N° 97, décembre 2013


  • Naissance et évolution de la photographie en Perse

    Afsaneh Pourmazaheri, Esfandiar Esfandi N° 97, décembre 2013

    L’avènement de la photographie en Perse revêt une grande importance aussi bien pour les professionnels du domaine que pour les chercheurs historiographes, notamment les spécialistes de la Perse qâdjâre. L’apparition de cette pratique en Iran coïncide en effet avec le règne de Nâssereddin Shâh, roi à partir de 1848 et jusqu’en 1896. C’est grâce à cette passion du roi iranien pour les arts visuels, en particulier la photographie, que les professionnels de tous bords possèdent aujourd’hui de nombreuses (...)


  • Les trésors des photographies anciennes

    Mohammad Rezâ Tahmâsbpour
    Traduit par :

    Babak Ershadi N° 97, décembre 2013

    Les photographies anciennes nous apprennent beaucoup sur l’histoire des évolutions de l’art photographique en Iran, mais elles sont aussi de précieux instruments dans les recherches en sciences humaines et sociales. Depuis l’entrée de la technique de la prise d’images par l’action de la lumière sur une surface sensible il y plus de 160 ans, des collections très riches et variées de photographies historiques ont été rassemblées en Iran. Malgré leur grande valeur, ces collections n’ont guère fait l’objet (...)


  • La photographie iranienne contemporaine, approche et prise de vue depuis la France

    Jean-Pierre Brigaudiot N° 97, décembre 2013

    La photographie iranienne est fort présente en France, notamment au plan institutionnel, depuis les fameuses expositions de 2009 (dont le commissaire fut Anâhitâ Ghabâiân) qui se sont tenues au Musée du Quai Branly et au Musée de la Monnaie de Paris. Au Musée du quai Branly ce fut : « 65 ans de photographie iranienne » et au Musée de la Monnaie de Paris, ce fut : « Iran, 1979-2009, entre l’espoir et le chaos : trente ans de photographie documentaire iranienne ».
    Au musée du Quai Branly, l’exposition (...)


  • Kâveh Golestân : le témoin engage

    Roshanak Danaei N° 97, décembre 2013

    "Je veux vous montrer des images qui vous gifleront et porteront atteinte à votre sécurité. Vous pouvez détourner le regard, dissimuler votre identité de meurtriers, mais vous ne pouvez pas arrêter la vérité. Personne ne le peut."
    Kâveh Golestân
    Kâveh Golestân est un reporter-photographe iranien qui a couvert les révolutions et les guerres qui ont agité l’Iran ainsi que le Moyen-Orient durant les dernières décennies. Sa manière d’approcher frontalement la réalité, sa propension à choisir des thèmes (...)


  • Portraits photographiques des peuples d’Iran

    Photographies : Mireille Ferreira
    Textes :

    Alice Bombardier, Mireille Ferreira N° 97, décembre 2013

    À côté de l’image uniformément noire présentée par les médias étrangers, le peuple iranien montre une réalité beaucoup plus nuancée de cette population de 75 millions d’habitants. Cette diversité est de plusieurs natures. D’une part, l’Iran, bien que peuplé en majorité de Persans, est un état multiethnique héritier de l’empire perse qui a réuni, au fil de son histoire, une mosaïque de peuples, constituée à l’origine de tribus nomades qui ont, de tous temps, parcouru le plateau iranien. De ce fait, bien que le (...)


  • La mosquée : galerie de l’art islamique*

    Abdol Hossein Zarrin Koub
    Traduit par

    Zeinab Golestâni N° 97, décembre 2013

    Qui a dit que, dans l’islam, l’art n’était pas agréable à la religion ? Tout au contraire, ces deux s’embrassent et cela dans la mosquée. Le Dieu de l’islam - Allah le Suprême - n’est pas seulement Miséricordieux et Judicieux, mais aussi Beau, et par conséquent, comme les soufis le disent, l’Admirateur de la beauté.
    Un regard jeté sur certaines mosquées anciennes révèle que ces édifices d’une gloire éthérée et offerts à Dieu méritent d’être nommés « galeries de l’art islamique ». Leurs artistes anonymes et (...)


  • Pensée iranienne contemporaine – études religieuses et philosophiques (XII)
    La foi selon le Coran
    d’après le commentaire Al-Mîzân de ’Allâmeh Tabâtabâ’î*
    (1ère partie)

    Amélie Neuve-Eglise N° 97, décembre 2013

    La question de la nature de la foi est l’un des principaux thèmes abordés par le Coran en ce qu’il touche à l’essence même du message de la révélation et son but. Le terme de foi (îmân) et ses dérivés y apparaissent ainsi à de nombreuses reprises. Imân est le dérivé de la quatrième forme de la racine trilitère a-m-n, racine dont sont également issus les termes de amn et amân évoquant la paix, la confiance et la sécurité, ou encore de amâna, signifiant la fidélité et la probité ; de telle façon que le croyant (...)


  • Un regard sur l’Historikerstreit ou la querelle des historiens allemands sur le nazisme

    Seyyed Behdâd Ostowân N° 97, décembre 2013

    Deux groupes d’historiens allemands ont lancé une querelle historiciste durant les années 80 (1986-1989). La querelle a commencé avec la publication d’un article intitulé « Le passé qui ne veut pas passer » par l’historien Ernst Nolte. Dans cet article, Nolte présente une nouvelle théorie selon laquelle le génocide nazi serait une réaction aux crimes de guerre des bolcheviks assistés par les Juifs. Cette thèse, nommée « thèse fonctionnaliste », est partagée par d’autres historiens tels que Hildebrand, (...)


  • « J’erre en l’immense, j’erre en moi-même »
    Exposition de Jean-Pierre Brigaudiot, Téhéran, Galerie Seyhoun, 18-30 octobre 2013

    Présentation et entretien :

    Shahâb Vahdati N° 97, décembre 2013

    La galerie d’art Seyhoun a organisé du 18 au 30 octobre une exposition de Jean-Pierre Brigaudiot, un artiste français qui utilise et croise plusieurs médias : la poésie, celle qu’il écrit, la peinture, la photographie et la vidéo. Ces croisements permettent à son imaginaire de se développer pleinement, entre silence, murmure, lecture et perception visuelle, en des œuvres où ce qui est écrit est autant à lire qu’à contempler, où le texte est peinture ou bien photo ou bien encore mouvement des images (...)


  • Jean-Jacques Rousseau,
    le mal du siècle avant le siècle

    Seyyed Rouhollâh Hosseini N° 97, décembre 2013

    La seconde moitié du XVIIIe siècle s’accompagne, dans le domaine littéraire, de caractères nouveaux qui s’opposent, par certains traits du moins, à la tradition classique. Mais ils sont peu répandus et trop mêlés au classicisme pour qu’on puisse les considérer comme une mode littéraire nouvelle.
    L’insatisfaction de la tradition classique en France et l’épanouissement en Angleterre et en Allemagne d’une littérature extra-classique, préfigurent une nouvelle mode littéraire où une âme nouvelle se manifeste. (...)


  • Esmâïl Fassih, écrivain majeur ou mineur ?

    Arefeh Hedjazi N° 97, décembre 2013

    Esmâïl Fassih est l’un des écrivains contemporains les plus prolifiques d’Iran, s’inscrivant à la frontière entre la grande et la petite littérature. Autrement dit, la littérature « intellectuelle » influencée fortement par les écoles françaises, notamment le Nouveau Roman, l’engagement camusien ou sartrien, ou plus récemment, une littérature assez débridée, plus soucieuse de la forme que du contenu ; et la littérature populaire, marquée par les clichés et les stéréotypes. Fassih est à mi-chemin entre ces deux (...)


  • La Ronde des Ombres (Gardesh-e sâyeh-hâ)

    Sohrâb Sepehri
    adapté du persan par

    Sylvie M. Miller N° 97, décembre 2013

    Le vieux figuier étale l’apogée de ses jours,
    la terre appelle la pluie
    le poisson, dans sa ronde, fait un sillon dans l’eau,
    l’hirondelle des courbes,
    le vent passe,
    j’atténue mon regard
    le poisson est prisonnier de l’onde
    moi, de la douleur
    tes yeux s’estompent
    ton sourire se flétrit
    pour faire de toi mon effigie,
    j’ai dirigé l’ombre sur toi
    venir à toi sent le désert :
    t’aborder, la solitude
    ton voisinage, l’esseulement
    ma vie s’étend d’un bord de toi
    jusqu’à tes cimes ;
    tu te propages, (...)