Shahâb Vahdati

54 articles

  • Perspectives sur les sources d’énergies alternatives en Iran

    Shahâb Vahdati N° 144, novembre 2017

    Depuis que l’homme existe, il a utilisé des ressources naturelles telles que l’eau, le vent, le sol, puis le charbon, le pétrole et le gaz comme sources d’énergie. Au cours des cent dernières années, ces ressources ont principalement été utilisées pour la production d’énergie électrique, qui est l’un des produits les plus universels et les plus consommés de nos jours.
    La situation géographique de l’Iran, dans une région riche en hydrocarbures, offre à ce pays une position-clé en termes de sécurité (...)


  • Le complexe Emâm Rezâ, innovant et magnifique au cœur de Téhéran

    Shahâb Vahdati N° 143, octobre 2017

    Créé en 2012 par le Studio d’architecture Kalout, le complexe culturel et religieux Emâm Rezâ est un espace urbain dynamique apprécié par tous les âges et les goûts. Selon Saeed Boreiri et Samâneh Ghâsempour, les architectes responsables du projet, l’emplacement1 du complexe au cœur de la capitale est favorable à l’interaction sociale et à la participation de différentes générations et groupes sociaux.
    Ce magnifique centre de 7000 m2 abrite une mosquée, une galerie d’art, un café-librairie, un amphithéâtre (...)


  • Le jardin des fruits ou le Boustân
    de Saadi

    Shahâb Vahdati N° 141, août 2017

    Le Boustân est la première œuvre majeure de Saadi écrite à une époque où, selon les mots du poète, le monde était « en désordre comme les cheveux d’un Ethiopien, avec les enfants d’Adam devenus assoiffés de sang comme des loups aux griffes acérées ». De ce recueil de poèmes, l’auteur y explique qu’il n’a pas voulu tirer de sa rédaction ni bénéfices matériels, ni la gloire de la cour, ni la bénédiction des cheikhs musulmans. Il y exprime sa compréhension du monde et partage ses observations sur la vie, en essayant (...)


  • Le travail des femmes en Iran :
    la lutte pour l’égalité

    Shahâb Vahdati N° 140, juillet 2017

    Depuis 1975, le pouvoir de la femme dans la famille iranienne augmente continuellement. On peut constater au sein des familles iraniennes une marche vers la démocratisation et la réduction du rôle de l’homme dans la prise de décisions. Selon un sondage d’opinion effectué en 1975, pour 72% des sondés, ce sont les hommes de la famille qui prennent univoquement les décisions. En 2004, cette proportion a diminué à 33%.
    La scolarisation féminine en Iran
    Avec la généralisation de l’éducation gratuite et (...)


  • Caractéristiques architecturales de la mosquée iranienne

    Shahâb Vahdati N° 137, avril 2017

    Avec l’arrivée de l’Islam en Perse et sa diffusion graduelle, une nouvelle tradition architecturale régionale apparaît au travers de la construction de mosquées. Elle donne naissance à plusieurs styles empruntant à divers courants artistiques et dotés de leurs propres éléments originaux, occupant une place à part parmi les styles architecturaux de la région, aux cotés des écoles syro-égyptienne, indienne, maghrébine, ottomane et autres, chacune avec leur propre diversité interne.
    La tradition (...)


  • La naissance d’un lyrisme de l’authentique
    Le cinéma iranien des années 1990

    Shahâb Vahdati N° 136, mars 2017

    L’Iran découvre le cinéma très peu de temps après son apparition, avec des films importés et d’actualités. Le premier long métrage iranien est Abi va Rabi (Abi et Rabi) (1930), réalisé par Avanes Ohâniân. Avec l’apparition des films sonores en persan, le cinéma devient très populaire, notamment avec Dokhtar-e Lor (La Fille Lor), réalisé en 1933. Dans un premier temps, le cinéma iranien est à la fois sous l’influence du cinéma indien et de la censure. Les films étrangers au contenu politique, par exemple (...)


  • Les différents centres de tissage
    des tapis en Iran

    Shahâb Vahdati N° 133, décembre 2016

    Nous avons tous entendu durant notre enfance le récit magique d’un tapis volant. Avec la lecture des contes iraniens des Mille et Une Nuits, nous avons volé sur ces merveilleux tapis, accompagnés des héros de contes de fées. Puis on a grandi, les récits magiques et les tapis volants ont disparu, mais les tapis eux-mêmes restent toujours aussi magiques et étonnants. Bien qu’on tisse des tapis dans le monde entier, le cœur de ce métier bat depuis longtemps en Perse et continue à vivre dans l’Iran (...)


  • Aperçu sur la province du
    Khorâssân du Sud

    Shahâb Vahdati N° 132, novembre 2016

    Avec une superficie de 82 864 km2, la province orientale du Khorassân du Sud (en persan, Khorâssân-e-Jonoubi) recouvre 10,9% de la superficie de l’Iran. Elle avoisine l’Afghanistan sur une longueur de 330 km à l’est, et les provinces du Khorâssân-e Razavi au nord, de Yazd et de Kermân à l’ouest, et le Sistân et Baloutchestân au sud. Suite à la réforme la plus récente concernant la division administrative du pays, la province comprend les onze villes de Birjand, Ghâenât, Darmiân, Sarbisheh, Nehbandân, Tabas, (...)


  • La symbolique du cyprès
    dans l’art iranien

    Shahâb Vahdati N° 131, octobre 2016

    Pour les Iraniens, le cyprès est l’emblème de l’Iran. Symbolisant la liberté, il a même été le motif principal des couronnes royales. Il constitue un symbole de ce pays en raison de sa droiture qui suggère le rejet de la servitude et l’aspiration à la liberté. Le cyprès dont la pointe est courbée symbolise la modestie, et c’est la raison pour laquelle on appelait souvent l’Iran "le pays des modestes" (belâd al- khazâ’in).
    La simplicité de la forme et les possibilités géométriques du cyprès ont sans doute (...)


  • L’ancien mithraïsme et la fête de Noël

    Shahâb Vahdati N° 129, août 2016

    Lorsque les chrétiens du monde entier se préparent à fêter Noël le 25 décembre, les Iraniens ont déjà rendu hommage à l’une de leurs plus grandes célébrations festives le 21 décembre, à la veille du solstice d’hiver, la plus longue nuit et le jour le plus court de l’année. En Iran, cette nuit est appelée shab-e yaldâ, également connue sous le nom shab-e tchelleh, qui fait référence à l’anniversaire ou la renaissance du soleil.
    Autrefois, les hommes vivaient dans une harmonie plus grande avec la nature. Ainsi, (...)


  • Religions et dynasties au pouvoir
    en Iran Antique

    Shahâb Vahdati N° 128, juillet 2016

    L’ancienne religion des tribus iraniennes
    L’ancienne séparation entre les tribus iraniennes et indiennes a probablement eu lieu au cours du deuxième millénaire av. J.-C. Jusqu’à cette époque, les croyances religieuses et la langue de ces deux groupes tribaux étaient similaires. Une certaine idée de l’ancienne religion des Iraniens peut être donnée par la religion védique indienne.
    L’Avestâ comporte des indications sur le culte des esprits des ancêtres (fravashi, qui devient plus tard fravahr). Comme les (...)


  • Les poissons et le phoque de la Caspienne

    Shahâb Vahdati N° 126, mai 2016

    Les poissons de la mer Caspienne sont étonnamment diversifiés, tant du point de vue de leurs espèces que de leur style de vie. Du point de vue de la taille aussi, cette mer rassemble à la fois le béluga, le plus grand poisson d’eau douce du globe, et des poissons minuscules, les gobies. La longueur et le poids de chaque espèce de poisson sont déterminés par des facteurs héréditaires, mais les conditions de l’environnement aquatique (température, quantité de nourriture) peuvent également affecter ou (...)


  • Situation économique de
    la province de Hamedân

    Shahâb Vahdati N° 125, avril 2016

    La province de Hamedân est une région montagneuse située sur les pentes du massif montagneux d’Alvand, possédant des cours d’eau abondants et par conséquent de beaux pâturages qui ont, depuis des siècles, attiré les nomades. La population approximative des nomades qui transmigrent annuellement vers cette province est d’environ 40 000 personnes. Avec ses hivers relativement froids et ses étés tempérés, la province fournit des pâturages printaniers et estivaux au bétail des nomades, attirant même bon nombre (...)


  • Retour sur les relations bilatérales entre
    l’Iran et la Grande-Bretagne,
    de l’époque safavide à nos jours

    Shahâb Vahdati N° 124, mars 2016

    Après l’invasion arabe de l’Iran et l’effondrement de l’Empire sassanide, l’Iran perd son indépendance pour une durée de 850 ans. Durant cette période allant de 651 à 1502, le pays est donc privé d’une pleine indépendance, d’une unité nationale et de son intégrité territoriale, étant d’abord sous la gouvernance des califes de Damas et Bagdad, puis soumis aux souverains étrangers ou aux dirigeants locaux. Pendant cette période, l’Iran n’entretient pas de relations politiques ni commerciales indépendantes avec (...)


  • L’architecture traditionnelle de Kâshân
    au travers de quelques exemples

    Shahâb Vahdati N° 123, février 2016

    Située au nord de la province d’Ispahan, la ville de Kashân est la première grande oasis sur la route Qom-Kermân qui serpente entre les déserts du centre de l’Iran. Son charme est en partie dû au contraste entre les paysages désertiques arides et une oasis joyeusement verte. Les découvertes archéologiques réalisées dans les collines de Sialk, à 4 km de la ville, ont fait connaître cette région en tant que l’un des principaux centres de civilisation à l’époque préhistorique. L’histoire très ancienne de la (...)


  • Hâtef Esfahâni, un poète contemporain
    de la dynastie zand

    Shahâb Vahdati N° 121, décembre 2015

    La dynastie zand règne sur l’Iran de 1750 à 1794. L’arrivée au pouvoir de Karim Khân Zand constitue une période de stabilité relative, et offre un terrain favorable au développement de la culture. Ce moment coïncide donc avec un nouvel épanouissement de la littérature persane, dont l’une des figures les plus éminentes est Hâtef Esfahâni.
    Hâtef Esfahâni naît à Ispahan au début du XVIIIe siècle, l’année exacte de sa naissance restant inconnue. Dès sa jeunesse, il est le disciple et un partisan fervent du maître (...)


  • Aperçu sur les arts picturaux iraniens
    sous le règne zand

    Shahâb Vahdati N° 121, décembre 2015

    Mohammad Karim Khân Zand prend le pouvoir en 1753. Refusant le titre de roi, il se nomme Vakil-ol-Roâyâ (Représentant du peuple). Les Zands sont l’une de ces rares dynasties iraniennes de souche persane qui ont réussi à unifier le pays, généralement gouverné par des dynasties d’origine turco-mongole. Le règne de Karim Khân est également cité par les historiens comme l’un des meilleurs de l’histoire iranienne, du fait de l’intérêt de ce roi – rare chez les rois iraniens – pour le bien-être du peuple, sa (...)


  • Aperçu général sur la province du Golestân

    Shahâb Vahdati N° 120, novembre 2015

    La province du Golestân est située au nord-est de l’Iran, et au sud-est de la mer Caspienne. Elle a été séparée de la province du Mâzandarân en 1997, pour devenir une entité administrative à part entière. Elle couvre une superficie de 20 380 km2 et est divisée en douze préfectures, 27 districts ruraux et 868 villages. Elle est bordée par les provinces du Khorassân du nord au nord-est, Semnân au sud, et du Mazândarân au sud-ouest. Elle s’ouvre également sur la mer Caspienne au nord-ouest. Ses principales (...)


  • La grotte de Shir-Abâd L’est de la province...

    Shahâb Vahdati N° 120, novembre 2015

    La grotte de Shir-Abâd
    L’est de la province de Gorgân abrite en son sein une grotte unique en son genre. Selon les croyances populaires locales, elle aurait été le lieu de résidence du fameux Démon Blanc (div-e sefid), personnage légendaire du Shâhnâmeh (Livre des Rois) de Ferdowsi. Cette grotte, baptisée Shir-Abâd, est située à côté du village du même nom, mais les locaux l’appellent plutôt la grotte du Démon blanc, du fait de la raison évoquée plus haut et de l’obscurité totale qui y règne à l’intérieur. (...)


  • Aperçu des difficultés de
    la culture et de l’industrie
    du thé en Iran

    Shahâb Vahdati N° 118, septembre 2015

    La culture du thé a été introduite en Iran en 1900 par Kâshef-os-Saltaneh. Aujourd’hui, le thé iranien est cultivé sur une superficie de 34 000 hectares sur la côte australe de la Caspienne, à la proximité de villes comme Rasht, Lâhidjân, Langaroud et Tonekâbon. Il existe plus de 100 usines travaillant dans ce secteur en Iran, avant tout dans le traitement du thé. Jusqu’à ces dernières années, environ 6,5% de la demande du pays était satisfaite par la production intérieure, et le reste fourni par les (...)


  • Retour sur quelques lieux
    de loisirs sportifs de la région
    métropolitaine téhéranaise :
    les luges sur rails et les pistes de ski

    Shahâb Vahdati N° 117, août 2015

    Les luges sur rails
    Le site des luges sur rails de Téhéran se trouve au nord de la capitale, entre la place Tadjrish et la place Darband. Au printemps et en été, il est ouvert au public de 10 heures à 21 heures, et jusqu’à 18 heures en automne et en hiver. Cette attraction hybride d’une vitesse pouvant aller jusqu’à 40 km/h évolue sur un circuit incliné ayant des montées et des descentes, l’utilisateur pouvant lui-même choisir la vitesse de sa luge grâce à une manette située devant lui. Le site peut (...)


  • Les relations sino-iraniennes depuis la fin de
    la Seconde Guerre mondiale

    Shahâb Vahdati N° 115, juin 2015

    A partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale, les Etats-Unis se définissent comme une superpuissance sur la scène internationale et malgré les relations historiques tissées depuis des siècles entre l’Iran et la Chine, la diplomatie américaine est un facteur qui influence de façon conséquente les relations entre les deux pays.
    Durant les premières phases de la Guerre froide et les rivalités hostiles qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, l’Iran est influencé par deux considérations de politique (...)


  • Persépolis, la cité rituelle de l’Empire achéménide

    Shahâb Vahdati N° 113, avril 2015

    Le complexe palatin de Persépolis est l’un des plus célèbres de l’Antiquité. Depuis de nombreuses années, il a été l’objet de fouilles archéologiques et malgré de nombreuses études approfondies, le site conserve encore un grand nombre de mystères et d’énigmes. Il y a plus de deux mille ans, Persépolis était la capitale sacrée et rituelle de l’empire achéménide, l’une des plus anciennes puissances du monde. Symbole de la grandeur et la splendeur de l’Empire, Persépolis est également devenu celui de sa chute. Il (...)


  • La verrerie pharmaceutique et le groupe industriel Râzi

    Shahâb Vahdati N° 111, février 2015

    Un chef de file dans la fabrication des récipients en verre
    Le groupe industriel Râzi est l’un des principaux fabricants iraniens de récipients en verre à usage pharmaceutique ayant pour objectif de servir à la fois les marchés nationaux et internationaux de médicaments et d’aliments. L’utilisation des technologies de pointe dans la production de verre lui a donné l’avantage de pouvoir fournir sur le marché iranien des produits de qualité supérieure ou égalant celle de ceux importés de l’étranger. (...)


  • Le football et l’identité nationale

    Shahâb Vahdati N° 108, novembre 2014

    L’identité nationale et ethnique repose sur une solidarité affective créée par une langue, des croyances ou un territoire. D’un point de vue géographique, elle repose sur l’idée d’un pays et selon un angle philosophique, la culture et l’histoire sont considérées comme des éléments essentiels dans la création de l’identité nationale. Les anthropologues et les sociologues, de leur côté, s’intéressent plutôt aux concepts impliqués par des notions comme « Nous », « sentiments communs » et « conscience collective (...)


  • L’art et la littérature en Iran au XVIIIe siècle
    (sous les Afsharides et les Zand)

    Shahâb Vahdati N° 107, octobre 2014

    L’art pictural
    Précisons d’abord que les arts visuels iraniens, comme d’autres sphères de la culture picturale iranienne au XVIIIe siècle, n’ont pas encore été suffisamment étudiés.
    Les changements qui se produisent dans la vie spirituelle de l’Iran couvrant sa culture en général sont exprimés, même dans la forme classique de la miniature persane, après une période de déclin soudain de la culture picturale, en particulier à l’époque des gouverneurs sunnites afghans qui faisaient scrupuleusement respecter (...)


  • Les Baloutches d’Iran et le Baloutchistan

    Shahâb Vahdati N° 103, juin 2014

    Le Baloutchistan est une région qui s’étend de Karachi au Pakistan jusqu’au détroit d’Hormuz en Iran, en passant par l’Afghanistan. Avec une superficie d’environ 700 000 km2, elle abrite une ancienne civilisation. La première apparition des Baloutches dans les registres historiques que nous connaissons date de 982 - dans un ouvrage de géographie intitulé Les Limites du Monde - et de 985 - de Moghaddassi - où ils sont appelés Balous ou Balouth. Le Baloutchistan figure sous le nom de Makrân dans les (...)


  • Entretien avec Jean Kellens

    Shahâb Vahdati N° 103, juin 2014

    Spécialiste des langues et religions indo-iraniennes et professeur au Collège de France, Jean Kellens est l’auteur d’une douzaine d’ouvrages dans ce domaine dont Le verbe avestique, Le panthéon de l’Avesta ancien, La quatrième naissance de Zarathoustra et Les noms-racines de l’Avesta. Assistant de recherche dans les années soixante-dix à l’université d’Erlangen, Jean Kellens a ensuite été collaborateur scientifique à l’université de Mayence, assistant puis professeur à l’université de Liège, membre (...)


  • L’Imâmzâdeh Hâshem, un mausolée au cœur du verdoyant Guilân

    Shahâb Vahdati N° 102, mai 2014

    Il existe aujourd’hui en Iran près de sept mille monuments funèbres qui font partie des trésors de l’héritage historique et religieux de la civilisation iranienne. Les mausolées des Imâmzâdehs sont également importants de par l’influence spirituelle, culturelle, sociale et politique qu’ils exercent. Un nombre considérable d’entre eux se situent dans la province de Guilân, au nord de l’Iran, qui n’a jamais été conquise par les Arabes musulmans hostiles aux Imâms chiites, c’est-à-dire par les personnes au (...)


  • Il est minuit précis !
    Le coup d’Etat de 1953

    Shahâb Vahdati N° 101, avril 2014

    Le rapport de Donald Wilber, agent secret de la CIA, intitulé Le renversement du Premier ministre iranien Mossadegh, était d’une clarté étonnante : « Depuis la fin de 1952, il est clair que le gouvernement de Mossadegh ne cherche pas à comprendre les intérêts des pays occidentaux sur la question du pétrole. Sa présence au poste de Premier ministre aura pour résultat la consolidation de son pouvoir personnel, la prise de décisions politiques irresponsables basées sur les émotions, et l’affaiblissement du (...)


  • Les mouvements iraniens de libération nationale contre l’envahisseur mongol

    Shahâb Vahdati N° 100, mars 2014

    La dure et cruelle invasion mongole et la domination qui s’en suivit provoquèrent à long terme de nombreuses révoltes. Les devises religieuses tirées du chiisme, du zoroastrisme et du mouvement khurramite ainsi que l’encouragement de seigneurs rebelles tels que le Sheikh Califa Mâzandarâni, ont encouragé sans relâche la rébellion contre l’envahisseur mongol. L’une de ces révoltes permit aux Sarbedâr de libérer la quasi-totalité de l’ouest du Khorâssân du joug mongol en 1337-1338 et d’y établir leur Etat, (...)


  • « J’erre en l’immense, j’erre en moi-même »
    Exposition de Jean-Pierre Brigaudiot, Téhéran, Galerie Seyhoun, 18-30 octobre 2013

    Présentation et entretien :

    Shahâb Vahdati N° 97, décembre 2013

    La galerie d’art Seyhoun a organisé du 18 au 30 octobre une exposition de Jean-Pierre Brigaudiot, un artiste français qui utilise et croise plusieurs médias : la poésie, celle qu’il écrit, la peinture, la photographie et la vidéo. Ces croisements permettent à son imaginaire de se développer pleinement, entre silence, murmure, lecture et perception visuelle, en des œuvres où ce qui est écrit est autant à lire qu’à contempler, où le texte est peinture ou bien photo ou bien encore mouvement des images (...)


  • Le grand éducateur de l’Histoire

    Shahâb Vahdati N° 96, novembre 2013

    "Afin de savoir pour quelles raisons la culture put se propager dans le monde entier et quelles sont ses forces motrices, je me souviens que le regretté Seyyed Ahmad Hedâyat Zâdeh Pârizi (mon maître en CE2 et en CM1), avait l’habitude de s’asseoir sur un banc au soleil chez mon père et de lire des pages des Misérables de Victor Hugo ; et comme s’il s’agissait d’interpréter un livre sacré, mon père parlait de tout ce qu’il savait de la France et des personnages des Misérables, alors que je les écoutais (...)


  • Solayman Haïm, l’amoureux des mots

    Shahâb Vahdati N° 95, octobre 2013

    Parus en différents formats depuis les années 1930, les dictionnaires de Haïm sont utilisés depuis près de 80 ans en Iran, et un éditeur vient de publier l’œuvre complète de ce philologue juif. Le regretté Solayman Haïm maîtrisait des langues comme l’anglais, le français, le persan et l’hébreu, et il fut le premier à rédiger des dictionnaires bilingues selon la méthode européenne, dictionnaires dont le succès réside dans l’érudition, les talents et la riche culture de leur auteur dans chacune de ces langues. (...)


  • Grant Voskanian et la lexicographie persane :
    présentation et entretien

    Traduit du russe par

    Shahâb Vahdati N° 95, octobre 2013

    Grant Avanesovich Voskanian est un philologue et spécialiste de l’Iran, professeur en sciences philologiques, et professeur de langues à l’Institut militaire des langues étrangères et du Moyen-Orient. Né le 28 décembre 1924, cet Arménien reçut son diplôme en 1948 au terme de sa formation universitaire et possède une expérience de travail scientifique et pédagogique de 35 ans, dont 33 ans d’expérience universitaire. Il a été élu au poste de professeur du département en septembre 1996. Grant Voskanian (...)


  • La tradition médicale et la place de l’Iran dans la région : aperçu historique

    Shahâb Vahdati N° 94, septembre 2013

    Durant son histoire plurimillénaire, l’Iran a été le berceau d’une longue tradition médicale, et il y existe aujourd’hui des services médicaux de qualité qui répondent aux normes mondiales. En raison des investissements importants réalisés dans le secteur de la santé au cours des dernières années, d’importants progrès ont été réalisés, et l’Iran jouit maintenant d’un système de santé comparable à celui des pays développés.
    La tradition et le savoir médical iraniens furent célèbres tout au long de la période (...)


  • La guerre et les progrès de la chirurgie en Iran
    Entretien avec le docteur Khosrô Djadidi

    Réalisé par

    Shahâb Vahdati N° 94, septembre 2013

    Le premier candidat à une greffe de cellules souches fut le blessé de guerre Gholâm Delshâd, qui ayant perdu la vue depuis 14 ans bénéficia d’un don de sa sœur Badri Delshâd en 1999. L’opération qui dura 9 heures fut réalisée à l’hôpital Baghiat-Allâh de Téhéran sous la direction du docteur Khosrô Djadidi. Avant cette opération en Iran, Gholâm Delshâd s’était rendu dans plusieurs hôpitaux occidentaux dont celui de la ville de Gand en Belgique, célèbre pour ses ophtalmologistes, sans pouvoir recouvrer la santé. (...)


  • Le commerce iranien sous les Safavides

    Shahâb Vahdati N° 93, août 2013

    Presque simultanément à l’établissement de l’Etat safavide en Iran, l’Empire ottoman s’étend considérablement, et celui des Moghols s’impose en Inde. Les Russes poussent leur zone d’influence jusqu’à la frontière nord-ouest de la Perse, et les Ouzbeks remplacent les Timourides dans le nord-est. Au sud, les Portugais développent leur influence dans le golfe Persique, suivis par les Hollandais et les Anglais. Ces changements presque simultanés auront des influences variables sur le commerce iranien. Par (...)


  • L’art visuel safavide

    Shahâb Vahdati N° 92, juillet 2013

    La naissance de la peinture réaliste s’accompagne de l’évolution de la miniature vers un style plus expressif par rapport aux œuvres d’un Behzâd. La floraison de cet art voit le jour dans les années de règne de Shâh Abbâs (1587-1628). Sa capitale Ispahan est devenue sous son règne, un grand chantier de construction avec de grandes places destinées aux jeux, des édifices remarquables comme la Mosquée royale (1612) avec une coupole turquoise, des arabesques et le palais Ali Ghâpou, depuis lequel on pouvait (...)


  • L’Elam (Ilâm) antique ou le berceau de la culture iranienne

    Shahâb Vahdati N° 91, juin 2013

    Les Elamites nommaient leur pays Haltamti qui signifie Le Pays du Seigneur, d’où le nom d’Elam premièrement apparu dans les registres hébraïques. Alliés de Suse depuis 2007 av. J.-C., ils mirent fin à l’empire d’Ur et s’ensuivit, juste après, l’annexion de Suse par Elam. La ville de Suse fut construite en 4000 av. J.-C. Les pouvoirs d’Ur et d’Akkad s’intéressaient au plateau iranien contrôlé par Elam pour ses ressources naturelles comme le bois, la pierre et les métaux, et l’attaquaient souvent. Leurs (...)


  • Le dialecte tâti au travers de son histoire et de ses contes populaires

    Shahâb Vahdati N° 88, mars 2013

    Le tâti ou le dzohouri est un dialecte qui appartient au groupe nord-ouest des langues iraniennes et dont la structure grammaticale et lexicale est très proche du persan. Pourtant, sur le plan grammatical, il conserve encore certaines caractéristiques que le persan moderne a perdues avec le temps, ce qui donne au tâti un aspect relativement archaïque. Etant donné qu’il fut longtemps parlé par les juifs vivant dans les montagnes du Caucase, son vocabulaire est également légèrement influencé par (...)


  • Shirin Nezâmmâfi, une écriture japonaise,
    une voix iranienne

    Shahâb Vahdati N° 84, novembre 2012

    Née le 10 novembre 1979 à Téhéran, Shirin Nezâmmâfi est une romancière iranienne vivant au Japon depuis 1999. Diplômée de la faculté de génie à l’Université de Kobe, elle travaille depuis juin 2009 comme ingénieur de système chez Panasonic. Elle a écrit son premier roman à l’âge de 14 ans, un roman intime qui raconte ses histoires d’écolière. Elle a également reçu le Prix littéraire des étudiants (Ryugakusei Bungakusho), en aspirant fervemment à devenir un écrivain, pour son roman Salam publié en 2006.
    Le 14 avril (...)


  • Le style du Coran

    Shahâb Vahdati N° 81, août 2012

    "Le 13 juin 1932, écrit Tantawi, j’ai rencontré un écrivain égyptien, Kamil Gilani, qui me raconta une histoire stupéfiante. Un jour, il était avec un orientaliste américain du nom de Finkle avec lequel il avait une relation intellectuelle profonde. "Dites-moi, êtes-vous toujours parmi ceux qui considèrent le Coran comme un miracle ?" murmura Finkle à l’oreille de Gilani, en accompagnant cette question d’un rire qui visait à indiquer le ridicule de cette croyance. Il pensait que les musulmans croyaient (...)


  • L’art de la peinture sous les « Qâdjârs »

    Sepehr Yahyavi, Shahâb Vahdati N° 80, juillet 2012

    Repères historiques
    La dynastie qâdjâre, qui régna en Iran de 1794 à 1925, n’a pas eu les mêmes convictions ni la même façon de gouverner que les Safavides. Au moment de l’avènement des Qâdjârs, l’invasion des tribus afghanes avait réduit à néant l’empire safavide, et avec Nader Shâh, le pays était entré dans une période de chaos. A travers son histoire récente, pendant les transitions successives du pouvoir, le pays a toujours vécu des périodes de guerres entre tribus et a été témoin des luttes entre féodaux. (...)


  • Les Qâdjârs, l’empire Russe et le rôle de l’élite politique iranienne
    dans la première moitié du XIXe siècle

    Shahâb Vahdati N° 79, juin 2012

    La politique russe en Iran au XIXe siècle se distingue par un certain nombre de caractéristiques importantes qui permettent de considérer cette période comme une étape indépendante du développement des relations russo-iraniennes. A la base de cette nouvelle approche politique de la Russie se trouve la signature du traité de paix de 1828 de Torkamânchây, qui ouvrit la voie à une coexistence très longue entre les deux pays.
    Entamées dès le XVIe siècle, les relations mutuelles entre la Russie et l’Iran, (...)


  • Le changement du niveau de
    la mer Caspienne

    Shahâb Vahdati N° 78, mai 2012

    La fluctuation du niveau de la Caspienne fait de cette mer une attraction scientifique à part, et se remarque sous forme de chutes libres du niveau de l’eau, aux durées variées, pour des raisons inconnues jusqu’à nos jours. Cependant, on a établi un lien entre ces fluctuations et les évaporations et précipitations de la Caspienne et des fleuves de son bassin comme la Volga (qui assure 80% de l’apport en eau douce de la Caspienne). La déformation du fond et l’entrée de l’eau par-dessous la terre, ainsi (...)


  • Les Talysh,
    un peuple des bords de la Caspienne

    Shahâb Vahdati N° 78, mai 2012

    Les vestiges découverts sur les bords méridionaux de la Caspienne montrent que l’homme y vit depuis près de 75 000 ans. Les premières remarques la concernant reviennent à Hérodote, qui évoque les ethnies de la région. Du Ve au IIe siècle av. J.-C. y vivait le peuple Sakas (Scythes) et après la conquête des Turcs, aux IVe et Ve siècles, les Talysh (ou Tâleshi) s’y sont établis. Les chroniques persanes et arméniennes parlent d’explorateurs russes naviguant sur la Caspienne durant les IXe et Xe siècles. La (...)


  • L’école des hakims en Iran

    Shahâb Vahdati N° 77, avril 2012

    Situé au croisement de la Grèce et de l’Inde, l’Iran sut développer durant son histoire une science médicale nourrie à la fois de l’enseignement de ces deux grandes civilisations.
    Il arrive souvent que l’expression de « médecine traditionnelle » soit perçue comme ayant une dimension commune ou grossière. Il n’en demeure pas moins que les grands représentants de cette pratique en Iran comme Avicenne, Rhazès, Majoussi et Gorgâni n’avaient pas fondé leur science sur les croyances du peuple. Bien au contraire, (...)


  • Mowlavi, poète de l’amour

    Shahâb Vahdati N° 75, février 2012

    Laissé en route par la caravane, un pèlerin se croit perdu et prie Dieu de l’aider. Chemin faisant, dans son désespoir, il aperçoit au loin la silhouette d’un homme en qui il fonde son espoir. Priant, il lui demande de le ramener chez ses camarades. L’homme accepte de bon cœur et le ramène à sa caravane. Le pèlerin lui demande alors son identité. L’homme rougit et tente d’éviter de répondre : "Quelle est cette étrange enquête ? Tu as été libéré de ton tourment et tu as atteint ton but." Le pèlerin jure (...)


  • Les Iraniens du Caucase
    Un survol historique

    Shahâb Vahdati N° 66, mai 2011

    Le Dâghestân, qui signifie "pays de montagne", est situé au nord-ouest des chaînes caucasiennes. Il est voisin, au nord, de la Russie, à l’ouest, de la Géorgie, au sud, à la République d’Azerbaïdjan et à l’est, de la Caspienne. La population du Dâghestân est à 87% musulmane, majoritairement chiite ou sunnite. Les groupes ethniques y résidant sont les Avars, les Aguls, les Rutuls, les Tsakhurs, les Kumyks, les Nogays, les Juifs de montagnes, les Kurdes, etc.
    Les guerres irano-russes du début du XIXe siècle (...)


  • Le poète du cinéma iranien

    Shahâb Vahdati N° 63, février 2011

    Tchelghis, la fille d’un brave gouverneur, est trompée par sa marâtre. Elle va au jardin de la magie et devient la captive du démon qui y réside. Hassan le chauve, fils paresseux, chassé chez lui par sa mère afin de le forcer à affronter les réalités de la vie, arrive par hasard dans ce jardin. Il connaît Tchelghis qu’il aime passionnément et essaie de briser le talisman qui la tient captive. Un génie lui explique qu’il ne pourra briser le sortilège qu’au prix de sa vie. Hassan le chauve veut parler à (...)


  • Portrait de Allâmeh Tabâtabâ’i

    Shahâb Vahdati N° 61, décembre 2010

    L’enfance, les premières études, les débuts de sa carrière
    Né en 1900 à Tabriz, Allâmeh Seyyed Mohammad Hossein Tabâtabâ’i est l’un des plus remarquables penseurs contemporains du chiisme duodécimain. Il est notamment connu pour ses travaux sur l’herméneutique sacrée ou l’interprétation du Coran, l’histoire de l’islam, la philosophie, la pensée politique et même les mathématiques. Orphelin à dix ans, il fit ses premières études sous la tutelle de son oncle paternel dans sa ville natale. Il écrit à propos de (...)


  • Le mathématicien prodige de Neyshâbour*

    Shahâb Vahdati N° 59, octobre 2010

    Souvent connu en tant que poète pour ses fameux quatrains, Omar Khayyâm était également un éminent mathématicien. Ses efforts notamment dans la résolution des équations algébriques auraient influencé René Descartes au XVIIe siècle dans la fondation de la géométrie analytique. Il est intéressant de voir que ces deux hommes ont eu plus que les mathématiques en commun. Descartes, théologien et recteur de l’Université d’Utrecht, fut accusé d’athéisme. Khayyâm avant lui, avait également risqué la persécution pour (...)


  • Ebn Salâh Hamedâni, mathématicien et astronome iranien du XIIe siècle

    Shahâb Vahdati N° 59, octobre 2010

    Nadjmeddin Ebn Salâh Hamedâni, mathématicien et médecin iranien du XIIe siècle de l’Hégire, originaire de Hamadân, partit pour Bagdad afin d’approfondir ses connaissances scientifiques après avoir terminé ses études préparatoires dans sa ville natale. A Bagdad, Ebn Salâh devint l’élève du grand mathématicien Abol-Hokm Maghrebi durant quelques années, travaillant en même temps en tant que médecin du gouverneur de Mardin, l’émir Teymourtâsh Artaghi, sur l’invitation de ce dernier. Abol-Hokm Maghrebi, son maître, (...)