N° 121, décembre 2015

Sâmân, la perle de Tchahâr Mahâl et Bakhtiâri


Khadidjeh Nâderi Beni


Pont Zamân Khân

La ville de Sâmân se situe à 22 km au nord de Shahrekord, chef-lieu de la province de Tchahâr Mahâl et Bakhtiâri. Cette ville est divisée en deux districts : Central (markazi) et Zâyandeh Roud. Elle possède également un bon nombre de petits villages dont les plus réputés sont Yâsseh Tchâh, Savâd Jân, Houreh, Kâhkesh, et Tcham Tchang. Le nom de Sâmân provient de son histoire qui remonte à l’ère des Samanides (819-1005). Les données historiques attestent que la ville a été fondée à l’époque d’Esmâïl Ier (892-907), le roi le plus puissant de la dynastie samanide. La particularité la plus importante de Sâmân réside dans le fait que la ville et tous ses villages limitrophes se trouvent sur les rives du fleuve Zâyandeh Roud. Celui-ci est le plus grand fleuve du plateau central de l’Iran ; il prend sa source dans les montagnes de Kouhrang dans la province de Tchahâr Mahâl et Bakhtiâri et après avoir passé les vastes jardins et les vallées verdoyantes de Sâmân, il entre dans la ville d’Ispahan. Ce fleuve fournit une très bonne source d’eau douce pour l’agriculture dans la région de Sâmân qui, située au pied des monts de Shirâz, jouit d’un climat favorable et propice à différents types de cultures. Les noix, les amandes et le raisin sont parmi les produits agricoles les plus exportés de cette région.

La ville de Sâmân est également renommée pour son histoire et son patrimoine culturel. Elle abrite de nombreux monuments historiques y compris la Mosquée Djâme’, le bain de Mollâ Rahim, le vieux Bazar, etc. Dans cette région, on peut également visiter plusieurs ponts historiques dont les plus connus sont le pont Zamân Khân, le pont de Kâhkesh, le pont de Houreh et le pont en bois (pol-e tchoubi).

Le pont Zamân Khân est le plus beau et le plus célèbre de la province et plus particulièrement de la région de Sâmân ; ses fondations d’origine remontent à l’ère sassanide, mais sa construction actuelle a été édifiée à l’époque safavide sur ordre de Zamân Khân, chef de la tribu Qashqâï des Nafar. L’importance historique et architecturale, ainsi que la qualité esthétique du pont en font un chef-d’œuvre historique qui, à côté des attractions naturelles de la région, attire chaque année un grand nombre de touristes iraniens et étrangers. La longueur du pont de Zamân Khân est de 30 mètres et sa largeur est de 13 mètres. Il a été construit pour relier les forêts et les champs des deux côtés du fleuve Zâyendeh Roud. En fait, le chef Zamân Khân le fit édifier afin de faciliter la circulation des personnes et des troupeaux durant l’immigration de la tribu. La particularité la plus importante de ce pont est qu’il a été installé sur les immenses rochers naturels de la rivière ; ces piles rocheuses augmentent considérablement la solidité du pont.

Fleuve Zâyandeh Roud

Les habitants de Sâmân parlent le turc ; ils ont toutefois un grand intérêt pour la littérature et la culture persanes. Tout au long de son histoire, Sâmân a été le berceau de grandes figures littéraires ; on peut surtout citer le nom de Dehghân Sâmâni, Ommân Sâmâni et Ghatreh Sâmâni.

Mirzâ Nourrollâh Ommân Sâmâni [1], surnommé Tâdj-ol-Sho’arâ (l’éminence des poètes) naquit en 1824 à Sâmân et décéda en 1904 ; il fut enterré, selon ses propres vœux, à Nadjaf. Ce poète est renommé pour sa dévotion particulière aux Quatorze Immaculés, dévotion qui a fortement marqué sa poésie. Dans son Gandjineh-ye Asrâr (Trésor des mystères), il a versifié les dimensions mystiques et gnostiques de l’événement de Karbalâ. Outre ses éloges consacrés aux Imâms, Ommân a rédigé d’autres recueils poétiques concernant toujours des thèmes gnostiques comme l’existence de l’être humain, Dieu, etc.

Qui est caché en mon cœur, en mon âme ?

Qui parle par ma bouche, en mon nom ?

Qui possède mon être ?

Qui prétend me connaître ?

Qui est dans mon corps, auditeur, orateur ?

C’est moi ? Je ne le crois pas, oh, mon Seigneur

Né en 1837 à Sâmân, Mirzâ Abolfath Dehghân Sâmâni est un mystique et poète connu pour son chef-d’œuvre, Hezâr Dastân, où le poète a versifié les récits les plus célèbres des Mille et Une Nuits. Cette œuvre comporte 2000 distiques sous la forme de la poésie narrative, le masnavi.

Pont Zamân Khân

Après avoir effectué ses études primaires à Sâmân, Dehghân se rend à Ispahan où il étudie les sciences religieuses à l’école de Djaddeh et chez de grands maîtres comme Mollâ Mohammad Kâshi et Mirzâ Hossein Hamedâni. Il nous a aussi laissé un recueil poétique intitulé Shekarestân, qui comprend plus de 1000 vers ayant pour la plupart des thèmes lyriques. Il décéda en 1908 à Sâmân où il fut enterré. Son tombeau situé près du site touristique de Zamân Khân est un chef-d’œuvre d’architecture qâdjâre.

Je boirai si le Temps le permet

Si les yeux de ma bien-aimée le permettent

Je toucherai tes cheveux agités

Si ton amour me le permet

Je ne passerai jamais les champs

Si le souffle du vent printanier le permet

J’irai à la mosquée guidé par le chant du muezzin

Si le chant mélancolique du luth le permet

Dehghân se repentira au monastère

Si le jeune mage ivre le permet

Mirzâ Abdol Vahhâb ibn Mehdi (1792-1854), surnommé Ghatreh Sâmâni, est un historien et poète de l’époque de la royauté de Fath Ali Shâh qâdjâr [2]. Il a choisi le pseudonyme de Ghatreh ("goutte") pour signer ses poèmes. Il est également considéré comme un politicien libéral dont la satire critique contre le gouverneur d’Ispahan l’a contraint à s’exiler de sa patrie pour un long moment.

Mirzâ Nourrollâh Ommân Sâmâni
Mirzâ Abolfath Dehghân Sâmâni

Enfin, comme nous l’avons évoqué, la région de Sâmân abrite plusieurs villages qui sont tous situés sur les rives du Zâyandeh Roud. Situé à 50 km de Sâmân, Savâd Jân a une histoire de plus de six siècles. Selon les textes historiques, les habitants du village sont à l’origine des Azéris de Tabriz qui, à l’époque du couronnement de Shâh Abbâs Ier, l’ont accompagné durant son voyage à Ispahan. En fait, c’est en 1598 que Shâh Abbâs le Grand prend le pouvoir et transfère la capitale de Qazvin à Ispahan. Ce projet aboutit au déplacement d’un grand nombre de partisans du roi vers la nouvelle capitale iranienne. Parmi les compagnons du roi, on peut surtout citer le nom de la tribu Shâhsavan de Tabriz qui, après avoir participé à la cérémonie du couronnement à Ispahan, s’installe sur les rives du Zâyandeh Roud dans la région de Tchahâr Mahâl. Ses membres préfèrent cependant les forêts denses et sombres de la région de Tchahâr Mahâl où la terre est moins touchée par le soleil ; c’est pour cela que la région où résidait cette tribu fut nommée Gharah Bâgh, qui est une expression turque signifiant « jardin noir ». Les habitants de Gharah Bâgh, épris de savoir, y ont fondé une école pour y instruire leurs enfants. Un savant d’Ispahan nommé Mohammad ibn Nowrouz Nadjaf Abâdi y fut invité pour enseigner le Coran et les sciences religieuses. En peu de temps, l’ensemble de la population du village fut alphabétisée, et c’est la raison pour laquelle le village fut alors rebaptisé Savâd Jân (savâd signifie "alphabétisme"). Le village est également renommé pour ses couloirs qui servent de ruelles pour passer d’une maison à une autre. On peut y admirer une architecture unique selon laquelle quatre ou cinq maisons donnent sur un même couloir. C’est seulement par ce couloir que l’on peut accéder à chacune des maisons.

Village de Savâd Jân

Yâsseh Tchây est un autre village de la région de Sâmân qui se situe dans la zone montagneuse du nord, à 38 km de la ville. Yâsseh Tchây est doté d’une histoire de quatre siècles. Le nom du village provient de sa position géographique : il se situe sur la partie la plus large du fleuve Zâyandeh Roud. Yâsseh Tchây est une expression turque composée de yâsseh qui signifie "large", et tchây qui signifie "rivière". Le village est renommé pour son architecture : les maisons édifiées l’une à côté de l’autre et d’une manière dense sont pour la plupart reliées entre elles. Toutes les rues étroites sont couvertes. Il y existe également quatre couloirs couverts s’étalant du nord au sud du village et servant de ruelles pour les habitants.

Source :
- Goli Zavâreh, Gh., Tchehreh-ye Tchahâr Mahâl va Bakhtiâri (Visage de Tchahâr Mahâl et Bakhtiâri), Téhéran, Sâzmân-e Tablighât-e Eslâmi, 1377/1998.

Notes

[1Pour en savoir plus, voir notre article « Ommân Sâmâni et la versification de la dimension mystique de l’Achoura », n° 13, décembre 2006, consultable sur : http://www.teheran.ir/spip.php?article414

[2Le deuxième roi de la dynastie qâdjâre qui régna de 1797 à 1834.


Visites: 289

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



2 Messages