N° 91, juin 2013


  • Géographie de la province d’Ilâm

    Ali Mokhtâri Amin N° 91, juin 2013

    La province d’Ilâm est l’une des 30 provinces de l’Iran. Située à l’extrême ouest du pays avec ses 19 086 km² de superficie, elle se trouve dans une zone élevée et montagneuse. La capitale de cette province est la ville d’Ilâm et elle est bordée par l’Irak à l’ouest, au sud par la province du Khouzestân, à l’est par la province du Lorestân et au nord par la province de Kermânshâh.
    En termes de climat, Ilâm possède des conditions climatiques uniques, autrement dit, les saisons à Ilâm s’emmêlent tant que les pics (...)


  • Brève histoire de la province de l’Ilâm

    Afsaneh Pourmazaheri, Esfandiar Esfandi N° 91, juin 2013

    L’actuel Ilâm, situé entre le plateau iranien et l’Irak, a toujours bénéficié au cours de son histoire, d’un statut stratégique particulier. De là les nombreuses excavations archéologiques dont il fit l’objet, notamment au XIXe siècle.
    Riche histoire que celle des métamorphoses patronymiques successives de la province de l’Ilâm. Elle tient son nom d’une appellation babylonienne qui signifiait originellement "région haute et montagneuse", d’un lieu que les autochtones situaient à l’ouest de leur territoire (...)


  • La diversité des dialectes dans la province d’Ilâm (Elam)

    Ali Mokhtâri Amin N° 91, juin 2013

    La province d’Ilâm, connue dans l’Antiquité sous le nom de Aryvjan, a été le berceau de l’une des premières et des plus anciennes civilisations du monde. Selon la division géographique actuelle, l’Ilâm (Elam) antique comprenait les provinces du Khouzestân, Ilâm, Kohkilouyeh et Boyer Ahmad, ainsi qu’une partie des provinces actuelles de Fârs, Boushehr, Lorestân, Kermânshâh, Tchahâr Mahâl et Bakhtiâri. La tribu qui habitait dans ces régions fut nommée Hatamti puis Atamti, ce qui signifiait « montagneux » en (...)


  • L’Elam (Ilâm) antique ou le berceau de la culture iranienne

    Shahâb Vahdati N° 91, juin 2013

    Les Elamites nommaient leur pays Haltamti qui signifie Le Pays du Seigneur, d’où le nom d’Elam premièrement apparu dans les registres hébraïques. Alliés de Suse depuis 2007 av. J.-C., ils mirent fin à l’empire d’Ur et s’ensuivit, juste après, l’annexion de Suse par Elam. La ville de Suse fut construite en 4000 av. J.-C. Les pouvoirs d’Ur et d’Akkad s’intéressaient au plateau iranien contrôlé par Elam pour ses ressources naturelles comme le bois, la pierre et les métaux, et l’attaquaient souvent. Leurs (...)


  • Les vêtements traditionnels d’Ilâm

    Mehrozzamân Toubân - Amangaldi Zamir
    Traduit par

    Babak Ershadi N° 91, juin 2013

    Le Projet de recensement des vêtements traditionnels fut appliqué dans toutes les provinces iraniennes, à l’initiative du Centre des études anthropologiques de l’Organisation iranienne du patrimoine culturel, du tourisme et de l’artisanat. Ce projet fut réalisé dans la province d’Ilâm en 1995 par l’anthropologue Amangaldi Zamir. Ce dernier enrichit son travail par des études de terrain et des recherches en bibliothèque. Son livre présente ainsi des informations complètes sur les vêtements traditionnels (...)


  • Les armes en bronze fabriquées en Ilâm (Elâm)*

    Manouchehr Moshtagh Khorasani N° 91, juin 2013

    1. Introduction
    L’Ilâm est une région antique située dans le sud-ouest de l’Iran dont la longue histoire s’étend sur presque trois millénaires, d’environ 3200 av. J.-C. à 500 av. J.-C. Sa civilisation historique et importante était la voisine directe de la Mésopotamie. La relation entre l’Ilâm et la Mésopotamie a été marquée par des périodes de coexistence pacifique, mais aussi de conflits violents et de guerres. Les anciens textes attestent que les Etats élamites appartenaient aux principales forces (...)


  • La guerre Iran-Irak et ses conséquences
    dans la province d’Ilâm

    Nassim Lotfnejâd N° 91, juin 2013

    La guerre Iran-Irak, connue en Iran sous le nom de Guerre Imposée (en persan : jang-e tahmili) ou Défense sacrée (defa’-e moqaddas), et en Irak sous le nom de Qadessiyyah de Saddam, est une guerre qui a opposé l’Irak à l’Iran de septembre 1980 à août 1988. Elle débuta le 22 septembre 1980 à 14 h 15 heure locale, lorsque l’aviation irakienne bombarda l’aéroport international de Téhéran. Deux jours plus tard, l’armée irakienne entrait en Iran. Les objectifs affichés de la guerre étaient d’obtenir le (...)


  • Pensée iranienne contemporaine – études religieuses et philosophiques (X)
    Commentaire du verset de la Lumière (ayat al-nûr)
    de ’Allâmeh Seyyed Mohammad-Hossein Hosseini Tehrâni*
    (4ème partie)

    Traduction et adaptation :

    Amélie Neuve-Eglise N° 91, juin 2013

    "Si les hommes connaissaient la valeur de la connaissance de Dieu,
    ils ne jetteraient pas leurs regards sur les attraits de la vie de ce monde. […]
    En vérité, la connaissance de Dieu est le compagnon de tout esseulement, l’ami de toute solitude,
    la lumière de toute obscurité, la force de toute faiblesse et le remède de toute maladie."
    Imâm Sâdeq, Al-Kâfi, vol. 8, p. 247, no. 347
    اللَّهُ نُورُ السَّمَاوَاتِ وَالْأَرْضِ
    "Dieu est la Lumière des cieux et de la terre." (24:35)
    Dans la partie précédente, (...)


  • Une histoire dynamique de la littérature française

    Tahmouress Sadjedi N° 91, juin 2013

    Le directeur de l’ouvrage, Jean-Yves Tadié, dont le nom est bien connu en Iran à travers les deux versions persanes de sa Critique littéraire au XXe siècle, tient à préciser dans son "Avant-propos" que la description des œuvres n’est pas possible en si peu d’espace de seize cents pages, et qu’il s’agit plutôt d’arrêter le temps dans des grands tableaux. Mais, malgré cette restriction, on peut y suivre l’apparition du concept de littérature, son apogée et sa mise en question dans la seconde moitié du XXe (...)


  • Du yoga en Afghanistan,
    ou comment guérir les blessures de la guerre
    Entretien avec Amandine Roche

    Elodie Bernard N° 91, juin 2013

    Militante des droits de l’Homme et de la non-violence, la Française Amandine Roche est consultante au sein de l’Union européenne et des Nations-Unies. Basée en Afghanistan, Amandine a créé sa fondation, Amanuddin Foundation, en vue de promouvoir la culture de paix et de non-violence dans le pays grâce, entre autres, aux pratiques de yoga et de méditation.
    Enseigner le yoga et la méditation en Afghanistan est un projet qui peut paraître audacieux pour des personnes qui n’ont jamais pratiqué le yoga. (...)


  • Renault et l’Iran
    Entretien avec Louis Schweitzer

    Mireille Ferreira N° 91, juin 2013

    Après une absence d’un peu plus de deux décennies, le groupe automobile français Renault est de retour en Iran avec la Mégane et la Tondar 90 (Tondar navad en persan) commercialisée sous le nom de Logan dans les autres pays, deux modèles Renault dont la présence se fait remarquer sur les routes iraniennes depuis 2007. Louis Schweitzer, Président Directeur Général du groupe Renault de 1992 à 2005, maître d’œuvre de ce nouveau projet industriel, réalisé à la demande des autorités et des constructeurs (...)


  • Le musée Moghaddam à Téhéran

    Sarah Mirdâmâdi N° 91, juin 2013

    Dans le sud de la capitale iranienne, entre l’avenue Imâm Khomeyni et la place Hassan Abâd, dans l’un des quartiers les plus animés, la maison et le musée Moghaddam constituent un monde à part. En franchissant sa porte, on laisse soudain de côté le vacarme de la ville pour entrer dans une demeure qui conserve une mémoire d’une époque passée. Cette demeure ancienne appartenait à Mohsen Moghaddam, le cadet des fils de Ehtesâb al-Molk, maire de la ville à l’époque qâdjâre et du règne de Nâssereddin Shâh. (...)


  • Le désert de Maranjâb :
    beau lieu de randonnée désertique

    Arefeh Hedjazi N° 91, juin 2013

    Situé au nord de la région d’Arân-Bidgol dans la province d’Ispahan, le désert de Marandjân est bordé au nord par le lac salé d’Arân-Bidgol, à l’ouest par le désert de Massileh et les lacs salés de Howz Soltân et de Howz Mareh, à l’est par le désert rocheux de Bandrig et au sud par les villes de Kâshân et Arân-Bidgol.
    L’altitude moyenne du désert de Maranjâb est d’environ 850 mètres au dessus du niveau de la mer et une grande partie de ce désert est couvert de collines de sable et de collines rocheuses. La (...)