N° 164, juillet 2019


  • Les jours fériés et les congés payés : véritables moteurs de la culture des vacances

    Babak Ershadi N° 164, juillet 2019

    u’est-ce que les vacances ? La question peut paraître simple, mais la réponse est incroyablement complexe, car même pour définir les vacances, il est indispensable de prendre en considération plusieurs éléments différents.
    Le concept de « vacances » n’est pas une notion moderne, mais sa signification a beaucoup changé depuis la première moitié du XXe siècle. Aujourd’hui, les vacances signifient une période pendant laquelle une personne cesse ses activités habituelles. Mais les vacances ne sont pas (...)


  • Les voyages de Norouz : exemple du changement de la signification des « vacances »

    Arash Khalili N° 164, juillet 2019

    Les vacances sont une période de temps pendant laquelle une personne ou toute une société cesse ses activités habituelles. Mais nous vivons aujourd’hui une époque où la signification des vacances a changé de façon perceptible par rapport au passé. Autrefois, si les gens cessaient leurs activités habituelles, c’était essentiellement pour s’occuper ensemble d’autres activités prédéfinies comme des cérémonies ou des fêtes rituelles. Les « vacances » n’étaient donc pas destinées à ne « rien faire » ou à « faire (...)


  • L’origine des jours fériés en Iran à l’occasion d’événements politiques et culturels

    Samirâ Deldâdeh N° 164, juillet 2019

    En Iran, les vendredis sont les seuls jours fériés de la fin de la semaine. Quant aux jours fériés nationaux, ils célèbrent généralement le souvenir d’un événement historique, religieux ou culturel. Dans le présent article, nous allons voir de près l’origine de quelques-unes de ces dates déterminantes du calendrier iranien en nous appuyant sur les sources historiques. Le 1er farvardin (21 mars) : le premier jour du Nouvel An, la fête de Norouz
    À l’instar de la nature qui se renouvelle et se régénère au (...)


  • Jours fériés religieux en Iran : commémoration de l’unité sociale
    Le cas des cérémonies de l’Aïd el-Fetr et de Tâsou’â et Âshourâ dans le village de Derav

    Zeinab Golestâni N° 164, juillet 2019

    En Iran, les jours fériés se divisent en trois catégories : les jours « nationaux », révolutionnaires et religieux. Cette dernière catégorie, qui représente 15 jours de l’année solaire, comprend les fêtes islamiques, l’anniversaire de la naissance du Prophète et des Imâms chiites, ainsi que la célébration de leur décès ou martyre. Les jours religieux, suivants, sont fériés dans le calendrier iranien : 27 Rajab (fête de Mab’as, début de la mission prophétique de Mohammad), 1e Shawwâl (fête de l’Aïd el-Fetr), 10 (...)


  • Les jours fériés les plus importants
    en Iran

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 164, juillet 2019

    Le calendrier iranien comporte 52 vendredis, jours fériés. Il existe en outre près de 30 jours fériés pour des raisons religieuses et nationales.
    Nowrouz
    Nowrouz ou Norouz, la plus importante fête traditionnelle des Iraniens, est célébrée chaque année du 1er au 4 farvardin. Cette fête est célébrée chaque année depuis plus de 2000 ans. Elle commence le premier jour du printemps, correspondant également au premier jour du calendrier iranien. Nowrouz est aussi une tradition antique mazdéenne. A l’époque (...)


  • La nationalisation du pétrole :
    le 29 esfand du calendrier iranien

    Marzieh Khazâyi N° 164, juillet 2019

    e calendrier de chaque nation constitue une mémoire des jours les plus importants de son histoire, qu’ils constituent de bons ou de mauvais souvenirs. Connaître la mémoire historique liée à ces jours permet de mieux saisir les spécificités de l’histoire et de la culture d’un pays. Cet article vise à présenter l’un des jours importants du calendrier iranien, le 29 esfand, qui est celui de la nationalisation du pétrole iranien. Nous nous interrogerons sur les raisons ayant conduit les Iraniens à (...)


  • Désert de Lout :
    le point le plus chaud de la planète

    Babak Ershadi N° 164, juillet 2019

    Le désert de Lout est situé dans le sud-est de l’Iran entre les trois provinces de Kermân, du Sistan-et-Baloutchistan, et du Khorâssân du Sud. Ce désert se trouve à 100 km à l’est de la ville de Kermân, l’une des villes historiques de l’Iran. Il est situé au nord de la ville de Bam et de sa citadelle historique, inscrite sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO en 2004. Le désert de Lout est également situé à l’ouest de Shahr-e Soukhteh (Ville brûlée) inscrite, quant à elle, sur la liste du Patrimoine (...)


  • Abarkouh, un joyau du désert central
    de l’Iran

    Arash Khalili N° 164, juillet 2019

    Abarkouh (anciennement Abarqou) est une ville de la province de Yazd au centre de l’Iran, située elle-même au centre d’un département du même nom. Selon le recensement national de 2016, la population de la ville était de 27 524 âmes (51 103 au département). Les habitants sont persanophones et parlent avec un accent qui est perceptiblement différent de celui de Yazd, d’Ispahan ou de Shirâz.
    Abarkouh se situe sur le plateau aride du centre de l’Iran. Le désert y est limité au sud et à l’ouest par les (...)


  • Le Parc – II/III

    Rorik Dupuis N° 164, juillet 2019

    Je pars
    Je passe mon temps à partir
    Je demande parfois mon chemin
    Je choisis mon interlocuteur
    En fonction de sa réserve
    C’est là-bas après le cimetière
    Dans la rue qui monte très fort
    Vous verrez
    Je file à l’allemande à l’italienne
    Je suis projeté dans la ville-satellite
    Avec des responsabilités de grand garçon
    Ça a le goût de la pluie
    Il est l’heure de voir passer les missiles balistiques
    Et d’en espérer quelque chose
    Ce n’est pas ce que j’ai voulu
    À l’origine j’ai voulu
    Quelque chose de (...)