des pays musulmans, chiites ou sunnites. Ces dernières gèrent ces biens en fonction des lois et de la juridiction théologique propre à chaque pays. En Iran, l’Astân-e Ghods-e Razavi ou le sanctuaire de l’Imam Rezâ, situé à Mashhad, est actuellement la plus grande fondation pieuse du monde.


  • Deux grandes figures féminines de la poésie iranienne contemporaine
    Parvin E’tesâmi et Forough Farrokhzâd

    Afsaneh Pourmazaheri, Nahid Zandi N° 55, juin 2010

    A fin d’évoquer certaines grandes figures féminines de la poésie iranienne contemporaine et de rappeler l’influence que certaines parmi elles exercèrent dans ce domaine et sur la littérature iranienne dans son ensemble, il nous faut remonter et nous intéresser préalablement à l’évolution de l’image de la femme iranienne à travers l’histoire. Il sera alors question d’une évolution et de l’apparition d’une culture artistique féminine dont l’impact se ressent aujourd’hui encore dans l’œuvre des femmes iraniennes.


  • Les nomades iraniens, hier et aujourd’hui

    Afsaneh Pourmazaheri, Farzâneh Pourmazâheri N° 54, mai 2010

    Le mode de vie iranien nomade est particulièrement marqué par les caractéristiques géographiques et géologiques hétérogènes, et par la diversité de la faune du plateau iranien. Dès ses origines, la vie tribale et nomade de l’homme iranien a consisté à rechercher de verts pâturages pour ses animaux et des plantes sauvages pour sa propre subsistance. Ainsi, la transhumance a constitué une des dimensions majeures de la survie de ces tribus.


  • Vie et œuvres de ’Attâr Neyshâbouri : un subtil mariage entre mysticisme et littérature

    Afsaneh Pourmazaheri, Farzâneh Pourmazâheri N° 53, avril 2010

    Parmi les grandes figures de la littérature persane, celle de Fereydoun Abou Hâmed Mohammad ’Attâr Neyshâbouri est l’une des plus mystérieuses. Les rares données concernant sa vie et son parcours spirituel et littéraire le laissent encore plus inconnu que Sanâï (poète persan qui vécut un siècle avant lui). Ses parents, sa famille, ses contemporains, ses maîtres et ses voyages font tous partie du côté secret de sa biographie. A ce sujet, tout ce qui a été dit sur lui est entaché de légendes et de probabilités.


  • Heurs et malheurs de l’Histoire kurde

    Afsaneh Pourmazaheri N° 52, mars 2010

    Avant le 16ème siècle, le Kurdistan tel qu’il est connu et reconnu aujourd’hui, avec son découpage en quatre parties, était une des régions de l’Iran. Il fut abandonné par les rois safavides à l’empire Ottoman en 1514, lors de la bataille de Tchâldorân, avant d’être partagé entre l’Iran, la Syrie, la Turquie et l’Iran à la fin de la Première Guerre Mondiale. Malgré les hauts et les bas de leur histoire, les Kurdes continuent cependant à pratiquer une langue commune qui témoigne de leur unité culturelle. Jusqu’à (...)


  • L’irrésistible ascension de la dynastie des Seldjoukides

    Afsaneh Pourmazaheri, Farzâneh Pourmazâheri N° 51, février 2010

    Les Seldjoukides étaient une dynastie turco-musulmane issue des turcs « Oghuzs ». A partir de la fin du Xe siècle et au cours des deux siècles qui suivirent, ils parvinrent à asseoir et à affermir leur royaume de l’Hindou-Kouch jusqu’en Anatolie de l’est, et de l’Asie centrale jusqu’aux eaux du golfe Persique. Ils avancèrent ainsi, en partant de leur terre natale et de la mer d’Aral, vers la province du Khorâssân, aboutissant à la conquête de la Perse.
    Fortement persanisés, les Seldjoukides ont joué un (...)


  • Le tremblement de terre de Bam
    Retour sur un triste bilan

    Afsaneh Pourmazaheri N° 50, janvier 2010

    Le 26 décembre 2003, un tremblement de terre de 6,5 sur l’échelle de Richter rasa entièrement, en l’espace de sept minutes, la ville iranienne de Bam, ôtant la vie à 30 000 personnes. Triste cerise sur le gâteau, cette tragédie fut aggravée par la destruction de la grande citadelle de Bam, vieille de 2700 ans. Au soir même du drame, les Iraniens portèrent le deuil de leurs infortunés compatriotes et d’une cité devenue site crépusculaire.
    La vieille Perse, au cours de son histoire, fut à plusieurs (...)


  • Entretien avec le Dr. Luis Alberto Vargas, anthropologue et chirurgien mexicain

    Entretien réalisé par

    Afsaneh Pourmazaheri, Farzâneh Pourmazâheri N° 50, janvier 2010

    Né en 1941 à Mexico, le Dr. Luis Alberto Vargas est médecin chirurgien diplômé de l’UNAM (Universidad Nacional Autَnoma de México), anthropologue physique à l’Ecole Nationale d’Anthropologie et d’Histoire, ainsi que docteur en biologie, spécialisé en anthropologie de l’Université de Paris. Il est également chercheur titulaire à l’Institut des Recherches Anthropologiques de l’Université Nationale Autonome du Mexique et membre du Système National des Chercheurs. Il est également membre de l’Académie Mexicaine (...)


  • Entretien avec le Dr. Luis Alberto Vargas, anthropologue et chirurgien mexicain

    Entretien réalisé par

    Afsaneh Pourmazaheri, Farzâneh Pourmazâheri N° 50, janvier 2010

    Né en 1941 à Mexico, le Dr. Luis Alberto Vargas est médecin chirurgien diplômé de l’UNAM (Universidad Nacional Autَnoma de México), anthropologue physique à l’Ecole Nationale d’Anthropologie et d’Histoire, ainsi que docteur en biologie, spécialisé en anthropologie de l’Université de Paris. Il est également chercheur titulaire à l’Institut des Recherches Anthropologiques de l’Université Nationale Autonome du Mexique et membre du Système National des Chercheurs. Il est également membre de l’Académie Mexicaine (...)


  • Aperçu de l’histoire de la lutte iranienne

    Afsaneh Pourmazaheri N° 49, décembre 2009

    Intimement liée dès ses origines à la violence et à l’autodéfense humaine, la lutte a été reconnue comme le premier "sport" né au sein des communautés primitives. Les premiers éléments attestant l’existence de cette activité physique datent de l’époque mésopotamienne. On les retrouve notamment chez les Sumériens au 4e millénaire av. J.-C. Le temple de Guianadjeh à Bagdad, découvert en 1938 par M. Spears, archéologue de l’Université de Pennsylvanie, constitue le témoignage le plus ancien concernant la lutte (...)


  • Avicenne, le grand nom du savoir persan, sa vie et ses œuvres

    Afsaneh Pourmazaheri N° 48, novembre 2009

    « Mon père vient de Bactres. Sous le roi Nouh Ibn-e Mansour, fils de Mansour le samanide, il alla s’installer à Boukhara, ville renommée de l’époque. Il était juge et commença à exercer dans un petit village nommé Khormeytân. Il tomba amoureux de Setâreh, une fille du village voisin, Afshenah, et l’épousa aussitôt. Ce fut au cours d’une nuit de l’été 980 que je vins au monde. » Ces paroles sont d’Abou Ali al-Hossein ibn Abdallâh ibn Sinâ, connu sous le nom d’Avicenne, grand philosophe, médecin et érudit de la (...)


  • L’art des bâtisseurs de ponts en Perse antique

    Afsaneh Pourmazaheri, Farzâneh Pourmazâheri N° 48, novembre 2009

    Aujourd’hui, dans le domaine de la gestion urbaine, on appelle un pont, une structure qui dépasse les obstacles physiques et permet une meilleure gestion de l’espace. En toute logique, l’apparition des ponts remonte à l’époque où l’homme a réalisé qu’il pouvait se servir du bois et autres végétaux pour traverser les rivières et les vallées. Pour cette raison, les régions montagneuses ont sans doute constitué un environnement géographique favorable à l’émergence d’une telle idée.
    Eu égard aux exigences (...)


  • Le tourisme au Sistân et Baloutchistân, les atouts d’une terre aride

    Afsaneh Pourmazaheri, Farzâneh Pourmazâheri N° 47, octobre 2009

    Bientôt, capitalisme et mondialisation obligent, aucune région sur terre ne sera hors d’atteinte de la vague toujours grandissante des touristes. Les pôles nord et sud, le désert de Gobi, l’épaisse forêt amazonienne et cent autres coins autrefois « immaculés » du monde sont aujourd’hui devenus terre d’accueil pour des milliers de voyageurs. Même l’espace ne fait plus exception à la règle. Avec l’art et les moyens, on enverra bientôt léviter dans l’immensité galactique les centaines de touristes qui sont déjà (...)


  • Les voyages de Tavernier en terre persane

    Afsaneh Pourmazaheri, Farzâneh Pourmazâheri N° 46, septembre 2009

    "Je puis dire que je suis venu au monde avec le désir de voyager. Les entretiens que plusieurs sçavans avoient avec mon père sur les matières de géographie qu’il avait la réputation de bien entendre et que tout jeune que j’estois j’écoutois avec plaisir, m’inspirèrent de bonne heure le désir d’aller voir une partie des païs qui m’estoient representez dans les cartes où je ne pouvais alors me lasser de jetter les yeux..."
    Depuis des siècles, la Perse, que l’on surnomme aussi « le carrefour des évènements de (...)


  • L’observatoire de Marâgheh et son Ecole

    Afsaneh Pourmazaheri, Farzâneh Pourmazâheri N° 45, août 2009

    Les comètes, les astres, les planètes, le soleil, l’univers, le mouvement de la terre, le jour et la nuit, le changement des saisons... sont autant de notions aujourd’hui familières à l’homme du XXIe siècle. Pourtant, ces concepts furent soit totalement ignorés, soit perçus fantastiques ou mystérieux par les Anciens. Pour faire la lumière sur cet univers infini, des instruments de mesure et d’observation astronomiques, des hypothèses, des formules mathématiques, des théorèmes complexes et toujours plus (...)


  • La diversité des pratiques artisanales iraniennes

    Afsaneh Pourmazaheri, Farzâneh Pourmazâheri N° 44, juillet 2009

    On appelle arts traditionnels, l’ensemble des pratiques artistiques, authentiques et populaires des indigènes d’un pays. Ces arts proviennent des croyances, des traditions et des mœurs, bref de la culture intangible, d’une société. Les Iraniens, quant à eux, n’ont jamais cessé (leur longue histoire aidant) d’innover dans les divers domaines relatifs à l’artisanat, au spectacle traditionnel, à la musique régionale, etc. Parmi ces derniers, l’artisanat fut et reste le mode d’expression le plus prisé. (...)


  • Les grandes bibliothèques islamiques en Iran

    Nayereh Djoshaghani
    Traduction et adaptation par

    Afsaneh Pourmazaheri, Farzâneh Pourmazâheri N° 42, mai 2009

    A l’époque de la pénétration de l’islam en Iran en 634, l’Iran comptait plus de 600 bibliothèques qui attiraient un grand nombre de savants et de philosophes de nombreux pays et régions reculées, dont l’Andalousie de l’époque, venus en Iran pour bénéficier des bibliothèques et des centres culturels du pays.
    La Bibliothèque d’Abol-vafâ Ibn Salmeh dans la province de Hamadân comptait parmi les bibliothèques les plus anciennes de l’Iran après l’islam. Elle conservait d’importants ouvrages évoquant les problèmes (...)


  • "Le réel est idiot"
    Entretien avec Clément Rosset, philosophe et écrivain français

    Afsaneh Pourmazaheri, Farzâneh Pourmazâheri N° 41, avril 2009

    Clément Rosset (Carteret, France, 1939) compte parmi les philosophes et essayistes qui se sont le plus distingués lors de ces dernières décennies. Après avoir étudié à l’Ecole Normale Supérieure, où il fut l’étudiant de Louis Althusser et Jaques Lacan, il obtint l’agrégation de philosophie en 1965. Il a enseigné la philosophie durant les deux années suivantes à l’Université de Montréal avant de s’installer à Nice, où il a également enseigné la philosophie jusqu’à sa retraite vers la fin des années 1990. Eloigné (...)


  • Un homme dont le cœur chante pour les enfants

    Mostafâ Rahmândoust

    Afsaneh Pourmazaheri, Farzâneh Pourmazâheri N° 38, janvier 2009

    Mostafa Rahmândoust, écrivain et spécialiste de la littérature pour enfants et adolescents a consacré toute sa vie à écrire pour les enfants et à vivre avec eux. Son monde, comme celui des enfants, est doux et coloré. Il naît en 1949 à Hamedân. Après avoir obtenu son diplôme de la Faculté des Sciences Humaines de l’Université de Téhéran, il a commencé une carrière d’auteur pour enfants s’est mis à publier des livres qui sont appréciés, lus et appris par cœur par les enfants depuis des années. (...)


  • La navigation dans le nord et le sud de l’Iran : entretien avec le capitaine Kâmrân Gholâmi

    Afsaneh Pourmazaheri, Farzâneh Pourmazâheri N° 37, décembre 2008

    Le capitaine Kâmrân Gholâmi est le directeur commercial de Daryâ-ye Talâi-e Pârsiân (La Mer Dorée de Perse), première entreprise privée de navigation actuellement en activité dans les eaux du nord de l’Iran. Elle possède deux grands cargos qui naviguent entre l’Iran et la Russie.
    Afsâneh POURMAZAHERI : Votre métier est souvent considéré comme l’un des plus difficiles. Qu’en pensez-vous ?
    Kâmrân GHOLAMI : Oui, vous avez raison. C’est un travail difficile et j’espère que le gouvernement facilitera davantage (...)


  • Le culte de Mithra en Iran et à Rome (III)

    Afsaneh Pourmazaheri, Farzâneh Pourmazâheri N° 37, décembre 2008

    Mithra face à la religion dominante
    Le mithraïsme se trouva confronté au christianisme - avec qui il partageait de nombreux rituels et traditions communs -, conflit qui marqua la fin de son expansion : en fin de compte, le culte de Mithra perdit la bataille après quatre siècles tandis que tous ses rituels furent intégrés au christianisme (CUMONT, 1963, p.15). La prépondérance du culte mithraïque par rapport aux autres religions
    Le mithraïsme devait son succès éclatant à différentes raisons : le (...)


  • Le culte de Mithra en Iran et à Rome (II)

    Afsaneh Pourmazaheri, Farzâneh Pourmazâheri N° 36, novembre 2008

    1.1. Le passage de Mithra dans le monde
    La conquête d’Alexandre et la chute de l’Empire Perse ne purent pas faire disparaitre les aristocraties d’origine iranienne étant fidèles à leur déité ancestrale. De plus, un grand nombre de dynastes furent des ascendants achéménides comme les rois d’Arménie, de Cappadoce, du Pont et de Commagène. C’était dans leur royaume que le culte de Mithra se pratiquait. La nomination de ces rois démontre bien leur croyance et leur culte. Par exemple le roi du Pont était le (...)


  • Le culte de Mithra en Iran et à Rome (I)

    Afsaneh Pourmazaheri, Farzâneh Pourmazâheri N° 35, octobre 2008

    "Si le christianisme eut été arrêté dans sa croissance par quelque maladie mortelle,
    le monde eut été mithriaste" Ernest Renan
    Naissance, apogée et déclin du mithraïsme entre les IIe et IIIe siècles av. J.- C.
    "Ahura Mazda règne dans un territoire infini et éclairé à une certaine distance du soleil qui égale la distance de celui-ci à la terre. Ahriman, le diable habite les ténèbres absolues et Mithra se trouve juste entre les deux" (Plutarque, 46, p.33)
    Le but de cet article est de présenter une (...)


  • Le Musée du Tapis d’Iran et son illustre patrimoine artistique

    Afsaneh Pourmazaheri, Farzâneh Pourmazâheri N° 34, september 2008

    Au carrefour où l’avenue Kârgar croise l’avenue Dr. Fâtemi, un vaste terrain s’étend dans l’angle sud, fermé par de minces barrières. On peut voir derrière elles quelques saules pleureurs ombrageant la pelouse. Un peu plus loin se dresse un grand bâtiment blanc dont la forme paraît étrange. Il ressemble en fait à un métier à tisser gigantesque. Impossible de résister à la curiosité qu’il provoque. Je décide d’emblée d’y entrer. Je suis maintenant à l’intérieur du Musée du Tapis d’Iran. Tout en m’approchant de (...)


  • La Russie et la Perse, des voisins qui se connaissent depuis longtemps

    Entretien avec le Professeur Djahânguir Dorri *

    Afsaneh Pourmazaheri, Farzâneh Pourmazâheri N° 32, juillet 2008

    Djahânguir Dorri est professeur de Littérature Persane à l’Université de Moscou. Ayant vécu plus de quarante ans en Russie, ce grand orientaliste irano-russe a réussi à mettre en lumière les valeurs iraniennes et à accroître l’intérêt des Russes pour la culture, la civilisation et la littérature iraniennes. Il fait également partie des membres de l’Institut de Recherche sur l’Orient. Il a rédigé un dictionnaire persan-russe en deux tomes qui est actuellement l’une des références pour les étudiants russes (...)


  • Le Musée du Temps de l’Iran,

    Château des Horloges Immortelles

    Afsaneh Pourmazaheri, Farzâneh Pourmazâheri N° 31, juin 2008

    …Si seulement j’avais un coffre magique, J’aurais emprisonné le temps Si seulement j’avais assez de cris J’aurais condamné les minutes pour leurs crimes Car tout ce que je désire est d’être répété Et n’est qu’un souhait tombé dans l’abîme Oh, l’immense Balancier s’en va Saisissant nos moments dorés sur son chemin…
    Pour nous, êtres humains, le temps veut dire compter des secondes, des minutes, des heures, puis des jours, des semaines, des mois pour ensuite dire qu’un an de plus est passé et que voilà l’autre. (...)


  • La ville de Rey, son ancien bazar et le mausolée de Javânmard Ghassâb

    Afsaneh Pourmazaheri, Farzâneh Pourmazâheri N° 30, mai 2008

    Sous la peau du Rey d’autrefois, de longs bazars réunissaient les vendeurs et les clients de toutes classes et horizons…
    Le bazar est le lieu de commerce par excellence, où se réunissent quotidiennement un grand nombre de clients et de marchands. Généralement, la présence des bazars plus ou moins importants reflète l’importance de chaque ville du point de vue commercial, économique, artistique, etc. C’est pourquoi les gouverneurs de l’époque tentaient de construire de grands bazars aux décorations (...)


  • Entretien avec M. Emmanuel LINCOT, sinologue Français

    La Chine, la France et la religion, en un regard

    Afsaneh Pourmazaheri, Farzâneh Pourmazâheri N° 30, mai 2008

    M. le docteur Emmanuel Lincot est spécialiste de l’art, de la culture et de l’anthropologie chinoise. Il a consacré sa vie universitaire à la réalisation de recherches concernant la Chine qu’il analyse avec minutie et précision. Il est actuellement professeur à l’Institut Catholique de Paris. Lors son dernier voyage en Iran, il a réalisé plusieurs interventions notamment sur la politique et la religion en France, ainsi que sur la vie en Chine.
    "Il faut, d’abord et avant tout ; respiritualiser (...)


0 | 100