N° 120, novembre 2015

Le tombeau de Khâled Nabi
Un complexe touristique et religieux


Khadidjeh Nâderi Beni


Vue lointaine du tombeau de Khâled Nabi

Situé dans la région montagneuse de Kalâleh, à l’est de la province du Golestân, le tombeau du prophète Khâled (surnommé Khâled Nabi) compte parmi les sites touristiques les plus visités de la province. Dans l’ouvrage intitulé Nâsekh-ol-Tavârikh [1], on peut lire que Khâled ibn Sanân fut parmi les descendants d’Ismaël, fils du prophète Ibrâhim (Abraham). Il naquit vers 530 à Aden, au Yémen. La mission prophétique de Khâled Nabi débuta 40 ans avant la naissance du prophète Mohammed. Il contribua à propager le message du Christ auprès des zoroastriens. Ses efforts de christianisation restèrent néanmoins vains, du fait de l’opposition des Iraniens.

L’existence du tombeau de cette personnalité au cœur de la région et à proximité d’autres sites touristiques et historiques attire un bon nombre de touristes iraniens et étrangers. Ce site se trouve à 90 km au nord-est de Gonbad-e Kâvous et à 6 km du village de Gatchi Sou. De plus, le bâtiment du tombeau de Khâled Nabi, qui est entouré par les monts limitrophes dont le mont Djordjân, se situe au sommet du mont Tângri Dâgh. Il s’agit d’un petit édifice humble dont l’architecture est simple et sans artifices.

Intérieur du tombeau de Khâled Nabi

Un peu plus loin, sur un sommet voisin, se trouve un autre petit édifice en brique abritant le tombeau d’un saint inconnu nommé Tchoupân Atâ (le berger Atâ) et celui d’Alem Bâbâ, le beau-père de Khâled Nabi. Selon les textes historiques, il est probable que Tchoupân Atâ ait été le berger ou l’un des fidèles de Khâled Nabi. La façade principale des deux bâtiments consiste en trois fenêtres et une porte avec des voûtes à arcs segmentaires au-dessus des portes et fenêtres ; le tout étant coiffé d’un dôme métallique.

Le sommet de Tângri Dâgh offre une vue panoramique sur un site extraordinaire connu sous le nom de Hezâr Darreh (les Mille Vallées) ou Pandj Shir (les Cinq Lions). Cette vaste étendue comprend un ensemble de collines naturellement disposées les unes à côté des autres, telles des vagues.

La partie nord-est du tombeau de Khâled Nabi donne sur un champ relativement étendu où de nombreuses colonnes en pierre ont été édifiées. Les montagnes limitrophes de la région auraient fourni la pierre desdites colonnes. Selon les chercheurs, ces monuments, dont le nombre atteint 600, seraient en fait des pierres tombales construites en forme de colonnes d’un à cinq mètres de haut et de 50 cm d’épaisseur.

Tombeau de Khâled Nabi

Ces pierres tombales ne portent aucun renseignement et demeurent donc non-identifiées. Toutefois, selon des études archéologiques, l’histoire du cimetière remonte aux environs de l’an 630. Selon la classification de l’archéologue Alirezâ Hessâr Nouri, les pierres tombales du cimetière sont de trois types : 1) les colonnes en pierre mesurant cinq mètres de haut et dressées verticalement. La partie extérieure de chaque colonne est sculptée en forme de chandelle tandis que le bout prend la forme d’un casque. Selon une hypothèse courante, ce type de pierre tombale serait la marque de tombes masculines ; 2) les colonnes plus courtes (de 60 cm à quatre mètres) sculptées en forme de croix, qui évoquent l’aspect d’un homme resté debout, les mains sur les hanches. Il s’agirait, selon l’hypothèse précédemment mentionnée, de pierres funéraires ornant des tombes féminines ; 3) peu nombreuses, nous trouvons également des pierres gravées en forme de bélier ; selon la tradition turkmène, le bélier est le symbole de la bravoure et du pouvoir.

Parmi les autres attractions naturelles et religieuses situées à proximité, nous pouvons citer l’arbre béni (derakht-e nazarkardeh), le bois curatif (tchoub-e darmân) et des arbres millénaires plantés sur les bords de la source Khezr (Al-Khidr) (tcheshmeh-ye khezr). Pour accéder au site touristique de Khâled Nabi, il faut franchir un passage montagneux très beau qui constitue à lui seul l’une des attractions naturelles de la région.

Attractions naturelles de la région au printemps

Notes

[1Copiste de l’Histoire, compilation en neuf tomes de Mohammad-Taghi Sepehr Kâshâni à l’époque qâdjâre. Le livre porte surtout sur l’histoire de l’Islam.


Visites: 446

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.