N° 134, janvier 2017

Nouvelles sacrées (XXXVII)
Javâd Fakouri


Khadidjeh Nâderi Beni


GIF - 74.9 ko
Keyvân Nourhaghi et Javâd Fakouri sur le point d’effectuer un vol d’essai avec un F4 à Shirâz, en 1974.

Javâd Fakouri, ministre de la Défense de la République islamique du 12 août 1980 au 29 septembre 1981, est né à Tabriz. Après des études primaires à Tabriz, sa famille vient s’installer à Téhéran où il finit le secondaire au lycée Marvi de Téhéran. En 1959, il termine une formation initiale de pilote et deux ans plus tard, effectue son premier vol solo sur les terres de Douchân Tappeh, petit village situé à l’est de Téhéran. Cette même année, il se rend aux États-Unis où il reçoit une formation spéciale sur les phantom F-4 et dans le domaine du commandement. A son retour, il est recruté par l’armée de l’air iranienne en tant que pilote d’avion de chasse.

Avant la victoire de la Révolution islamique, Fakouri assume différentes charges dans plusieurs bases aériennes dont celles de Shirâz, Téhéran, Tabriz et Hamedân. Dès la victoire de la Révolution, les membres du Parti du peuple musulman (Hezb-e khalgh-e mosalmân) et certains officiers de la base aérienne de Tabriz se rebellent conjointement contre la toute jeune république. Fakouri, alors commandant de la base, parvient à neutraliser cette révolte et à prendre de nouveau le contrôle de la base.

GIF - 119 ko
Javâd Fakouri

Il est ensuite nommé chef de l’état-major de l’armée de l’air. Durant cette période, Fakouri mène une vaste lutte contre les tentatives antirévolutionnaires à l’ouest du pays, notamment à la suite du coup d’Etat de Nojeh, resté inachevé grâce au sacrifice des officiers de la force aérienne. Il s’agit d’un coup d’Etat planifié et soutenu par les gouvernements américain et irakien : le 9 juillet 1980, certains officiers militaires dirigés par Shâpour Bakhtiâr [1] se soulèvent contre le gouvernement et lancent une opération militaire à partir de la base aérienne de Nojeh à Hamedân. Lors de cette opération, bénéficiant de l’appui de l’armée irakienne, les officiers rebelles tentent de bombarder certains points stratégiques à Téhéran et d’autres grandes villes. Le gouvernement est rapidement informé et le coup d’Etat avorte. C’est suite à cet échec que le gouvernement de Saddam Hussein, toujours appuyé par les Occidentaux, décide de déclencher la guerre contre l’Iran, le 22 septembre 1980.

GIF - 135.3 ko
A droite : Javâd Fakouri

Dès le déclenchement de la guerre, le ministre Fakouri et ses officiers dans l’armée de l’air iranienne planifient et accomplissent plusieurs grandes opérations victorieuses dont la plus importante est celle de H-3 [2]. Il s’agit d’une vaste attaque-surprise contre la base d’Al-Walid à l’ouest de l’Irak. Cette base, qui abrite alors la majorité des équipements de l’armée irakienne, est bombardée et complètement anéantie par les chasseurs iraniens. En outre, Fakouri joue un rôle de premier plan dans la planification et la réalisation de l’opération de Kamân 99 (Alborz) [3], l’une des plus grandes opérations iraniennes dans toute l’histoire de la guerre irano-irakienne. Grâce à cette opération victorieuse, l’armée iranienne arrive à bombarder et insécuriser plusieurs cibles stratégiques dont les bases militaires de Mossoul, Al-Rashid et Nassirieh.

Durant les premiers mois de la guerre, l’armée de l’air dirigée par le ministre Fakouri joue un rôle de premier plan dans la défense contre toute occupation irakienne, surtout dans les régions de Dezfoul et Abâdân.

Le 29 septembre 1981, accompagné par plusieurs commandants de l’armée et du Sepâh, Fakouri tombe en martyre suite au crash de son avion, après avoir effectué une mission dans la région de Bâziderâz, sur le chemin de retour à Téhéran.

    Sources :


    - Amiriân, Mohammad, Seyri dar târikh-e djang-e Irân-Arâgh (Aperçu sur l’Histoire de la guerre Iran-Irak), 5 vol., Centre des études et recherches de la Guerre, Téhéran, 1367/1988.

    Notes

    [1Le dernier premier ministre de la dynastie pahlavi qui, suite à la victoire de la République islamique en Iran, se réfugia en France.

    [2Voir notre article « Opération H-3 » publié in n° 98, janvier 2014. Consultable sur : http://www.teheran.ir/spip.php?article1838

    [3Voir notre article « L’opération kaman 99 » publié in n° 113, avril 2015. Consultable sur : http://www.teheran.ir/spip.php?article2053


    Visites: 95

    Qui êtes-vous ?
    Votre message

    Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.