Khadidjeh Nâderi Beni

112 articles

  • Les minorités de Kermânshâh

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 142, septembre 2017

    Les fouilles archéologiques à Kermânshâh attestent que depuis plusieurs milliers d’années, cette région a été le lieu de résidence d’un grand nombre d’ethnies iraniennes. De nos jours, la région jouit toujours d’une grande diversité ethnologique et donc culturelle. La province actuelle de Kermânshâh abrite plus particulièrement une grande partie de la population kurde d’Iran. Selon les documents historiques, les Kurdes sont considérés comme descendants des Mèdes et jouissent d’une riche et ancienne (...)


  • La poésie kurde et les poètes kurdes de Kermânshâh

    Djalil Ahangar Nejâd*
    Traduction et adaptation :

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 142, septembre 2017

    En tant que région dotée d’une histoire ancienne, Kermânshâh jouit d’un patrimoine culturel très riche. L’un des piliers de la culture kurde est sans aucun doute la littérature, et plus particulièrement la poésie kurde. Chez les peuples de Kermânshâh, cette poésie est connue sous le nom de she’r-e kermâshâni ou kalhor. Selon les experts et du point de vue thématique, la poésie kermâshâni est divisée en deux groupes :
    1) La poésie populaire, qui traite essentiellement de la vie quotidienne des tribus kurdes de (...)


  • Les traductions françaises des
    œuvres de Saadi

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 141, août 2017

    Saadi, qui compte parmi l’un des grands poètes populaires de la littérature persane, eut une certaine influence sur plusieurs poètes européens et plus particulièrement français dès le XVIIe siècle, jusqu’au milieu du XIXe siècle. Il est considéré comme le premier poète persan à acquérir une certaine popularité en Europe. En France, un bon nombre d’écrivains et de poètes lui réservent un accueil favorable ; chacun interprétant ses œuvres selon ses goûts et à sa propre manière dans les milieux littéraires (...)


  • La figure de la femme dans
    la littérature persane
    traditionnelle et contemporaine

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 140, juillet 2017

    Selon un regard traditionnel, l’être masculin occupe souvent une place primordiale dans la littérature ; et quand bien même l’être féminin n’y serait pas absent, sa présence sert souvent à refléter les besoins et désirs masculins. Dans un système culturel dominé par les hommes, l’image des femmes ne peut être que le reflet de la face cachée de l’être masculin. La femme, tantôt comme symbole du bien, tantôt comme celui du mal, s’est vu conférer des rôles différents et contradictoires dans la littérature persane (...)


  • Nouvelles sacrées (XLI)
    L’armée de l’air iranienne et la Défense sacrée
    (3ème partie)

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 140, juillet 2017

    Durant les derniers jours de la guerre Iran-Irak, l’armée irakienne, toujours appuyée par les aides de ses alliés arabes et occidentaux, tente de lancer des attaques-surprises contre les plates-formes et les navires iraniens afin d’empêcher les exportations de pétrole iranien et, donc, d’interrompre les échanges commerciaux maritimes de l’Iran. Avec le début d’une vague d’intenses bombardements contre les navires iraniens, les commandants de l’armée de l’air planifient plusieurs opérations dans les eaux (...)


  • Patrimoine culturel du Khorâssân-e Razavi

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 138, mai 2017

    Selon une définition courante, le folklore ou la culture traditionnelle et folklorique est l’ensemble des créations émanant d’une communauté culturelle, fondées sur la tradition et représentant l’identité culturelle de la communauté. Elles comprennent entre autres la langue, la littérature, la musique, les jeux, les mythologies, les rites, l’artisanat, les vêtements, l’architecture et des types d’arts très variés. Le patrimoine culturel du peuple du Khorâssân-e Razavi ressemble à de nombreux égards à celui (...)


  • Les Iraniens de
    l’étranger (II)
    L’immigration iranienne au Canada

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 138, mai 2017

    Deuxième pays du monde de par sa superficie, le Canada attire chaque année un grand nombre d’immigrés dont il a besoin pour la progression de son économie : les services d’immigration du pays ont ainsi divers programmes destinés à faciliter l’entrée des étrangers au pays. En outre, le gouvernement canadien a tenté de simplifier les démarches administratives d’accueil pour les immigrants. Le nombre croissant d’immigrants arrivés du monde entier a créé au Canada une société multiculturelle. D’après les (...)


  • Nouvelles sacrées (XL)
    L’armée de l’air iranienne et la Défense sacrée
    (2ème partie)

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 138, mai 2017

    Durant les huit années de Guerre, l’armée de l’air iranienne participe activement à la plupart des opérations afin d’appuyer les unités opérationnelles. Les aéronefs militaires ont alors une maîtrise absolue du ciel du pays, empêchant toute avancée de troupes ennemies. Nous allons ici évoquer certaines grandes opérations et missions accomplies par les combattants de l’armée de l’air durant la Défense sacrée.
    L’Opération H-3
    Il s’agit d’une vaste attaque-surprise contre la base aérienne Al-Walid à l’ouest (...)


  • La mosquée dans les poèmes de Hâfez et Mowlavi*

    Hamid Ghanbari
    Résumé et traduction par :

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 137, avril 2017

    En analysant selon une approche intertextuelle les textes littéraires persans, il apparaît qu’il existe un lien de dépendance et d’influence mutuelle entre la littérature persane et la mosquée en tant que lieu sacré pour prier un Dieu unique. Le thème de la mosquée a été une importante source d’inspiration pour les poètes iraniens versés dans les thématiques religieuses. Depuis l’arrivée de l’islam jusqu’à nos jours, la littérature persane a considérablement participé à l’enrichissement de la spiritualité de (...)


  • Nouvelles sacrées (XXXIX)
    L’armée de l’air iranienne et la Défense sacrée
    (1ère partie)

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 136, mars 2017

    D’après les experts militaires, la supériorité aérienne de l’Iran face aux chasseurs irakiens durant la guerre a été l’un des éléments clés de la suprématie dans les affrontements aériens. En septembre 1980, l’invasion irakienne débute avec une vague d’intenses bombardements contre certains aéroports et bases militaires iraniens. Cet assaut se prolonge dans de vastes attaques terrestres contre les territoires ouest, et plus précisément les villes de Khorramshahr et Abâdân. Au premier jour de la guerre, un (...)


  • Etude sur la sociologie du cinéma iranien du siècle dernier
    (de 1925 à 2005)

    Mohsen Fâtehi*
    Résumé et traduit par :

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 135, février 2017

    L’histoire de la production cinématographique en Iran remonte à plus d’un siècle. En 1929, on voit l’apparition du premier film iranien, Abi va Râbi, réalisé par Ovenes Oganians et le premier film sonore de l’histoire du cinéma iranien s’appelle Dokhtar-e Lor (La fille Lor), réalisé en 1932 par Abdolhossein Sepantâ. Ce symbole de modernité reçoit un accueil enthousiaste en Iran dès son arrivée et compte rapidement parmi les arts les plus populaires. Etant donné que le cinéma et la société exercent des (...)


  • Nouvelles sacrées (XXXVIII)
    Les adolescents martyrs de la Défense sacrée

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 135, février 2017

    Les jeunes Iraniens, y compris les écoliers et lycéens, ont joué un rôle important dans la victoire de la Révolution de 1979 aussi bien que tout au long de la guerre Iran-Irak. Les statistiques de la Guerre montrent que plus de 550 000 élèves se sont rendus au front, et que le nombre des adolescents martyrs (de 12 à 18 ans) dans les combats directs dépasse 26 000. Dans l’histoire de la Défense sacrée, ces martyrs sont connus sous le nom de Shohadâ-ye Dâneshâmouz.
    Dès la fondation de la Force de (...)


  • Les tapis de Tchahâr Mahâl et Bakhtiâri

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 134, janvier 2017

    a province de Tchahâr Mahâl et Bakhtiâri se situe au pied de la chaîne de Zagros au sud-ouest de l’Iran. Sa population est divisée en deux groupes : les nomades et les sédentaires. Si nous suivons une division plus détaillée, les habitants de la province sont : 1) des villageois établis dans des petits villages et vaquant à des activités rurales dont la culture, l’élevage, la tapisserie, etc ; 2) une population urbaine occupant essentiellement des emplois administratifs ; 3) des nomades qui mènent une (...)


  • Les Iraniens de l’étranger (I)
    Diaspora iranienne installée aux États-Unis

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 134, janvier 2017

    Les premières émigrations iraniennes aux États-Unis ont été enregistrées entre 1890 et 1910. Durant cette période, des membres des minorités arménienne et assyrienne de l’Azerbaïdjan, située au nord-ouest de l’Iran, influencés par la propagande d’Américains présents sur place, quittent le pays pour s’établir dans le Michigan, le Wisconsin et l’Illinois, en particulier dans la ville de Chicago. Et depuis 1911, on voit l’implantation et l’augmentation d’une population iranienne en Californie.
    A partir de 1950, (...)


  • Nouvelles sacrées (XXXVII)
    Javâd Fakouri

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 134, janvier 2017

    Javâd Fakouri, ministre de la Défense de la République islamique du 12 août 1980 au 29 septembre 1981, est né à Tabriz. Après des études primaires à Tabriz, sa famille vient s’installer à Téhéran où il finit le secondaire au lycée Marvi de Téhéran. En 1959, il termine une formation initiale de pilote et deux ans plus tard, effectue son premier vol solo sur les terres de Douchân Tappeh, petit village situé à l’est de Téhéran. Cette même année, il se rend aux États-Unis où il reçoit une formation spéciale sur (...)


  • Nouvelles sacrées (XXXVI)
    La marine iranienne et la Défense sacrée (2)

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 133, décembre 2016

    Le 7 novembre, à 23 h, profitant de l’obscurité, les forces spéciales débarquent et les équipements sont transférés à la plate-forme d’Al-Bakr ; une heure plus tard, un second débarquement est organisé à la plate-forme d’Al-Omayyeh. L’un des navires quitte alors la zone opérationnelle pour rentrer à la base de Boushehr. Deux vedettes lance-torpilles demeurent dans la zone pour des raisons de sécurité.
    Durant l’accomplissement de la mission, les radars iraniens détectent trois navires ennemis qui se (...)


  • Les minorités de la province du
    Khorâssân-e Jonoubi (Khorâssân du Sud)

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 132, novembre 2016

    Depuis longtemps, le Khorâssân a été le lieu de résidence d’un très grand nombre d’ethnies iraniennes, chacune ayant son propre dialecte et ses propres traditions. Dans cet article, nous allons donner un bref aperçu sur certaines minorités du Khorâssân et plus particulièrement du Khorâssân-e Jonoubi.
    Les Arabes
    Le Ghohestân a été l’une des principales voies de passage des émigrants arabes qui, au cours des siècles, ont quitté la péninsule arabique pour s’établir vers le Khorâssân et la Transoxiane. Durant (...)


  • Un aperçu sur le dialecte birdjandi

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 132, novembre 2016

    Les dialectes régionaux d’Iran, ensembles de lexiques, d’expressions et de proverbes locaux, fournissent de bonnes informations sur les langues et la culture iraniennes. Selon les historiens des langues, la région de Birdjand, située au sud du Khorâssân, à l’est de l’Iran, a été le berceau du persan dari. Le persan dari, descendant du persan officiel de la cour sassanide, a été diffusé par les intendants étatiques dans l’est du Khorâssân. Durant la suprématie des Tâhirides (820-872) et Saffârides (...)


  • Nouvelles sacrées (XXXV)
    La Marine iranienne et la Défense sacrée (1)

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 132, novembre 2016

    Face à l’agressivité irakienne et aux dangers d’attaque contre les territoires ouest et sud-ouest du pays, la Marine iranienne évacue ses contre-torpilleurs amarrés dans les ports de Khorramshâhr et d’Abâdân. On évacue également les aéroglisseurs amarrés à Khosrow Abâd pour les protéger contre tout bombardement irakien.
    Avec le commencement de la guerre, des commandos d’action rapide de la Marine iranienne sont actifs sur les fronts à Khorramshahr et participent à la résistance des forces militaires et (...)


  • Nouvelles sacrées (XXXIV)
    La conquête de Soussanguerd

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 131, octobre 2016

    Au début de l’invasion irakienne, les forces armées de ce pays s’avancent vers l’ouest de l’Iran à partir de plusieurs points d’entrée. Celles qui pénètrent à partir des frontières de Tchazzâbeh arrivent à prendre la région de Bostân pour ensuite menacer la sécurité de la zone de Soussanguerd. Durant les 10 premiers jours d’octobre 1980, l’armée ennemie attaque et menace Hamidieh et Soussanguerd, ainsi que la colline d’Allah-o Akbar, mais ces opérations échouent. Mais le 14 octobre, la ville de Bostân et la (...)


  • La place du cyprès
    dans la culture et la littérature persanes

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 130, septembre 2016

    Les textes anciens et les inscriptions sur pierre confirment que les arbres du type du cyprès ont été constamment loués et admirés par les Iraniens. De plus, les témoignages archéologiques et historiques prouvent que les Iraniens ont porté une attention particulière aux arbres toujours verts comme le cyprès, le cèdre, le myrte, le dattier, le buis, le pin, etc. De ce fait, on peut observer des arbres de ce type âgés de plusieurs milliers d’années dans différentes régions du pays et plus particulièrement (...)


  • Le motif et la symbolique de l’arbre dans le Coran

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 130, septembre 2016

    L’arbre est une preuve qui, comme tous les autres éléments de la nature, atteste la toute-puissance de Dieu. Dans le Coran, livre sacré des musulmans, le mot « arbre » est désigné majoritairement par le terme arabe shajar, qui y apparaît à 27 reprises. Plus précisément, en langue arabe, shajar est employé pour désigner toute plante composée d’un tronc. Dans cet article, nous allons donner un aperçu des différentes manifestations et fonctions de l’arbre dans le Coran.
    L’arbre dans les allégories du Coran (...)


  • Nouvelles sacrées (XXXIII)Hoveyzeh

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 130, septembre 2016

    Durant les trois premiers mois de la guerre (de septembre à décembre 1980), l’armée iranienne (artesh-e irân) n’accomplit qu’une opération conjointe avec les volontaires populaires et paramilitaires, dont le résultat n’est par ailleurs pas significatif. La ville de Soussanguerd, déjà occupée par l’armée irakienne, est reprise grâce à la résistance des forces populaires et au sacrifice des combattants de la troupe irrégulière commandée par Mostafâ Tchamrân. Cette conquête ne dure cependant pas, et la ville (...)


  • Le manichéisme

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 129, août 2016

    Le manichéisme, fondé par Manès (en persan Mâni), est une religion pratiquée en Perse au IIIe siècle. Sa doctrine est une synthèse d’éléments empruntés à différentes croyances dont le zoroastrisme, le bouddhisme et le christianisme.
    Manès naît en 216 d’une mère d’ascendance princière, originaire de Nahâvand dans la province de Hamedân. Son père, Fâtik (ou Pâtek), était un prince arsacide qui, selon les documents historiques, se convertit au gnosticisme consistant notamment en des pratiques ascétiques sévères. Au (...)


  • Nouvelles sacrées (XXXII)
    Ali-Akbar Shiroudi

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 129, août 2016

    Né en 1955 à Shiroud près de Tonekâbon, dans la province de Mâzandarân, Ali-Akbar Shiroudi compte parmi les figures brillantes de la Défense sacrée. Il fait ses études primaires à Tonekâbon, puis se rend à Téhéran où il trouve un travail et poursuit en même temps ses études secondaires. En 1972, après avoir terminé ses études, il passe le concours de recrutement de l’armée de l’air à Téhéran. Pour cela, il suit une formation initiale de pilote, puis se rend à Ispahan où il reçoit une formation spéciale sur les (...)


  • Nouvelles sacrées (XXXI)
    L’opération Ramadan

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 128, juillet 2016

    Suite à la prise de la ville de Khorramshahr, Saddam Hussein tente de mettre fin à la guerre sous prétexte de vastes assauts sionistes contre le Liban. Le fait est que l’Irak a des ambitions territoriales au départ relativement simples quant à l’Iran – il s’agit d’occuper et d’annexer les plus importantes zones gazo-pétrolières iraniennes -, objectif que Saddam estime atteignable à la victoire de la Révolution islamique et la désorganisation notamment de l’armée iranienne. Ainsi, l’objectif territorial (...)


  • Les réserves de biosphère et leur faune en Iran

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 127, juin 2016

    La première tentative en vue de protéger les biosphères et leur faune remonte à 1956, date à laquelle la loi sur la conservation et la valeur de la faune est modifiée. La même année, on voit l’apparition du Cercle de la Chasse d’Iran (kânoun-e shekâr-e Irân) dont le but principal est de conserver les ressources fauniques, ainsi que d’adapter et d’appliquer les règlementations en matière de chasse, de pêche et de piégeage. En 1967, ce Club est remplacé par une institution étatique qui voit le jour sous la (...)


  • Nouvelles sacrées (XXX)
    Les frères Zeyneddin

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 127, juin 2016

    Mehdi Zeyneddin naît en 1959 à Téhéran. Son père, Abdorrazzâgh, fut un révolutionnaire actif qui lutta une grande partie de sa vie contre le despotisme pahlavi. Au lendemain de la naissance de Mehdi, les Zeyneddin doivent quitter Téhéran pour s’installer à Khorramâbâd, chef-lieu de la province du Lorestân. Madjid naît quelques années plus tard, en 1964. Avec le temps, Mehdi et Madjid mènent, comme leur père, une lutte clandestine contre le régime. Ces activités politiques aboutissent à l’expulsion du premier (...)


  • Nouvelles sacrées (XXIX)
    Les femmes et la Défense sacrée
    (3ème partie)

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 126, mai 2016

    Chaque femme occupe plusieurs places dans la société et au sein du foyer familial : elle peut être à la fois épouse, mère, sœur ou fille. De ce fait, les femmes jouent un rôle non négligeable dans l’histoire et la vie culturelle de leur pays. C’est le cas de la guerre Iran-Irak à laquelle les femmes iraniennes ont participé activement. De même, dans la période d’après-guerre, on peut voir le rôle décisif des femmes dans la sauvegarde et la propagation de l’histoire de la Défense sacrée.
    Depuis la fin de la (...)


  • Un aperçu sur les dialectes
    régionaux de Hamedân

    Parviz Azkâï*
    Résumé et traduction par

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 125, avril 2016

    La province de Hamedân, comme la plupart des régions iraniennes, est dotée d’un riche patrimoine à la fois culturel et naturel. Elle jouit d’une histoire de plus de 3000 ans, de fortes traditions et d’un langage populaire typologiquement propre à cette région. L’une des particularités folkloriques de la région est sans doute l’ensemble des parlers qui, dans les prochaines décennies, risquent d’être peu à peu oubliés. Cependant, certains aspects de la culture traditionnelle et populaire de cette région ont (...)


  • Nouvelles sacrées (XXVIII)
    Les femmes et la Défense sacrée
    (2ème partie)

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 125, avril 2016

    Selon les données statistiques, durant les huit années de la guerre, près de 7000 femmes et jeunes filles iraniennes ont été tuées. Les scènes de martyre de femmes ne se déroulent pas forcément comme on l’imagine, dans les champs de bataille : un grand nombre d’entre elles ont été tuées lors des attaques aériennes contre les villes et villages. Le 5 juin 1984, une foule de femmes qui s’est rassemblée dans le parc de la ville de Bâneh pour commémorer les martyrs de la Révolte du 5 juin 1963 est la cible d’un (...)


  • Tableau de la Perse à travers les récits
    de voyage anglais

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 124, mars 2016

    I. Introduction
    Le récit de voyage est un genre littéraire généralement basé sur le réel dans lequel l’auteur rapporte ses observations et ses propres expériences lors de son ou ses voyages. Tout récit de voyage est capable d’éclairer l’histoire politique, culturelle et sociale des régions décrites par le voyageur/écrivain.
    L’Iran est depuis longtemps une destination de voyage prisée par un bon nombre de voyageurs, d’aventuriers et de chercheurs étrangers épris de la culture et de la civilisation (...)


  • Nouvelles sacrées (XXVII)
    Les femmes et la Défense sacrée
    (1ère partie)

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 124, mars 2016

    Dès l’attaque irakienne contre l’Iran, les femmes iraniennes participent activement à la résistance et à la défense contre l’envahisseur. La longue histoire de la Perse a toujours été marquée par le rôle des femmes dans les divers événements historiques : l’invasion des Mongols en Iran (en l’an 1219), la Révolution constitutionnelle (1905-1911), la Révolte du tabac (1892) et la Révolution islamique (1979) en constituent des exemples.
    Profitant des expériences acquises lors des combats révolutionnaires contre (...)


  • Nouvelles sacrées (XXVI)
    Khorramshahr, de
    l’occupation à la libération
    (3e partie)

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 123, février 2016

    La seconde phase : suite aux grandes victoires durant le premier jour de l’opération, l’Iran arrive à exercer une suprématie simultanée sur tous les axes, et se prépare donc à entamer la seconde phase. Selon la carte de l’opération, l’objectif principal de l’armée iranienne durant cette phase est de déloger les forces irakiennes positionnées dans la région de Shalamtcheh, pour pouvoir s’approcher de plus en plus de Khorramshahr.
    Pour atteindre cet objectif, l’opération est amorcée depuis la partie ouest de (...)


  • Le concept de andarouni/birouni dans les maisons traditionnelles persanes

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 122, janvier 2016

    L’architecture naît des besoins culturels et des particularités climatiques spécifiques de chaque région. De ce fait, elle est fortement rattachée à la culture des habitants. Plus elle est adaptée aux usages de la population, plus elle est pertinente au contexte. C’est le cas de l’architecture traditionnelle iranienne dont les caractéristiques sont liées au climat et à la culture de l’Iran. L’architecture de l’habitation, qui symbolise la famille, occupe par ailleurs, de par des raisons culturelles, une (...)


  • Nouvelles sacrées (XXV)
    Khorramshahr,
    de l’occupation à la libération
    (2ème partie)

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 122, janvier 2016

    Le 22 octobre 1980, en réaction à la lenteur de la prise de la ville, le bataillon 112 de l’armée irakienne est expédié dans la région pour appuyer les unités opérationnelles. Le lendemain, l’Irak y envoie également des forces de la Garde Frontalière afin de surveiller les terres conquises. Le 24 octobre, le plan de l’attaque finale visant à l’occupation totale de Khorramshahr est mis en œuvre. Une quarantaine de défenseurs iraniens se hâtent donc vers la rue Arash, où se concentre l’attaque, pour bloquer (...)


  • Les relations commerciales
    franco-iraniennes à l’époque zand

    Gholâm-Ali Radjâï
    Résumé et traduit par :

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 121, décembre 2015

    Les relations commerciales entre l’Iran et les pays européens sont d’une grande importance dans les études portant sur la période zand. Durant cette période, de nombreuses sociétés commerciales européennes, généralement des filiales ou des rivales de la Compagnie des Indes Orientales (Kompâni-e Hend-e sharghi) rivalisent pour promouvoir leurs intérêts économiques en Iran. Cet article revient brièvement sur les activités des compagnies françaises durant cette période.
    La France est parmi les pays européens (...)


  • Panorama des relations étrangères
    de l’Iran à l’époque zand

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 121, décembre 2015

    La dynastie zand apparaît alors que l’Iran souffre de nombreux problèmes socio-économiques. Il faut donc dès le départ aux autorités zand une grande habileté pour prendre en main le pays. Karim Khân (1750-1779), le roi fondateur de la dynastie zand, et ses successeurs accordent de ce fait une grande importance aux relations avec d’autres pays, estimant que les relations diplomatiques favoriseraient le redressement économique du pays. La politique extérieure des Zands, souple, prend en compte la (...)


  • Sâmân, la perle de Tchahâr Mahâl et Bakhtiâri

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 121, décembre 2015

    La ville de Sâmân se situe à 22 km au nord de Shahrekord, chef-lieu de la province de Tchahâr Mahâl et Bakhtiâri. Cette ville est divisée en deux districts : Central (markazi) et Zâyandeh Roud. Elle possède également un bon nombre de petits villages dont les plus réputés sont Yâsseh Tchâh, Savâd Jân, Houreh, Kâhkesh, et Tcham Tchang. Le nom de Sâmân provient de son histoire qui remonte à l’ère des Samanides (819-1005). Les données historiques attestent que la ville a été fondée à l’époque d’Esmâïl Ier (...)


  • Nouvelles sacrées (XXIV)
    Khorramshahr,
    de l’occupation à la libération
    (1ère partie)

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 121, décembre 2015

    Les revendications territoriales sont à l’origine de la guerre Iran-Irak. Lors de ses premières attaques surprises, le régime bassiste vise à s’emparer de la province du Khouzestân qu’il veut annexer sous le prétexte que la moitié de sa population est arabophone. Un autre objectif, plus ou moins inavoué, est de renverser le nouveau régime iranien. A l’époque, l’Irak est à son apogée du point de vue militaire, tandis que le gouvernement iranien, établi suite à la toute jeune Révolution, est en prise avec des (...)


  • Le tombeau de Khâled Nabi
    Un complexe touristique et religieux

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 120, novembre 2015

    Situé dans la région montagneuse de Kalâleh, à l’est de la province du Golestân, le tombeau du prophète Khâled (surnommé Khâled Nabi) compte parmi les sites touristiques les plus visités de la province. Dans l’ouvrage intitulé Nâsekh-ol-Tavârikh, on peut lire que Khâled ibn Sanân fut parmi les descendants d’Ismaël, fils du prophète Ibrâhim (Abraham). Il naquit vers 530 à Aden, au Yémen. La mission prophétique de Khâled Nabi débuta 40 ans avant la naissance du prophète Mohammed. Il contribua à propager le message (...)


  • Ali Abâd Katoul

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 120, novembre 2015

    Située à 40 km à l’est de Gorgân, chef-lieu de la province du Golestân, la ville d’Ali AbâdKatoul est l’une des régions les plus visitées du nord de l’Iran. Cette ville de 140 000 d’habitants, s’étend sur une superficie de 1150 km2. Elle s’étend le long de la route Téhéran-Gorgân-Mashhad et de ce fait, jouit d’une grande importance dans le transport routier de cette partie du pays. La ville est divisée en deux districts : Kamâlân et Markazi (le centre-ville). Elle abrite également plusieurs villages renommés (...)


  • Nouvelles sacrées (XXIII)
    Les fronts nord-ouest

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 120, novembre 2015

    En 1987, l’Iran change de tactique avec les opérations de Karbâlâ 10 et Fath 5 (le mot signifiant "victoire") qui sont réalisées simultanément sur une vaste région allant du nord-ouest de l’Iran jusqu’au nord de l’Irak. A la base de cette tactique, il y a l’idée que la déroute de l’armée irakienne ne pourra se réaliser qu’avec des opérations menées sur plusieurs fronts simultanément. Cette idée émerge en 1985 quand, dès la fin de l’opération victorieuse de Badr, la situation exige qu’on lance plusieurs (...)


  • Nouvelles sacrées (XXII)
    L’opération Mohammad Rassoul Allâh

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 119, octobre 2015

    Hourâmân est une région montagneuse située dans la province du Kurdistan iranien, entre Marivân et Pâveh. Après la victoire de la Révolution islamique en Iran, Hourâmân fut l’une des bases les plus importantes des groupes d’opposants à la République islamique. Ainsi, avec le début de la guerre Iran-Irak, elle reste à l’abri des attaques irakiennes. En plein milieu de la guerre, les forces du Sepâh de Marivân et Pâveh soutenues par quelques unités de l’armée lancent des offensives contre les groupes (...)


  • Historique du samovar en Iran

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 118, septembre 2015

    Le thé est depuis longtemps la boisson la plus populaire et la plus bue par les Iraniens. Pour préparer du thé, on utilise plusieurs récipients dont une théière, une bouilloire, un samovar, etc. Traditionnellement, le samovar est l’un des ustensiles les plus présents dans les cuisines iraniennes. Il était auparavant vendu selon différents modèles fonctionnant au charbon, au pétrole ou au gaz ; cependant, de nos jours, ces versions ont été en majorité remplacées par les samovars électriques.
    Le samovar (...)


  • Nouvelles sacrées (XXI)
    La région de Bâziderâz

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 118, septembre 2015

    Bâziderâz est une région montagneuse qui se situe à l’intérieur d’un triangle formé par Ghasr-e Shirin, Sar Pol-e Zahâb et Guilân-e Gharb dans la province de Kermânshâh. Les montagnes de Bâziderâz comportent plusieurs sommets qui dépassent pour la plupart 1000 mètres d’altitude. Avec le commencement de la guerre irano-irakienne, l’armée ennemie arrive à s’emparer de la région sans aucune résistance de la part de l’Iran. Elle y établit ensuite une base militaire et une route asphaltée sur 6 km. Ainsi, dès le (...)


  • Les bibliothèques publiques de Téhéran
    Présentation de la Bibliothèque Nationale d’Iran*

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 117, août 2015

    La création de la première bibliothèque publique moderne en Iran remonte à 1926, date marquant l’inauguration à Téhéran de la Bibliothèque de la Mairie de cette ville. Trois décennies plus tard, la deuxième tentative visant à mettre en place une bibliothèque moderne en Iran est l’inauguration en 1961 de la Bibliothèque du Parc de la ville. Après cela, on voit la création d’un bon nombre de bibliothèques publiques dans divers quartiers de la ville. Il existe actuellement 294 bibliothèques publiques à Téhéran - (...)


  • Nouvelles sacrées (XX)
    Combat à l’est du Tigre

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 117, août 2015

    Suite aux victoires iraniennes lors de l’opération Kheybar et la domination militaire de l’Iran sur les îles Madjnoun, l’armée irakienne monte plusieurs bases militaires suréquipées à l’est du Tigre (connu également sous le nom de la rivière de Dedjleh) pour empêcher toute attaque éventuelle contre les terres stratégiques du nord de Bassora, ainsi que sur la route Bassora-Al-Amâreh. En outre, cette région, qui fait partie d’une vaste étendue connue sous le nom de Hour, est fortement gardée par les obstacles (...)


  • Nouvelles sacrées (XIX)
    Hassan Bâgheri

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 116, juillet 2015

    Né en 1955 à Téhéran, Gholâm Hossein Afshordi, surnommé Hassan Bâgheri, fait ses études primaires à Téhéran. En 1975, après avoir été accepté à l’université d’Oroumieh, il se rend dans cette ville où il mène une lutte clandestine contre le régime pahlavi. Ces activités politiques aboutissent à son expulsion de l’université. En 1977, il part dans la province d’Ilâm pour faire son service militaire, mais il l’abandonne très vite suite à l’allocution de l’Imam Khomeyni.
    Lors du retour de l’Imam Khomeyni en Iran, (...)


  • La littérature persane en Chine

    Nâdereh Badi’i*
    Traduit par :

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 115, juin 2015

    Le présent article est consacré aux ouvrages littéraires persans qui ont été, à l’époque contemporaine, traduits en langue chinoise. La longue histoire des relations sino-iraniennes se prolonge de nos jours et se développe de façon croissante dans divers domaines dont celui de la culture. Ainsi, ces dernières décennies ont été le témoin de l’augmentation de la traduction d’œuvres littéraires persanes en langue chinoise. Certains de ces ouvrages ont été traduits par des iranologues chinois à partir de la (...)


  • Nouvelles sacrées (XVIII)
    L’opération Moharram

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 115, juin 2015

    Le front sud-ouest est, pendant l’automne 1982, le théâtre de deux grandes opérations couronnées de succès : l’opération Moslem Ebn Aghil qui aboutit à la libération de la région de Soumâr dans la province de Kermânshâh, et l’opération Moharram visant à la libération de plus de 1400 km2 de terres occupées iraniennes allant de la ville de Dehlorân et ses villages limitrophes jusqu’aux hauteurs de Hamrin situées sur la frontière irano-irakienne.
    Durant la deuxième année de la guerre, une grande partie des (...)


  • Nouvelles sacrées (XVII)
    L’épopée de Morvârid

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 114, mai 2015

    Al-Bakr et Al-Omayyeh sont deux importantes plates-formes pétrolières irakiennes qui, à l’époque du déclenchement de la guerre irano-irakienne, jouaient un rôle de premier plan dans le commerce maritime de ce pays. Situées au nord du golfe Persique à l’embouchure de Khour Abdollah, près de l’île koweïtienne de Boubian, ces deux plates-formes étaient très bien protégées par les systèmes de défense et les radars irakiens. Suite aux attaques-surprises de l’Irak contre l’Iran, l’armée iranienne tente d’infliger (...)


  • L’artisanat et les vêtements traditionnels de la province de Fârs

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 113, avril 2015

    De nombreux artisanats sont pratiqués depuis plusieurs siècles dans les différentes zones rurales et urbaines de la province de Fârs. Les métiers manuels principaux de la province sont la tapisserie, dont la confection du qâli et ses diverses variantes comme le kilim, le gabbeh, etc., la marqueterie (khâtamkâri), la sculpture sur bois (mo’arragh, monabbat rou-ye tchoub), la production de carreaux en céramique (mo’arragh-e serâmik), la peinture sur et sous verre, sur bois, la tuilerie (sofâlgari), (...)


  • Nouvelles sacrées (XVI)
    L’Opération Kamân 99

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 113, avril 2015

    Les assauts aériens de l’Irak contre l’Iran ont été déclenchés le 22 septembre 1980, parallèlement aux attaques terrestres irakiennes. Durant ces attaques, de multiples objectifs sur le territoire iranien ont été bombardés en même temps par un nombre conséquent de Mig-13 irakiens : plusieurs bases militaires situées aux frontières de la province du Khouzestân, les aéroports de Hamadân et de Kermânshâh, et l’aéroport international de Mehrâbâd de Téhéran. A titre de représailles, les officiers supérieurs des (...)


  • Abâdeh

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 112, mars 2015

    Abâdeh est un mot d’origine persane dérivé du pahlavi a-pat qui signifie « région verdoyante ». Certains estiment que l’expression ouvâdi tchi gravée sur l’épigraphe de Darius Ier, roi achéménide qui régna entre 521 et 482 av. J.-C., fait référence au nom d’Abâdeh.
    La ville d’Abâdeh est située à l’extrême nord de la province de Fârs, à 275 km de Shirâz, chef-lieu de la province ; cette ville se trouve également au carrefour de trois grandes provinces du centre du pays : Yazd, Ispahan et Fârs. Les villes de Khorrambid (...)


  • Bibi Maryam

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 112, mars 2015

    L’histoire de toute ethnie ou peuple est liée à ses grandes figures qui ont joué un rôle de premier plan dans les différents événements qu’ils ont vécus. Ces héros/héroïnes sont souvent porteurs de valeurs comme la bravoure, le sacrifice, la générosité… et sont de ce fait honorés par les populations au travers des siècles. C’est le cas de la tribu bakhtiârie qui fut le berceau de grandes personnalités dont les noms figurent dans l’histoire de la tribu et même de l’Iran. Nous allons ici donner un bref aperçu sur (...)


  • Nouvelles sacrées (XV)
    Les Frères Bâkeri

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 112, mars 2015

    Mehdi Bâkeri
    Mehdi Bâkeri est né en 1954 à Miândoâb ; son père, Azerbaïdjanais, a immigré en Iran durant la Première Guerre mondiale. Après avoir obtenu son bac, Mehdi se rend à Tabriz et obtient une licence en ingénierie mécanique de l’université de Tabriz. Durant cette période, il mène, aux côtés de ses deux frères, Ali et Hamid, une lutte clandestine contre le régime pahlavi. Au lendemain de la victoire de la Révolution islamique en 1979, il joue un rôle important dans la fondation et l’organisation du Corps (...)


  • Le verre et la poésie

    Elâheh Maghrouzi
    Traduction et adaptation :

    Khadidjeh Nâderi Beni, Mahnâz Rezaï N° 111, février 2015

    Depuis plus de 3000 ans, les Iraniens maîtrisent la verrerie, leurs artisans ayant rapidement appris à produire des pièces uniques en verre aux formes et couleurs à la fois raffinées et variées ; objets allant des plus utilitaires aux bijoux précieux. Actuellement encore, cet artisanat devenu industrie constitue l’un des aspects importants de l’économie du pays. Cette présence du verre dans la vie et la culture iraniennes se reflète également dans la poésie persane. Dans ce qui suit, nous allons (...)


  • La peinture sous verre en Iran

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 111, février 2015

    La peinture sous verre, baptisée également la peinture sur verre inversé, est une technique artistique qui consiste en l’ornement et la coloration des verres. Le terme « sous verre » évoque en effet une peinture recouverte d’un verre, ce dernier étant lui-même peint et servant de support à l’œuvre qui peut être faite de papier, de toile, de bois, etc. Autrement dit, le verre constitue à la fois le support et la couche protectrice de la peinture qui est exécutée au dos du verre, et donc vue par (...)


  • Nouvelles sacrées (XIV)
    L’opération Tarigh-ol-Ghods

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 111, février 2015

    Deux mois après l’opération victorieuse de Sâmen-ol-A’emmeh effectuée en septembre 1981, l’armée iranienne planifie une nouvelle opération, plus vaste, poursuivant quatre objectifs principaux, dont la libération de la ville de Bostân et ses cinquante villages limitrophes, la conquête de la région de Hour, l’établissement d’une base militaire qui menacerait l’intégralité de l’Irak dans la région libérée, et enfin, la prise des voies de communication entre les forces irakiennes installées à Ahvâz et Dezfoul. (...)


  • Les Mémoires de la Défense sacrée

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 110, janvier 2015

    Les Mémoires sont un genre littéraire qui comprend à la fois l’autobiographie et l’historiographie. Il en existe divers types dont les Mémoires de guerre, les Mémoires politiques, etc. En Iran, la rédaction de Mémoires dans le sens moderne est récente. Parmi les mémorialistes les plus célèbres, nous pouvons citer les noms de Abdollâh Mostowfi, E’temâd-ol-Saltaneh, Assadollâh A’lam et Iradj Afshâr.
    Avant la Révolution islamique en Iran et le déclenchement de la guerre Iran-Irak, la rédaction de Mémoires (...)


  • Nouvelles sacrées (XIII)
    Les attaques chimiques contre l’Iran

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 110, janvier 2015

    L’utilisation d’armes chimiques est interdite par le protocole de Genève entré en vigueur en 1928,et n’a jamais été respecté par l’Irak durant la guerre contre l’Iran (1980-1988). A l’époque, l’Iran alerte la communauté internationale quant au recours à des attaques chimiques par Saddam Hussein, mais pour ce dernier, seule la victoire compte. Si l’utilisation de ces armes chimiques ne lui permet finalement pas de remporter une victoire décisive, elle permet néanmoins de désorganiser la stratégie défensive (...)


  • Nouvelles sacrées (XII)
    Je suis vivante*

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 109, décembre 2014

    Suite à l’invasion de l’armée irakienne dans le Khouzestân et au déclenchement officiel de la guerre irano-irakienne, Ma’ssoumeh Abâd, jeune fille de dix-sept ans originaire d’Abâdân, se hâte vers la région attaquée dans le but de porter secours aux sinistrés et aux victimes civiles. Un mois plus tard (fin octobre 1980), la ville d’Abâdân étant sérieusement menacée par une occupation irakienne, Ma’ssoumeh se charge de la sécurité des enfants d’un orphelinat de la ville en participant à leur transfert à (...)


  • Les « Lions jaunes d’Asie »
    Présentation du Club de football Sepâhân

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 108, novembre 2014

    Le Club culturel et sportif de Foulâd-e Mobârakeh Sepâhân est une institution de grande renommée qui s’occupe depuis plus d’un demi-siècle des activités culturelles et sportives de la ville d’Ispahan. Le club est avant tout consacré au football mais possède aussi de nombreuses autres disciplines dont l’athlétisme, le basketball, le futsal, le volleyball, le handball, le tennis, le vélo, la lutte, le waterpolo… pratiquées pour la plupart en deux groupes hommes et femmes. Le club Sepâhân est ouvert aux (...)


  • Nouvelles sacrées (XI)
    La ville de Mehrân
    (2ème partie)

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 108, novembre 2014

    Pour mettre fin à la présence militaire des Irakiens dans les territoires qu’ils ont occupés, le Sepâh et l’armée iranienne se regroupent et planifient une opération. En fait, l’Iran doit pénétrer les lignes défensives irakiennes afin de prendre les bases militaires irakiennes et de reprendre les régions occupées. Selon la carte d’opération, la zone opérationnelle s’étend des hauteurs de Ghalâvizeh jusqu’à la rivière Gâvi. Trois étapes sont planifiées pour permettre d’atteindre les objectifs prévus, dans (...)


  • Mirzâ Habib Esfahâni

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 107, octobre 2014

    Mirzâ Habib Dastân Beni (1835-1897), connu également sous le nom de Mirzâ Habib Esfahâni, est un lettré iranien, sans doute l’un des plus intéressants du XIXe siècle. Natif de Ben, village situé dans la province de Tchahâr Mahâl va Bakhtiâri, il est contraint de s’exiler à Istanbul en 1866 où il passe le restant de ses jours à enseigner l’arabe et le persan. Célèbre surtout pour sa traduction faite à partir de la version française des Aventures de Hâdji Bâbâ d’Ispahan, il est aussi connu comme le père de la (...)


  • Nouvelles sacrées (X)
    La ville de Mehrân
    (1ère partie)

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 107, octobre 2014

    La ville de Mehrân est située à 100 km au sud-ouest d’Ilâm, le chef-lieu de la province d’Ilâm. Elle est également située le long de la rivière Kondjân Tcham, à la frontière de l’Irak. Anciennement nommée Mansour Abâd, la ville change de nom pour Mehrân en 1930. Elle se divise en plusieurs districts dont Farrokh Abâd, Hormoz Abâd, Rostam Abâd et Markazi (central). La région centrale de Mehrân abrite des réserves abondantes de pétrole et de gaz ; elle est également dotée d’une situation géographique sans égale (...)


  • Hâdji Abâd

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 106, septembre 2014

    La ville de Hâdji Abâd se situe à 160 km au nord de Bandar Abbâs, chef-lieu de la province de Hormozgân. Elle est située à un carrefour où se croisent plusieurs routes du sud du pays dont Kermân-Fârs et Bandar Abbâs-Sirdjân et de ce fait, jouit d’une importance géographique particulière. Elle est également une étape de l’autoroute nord-sud, reliant notamment la capitale au golfe Persique et joue un grand rôle dans le transport routier du pays. Hâdji Abâd s’étend à l’extrémité sud de la chaîne montagneuse du (...)


  • Nouvelles sacrées (IX)
    Du Forough-e djâvidân à Mersâd
    (2ème partie)

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 106, septembre 2014

    La résistance des Iraniens dans la région de Hassan Abâd paralyse les forces armées de l’ALNI derrière les hauteurs de Tchahârzebar. Les commandants du Sepâh planifient en même temps une opération qui vise à annuler cette invasion. Cette opération baptisée Mersâd (Opération Embuscade) est effectuée en collaboration avec l’Armée de l’air iranienne. Le Sepâh y engage ses unités d’élite, dont les brigades de Nabi-e Akram et de Moslem, le bataillon d’Ilâm et d’Eslâm Abâd, etc. Le 30 juillet 1988, l’opération (...)


  • Bastak, la porte du golfe Persique

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 105, août 2014

    Bastak est une ville historique du sud de l’Iran qui doit sa renommée à de nombreux caravansérails datant de l’époque achéménide. Située à 170 km à l’ouest de Bandar Abbâs, dans la province de Hormozgân, Bastak avoisine la province de Fârs au nord et Bandar Lengeh (le port Lengeh) au sud et de ce fait, jouit d’une situation géographique privilégiée.
    La ville est également renommée pour ses confréries soufies, installées dans la région depuis au moins sept siècles. Cette ville rassemble des ethnies diverses, (...)


  • Nouvelles sacrées (VIII)
    Du Forough-e djâvidân à Mersâd
    (1ère partie)

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 105, août 2014

    Durant la dernière année de la guerre irano-irakienne (1988), le front est le théâtre de nombreux évènements majeurs dont l’opération, victorieuse pour l’Iran, de Valfadjr 10, le bombardement chimique de Halabja par Saddam Hussein, la nouvelle phase de la guerre des villes, l’acceptation par l’Iran de la Résolution 598 du Conseil de sécurité de l’ONU et enfin, l’invasion traîtresse de l’Iran par le groupuscule terroriste des Monâfeghins avec la collaboration de l’armée irakienne.
    Le groupuscule des (...)


  • Nouvelles sacrées (VII)
    La fin du siège d’Abâdân

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 104, juillet 2014

    Abâdân est une ville pétrolière située dans l’une des îles d’Arvand-Roud au sud-ouest de l’Iran et au voisinage de deux grandes rivières, Karkheh et Kâroun. Dès 1910, suite à l’exploration d’importants gisements de pétrole et à la construction des complexes de raffineries, la ville connut un nouvel essor.
    Après l’occupation de Khorramshahr en septembre 1980, l’armée irakienne se dispose à une offensive visant à s’emparer d’Abâdân. L’Irak souhaite alors devenir une puissance régionale, et considère que (...)


  • Le peuple Lori

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 103, juin 2014

    Ethnologiquement, l’un des très anciens peuples iraniens du plateau iranien, les Lors, résident depuis quelques millénaires dans les provinces de l’ouest et du sud-ouest de l’Iran, notamment le Lorestân, le Tchahâr Mahâl va Bahktiâri, le Kohkiluyeh va Boyer Ahmad, Elâm, et le Khouzestân. Ils vivent également en petites communautés dans certaines régions des provinces d’Ispahan, de Fârs et de Hamedân. Les fouilles archéologiques effectuées dans le sud-ouest du pays attestent que le Lorestân, qui fut le (...)


  • Nouvelles sacrées (VI)
    Shalamtcheh

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 103, juin 2014

    Située à la limite extrême de la frontière irano-irakienne, Shalamtcheh est considérée comme le premier axe de l’invasion irakienne contre l’Iran en 1980. Quelques siècles auparavant, les sources historiques disponibles attestent que Shalamtcheh a été le lieu d’arrivée de l’Imâm Rezâ (as) lors de son passage au Khouzestân.
    Pendant la Défense sacrée (1980-1988), Shalamtcheh est le théâtre de plusieurs opérations dont Beit-ol-Moghaddas, Karbalâ 4 et 8, Ramadân et plus particulièrement Karbalâ-5 qui marque, selon (...)


  • Sabzevâr, un désert verdoyant

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 102, mai 2014

    Située à l’ouest de la province du Khorâssân, à environ 250 km de Mashhad, la ville de Sabzevâr est un carrefour où se croisent plusieurs routes nationales dont l’autoroute de Téhéran-Mashhad et celle du Nord-Sud. Cette ville était autrefois une étape de la Route de la Soie et sa région comptait parmi l’un des douze districts de Beyhagh. De ce fait, l’histoire de Sabzevâr est attachée à celle de Beyhagh. Dotée comme tous les recoins de l’Iran d’une histoire plurimillénaire et tourmentée, Sabzevâr a souvent (...)


  • Nouvelles sacrées (V)
    L’Opération Kheybar

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 102, mai 2014

    A l’ouest du Khouzestân, près de la frontière irano-irakienne, se trouve une vaste région appelée Hour-al Azim ou Hour-al Howeizeh. « Hour » est un mot arabe signifiant « le marais ». Le marais Al-Azim est formé par l’excès d’eau des grandes rivières de cette région dont le Tigre irakien et le Karkheh iranien. S’étalant sur une superficie de 175 km2, cette région est divisée en terres agricoles et marécageuses et comprend également les deux îles de Majnoun sud et Majnoun nord. La flore y est très variée. Du (...)


  • Nouvelles sacrées (IV)
    La conquête de Fâv (11 février 1986)

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 101, avril 2014

    En 1986, les victoires militaires de la République islamique d’Iran, dont la libération de Khorramshahr en 1982, menacent de plus en plus la réputation de l’Iraq dans les milieux nationalistes. Saddam Hussein, qui dispose des appuis politiques et financiers de ses alliés, doit faire son possible pour retourner le jeu. A la suite des combats directs sur les fronts sud, l’armée irakienne décide de planifier une guerre aérienne et navale, mais c’est l’Iran qui prend l’initiative consistant à traverser (...)


  • Nouvelles sacrées (III)
    Le dernier vol

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 100, mars 2014

    En plein milieu des défaites de l’armée irakienne, lors de l’opération Beit-ol-Moghaddas et dans un contexte d’affaiblissement grandissant du gouvernement irakien, Saddam souhaitait légitimer ses violations perpétrées à l’encontre de l’Iran en organisant un Sommet des Pays Non-alignés à Bagdad, et cela grâce aux appuis de la communauté internationale, en vue de démontrer que le monde entier soutenait l’Irak contre la République islamique d’Iran.
    On voit alors l’apparition d’un mouvement de propagande (...)


  • La réaction de quelques poètes iraniens à l’invasion des Mongols en Iran

    Zolfaghâr Allâmi*
    Résumé et traduction :

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 99, février 2014

    L’invasion mongole (1219-1223) provoqua un bouleversement majeur dans le monde iranien. C’est lors de la conquête de l’Iran que la férocité des Mongols se montra le plus. La plupart des villes iraniennes furent incendiées et leurs habitants exterminés ; toute résistance fut impitoyablement écrasée par la terreur et même les réfugiés ne furent pas épargnés. Le désastre frappa également le champ culturel du pays : de nombreux ouvrages scientifiques et littéraires furent jetés dans les fleuves ; un grand nombre (...)


  • Nouvelles sacrées (II)
    Mohammad-Hossein Fahmideh

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 99, février 2014

    Mohammad-Hossein Fahmideh naît en 1346/1968, dans une famille religieuse. Natif de Qom, il y fait ses études primaires avant que sa famille ne s’établisse à Karadj en 1356/1978. A l’époque, la colère publique commence à gronder contre le gouvernement pahlavi incapable de maîtriser les immenses manifestations rassemblant des dizaines de milliers d’opposants partout dans le pays. Toutes les classes sociales se mêlent durant ces manifestations ; le jeune Mohammad-Hossein, âgé d’une dizaine d’années, y (...)


  • Les pionniers de la photographie en Iran

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 98, janvier 2014

    L’arrivée de la technique photographique en Iran remonte à 1843, date où fut prise la première photographie par un diplomate russe. Ce fut en fait Nicolas Pavlov qui importa des appareils photographiques en Iran et se chargea lui-même d’enseigner la photographie à certaines personnes liées à la cour de Mohammad Shâh Qâdjâr. Parmi d’autres pionniers européens de la photographie en Iran, on peut citer le nom de Jules Richard (1816-1891) qui a laissé de nombreuses photos de l’ensemble des parties de la cour (...)


  • Nouvelles sacrées (I)
    Opération « H-3 »

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 98, janvier 2014

    En 1981, des sources iraniennes informent que les forces aériennes irakiennes ont transporté la majorité de leurs équipements dans une base éloignée à l’ouest du pays, pour les protéger contre d’éventuelles attaques de l’Iran. Il s’agit de 48 avions bombardiers de différents modèles dont des Soukhoï-25, Mig-23 et Tupolev Tu-22, 4 hélicoptères, un grand nombre de canons antiaériens, etc.
    La base aérienne Al-Walid, à l’ouest de l’Iraq et dans le secteur « H-3 », proche de la frontière jordanienne est, selon (...)


  • Le désert de Shahdâd

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 96, novembre 2013

    Shahdâd est une région désertique située à l’ouest du désert de Lout, à 100 km au nord-est de Kermân. Ville la plus peuplée du désert de Lout, Shahdâd jouit d’une ancienneté de plus de 6000 ans. Les alentours de ce désert furent pendant longtemps considérés comme exempts de toute trace de civilisation, et de ce fait peu fréquentés par les archéologues. Néanmoins, en 1346 (1967), l’Institut des recherches géographiques de l’Université de Téhéran envoya un groupe constitué des meilleurs archéologues pour faire des (...)


  • Historique des dictionnaires bilingues
    (dictionnaires persan-français et français-persan)

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 95, octobre 2013

    Le dictionnaire bilingue en tant qu’outil et ouvrage de référence est un recueil de mots acceptés et fixés dans une première langue (langue de départ) suivis de leur définition ou équivalent, fréquents dans une deuxième langue (langue d’arrivée). Dans l’ensemble, les dictionnaires bilingues sont anciens : après les Akkadiens, la rédaction de glossaires bilingues sumérien-akkadien se multiplia. Le premier dictionnaire bilingue est ainsi apparu vers 2600 av. J.-C. En Iran, à l’époque sassanide où le persan (...)


  • Les dictionnaires politiques anglais-persan

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 95, octobre 2013

    Introduction
    De nos jours, le dictionnaire n’est plus un simple recueil de mots et expressions arrangés dans n’importe quel ordre, mais plutôt une anthologie comprenant toutes les informations attachées au mot telles que l’orthographe, la définition, la construction, la racine, l’usage, la fonction, l’étymologie, etc. A l’ère de la communication et de la spécialisation des sciences, la nécessité de compiler des dictionnaires spécialisés se fait sentir de façon croissante : pour apprendre toute (...)


  • L’évolution artistique des bas-reliefs rocheux en Iran (II)

    Abbâs Rezâyiniâ
    Traduction :

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 95, octobre 2013

    Les bas-reliefs arsacides et élimaïdes
    Dans leurs bas-reliefs découverts dans les monts Bisotoun et du Bakhtiâri, les Arsacides et les rois élimaïdes tendaient à adopter des méthodes et un style achéménides. Les plus anciens d’entre eux se trouvent dans les monts Bisotoun. L’obéissance des Satrapes (gouverneurs d’une province) à Mehrdâd II (123-88 av. J.- C.), la conquête de Goudarz II (51-44 av. J.- C.), l’usage de l’encens par les prêtres et le corps étendu du dieu Hercule font partie des bas-reliefs (...)


  • L’évolution artistique des bas-reliefs rocheux en Iran (I)

    Abbâs Rezâyiniâ
    Traduction :

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 94, septembre 2013

    Les bas-reliefs, qui révèlent à la fois des idées et des techniques artistiques, jouent un rôle de premier plan dans l’étude de l’histoire des arts iraniens. Les premiers bas-reliefs sur des parois rocheuses furent réalisés par les Lullubis (montagnards du IIIe millénaire av. J.-C.). On y voit l’influence de l’art mésopotamien. Cette tradition fut suivie par les Elamites qui figuraient des scènes religieuses et royales sur les rochers. A l’Ouest de l’Iran, on a également découvert des bas-reliefs qui sont (...)


  • L’influence du français sur la langue persane

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 88, mars 2013

    Comme toutes les langues vivantes, le persan a subi diverses influences et réalisé des échanges linguistiques avec d’autres langues. Dans ces échanges interlinguistiques issus de rapports politiques, sociaux, économiques et culturels, la traduction tient un rôle important. Selon les recherches, parmi d’autres langues européennes, c’est le français qui a exercé l’influence la plus vaste et profonde sur la langue persane : dès le début de l’établissement des relations entre l’Iran et l’Europe, les (...)


  • Djavâd Modjâbi,
    humoriste et poète contemporain iranien

    Khadidjeh Nâderi Beni, Mahnâz Rezaï N° 88, mars 2013

    Né en 1939 à Ghazvin, Djavâd Modjâbi est un humoriste, poète, écrivain et journaliste contemporain iranien. Rédacteur en chef de la Revue littéraire Donyâ-ye Sokhan (Le monde de la parole) pendant un temps, il a publié de nombreux ouvrages. Il est l’une des figures culturelles contemporaines importantes de l’art et de la littérature iraniens.
    En art, Modjâbi croit au modernisme et aux arts nouveaux. Dans son œuvre, surtout dans son roman Bâgh-e Gomshodeh (Le Jardin Perdu), le passage de la tradition à la (...)


  • Les démons, les êtres légendaires et les héros

    Abbâs Mokhber
    Traduit par

    Khadidjeh Nâderi Beni, Mahnâz Rezaï N° 77, avril 2012

    L’Avestâ ainsi que les autres textes religieux zoroastriens parlent des démons, des êtres légendaires et des héros de la Perse antique. Les sources les plus instructives en la matière sont l’Avestâ, le Bondahesh, ainsi que quelques autres documents ayant été consacrés aux anciens héros iraniens. Démons et forces malfaisantes
    Deux types de forces malfaisantes existaient dans l’ancienne Perse : celles qui attaquent directement le corps humain, et celles qui fréquentent les hommes en attendant une occasion (...)


  • La rectification orthographique du français
    Entretien avec Mohsen Hafezian

    Entretien réalisé par

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 76, mars 2012

    Khadidjeh Nâderi Beni : Afin d’avoir un schéma global de la rectification orthographique du français, pouvez-vous tout d’abord nous dire quelques mots à propos de son histoire ?
    Mohsen Hafezian : L’histoire de la rectification de l’orthographe n’est naturellement pas séparée de celle de l’orthographe et, dans une large mesure, de celle de la langue française et de ses modifications au fil du temps. En ce qui concerne l’alphabet français, vous savez bien que c’est l’alphabet grec qui a servi de modèle à (...)


  • Boroudjen, la petite Grèce de l’Iran

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 75, février 2012

    Située au sein de la province de Tchahâr Mahâl o Bakhtiâri, Boroudjen s’étale sur une superficie de 2 256 hectares. Cette région comporte trois parties dont Gandomân, Boldâdji, et la partie centrale. Du point de vue géographique, la ville de Boroudjen se trouve à l’intersection de plusieurs provinces, dont Kohkiluye va Boyer Ahmad, Fârs, Ispahan et le Khouzestân. Au centre de plusieurs cultures locales, la ville est considérée comme étant le carrefour économique et historique de Tchahâr Mahâl o (...)


  • L’artisanat de Yazd

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 74, janvier 2012

    Yazd est réputée pour être la ville des canaux souterrains, de la prière, et de la sobriété (shahr-e ghanât va ghonout va ghenâ’at) ; autrement dit, c’est la ville des traditionnels canaux souterrains, dont les habitants sont musulmans et se contentent de ce qui leur est réparti par la providence divine. Cette dernière particularité, la frugalité, fait partie de la culture des Yazdis. Elle transparaît également dans leur art et plus particulièrement dans l’artisanat de cette région désertique.
    A partir du (...)


  • Les vêtements des Bakhtiâris

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 73, décembre 2011

    Durant son histoire plurimillénaire, la culture iranienne s’est nourrie et a été enrichie par des sous-cultures nomades et populaires. La culture se compose d’un ensemble d’éléments très divers qui se complètent en s’associant. Parmi les éléments constitutifs de toute culture, nous pouvons notamment citer la langue, la littérature, l’artisanat, mais aussi les vêtements.
    Nous allons ici donner un aperçu des vêtements de l’un des peuples les plus anciens et les plus préservés de l’Iran : la tribu bakhtiârie. (...)


  • L’Imâm Rezâ et son rôle dans l’enracinement du chiisme en Iran

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 72, novembre 2011

    Du second siècle de l’Hégire jusqu’à nos jours, le nom du huitième Imâm et celui de la ville de Mashhad, dans le Khorâssân résonnent d’une façon particulière en Iran et dans le cœur de tout chiite. L’Imâm Rezâ, forcé d’accepter le titre d’héritier du calife Ma’moun et de quitter Médine pour le rejoindre en Iran, eut une influence décisive dans les domaines religieux, politique et culturel en Iran. Cet article s’attache à étudier les modalités de la venue de l’Imâm Rezâ en Iran et l’influence qu’il a tout (...)


  • Hossein Pejmân Bakhtiâri
    Poète classique contemporain

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 71, octobre 2011

    Mon cœur n’admire que l’amour Sans amour ce monde ne vaut rien…
    Fils de la grande poétesse Alamtâdj Ghâ’em Maghâmi (surnommée Jâleh), Hossein Pejmân Bakhtiâri naquit en 1279 (1900) à Dashtak. Son père, Ali Morâd Pandjeh Bakhtiâri, était l’un des chefs de la tribu Bakhtiâri.
    Pejmân débuta ses études primaires à Téhéran et apprit la langue française à l’école Saint-Louis ; il y fut notamment le condisciple de Nimâ Yushidj. Il étudia ensuite la littérature auprès de Adib Neyshâbouri à Mashhad, ainsi que de (...)


  • Regard critique sur le Musée des Arts décoratifs de Téhéran

    Khadidjeh Nâderi Beni, Mahnâz Rezaï N° 69, août 2011

    En Iran, le musée d’art est encore avant tout considéré comme le lieu d’exposition d’objets anciens voire antiques, et donc nécessairement comme le véhicule de l’histoire d’une culture. Si l’on exclut le Musée des arts contemporains, l’écrasante majorité des musées d’arts de Téhéran expose des œuvres dont les plus récentes datent au moins de 50 ans, et atteignent des époques reculées de l’histoire persane. Les lieux d’expositions ont aussi parfois une valeur historique, comme c’est le cas dans la majorité des (...)


  • Les dictionnaires de langue persane

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 59, octobre 2010

    A l’époque sassanide, où le persan était la langue officielle du pays, les Iraniens avaient déjà des dictionnaires persans, à l’instar des Chinois et des Grecs qui sont considérés comme les précurseurs de la lexicographie. Les archéologues ont ainsi découvert deux dictionnaires datant de cette époque : OIM et Monâkhtây ou dictionnaire Pahlavi. Lors de la diffusion croissante du persan dari en Iran, les locuteurs du persan pahlavi éprouvèrent le besoin d’apprendre le persan dari, ce qui entraîna une (...)


  • Iradj Mirzâ, poète de la mere

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 55, juin 2010

    On dit que Fath-Ali Shâh qâdjâr était très épris de poésie. Il transmit cet attachement à ses descendants, dont Iradj Mirzâ. Le père de ce dernier, Gholâm-Hossein Mirzâ, surnommé Sadr-ol-Sho’arâ (maître des poètes) était l’arrière-petit-fils de Fath-Ali Shâh et comptait parmi les poètes célèbres de la cour. Iradj Mirzâ naquit en 1871 à Tabriz. Il passa son enfance à étudier la langue persane chez des maîtres tels que Bahâr Shirvâni et Aref Esfahâni.


  • Les Bakhtiâris : héritage culturel des montagnes du Zâgros

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 54, mai 2010

    Les Bakhtiâris sont une tribu d’Iran méridional habitant essentiellement dans les provinces iraniennes du Lorestân, d’Ilâm, de Tchahâr Mahâl o Bakhtiâri, Kohkilouyeh va Boyer Ahmad, ainsi que dans certaines parties du Khouzestân et plus précisément dans les régions montagneuses des Zâgros dans le sud-ouest de l’Iran. 1 600 000 personnes appartenant aux différentes tribus bakhtiâris vivent actuellement en Iran, cependant, seule une minorité d’entre elles continue de pratiquer le nomadisme.


0 | 100