N° 50, janvier 2010

Tremblement de terre et littérature


Atiyeh Arâbi, Mahssâ Dehghân


Une problématique toujours vivante, la notion de la littérature a suscité d’ardentes polémiques. Mais qu’est-ce que la littérature ? Est-elle un art à part entière, un jeu gratuit visant uniquement la beauté ou un moyen de servir un idéal humain, un instrument d’engagement ?

Le tremblement de terre de Tabriz en 1778 provoqua la destruction des coupoles et des arches de la Mosquée Kaboud.

Pour nombreux qu’ils soient, les partisans de "tout ce qui est utile est laid" n’arriveront pas à nier la dimension engagée de la littérature. Baptisée "engagée" par Jean-Paul Sartre au début du XXe siècle, la littérature l’était, à dire vrai, depuis sa genèse. Elle s’engage ; lorsqu’elle nous parle des maux et des douleurs, lorsqu’elle se préoccupe du destin de son peuple, des souffrances qu’ils éprouvent. Non seulement elle ne consent pas à rester muette à l’égard des évènements qui font trembler la vie des gens, mais encore elle cherche à y apporter des solutions.

Parmi tous les maux que l’homme subit, celui que la nature lui impose paraît le plus dévastateur, le plus touchant. La singularité et l’ampleur des catastrophes naturelles, généralement à grande échelle, affectent les esprits. Ces esprits tourmentés commencent à s’exprimer, aujourd’hui dans les médias, auparavant dans les ouvrages littéraires.

Nombreux sont les témoignages littéraires évoquant des catastrophes naturelles ainsi que les nécessaires reconstructions. Si un événement peut être catastrophique pour les populations qui en sont victimes, c’est dans bien des cas le discours tenu sur lui qui lui confère ou non un statut de catastrophe. Grâce à la plume des écrivains et poètes engagés, de nombreux évènements ont été gravés dans la mémoire de l’humanité ; témoignage des évènements passés servant ensuite de référence aux études ultérieures.

Au cours de l’Histoire, ces écrits savants ou populaires ont fait des catastrophes naturelles, dont le tremblement de terre ou le séisme, un thème récurrent de la littérature. Présent dans les discours politiques et religieux comme dans les représentations, le thème du séisme traverse toutes les périodes et tous les pays, depuis l’Antiquité jusqu’à présent.

Les récits qui en témoignent ne se limitent pas à rendre compte des événements survenus ; par la manière dont ils sont construits et présentés, ils sont l’expression de la façon dont les sociétés vivent avec la menace, acceptent ou occultent le risque. Au-delà de la description du désastre, l’écrivain trouve un prétexte pour engager une réflexion sur l’idée que le peuple se fait de celui-ci. Comment un peuple réagit vis-à-vis d’une catastrophe telle que le tremblement de terre ? Est-il possible de trouver un lien entre la foi religieuse et la façon d’interpréter les calamités naturelles ? Les prennent-ils pour un signe de colère divine, une punition de Sa part ou tout simplement pour un phénomène naturel, causé par des facteurs géologiques ? Comment arrivent-ils à se solidariser afin de réparer les dégâts et de consoler les âmes traumatisées ? On pourrait notamment esquisser une réponse à ces questions à travers les différentes lignes des récits et poèmes.

Le célèbre « Poème sur le désastre de Lisbonne » de Voltaire est à ce titre exemplaire. Le premier novembre 1755, le tremblement de terre de Lisbonne avec ses trente mille morts provoque un choc considérable. Cet événement touche profondément la sensibilité philosophique et humaniste du XVIIIe siècle et Voltaire, en particulier, restera obsédé par cette catastrophe. Si lorsqu’on évoque aujourd’hui le tremblement de terre de Lisbonne, une image particulière se présente instantanément à notre esprit, on la doit sans doute en grande partie à la description que nous en a transmise Voltaire.

Tremblement de terre à Bou’în-Zahrâ, Ghazvin,1962

Pour leur part, les Iraniens, dans un pays dont la sismicité est considérée comme élevée, ont pris l’habitude de vivre avec cette réalité parfois meurtrière, et de l’expérimenter dans leur quotidien – concrètement ou par le souvenir. On les entend parler, çà et là, d’une manière nostalgique des épreuves vécues, des blessures non cicatrisées, de la perte irréparable de leurs proches, etc. C’est aussi sous la plume de l’écrivain que s’immortalisent ces souvenirs et qu’ils atteignent leur aspect le plus pathétique. Si Ghatrân Tabrizi, poète persan de Ve siècle de l’Hégire (Xe siècle), n’avait pas entrepris d’exprimer sous forme de vers émouvants, les détails du tremblement de terre survenu à Tabriz à l’époque, nous n’aurions pas disposé d’informations sur cet évènement qui serait sans doute tombé dans l’oubli. La jeune génération iranienne découvre l’existence des tremblements de terre de Ghazvin, Roudbâr et Ardebil grâce aux écrivains et aux poètes tels Jalâl Al-e Ahmad ou Sâdeq Choubak qui y ont consacrés de longs passages dans leurs œuvres. Ce dernier adopte pour incipit de son roman intitulé Sangué Sabour une scène de tremblement de terre qui a eu lieu dans le sud de l’Iran. De même Al-e Ahmad, dans Une pierre sur une tombe, fait allusion au tremblement de terre de Ghazvin dont il dépeint l’horreur des décombres et les victimes.

Ainsi la littérature est témoin et s’engage face aux malheurs des hommes. Responsable à plus forte raison, l’écrivain recrée des scènes de tremblement de terre et en décrit l’impact sur les destins personnels. Ses efforts en vue de provoquer un effet de compassion chez le lecteur entraînent une réaction de solidarité active, ou du moins émotionnelle. Une étude attentive des ouvrages littéraires qui ont abordé le thème de la catastrophe naturelle nous révèle également certaines caractéristiques de la société concernée.


Visites: 2706

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



7 Messages

  • Tremblement de terre et littérature 21 mars 2013 17:31, par mehdi assem

    Après ces punitions d’ALLAH météorite en Russie tempête de neige en Europe la mort des poissons en Brésil les catastrophes naturelles dans ce petit monde c’est la fin du monde aux non musulmans de convertir a l’islam pour éviter l’enfer ALLAH dit (Ô hommes ! Craignez votre Seigneur, car le tremblement de l’Heure dernière sera quelque chose de terrifiant !. Le jour où il se produira, toute nourrice oubliera son nourrisson, toute femelle enceinte enfantera avant terme et les hommes donneront l’impression d’être ivres, bien qu’ils ne le soient pas, car le châtiment de Dieu sera terrible.)1et2 sourate Al-Hadji l’Heure c’est la fin du monde ce message avant ce cataclysme

    repondre message

  • Tremblement de terre et littérature 16 avril 2013 20:58, par mehdi assem

    Pour éviter un cataclysme historique dans les pays de Golfe et dans le monde après l’avertissement et la punition d’ALLAH ce fort séisme en Iran aux pays arabes d’appliquer la charia islamique et a l’Iran de mettre fin a leur code satanique le chiisme aujourd’hui attention a la vengeance d’ALLAH

    repondre message

  • Tremblement de terre et littérature 16 septembre 2014 13:11, par mehdi assem

    En islam la fin du monde après les éruptions des volcans et les multiplies séismes si la fin du monde 19.9.2014 aux non musulmans de convertir a l’islam pour éviter la peur et l’enfer

    repondre message

  • Tremblement de terre et littérature 1er novembre 2015 12:35, par mehdi mountather

    Séisme en Iran en Pakistan le cyclone Chapala punition d’ALLAH donc aux présidents et les rois des pays musulmans d’appliquer la charia islamique le 1.11.2015 pour éviter leurs extermination et l’extermination de leurs peuples par cyclone ouragan les séismes plus 5 tsunami déluge astéroïde météorite volcan comme l’extermination de pharaon Aad Thamoud Karoune koum Nouh koum Loth attention a la vengeance d’ALLAH la fin de chiisme ou la fin de l’Iran par les séismes Daech des criminels.

    repondre message

  • Tremblement de terre et littérature 30 mai 2016 14:55, par mehdi mountather

    Ces catastrophes naturelles punition d’ALLAH contre les amis de satan depuis notre père Adam a ce jour satan mourra donc normal ces séismes a Médéa en Algérie la mort de satan et la fin du monde donc aux êtres humains de se convertir a l’islam aujourd’hui pour éviter l’enfer merci.

    repondre message

  • Tremblement de terre et littérature 25 février 2017 17:16, par mehdi mountather

    L’augmentation des séismes dans le monde en islam c’est la fin du monde les non musulmans a l’enfer la preuve ce Verset dans le Coran ALLAH dit ( Quiconque recherche en dehors de l’islam une autre religion, celle-ci ne sera point acceptée de Lui , et dans l’autre monde, il sera du nombre des réprouvés.) Verset 85 Sourate Al-i’lmran donc aux non musulmans de se convertir a l’islam avant ce cataclysme pour éviter la panique et l’enfer convertir a l’islam avant qu’y ne soit trop tard merci.

    repondre message

  • Tremblement de terre et littérature 27 janvier 14:30, par mehdi mountather

    L’augmentation des séismes et les éruptions volcanique en islam normal c’est la fin du monde si la fin du monde février 2018 aux êtres humains de se convertir a l’islam pour éviter l’enfer ALLAH dit ( Ô hommes ! Craignez votre Seigneur, car le tremblement de l’Heure dernière sera quelque chose de terrifiant ! Le jour où il se produira, toute nourrice oubliera son nourrisson, toute femelle enceinte enfantera avant terme et les hommes donneront l’impression d’être ivres, bien qu’ils ne le soient pas, car le châtiment de Dieu sera terrible. ) Verset 1 et 2 Sourate Al-Hajj le pèlerinage.

    repondre message