N° 50, janvier 2010


  • Le tremblement de terre de Téhéran aura-t-il lieu ?

    Djamileh Zia N° 50, janvier 2010

    Le tremblement de terre de degré 4 sur l’échelle de Richter survenu à Téhéran le 17 octobre 2009 a prouvé que les failles des alentours de la capitale sont actives et a ravivé les angoisses ses habitants ; ils savent qu’un grand tremblement de terre peut survenir dans leur ville à chaque instant, et que bon nombre des constructions ne résisteront pas aux violentes secousses.
    Un tremblement de terre important est un évènement angoissant où qu’il survienne, mais il est clair que les pertes humaines et (...)


  • Le tremblement de terre de Bam
    Retour sur un triste bilan

    Afsaneh Pourmazaheri N° 50, janvier 2010

    Le 26 décembre 2003, un tremblement de terre de 6,5 sur l’échelle de Richter rasa entièrement, en l’espace de sept minutes, la ville iranienne de Bam, ôtant la vie à 30 000 personnes. Triste cerise sur le gâteau, cette tragédie fut aggravée par la destruction de la grande citadelle de Bam, vieille de 2700 ans. Au soir même du drame, les Iraniens portèrent le deuil de leurs infortunés compatriotes et d’une cité devenue site crépusculaire.
    La vieille Perse, au cours de son histoire, fut à plusieurs (...)


  • La sismologie iranienne vue par deux experts français
    Entretien avec Jean-Paul Montagner et Denis Hatzfeld

    Mireille Ferreira N° 50, janvier 2010

    Jean-Paul Montagner est professeur à l’Université Paris 7 et chercheur en géophysique, spécialisé dans la sismologie. Il a dirigé pendant sept ans le Département de sismologie de l’IPG de Paris (Institut de Physique du Globe) puis a assuré, au Ministère de la Recherche, des responsabilités en sciences de la terre, de l’univers et de l’environnement. Depuis trois ans, il exerce à nouveau ses activités de professeur à l’université et continue ses travaux de recherches principalement à l’Institut de Physique (...)


  • La citadelle de Bam demeurera éternelle

    N° 50, janvier 2010

    Le 26 décembre 2003, à 5 h 28 du matin, la terre a tremblé avec une violence extrême dans la ville historique de Bam [1] qui se trouve à environ 1000 kilomètres au sud-est de Téhéran. La citadelle de Bam (Arg-e Bam) fut presque complètement détruite par ce séisme de magnitude 6,3. Occupant une superficie d’environ 200 000 m², cette citadelle est l’une des plus grandes constructions en adobe du monde et elle a été un lieu habité durant plus de vingt siècles. Elle est également une véritable mosaïque de styles architecturaux. ...


  • Entretien avec le Dr. Luis Alberto Vargas, anthropologue et chirurgien mexicain

    Entretien réalisé par

    Afsaneh Pourmazaheri, Farzâneh Pourmazâheri N° 50, janvier 2010

    Né en 1941 à Mexico, le Dr. Luis Alberto Vargas est médecin chirurgien diplômé de l’UNAM (Universidad Nacional Autَnoma de México), anthropologue physique à l’Ecole Nationale d’Anthropologie et d’Histoire, ainsi que docteur en biologie, spécialisé en anthropologie de l’Université de Paris. Il est également chercheur titulaire à l’Institut des Recherches Anthropologiques de l’Université Nationale Autonome du Mexique et membre du Système National des Chercheurs. Il est également membre de l’Académie Mexicaine (...)


  • Histoire de secousses
    Autour d’une fable géologique de Serge Brussolo

    Esfandiar Esfandi N° 50, janvier 2010

    « Le jour où la grande bouche parlera, Modenko, j’espère qu’elle te dira m… »
    Ce qui mordait le ciel… (p.152)
    Le texte ci-dessous relate l’extraordinaire histoire d’une « bourde » interplanétaire imaginée et mise en récit par le prolifique et inventif Serge Brussolo. Cette fable prospective part en réalité d’une « erreur » à forte fonctionnalité narrative qui conduit au déroulement d’une improbable aventure au cœur d’un avenir alternatif, sur une planète à la géographie tourmentée. A ce titre, l’ouvrage du (...)


  • Tremblement de terre et littérature

    Atiyeh Arâbi, Mahssâ Dehghân N° 50, janvier 2010

    Une problématique toujours vivante, la notion de la littérature a suscité d’ardentes polémiques. Mais qu’est-ce que la littérature ? Est-elle un art à part entière, un jeu gratuit visant uniquement la beauté ou un moyen de servir un idéal humain, un instrument d’engagement ?
    Pour nombreux qu’ils soient, les partisans de "tout ce qui est utile est laid" n’arriveront pas à nier la dimension engagée de la littérature. Baptisée "engagée" par Jean-Paul Sartre au début du XXe siècle, la littérature l’était, à (...)


  • Que jamais, nulle part, personne n’ait mon enfance, notre enfance !

    Traduction du persan par

    Atiyeh Arâbi N° 50, janvier 2010

    Ce texte est la traduction d’une discussion entre témoin du tremblement de terre de Roudbâr du 21 juin 1990, Samirâ Bozorgui, et son amie, victime de la catastrophe.
    Salut
    Tu te souviens de moi ? Réfléchis un peu plus… C’est Samirâ ! Ta camarade de 4e à l’école primaire…
    Si tu ne t’en souvenais pas ! Si tu ne te rappelais plus de moi… mais moi, je me souviens bien de toi ; dans la classe, tu t’asseyais toujours au deuxième rang, tout près de la porte.
    Tu t’es inscrite à l’école au milieu de l’année (...)


  • Paris Photo 2009

    19 - 22 novembre 2009

    Jean-Pierre Brigaudiot N° 50, janvier 2010

    C’est une foire d’art consacrée à la photo ; elle est la plus marquante de la saison parisienne et bien que parisienne, elle se présente comme une foire très internationale. Elle se tient au Carrousel du Louvre, cet espace en sous sol que partagent le musée du Louvre, les ruines d’un Paris moyenâgeux, des commerces et les espaces consacrés aux salons et expositions.
    La photo a mis longtemps, très longtemps, à acquérir le statut d’art à part entière. Elle fut d’abord reconnue comme technique, ce qui (...)


  • La dimension initiatique des Grands Chemins de Jean Giono

    Maryam Farhâni N° 50, janvier 2010

    Après la première guerre mondiale au XXe, le genre romanesque devient plus fertile et plus varié que jamais. Il s’épanouit dans les directions les plus diverses ; parmi ces courants romanesques variés, il y a des écrivains qui évoquent les rigueurs de la réalité sociale ou exaltent les beautés de la vie rustique. De même, comme Bernard Alluin écrit, « leurs récits peuvent revêtir le charme de l’évolution nostalgique en ressuscitant le paradis perdu de l’enfance et de la terre natale. » [1] Mais ces écrivains (...)


  • La céramique en Iran
    une exposition du groupe Naghsh o Khâk au Centre Sabâ

    Djamileh Zia N° 50, janvier 2010

    Le centre Sabâ de l’Académie des Arts d’Iran a exposé du 30 octobre au 23 novembre 2009 les œuvres de céramique du groupe Naghsh o Khâk (dessin et terre), fondé il y a une dizaine d’années par les élèves de Mme Farideh Tathiri-Moghaddam. Ce groupe travaille avec la terre blanche de Zonouz, village situé près de la ville de Marand, dans la province d’Azerbaïdjan de l’Est. Farideh Tathiri-Moghaddam a eu l’idée d’un musée vivant de la céramique pour préserver et faire connaître les méthodes traditionnelles de (...)


  • Quelques réflexions libres sur le "doute"

    Karim Modjtahedi N° 50, janvier 2010

    Le doute sous la forme d’une opération mentale semble commun à tous les hommes, cependant il va sans dire que nous ne doutons pas toujours de la même façon, ni pour les mêmes raisons, ni pour les mêmes fins.
    Sans vouloir soulever ici des questions psycho-sociologiques ni celles qui touchent aux problèmes historico-culturels, nous pourrions essayer de savoir s’il n’y aurait pas la possibilité d’un doute qui dépasserait justement les différents horizons de nos traditions et cultures, et qui se (...)


  • Entretien avec le Dr. Luis Alberto Vargas, anthropologue et chirurgien mexicain

    Entretien réalisé par

    Afsaneh Pourmazaheri, Farzâneh Pourmazâheri N° 50, janvier 2010

    Né en 1941 à Mexico, le Dr. Luis Alberto Vargas est médecin chirurgien diplômé de l’UNAM (Universidad Nacional Autَnoma de México), anthropologue physique à l’Ecole Nationale d’Anthropologie et d’Histoire, ainsi que docteur en biologie, spécialisé en anthropologie de l’Université de Paris. Il est également chercheur titulaire à l’Institut des Recherches Anthropologiques de l’Université Nationale Autonome du Mexique et membre du Système National des Chercheurs. Il est également membre de l’Académie Mexicaine (...)


  • Le tumâr ou rouleau de parchemin

    Shadi Oliaei N° 50, janvier 2010

    Rédaction des tumâr
    Depuis plusieurs siècles, mais surtout à partir de l’époque safavide, le récit des contes en Iran était une profession d’initiés. Parmi les naqqâl (conteurs), les plus instruits acquéraient une réelle réputation de maître et ils étaient régulièrement sollicités à la cour des sultans. Ils reprenaient ou créaient des histoires sur les récits historiques et composaient des rouleaux de parchemin pour les diffuser ensuite à leurs élèves. L’écriture du rouleau de parchemin leur était nécessaire (...)


  • Un autre itinéraire de la Route de la Soie : de Ninive à Agra, en passant par Ecbatane en compagnie de l’ange de Tobie pour un chemin de guérison intérieure

    Jean-Marc Arakelian N° 50, janvier 2010

    Lorsque l’on entend le nom de Marco Polo, on fait automatiquement le rapprochement avec la Route de la Soie, mais quand on entend le nom de Paul Wilhelm Ferdinand von Richthofen, géographe allemand, cela est sans doute moins parlant ou moins poétique. Cependant, c’est bien à ce dernier que l’on doit l’invention du terme de la route de la Soie vers 1870. Sans forcément le vouloir, ce terme était amené à désigner en réalité non pas une route mais un ensemble de chemins qu’empruntaient les commerçants, les (...)


  • Réflexion sur la notion de miracle et de prodige en islam à travers l’exemple de Karbalâ’i Kâzem, "signe" vivant de la foi

    Amélie Neuve-Eglise N° 50, janvier 2010

    "Lumière sur lumière. Dieu guide vers sa lumière qui Il veut".
    Sourate "Al-Nour" ("La lumière"), verset 35.
    "Nous leur montrerons Nos signes dans l’univers et en eux-mêmes,
    Jusqu’à ce qu’il leur devienne évident que cela est la Vérité.
    Ne suffit-il pas que ton Seigneur soit témoin de toute-chose ?"
    Sourate "Fussilat" (" Les versets détaillés"), verset 53.
    Il y a une centaine d’années, dans un petit village du centre de l’Iran, un soir, un jeune paysan pauvre et analphabète ne rentre pas chez lui. (...)


  • Notre maison de cinquante-deux mètres

    Traduit par
    Shahrzâd Mâkoui

    Soghrâ Aghâ-Ahmadi N° 50, janvier 2010

    Une, deux, trois, quatre marches jusqu’au toit. J’ouvre la porte du toit de ma maison. Je suis maintenant sur le plus haut toit du quartier puisque notre maison est la plus haute de tous les environs. Nous habitons le dernier étage d’un immeuble qui en possède dix-huit. Amir et moi venons juste de nous l’offrir à force d’économies. Et donc, ce toit du dix-huitième étage est à nous. A Amir et moi. Personne d’autre n’en veut. Personne n’a le temps d’y monter, de s’y promener. Chacun peut voir de son étage (...)


  • Bleuet & Lynx

    Mortéza Johari N° 50, janvier 2010

    Bleuet
    Nom scientifique : Centaurea cyanus
    Nom persan : Gol-e Gandom
    e bleuet est une plante annuelle qui pousse en automne de préférence dans les terres sableuses, calcaires et argileuses, en automne et rarement au printemps. Ses feuilles vertes ou blanches sont grandes et ovoïdes, fines, pointues et couvertes de poils. La tige mince et duvetée mesure de 25 à 80 cm. Les fleurs sont de couleur violette, bleue et blanche et situées à l’extrémité de la plante. La saison de floraison est en été (...)