N° 134, janvier 2017

Téhéran déroule le tapis persan pour le monde de l’art et de l’industrie
Compte rendu de l’édition 2016 de l’Exposition Internationale du tapis persan fait main


Samirâ Deldâdeh


Exposition Internationale du tapis persan, août 2016, Téhéran. Photo : Hamidrezâ Dastjerdi

Le tapis persan tissé main, en plus de son statut incontestable dans la culture et l’art persans, est considéré de nos jours comme une marchandise de luxe, ornant de nombreux musées, palais et demeures privées partout dans le monde.

Une grande Exposition du Tapis persan est organisée chaque année à la Foire permanente d’exposition de Téhéran, située au bord de l’autoroute Tchamrân, au nord-ouest de la capitale. La dernière édition en date s’est déroulée du 22 au 28 août 2016.

Durant cette exposition, un grand nombre de dessinateurs, artistes, producteurs, exportateurs et détaillants se rassemblent dans un espace d’une superficie de plus de 45 000 m2. Près de 40 000 visiteurs au total, commerçants, chercheurs et amateurs ou spécialistes en tous genres viennent des quatre coins de l’Iran et du monde pour visiter cette exposition consacrée au tapis persan tissé main contemporain.

L’édition 2016 de cette exposition annuelle a été inaugurée par le ministre de l’Industrie, des Mines et du Commerce de l’Iran, lors d’une cérémonie qui réunissait notamment des députés du Parlement iranien, plusieurs ambassadeurs de divers pays, des membres des associations consacrées au tapis persan, et des représentants des commerces de tapis fait main.

Tapis-tableaux. Photo : Mehrân Riyâzi
Tapis-tableaux

De nombreux organes gouvernementaux et compagnies privées prennent part à cet événement unique dans le domaine de l’art-industrie du tapis persan. Le Centre National du Tapis de l’Iran (Iran National Carpet Center [1]) invite chaque année des commerçants étrangers et des hommes d’affaires spécialisés dans ce commerce à participer à cet événement international qui contribue au dynamisme du secteur.

Plus de 700 producteurs iraniens de tapis, 17 marchands iraniens résidant à l’étranger, 54 représentants venus de la Chine, du Japon, de l’Azerbaïdjan, d’Ouzbékistan, du Pakistan, des EAU, de l’Inde, du Koweït, du Danemark, de la Suède, de la Croatie, de la République Tchèque, de la Grèce, de l’Allemagne, de la Russie, de la Roumanie, de l’Afrique du Sud, des Etats-Unis et de l’Uruguay ont participé à cette édition 2016 de l’exposition.

Les tapis persans faits main sont internationalement célèbres pour leurs dessins délicats et leur bonne qualité. D’après les chiffres officiels, ils pèsent un poids conséquent dans les exports non-pétroliers de l’Iran. L’exportation du tapis persan en 2015 montre une hausse de 5 % par rapport à l’an 2014, pour 330 millions de dollars contre 114 millions de dollars l’année précédente. Les tapis sont exportés vers 80 pays étrangers, dont les Etats-Unis qui représentent presque 25% du marché. Bien que l’Iran ait perdu d’importantes parts de marché en raison des sanctions, il a quand même réussi à exporter des tapis pour une valeur de 60 millions de dollars au cours des quatre premiers mois de l’année 2015.

Les tapis de toutes régions sont exposés. Ici, un marchand de tapis kurde assis dans son stand. Photo : Mehrân Riyâzi

Près de 40% des tapis persans sont exportés vers l’Asie, 40% vers l’Europe, et le restant vers les autres continents. Les nouveaux clients sont essentiellement basés en Afrique du Sud, en Russie, au Brésil, en Chine et en Indonésie.

Plus de 700 compagnies de production et d’exportation de tapis persan fait main ont assisté à la 25e édition de l’Exposition qui s’est tenue du 22 au 28 août 2016. Les groupes visiteurs venus des autres pays ont eu l’occasion de négocier avec les producteurs et les exportateurs iraniens en matière de coopérations commerciales.

Sont exposés lors de cette édition les tapis faits main de toutes régions, de toutes tailles et de toutes couleurs. Des tapisseries autres que des tapis et des tapis-tableaux sont également exposés.

Durant l’Exposition 2016, focalisée sur la vente nationale et le commerce extérieur, s’est tenu également le 6e festival du Meilleur Tapis, qui est une vitrine de présentation des plus belles œuvres sur la scène internationale.

L’exposition se tient sur plus de 45 000 m2.

L’édition 2016 marque aussi le lancement de la version anglaise du site www.Wikicarpet.com (la version persane existe déjà) et la mise en vente de l’Encyclopédie Complète du Tapis tissé main en 4 volumes de M. Dâneshgar. Parmi les autres événements de cette édition, nous pouvons citer des présentations interactives de 14 régions productrices de tapis moins connues que les autres (tels qu’Ilâm, Songhor Coliayi, style kurde du Khorâssân du Nord, le Lorestân), ainsi que des présentations de régions productrices moins connues de tapis-tableaux (Sardroud, Torkamân Sargolân, Sistân et Baloutchistân, Varâmine, Tchahâr Mahâl o Bakhtiâri, Qashqâï), et de gabbeh (Fârs, Ghohestân, Birjand).

Il faut ajouter que chaque année, l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle inscrit la propriété de quelques régions iraniennes célèbres pour leurs motifs de tapis. Par exemple Heris, Khoy, Tabriz, Qom et Ispahan comptent parmi les régions déjà inscrites sur cette liste à laquelle d’autres régions sont ajoutées au fur et à mesure.

Des ateliers d’apprentissage sont également tenus dans quelques salles de l’Exposition. Les plus beaux tapis de l’année, anciens ou contemporains, sont exposés dans une salle indépendante. Une autre salle, atelier de peinture, est dédiée aux enfants et aux adolescents désireux de découvrir les secrets du tapis persan. Une autre salle revient sur les réalisations du Centre national du Tapis. Enfin, un dernier atelier est consacré au tissage d’un tapis sur place.

Le tissage sur place constitue l’une des initiatives de cette exposition : Photo : Abolfazl Mahrokh

Les objectifs prévus pour cette édition sont l’augmentation de l’exportation internationale en plus de la vente nationale, des réflexions sur les problèmes et faiblesses actuels de cette industrie, la mise en relation des producteurs et investisseurs nationaux et internationaux, l’encouragement de l’entrepreneuriat dans ce domaine, la tenue d’ateliers d’échanges d’idées, le renforcement de la compétition en vue d’une meilleure qualité, et la facilitation du contact direct entre producteurs et consommateurs.

Entre les années 1389-93 (2010-2014), l’exportation moyenne du tapis a diminué de 500 millions de dollars à 300-350 millions de dollars, autant en raison des sanctions internationales que des problèmes nationaux de production. Les ventes sont néanmoins reparties à la hausse en 2015. L’objectif des tenants de l’industrie du tapis est d’atteindre cette année au moins 400 millions de dollars de vente.

    Notes


    Visites: 183

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message

    Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.