N° 138, mai 2017

Les Iraniens de
l’étranger (II)
L’immigration iranienne au Canada


Khadidjeh Nâderi Beni


Deuxième pays du monde de par sa superficie, le Canada attire chaque année un grand nombre d’immigrés dont il a besoin pour la progression de son économie : les services d’immigration du pays ont ainsi divers programmes destinés à faciliter l’entrée des étrangers au pays. En outre, le gouvernement canadien a tenté de simplifier les démarches administratives d’accueil pour les immigrants. Le nombre croissant d’immigrants arrivés du monde entier a créé au Canada une société multiculturelle. D’après les statistiques officielles et selon un aperçu général, les immigrants du pays sont divisés en quatre groupes : 1) les émigrants économiques – majoritairement des travailleurs qualifiés, hommes d’affaires et investisseurs qui ont la capacité à contribuer à l’économie du pays ; 2) le regroupement familial qui comprend l’émigrant(e) accompagné(e) avec son époux (se) ou bien ses parents et grands-parents, ses enfants à charge, etc. Ce groupe comprend également les émigrants dont des membres de la famille résident déjà au Canada ; 3) les réfugiés et les personnes à la charge des réfugiés étant entièrement parrainés par le gouvernement canadien ; 4) les autres immigrants dont les demandeurs d’asile, les titulaires de permis de séjour temporaires, etc.

Selon les chiffres donnés par le gouvernement, une grande partie d’immigrants iraniens sont des gens qui viennent rejoindre des membres de leur famille résidents au Canada. De ce fait, durant toute l’histoire de l’émigration des Iraniens au Canada, la motivation la plus importante chez eux a été la famille. Dans cet article, nous allons donner un bref aperçu de l’immigration des Iraniens au Canada.

L’histoire de l’émigration des Iraniens au Canada remonte aux années 1950. Les documents historiques montrent qu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, le nombre des Iraniens du Canada ne dépasse pas une douzaine. Du début de l’immigration iranienne au Canada jusqu’à la fin des années 1960, ce pays attire chaque année une centaine d’Iraniens. A partir des années 70, on voit l’arrivée de la première grande vague d’immigrants iraniens avec près de 600 personnes par an. Après l’établissement de la République islamique, les chiffres de l’immigration augmentent considérablement : plusieurs milliers d’Iraniens affiliés au régime renversé des Pahlavis quittent le pays pour se rendre à l’étranger. Avec le déclenchement de la Guerre, un certain nombre de déserteurs quittent le pays pour le Canada. Dès 1990 et grâce aux changements apportés aux règles d’immigration du Canada, un bon nombre d’immigrants iraniens font de ce pays leur lieu de résidence permanente. Dans ces dernières décennies, la tendance à immigrer au sein de ce pays se maintient parmi des Iraniens qui souhaitent immigrer à l’étranger pour investir, étudier ou travailler.

Selon les estimations, les Iraniens résidant au Canada sont majoritairement venus des zones urbaines d’Iran et continuent à vivre dans les principaux centres urbains du Canada. Ils ont pour la plupart un haut niveau d’instruction universitaire et selon les dernières statistiques, plus de 90% des immigrants iraniens sont titulaires d’un diplôme universitaire. Dans la plupart des cas, ces personnes arrivent à s’insérer dans le marché du travail grâce à leur formation universitaire. Il ne faut pas non plus oublier que la situation du travail n’est pas aussi favorable pour un grand nombre de diplômés d’études secondaires : selon les données statistiques en 2009, le taux de chômage des immigrants, titulaires d’un diplôme d’études secondaires et venus dans ce pays depuis cinq ans, s’élevait à 14%, contre 3,5% des diplômés universitaires du Canada.

Selon une enquête nationale réalisée en 2011, on dénombre 163 290 Iraniens au Canada. Plus de 90% de personnes d’origine iranienne vivent à Ontario, au Québec et en Colombie Britannique. De nombreux Iraniens arrivés au Canada prennent part à plusieurs activités économiques, et un certain nombre d’entre eux lancent leurs propres entreprises et engagent parfois des experts canadiens pour travailler pour eux. La hausse du nombre d’immigrants iraniens durant ces dernières années a abouti à l’intégration réussie de cette diaspora au sein de la société canadienne : un certain nombre d’Iraniens émigrés occupent de hauts postes au sein de fonctions politiques, ou encore dans les domaines économiques et sociaux. De plus, un nombre remarquable de professeurs d’origine iranienne fait partie du corps académique des universités canadiennes.

Malgré les sanctions imposées par les Occidentaux à la République islamique d’Iran, suivi de la suspension de la majorité des relations politiques et commerciales entre les deux Etats, les émigrés iraniens sont très actifs dans l’importation des marchandises iraniennes et plus particulièrement de tapis persans, très populaires au Canada.

En général, les liens familiaux sont très forts dans les foyers iraniens. Une fois l’immigration faite, cette réalité subit parfois d’importants changements : les relations traditionnelles entre les couples ou entre les parents et enfants évoluent. Au Canada, nombreux sont les organismes d’aides aux nouveaux venus Iraniens. En outre, il existe plusieurs centres dans les différentes villes canadiennes où des cours de langue persane sont offerts afin de préserver cet héritage persan au sein de la société canadienne. Il existe par ailleurs un bon nombre de clubs de lecture qui invitent régulièrement des écrivains et poètes iraniens résidant au Canada ou en Iran. Durant ces réunions, les auteurs iraniens récitent leurs textes aux passionnés de littérature persane. Il existe au Canada plusieurs journaux en langue persane, le plus important étant l’hebdomadaire Shahrvand (Citoyen) dont le bureau central se trouve à Toronto.

De nos jours, grâce à l’implantation croissante et à la réussite de la communauté iranienne, les citoyens canadiens se sont davantage intéressés à la culture et aux traditions persanes. Les centres-villes abritent un certain nombre de cafés et restaurants qui offrent de la cuisine traditionnelle iranienne ; de plus, des activités artistiques et culturelles dont la mise en scène de pièces de théâtre, des cérémonies nationales et religieuses, ou encore des expositions d’artisanat iranien sont souvent bien accueillies et appréciées par les Canadiens.

Les Iraniens du Canada sont pour la plupart des musulmans chiites ou sunnites, bien qu’ils comptent également différentes minorités religieuses, dont les juifs ou les Arméniens. Les musulmans pratiquants iraniens fréquentent régulièrement les mosquées ou les centres islamiques construits spécifiquement à l’intention de cette communauté. Certaines mosquées sont indépendantes, tandis que d’autres sont gérées directement par la République islamique d’Iran. Du point de vue politique, la participation des Iraniens aux élections canadiennes a augmenté durant ces dernières années ; en outre, en 2014, deux intellectuels iraniens ont été élus au sein d’assemblées locales à Ontario et à Québec.

Sources :


- Hâfeziân, Mohsen, « L’immigration iranienne au Canada d’après les statistiques », article présenté lors de la Conférence d’Identité iranienne (Hamâyesh-e hoviyat-e irâni), Bibliothèque nationale d’Iran, 2005.


- Hâfeziân, Mohsen, « Les diplômés iraniens au Canada », article extrait du site officiel de l’Anthropologie et la Culture (Ensânshenâssi va farhang), consultable sur : http://anthropology:ir/article/9616.html

Sites internet :


- www.encyclopediecanadienne.ca/fr/article/iraniens-canadiens/


- http://www.cic.gc.ca/francais/ressoures/statistiques/faits2001/

glossaire.asp

 


Visites: 288

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.