N° 140, juillet 2017

Nouvelles sacrées (XLI)
L’armée de l’air iranienne et la Défense sacrée
(3ème partie)


Khadidjeh Nâderi Beni


Durant les derniers jours de la guerre Iran-Irak, l’armée irakienne, toujours appuyée par les aides de ses alliés arabes et occidentaux, tente de lancer des attaques-surprises contre les plates-formes et les navires iraniens afin d’empêcher les exportations de pétrole iranien et, donc, d’interrompre les échanges commerciaux maritimes de l’Iran. Avec le début d’une vague d’intenses bombardements contre les navires iraniens, les commandants de l’armée de l’air planifient plusieurs opérations dans les eaux du golfe Persique pour protéger les points vitaux de cette région. La plupart de ces opérations sont lancées à partir des bases de Nojeh de Hamedân, Boushehr et Mehrâbâd. Selon les documents de guerre, durant les mois de janvier et février 1987, l’Irak fortifie sa présence militaire dans le ciel du golfe Persique, tandis que de nombreux chasseurs irakiens accomplissent des missions de sabotage contre les navires pétroliers iraniens. Quant à l’Iran, son armée de l’air lance plusieurs opérations défensives pour protéger cette région face à la présence des forces ennemies. Grâce à ces opérations victorieuses, l’Iran arrive à affirmer sa supériorité maritime dans les eaux du golfe Persique et à continuer ses activités commerciales maritimes.

Durant les huit années de la guerre, l’armée de l’air iranienne lance à plusieurs reprises des attaques-surprises contre l’Irak afin de bombarder les infrastructures irakiennes. C’est le cas pour l’opération d’Al-Dibs lors de laquelle les bombardements iraniens coupent l’alimentation électrique de la capitale irakienne. Selon la carte de l’opération, le 2 octobre 1981, à 4 h, l’Iran fait décoller trois Phantom dotés de douze missiles air-sol chacun en vue de bombarder les installations électriques d’Al-Dibs à Bagdad. En peu de temps, les Phantom franchissent les frontières et menacent le ciel de la capitale irakienne en larguant des bombes sur les bâtiments et les installations d’Al-Dibs. Lors de cette opération victorieuse, la base d’Al-Dibs est presque anéantie et mise hors d’usage pour quelques mois. En fait, ces bombardements désorganisent le réseau électrique de Bagdad et de ce fait, la crise de l’électricité s’ajoute aux nombreux autres problèmes du gouvernement irakien de Saddam.

Voici quelques-unes des opérations victorieuses menées par les forces de l’armée de l’air iranienne :

Source :


- Amiriân, Mohammad, Seyri dar târikh-e djang-e Irân-Arâgh (Aperçu sur l’Histoire de la guerre Iran-Irak), 5 vol., Centre des études et recherches de la Guerre, Téhéran, 1367/1988.


Visites: 72

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.