N° 120, novembre 2015


  • Aperçu général sur la province du Golestân

    Shahâb Vahdati N° 120, novembre 2015

    La province du Golestân est située au nord-est de l’Iran, et au sud-est de la mer Caspienne. Elle a été séparée de la province du Mâzandarân en 1997, pour devenir une entité administrative à part entière. Elle couvre une superficie de 20 380 km2 et est divisée en douze préfectures, 27 districts ruraux et 868 villages. Elle est bordée par les provinces du Khorassân du nord au nord-est, Semnân au sud, et du Mazândarân au sud-ouest. Elle s’ouvre également sur la mer Caspienne au nord-ouest. Ses principales (...)


  • L’histoire de Gorgân,
    des Safavides à l’avènement des Qâdjârs*

    Roshanak Danaei N° 120, novembre 2015

    Deux caractéristiques ont dominé l’histoire de Gorgân du XVIe siècle à la première moitié du XIXe siècle : d’incessants affrontements tribaux, et une politique basée à la fois sur la résistance aux gouvernements centraux et sur une volonté d’étendre son territoire. Ces caractéristiques sont représentatives de la structure tribale plutôt particulière des habitants de la région, ainsi que de sa situation géopolitique, notamment avec ses voisins au nord et à l’est. Cette région riche et dynamique, souvent (...)


  • L’art turkmène, entre culture et croyance

    Marzieh Khazâyi N° 120, novembre 2015

    L’organisation tribale est l’une des principales caractéristiques des populations de pasteurs nomades d’Asie centrale dont l’occupation principale est l’élevage de chevaux, de chameaux et de moutons. Ces tribus nomades, turcophones et plus ou moins islamisées, s’étendent de « l’Altaï et du Kazakhstan oriental, à l’est, jusqu’à la Mer Caspienne. » L’une de ces tribus, à laquelle nous consacrons la présente étude, est turkmène. Ayant un sens esthétique marqué, les Turkmènes établis au nord-est de l’Iran (...)


  • Le cheval turkmène,
    monture familière des plaines du Gorgân

    Bilâl Abdollâhipour, Zeinab Golestâni N° 120, novembre 2015

    "Grâce à son peuple et ses chevaux, le pays des Mèdes a préséance sur d’autres pays. Formé dans la stalle royale, son cheval règne sur tout l’Asie", écrit l’historien grec Polype (201-130 av. J.-C.). Le plateau iranien, du fait de ses prairies, est un des foyers très anciens de la domestication du cheval. Nommée d’après ses caractéristiques physiques et ses comportements, cette monture est surtout caractérisée par sa beauté, sa bravoure et sa fougue. Des noms spécifiques sont donnés aux chevaux selon leurs (...)


  • Le tombeau de Khâled Nabi
    Un complexe touristique et religieux

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 120, novembre 2015

    Situé dans la région montagneuse de Kalâleh, à l’est de la province du Golestân, le tombeau du prophète Khâled (surnommé Khâled Nabi) compte parmi les sites touristiques les plus visités de la province. Dans l’ouvrage intitulé Nâsekh-ol-Tavârikh, on peut lire que Khâled ibn Sanân fut parmi les descendants d’Ismaël, fils du prophète Ibrâhim (Abraham). Il naquit vers 530 à Aden, au Yémen. La mission prophétique de Khâled Nabi débuta 40 ans avant la naissance du prophète Mohammed. Il contribua à propager le message (...)


  • Le Golestân,
    petits chevaux et langage fleuri

    Mireille Ferreira N° 120, novembre 2015

    La province iranienne du Golestân, située au nord de l’Iran, à l’est de la mer Caspienne, cultive une certaine différence avec le reste du pays. C’est en effet dans cette région, située à 30 mètres d’altitude au-dessous du niveau des océans, que commence l’immense steppe de l’Asie centrale, alors que la topologie de l’Iran, c’est avant tout un grand plateau situé à 1100 m d’altitude en moyenne, bloqué par deux chaînes de montagnes, l’Alborz et le Zagros. Seuls les bords de mer, du golfe Persique et de la mer (...)


  • Ali Abâd Katoul

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 120, novembre 2015

    Située à 40 km à l’est de Gorgân, chef-lieu de la province du Golestân, la ville d’Ali AbâdKatoul est l’une des régions les plus visitées du nord de l’Iran. Cette ville de 140 000 d’habitants, s’étend sur une superficie de 1150 km2. Elle s’étend le long de la route Téhéran-Gorgân-Mashhad et de ce fait, jouit d’une grande importance dans le transport routier de cette partie du pays. La ville est divisée en deux districts : Kamâlân et Markazi (le centre-ville). Elle abrite également plusieurs villages renommés (...)


  • La grotte de Shir-Abâd L’est de la province...

    Shahâb Vahdati N° 120, novembre 2015

    La grotte de Shir-Abâd
    L’est de la province de Gorgân abrite en son sein une grotte unique en son genre. Selon les croyances populaires locales, elle aurait été le lieu de résidence du fameux Démon Blanc (div-e sefid), personnage légendaire du Shâhnâmeh (Livre des Rois) de Ferdowsi. Cette grotte, baptisée Shir-Abâd, est située à côté du village du même nom, mais les locaux l’appellent plutôt la grotte du Démon blanc, du fait de la raison évoquée plus haut et de l’obscurité totale qui y règne à l’intérieur. (...)


  • Les ateliers des artistes plasticiens à Paris

    Jean-Pierre Brigaudiot N° 120, novembre 2015

    L’artiste plasticien, celui qui produit des œuvres matérielles ou immatérielles, doit disposer de lieux de travail adaptés à sa ou à ses pratiques, ceci de manière pérenne ou ponctuellement, comme c’est le cas lorsque les œuvres sont, par exemple, produites par et pour le musée ou le centre d’art et doivent en ce cas être réalisées sur place. Pour beaucoup d’artistes, la question de l’atelier est bien difficile à résoudre, étant donné les prix de l’immobilier locatif et la crise persistante du logement que (...)


  • La Terre En Marche
    Quand le Voyage est un engagement
    Interview avec Sabina et Jérôme Bergami

    Babak Ershadi N° 120, novembre 2015

    La Route de la Soie, croyez-moi, n’est pas morte. Elle continue à vivre sous diverses formes et pour certaines personnes que nous pouvons peut-être qualifier d’« aventuriers » et qui, souvent, ne sont plus, comme les commerçants d’autrefois, à la recherche d’un profit ou d’un bénéfice mesurable en gain financier.
    La dernière fois que j’avais rencontré ces aventuriers de la Route de la Soie, c’était avant les Jeux olympiques d’été de 2008 à Pékin, quand j’ai connu un jeune couple français à Rasht, capitale (...)


  • La spirale d’Ormouz (10)*

    Gilles Lanneau N° 120, novembre 2015

    28. L’avion
    Il est minuit. Géhel ne sait pas dormir sur un siège d’avion. Le nez collé à son hublot, il scrute le vide. Le désert peint en noir par l’encre de la nuit. Le noir total.
    Une clarté, soudain ! Une galaxie perdue, scintillant au cœur du désert. Ispahan s’étale, généreuse, abondante… Un trou noir l’interpelle, au sud de la cité. Un tunnel vertical, menant de la mort à la vie, ou vice-versa, et où le temps n’existe pas. Golestân-e Shohadâ, hors la lumière nocturne, en exception discrète.
    … Au (...)


  • Nouvelles sacrées (XXIII)
    Les fronts nord-ouest

    Khadidjeh Nâderi Beni N° 120, novembre 2015

    En 1987, l’Iran change de tactique avec les opérations de Karbâlâ 10 et Fath 5 (le mot signifiant "victoire") qui sont réalisées simultanément sur une vaste région allant du nord-ouest de l’Iran jusqu’au nord de l’Irak. A la base de cette tactique, il y a l’idée que la déroute de l’armée irakienne ne pourra se réaliser qu’avec des opérations menées sur plusieurs fronts simultanément. Cette idée émerge en 1985 quand, dès la fin de l’opération victorieuse de Badr, la situation exige qu’on lance plusieurs (...)


  • Sur un tapis d’Ispahan (7)

    Kathy Dauthuille N° 120, novembre 2015

    XII
    Le médaillon
    ou
    La fontaine
    Rostam, muni de sa plume
    et non accompagné du passeur
    arrive au cœur du jardin,
    tout à coup libre et solitaire.
    Au centre de la création millénaire
    se trouve le médaillon.
    Là où naît la vasque d’albâtre,
    là où naît le jet de la source,
    là où naît l’illumination.
    La fontaine n’est gardée
    par personne ;
    car qui est passé
    par les quatre carrés
    est digne de s’abreuver
    en toute liberté.
    Alors le jardin féerique
    devient tapis magique
    et mandala de plantes
    se (...)


  • Dans les steppes de l’Asie centrale
    Carnet de route d’un voyage en Ouzbékistan

    Mireille Ferreira N° 120, novembre 2015

    Un peu d’histoire
    L’Ouzbékistan fait partie des cinq ex-républiques soviétiques d’Asie centrale, avec le Turkménistan, le Kirghizstan, le Tadjikistan et le Kazakhstan. Cette région, lieu de passage de l’Est à l’Ouest et du Nord au Sud, fut le carrefour de nombreux peuples nomades et sédentaires ainsi que des religions puisqu’elle a connu chamanisme, zoroastrisme (qui, comme en Iran, a laissé des pratiques coutumières), bouddhisme, christianisme nestorien, judaïsme, manichéisme, soufisme et islam sunnite. (...)