N° 143, octobre 2017

Le complexe Emâm Rezâ, innovant et magnifique au cœur de Téhéran


Shahâb Vahdati


Créé en 2012 par le Studio d’architecture Kalout, le complexe culturel et religieux Emâm Rezâ est un espace urbain dynamique apprécié par tous les âges et les goûts. Selon Saeed Boreiri et Samâneh Ghâsempour, les architectes responsables du projet, l’emplacement1 du complexe au cœur de la capitale est favorable à l’interaction sociale et à la participation de différentes générations et groupes sociaux.

Ce magnifique centre de 7000 m2 abrite une mosquée, une galerie d’art, un café-librairie, un amphithéâtre et un centre informatique. Les différentes zones fonctionnelles du bâtiment sont organisées autour du dôme central en panneaux de verre dans des ailes revêtues de pierre. Le dôme couvre essentiellement un shabestân traditionnel, c’est-à-dire un espace souterrain typique qu’on trouve dans les maisons iraniennes, les mosquées et les écoles. Selon les architectes, le design unique a été influencé à la fois par la tradition et les nécessités fonctionnelles.

L’idée principale de l’interrelation entre différents groupes sociaux se reflète dans la forme finale du shabestân de par les ailes latérales du bâtiment, qui s’élèvent du sol avec une forme visuelle innovante. Pour rendre le bâtiment en harmonie avec son usage, les architectes ont construit le toit en forme de doigts entrelacés, symbolisant l’unité et la cohésion sociale.

Recouvrant une vaste surface, le shabestân a vocation à favoriser l’expérience spirituelle d’une relation au Créateur. Cette relation est également suggérée par une cour enfoncée caractéristique de l’architecture persane, qui permet aux utilisateurs de se détacher de la foule principale pour faire l’expérience de cette architecture dans un espace calme. Cet espace se veut un havre de paix et de mise à distance avec la vie quotidienne, toujours pour faciliter une certaine expérience de transcendance.

Les avis écrits sur le Livre d’or du lieu font état d’un sentiment de retour à l’architecture islamique persane dans une version originale et nouvelle.

Photos : Le complexe Emâm Rezâ, Téhéran

Les diverses parties de la construction remplissent différentes fonctions. Les ailes revêtues de pierre autour du dôme central ont été édifiées au-dessus du shabestân. Le dôme principal, sur lequel les Noms Divins ont été gravés, répond aux prières qui montent tout au long du dôme. Un autre symbole est la statue d’un cèdre mise en œuvre comme référence à la culture persane. Le cèdre est l’arbre qui représente la constance, la vie et la liberté.

Le dôme est composé de plaques en verre faites à la main où sont gravés les Noms Divins, tandis que des briques sont posées pour créer un motif répétitif complexe le long des murs principaux. Un autre élément emprunté à l’architecture traditionnelle persane est la cour intérieure qui abrite une petite piscine.

En 2016, le complexe a remporté le prix A+ du concours des édifices religieux. Organisés par Architizer, les prix encouragent et célèbrent les meilleurs projets de l’année. Leur mission est d’apprécier les projets architecturaux novateurs ayant un impact positif concret sur la vie quotidienne.

La conception d’un complexe à usages si variés n’a néanmoins pas été simple. La principale difficulté consistait à garantir l’harmonie et la cohérence de l’ensemble, tout en prenant en compte de nombreux facteurs différents, tels que la fonctionnalité et l’attractivité pour la nouvelle génération.

Comme la fonctionnalité principale du complexe est d’offrir un espace religieux, le shabestân est présenté comme point focal dans son design. La taille impressionnante de cette salle est conforme aux exigences d’un lieu de culte fortement fréquenté et permet aux adorateurs de la communauté de vivre l’expérience d’une connexion avec leurs semblables. L’islam est une religion qui souligne l’importance de ces résonances et interrelations.

Au vu de la grande variété des espaces souterrains, l’empreinte des parties situées au-dessus du sol du complexe est comparativement minime, mais impacte cependant le style de l’édifice. La conception des zones souterraines est fortement influencée par l’architecture de la Perse antique (qui inspire toujours l’Iran moderne) et souligne une continuité architecturale ancestrale. L’art et la calligraphie islamiques ornent presque toutes les surfaces du complexe, en accord avec la dimension religieuse du bâtiment.

Les architectes du Studio Kalout ont utilisé la brique dans le revêtement des corridors. Les murs des corridors sont donc en briques géométriquement disposées en alternance avec le verre pour exprimer le mouvement symbolique ascendant de la terre à la lumière. Fait à la main, le verre qui couvre le dôme principal comporte des calligraphies religieuses qui y ont été gravées. À partir des prières calligraphiées au niveau du sol et pour forger une connexion en face-à-face, elles montent vers le pic du shabestân pour souligner davantage l’expérience transcendantale.

Concernant les éléments de la façade, la présence de l’eau qui coule permet de suggérer la transparence. L’eau ajoute également un sentiment de tranquillité au complexe, ce qui est idéal en raison de la signification contemplative et spirituelle inhérente à cet espace.

 

La conception du complexe est caractérisée par l’idée de souvenirs partagés. En utilisant l’art traditionnel et les anciennes caractéristiques architecturales persanes telles que les jardins enfouis et les salles souterraines, une sorte de retour, une connexion avec le riche patrimoine architectural iranien ont été établies. Ces différents éléments « montrent » aussi quelque chose de bien supérieur à l’architecture, c’est-à-dire des éléments conceptuels et culturels partagés qui imprègnent la société iranienne à tous les niveaux.

 

Architecturalement novateur, thématiquement cohérent et indéniablement « pratique », le complexe Emâm Rezâ est un espace unique. Le Studio Kalout a réussi le pari de créer une combinaison gagnante du point de vue de la forme et de la fonctionnalité, en accord avec l’objet principal de son activité, c’est-à-dire être un lieu de culte.


Visites: 39

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.