Hamideh Haghighatmanesh

25 articles

  • Les tapis des différentes villes d’Iran

    Hamideh Haghighatmanesh N° 134, janvier 2017

    Les conditions géographiques, climatiques et culturelles ont conféré un style distinct aux tapis de chaque région de l’Iran. La façon de vivre de l’être humain dépendant de divers éléments tels que le climat et la culture, ces éléments influencent donc aussi les productions de la société humaine. Les différents éléments d’un produit artisanat traditionnel comme le tapis entretiennent ainsi un étroit rapport avec les conditions de vie et l’esprit de son tisserand. A titre d’exemple, le tapis dur, tissé avec de (...)


  • Les attractions touristiques de la province du Khorâssân du Sud

    Hamideh Haghighatmanesh N° 132, novembre 2016

    La province du Khorâssân-e Djonoubi ou Khorâssân du Sud, qui s’étend sur une superficie d’environ 151 193 km², est la province la plus à l’est du pays. Son climat est sec et désertique. Les monuments historiques et objets datant des périodes parthe et sassanide retrouvés dans la région attestent de l’ancienneté de sa culture et de sa civilisation. Les études archéologiques réalisées à Birjand, capitale de la province, ont confirmé l’installation ancienne de diverses ethnies dans cette ville. Parmi les œuvres (...)


  • Les arbres anciens en Iran,
    berceau de spécimens unique

    Hamideh Haghighatmanesh N° 130, septembre 2016

    Les arbres font partie des créatures vivantes ayant la plus grande longévité au monde. Le premier secret de cette longue vie est la nature du système vasculaire irriguant toutes les parties des arbres : il est possible qu’une partie meure sans entraîner l’extinction de l’ensemble. En outre, de nombreux arbres ne vieillissent pas au même rythme que les créatures animales. Ainsi, certains des pins ayant atteint l’âge de 3000 ans continuent à grandir, certes à leur propre rythme, à côté de ceux qui n’ont (...)


  • Les pratiques actuelles issues des
    religions de l’Iran ancient

    Hamideh Haghighatmanesh N° 129, août 2016

    Les religions en Iran aujourd’hui
    Selon les articles 13 et 14 de la Constitution iranienne, la religion d’Etat est l’islam chiite duodécimain, mais les autres religions dites "du Livre" sont reconnues, c’est-à-dire le christianisme, le judaïsme, le zoroastrisme et les Sabéens. Les adeptes de ces religions sont donc libres de pratiquer leur foi. En 2006, la population totale du pays était estimée à 70 500 000 personnes dont 70 097 741 de musulmans, 19 823 de zoroastriens, 109 415 de chrétiens, 9 252 (...)


  • Une faune menacée : les espèces éteintes ou en danger d’extinction en Iran

    Hamideh Haghighatmanesh N° 127, juin 2016

    Selon les témoignages présents, la biodiversité passée de l’Iran était plus importante qu’aujourd’hui. A titre d’exemple, dans une zone de la région de Marâgheh, des traces vieilles de sept à neuf millions d’années de diverses espèces animales, notamment d’insectes tels que des fourmis, ou des mammifères tels que des espèces de zèbres, de girafes, de rhinocéros, d’éléphants, de loups, d’ours, de zibelines, de hyènes et même de singes ont été découvertes lors de fouilles sous les cendres volcaniques du mont (...)


  • Les attractions touristiques de la
    province de Hamedân

    Hamideh Haghighatmanesh N° 125, avril 2016

    La province de Hamedân, d’une superficie d’environ 19 493 km2, est l’une des provinces montagneuses, hautes et froides de l’Iran. Le chef-lieu de la province est la ville historique de Hamedân, dont la fondation, selon Hérodote, remonte au huitième siècle av. J.-C., à l’époque mède. Démographiquement, cette province est la 14e du pays au vu du nombre d’habitants rapporté en 2012 et la 23e en superficie.
    La grotte Alisadr : Parmi les attractions touristiques de la province, la plus connue est sans doute (...)


  • Les études iraniennes
    en Grande-Bretagne

    Hamideh Haghighatmanesh N° 124, mars 2016

    Les Britanniques commencent à s’intéresser de façon plus systématique au savoir venu d’Iran à l’époque safavide, avec la traduction en anglais des grandes œuvres de savants iraniens comme Râzi, Fârâbi, Avicenne, Ghazâli, etc. Ces traductions attisent à leur tour une plus grande curiosité des Britanniques vis-à-vis de la Perse, entraînant une augmentation des études consacrées à l’art, la culture et la science iraniens ainsi que la création d’une discipline nouvelle, l’iranologie (iranshenâsi). De façon (...)


  • Les maisons traditionnelles d’Ispahan

    Hamideh Haghighatmanesh N° 122, janvier 2016

    La province d’Ispahan, située au centre de l’Iran, est en grande partie relativement aride du fait de la faiblesse des précipitations et des températures élevées dans la région, en particulier à l’est et au nord-est de la province. Cependant, certaines parties de cette zone offrent des conditions plus clémentes : la latitude, l’altitude et les facteurs secondaires tels que la végétation et l’agriculture créent ainsi une certaine variété climatique dans la province. De façon générale, les précipitations (...)


  • Les attractions touristiques de la province du Golestân

    Hamideh Haghighatmanesh N° 119, octobre 2015

    Golestân est le nouveau nom apposé à un territoire historiquement dénommé le « Georgeân ». Ce territoire faisait partie jusqu’en 1997 de la province du Mâzandarân, devenant à partir de cette date une province indépendante ayant Gorgân pour capitale. Cette province avoisine celles du Mâzandarân, de Semnân et du Khorâssan du nord, ainsi que le Turkménistan avec des frontières terrestres et fluviales. Les attraits touristiques de cette province sont nombreux, qu’il s’agisse de la beauté de la nature de la région (...)


  • Les grandes expositions annuelles
    de Téhéran

    Hamideh Haghighatmanesh N° 117, août 2015

    De nombreuses expositions sont organisées chaque année à Téhéran dans les centres d’exposition de la capitale, les événements les plus importants se déroulant dans les salles permanentes d’exposition situées dans le Mosallâ, à la Tour Milâd, etc. Ce sont notamment des expositions internationales consacrées à la culture ou encore à l’industrie, présentant les dernières inventions et derniers produits en médecine, pétrochimie, informatique, transports, électronique, agriculture, mines, bâtiment, etc. En général, (...)


  • Les infrastructures sportives de Téhéran

    Hamideh Haghighatmanesh N° 116, juillet 2015

    Téhéran a accueilli en 1974 la septième session des Jeux asiatiques, auxquels ont participé 3010 athlètes venus de 25 pays. A cette occasion, des stades à l’époque très modernes permettant la tenue de compétitions internationales importantes ont été construits. En outre, nombreuses sont les autres infrastructures sportives réparties sur l’ensemble de la capitale, dont le maintien est un souci majeur de la ville car ce sont non seulement des endroits de pratique et de compétition pour les sportifs, mais (...)


  • Mollâ Sadrâ, le théosophe de Shirâz

    Hamideh Haghighatmanesh N° 113, avril 2015

    A l’époque safavide, un certain Khâdjeh Ebrâhim Ghavâmi, notable de Fârs, homme d’affaires, savant et fin politicien, était ministre du suzerain de Fârs, Mohammad Mirzâ, également connu sous le nom de Shâh Mohammad Khodâbandeh. Khâdjeh Ebrâhim n’avait pas d’enfant et en souffrait cruellement. Après bien des prières, il eut enfin un fils. Né en 1571 à Shirâz dans le quartier Ghavâm, Sadreddin Mohammad, plus tard surnommé Mollâ Sadrâ, est un philosophe iranien, chef de file de l’école philosophique de Hekmat-e (...)


  • Les attractions touristiques de la province de Fârs
    2ème partie

    Hamideh Haghighatmanesh N° 113, avril 2015

    La province de Fârs, située au sud-ouest de l’Iran, s’étend sur une superficie de 122 608 km2 et est à ce titre la cinquième province la plus vaste d’Iran. Les provinces limitrophes sont celles d’Ispahan au nord, de Hormozgân au sud et au sud-est, de Boushehr à l’ouest et au sud-ouest, de Kohkilouyeh au nord-ouest, de Kermân à l’est et de Yazd au nord-est. Les monts Zâgros, l’un situé au nord-ouest et l’autre au sud-est de la province, sont de hauts plateaux montagneux divisant la province en deux zones (...)


  • Les attractions touristiques de la province de Fârs
    1 ère partie : Shirâz

    Hamideh Haghighatmanesh N° 112, mars 2015

    La province de Fârs, située au sud-ouest de l’Iran, s’étend sur une superficie de 122 608 km2 et est à ce titre la cinquième province la plus vaste d’Iran. Les provinces limitrophes sont celles d’Ispahan au nord, de Hormozgân au sud et au sud-est, de Boushehr à l’ouest et au sud-ouest, de Kohkilouyeh au nord-ouest, de Kermân à l’est et de Yazd au nord-est. Les monts Zâgros, l’un situé au nord-ouest et l’autre au sud-est de la province, sont de hauts plateaux montagneux divisant la province en deux zones (...)


  • Aperçu sur la thématique du fatalisme et de la liberté dans la poésie de Mowlânâ

    Hamideh Haghighatmanesh N° 111, février 2015

    L’être humain est-il libre de prendre en main son propre destin, ou est-il contraint d’accepter un sort déjà fixé ? Dans quelle mesure a-t-il le droit d’intervenir dans sa destinée ? Si l’on considère Dieu comme Tout Puissant, quel pourra être le rôle propre de l’homme dans sa vie ? Si l’homme n’est pas contraint par son Créateur, pourquoi les circonstances l’empêchent-elles parfois de réaliser ce qu’il a décidé ? Quel est le statut de la fatalité ?
    Ces questions complexes ont fait depuis longtemps l’objet (...)


  • La vision différente de Habib Ahmadzâdeh sur la guerre
    dans son œuvre Dâstân-hâye shahr-e djangi (Histoires de la ville en guerre)

    Hamideh Haghighatmanesh N° 110, janvier 2015

    Sur le verso de la couverture des Histoires de la ville en guerre, trois critiques de cet ouvrage permettent de saisir les différentes dimensions de la pensée de son auteur, ainsi que l’attention particulière dont a été l’objet cette œuvre consacrée à la guerre. La première est celle du célèbre poète iranien Manouchehr Atashi : "Notre littérature de guerre se limite à huit ans de guerre imposée (et à une défense vraiment sacrée)… Dans les Histoires de la ville guerrière, outre la technique d’écriture, le (...)


  • La politique extérieure des Afshârides

    Hamideh Haghighatmanesh N° 107, octobre 2014

    La fin du règne safavide est marquée par le chaos des attaques afghanes, ottomanes et russes, ainsi que par le mécontentement des Iraniens vis-à-vis d’un pouvoir chancelant et incapable d’assurer la sécurité du pays. Il s’ensuit par conséquent une période de troubles et d’anarchie, entraînant l’occupation d’une partie du territoire iranien. C’est dans ce contexte qu’apparaît Nâder, considéré par certains comme le Napoléon Bonaparte iranien. Nâder prend le pouvoir en tant que chef des armées de l’un des (...)


  • Les attractions touristiques de la province de Hormozgân

    Hamideh Haghighatmanesh N° 105, août 2014

    AAu sud de l’Iran, la province de Hormozgân et ses îles du golfe Persique accueillent toute l’année un grand nombre de touristes, grâce à leurs nombreuses attractions naturelles et historiques. L’histoire de cette région et celle de la vie de son peuple du littoral du golfe Persique remontent à la période antique où elle s’est vue accorder une place importante durant le règne des Achéménides, la capitale de ces derniers étant assez proche de la région. Dès l’ère achéménide, puis durant le règne sassanide, (...)


  • Les Arabes d’Iran

    Hamideh Haghighatmanesh N° 104, juillet 2014

    Le vaste territoire de l’Iran est tel un grand corps constitué de membres aux natures et tissus différents, chacun assurant à leur manière la survivance du corps principal. Les diverses ethnies formant ensemble le peuple iranien, quelles que soient leur langue et leur culture, sont ainsi les membres inséparables du corps nommé Iran.
    L’un des membres de ce grand corps est l’ethnie arabe, qui représente environ 4 % de la population iranienne. La plupart de ses membres sont installés au sud du pays, (...)


  • Les Imâmzâdehs féminins en Iran

    Hamideh Haghighatmanesh N° 102, mai 2014

    La persécution des membres de la famille du Prophète et des chiites, qui débuta bien avant l’événement de l’Ashourâ sous les Omeyyades, prit encore davantage d’ampleur sous le califat abbasside. Cette hostilité historique n’est plus à démontrer, hostilité qui alla plusieurs fois jusqu’à la perpétration de massacres, notamment ceux commis par Hadjâdj ibn-e Youssof à l’époque omeyyade, ceux de Mansour Davânighi à l’époque abbasside, ou même celui directement conduit par le calife Hâroun al-Rashid, qui conduisit à (...)


  • La franc-maçonnerie et le chiisme en Iran

    Hamideh Haghighatmanesh N° 101, avril 2014

    Un regard sur l’histoire de l’Iran suffit pour se rendre compte de l’importance du rôle du chiisme dans la société iranienne, autant dans la sphère privée que la sphère politique. Le rapprochement entre le politique et le religieux date de l’époque safavide. La proclamation du chiisme en tant que religion officielle du pays a permis le développement de la pensée chiite et la légitimation du pouvoir safavide. Sous le règne de Shâh Abbâs, les savants religieux se sont vus conférer des rôles importants dans (...)


  • La dynastie ilkhanide en Iran :
    une renaissance après les invasions mongoles ?

    Hamideh Haghighatmanesh N° 100, mars 2014

    Après les invasions sanglantes des Mongols et en particulier les campagnes menées par Gengis Khân, qui furent à l’origine de l’une des plus traumatisantes périodes de l’histoire iranienne, une nouvelle ère commença avec l’avènement de la dynastie ilkhanide (1256-1335). Cette dynastie était dirigée par les Ilkhâns, gouverneurs régionaux du grand Khân moghol, qui régnaient sur le plateau iranien et ont pu restaurer l’indépendance politique de l’Iran y établissant un Etat unifié. Cette nouvelle génération de (...)


  • Si Daryâgholi n’existait pas…
    Nouvelle extraite de Dâstân-hâye shahr-e djangi (Histoires de la ville guerrière) de Habib Ahmadzâdeh

    Traduction :

    Hamideh Haghighatmanesh N° 100, mars 2014

    Pourquoi n’es-tu pas connu ? Ton nom n’est pas éphémère : “la mer” l’ouvre ! La mer n’est pas petite ; elle est immense et profonde, pure et houleuse. Tous la connaissent, mais pourquoi toi, tu es si peu connu ? […] Ton nom nous rappelle la mer, Bahmanshir et le quartier Zolfaghâri d’Abâdân.
    Qu’il est facile pour les baasistes de réaliser un pont, cette nuit, sur le Bahmanshir, par-dessus les beaux dattiers du quartier Zolfaghâri qu’ils ont rasés, et de se glisser secrètement à l’autre bout du fleuve pour (...)


  • La nuit étoilée*

    Hamideh Haghighatmanesh N° 99, février 2014

    La brise fraîche de la nuit d’été souffle et caresse le visage de Mohammad. Il lève la tête et regarde le ciel étoilé. Son regard curieux cherche et trouve sa propre étoile, une étoile brillante au sein du ciel de sa ville natale Tûs Il s’envole vers le ciel, voltige entre les étoiles et cherche à s’asseoir sur la lune, quand la voix de son frère aîné l’arrache au ciel et le fait retourner sur terre : "Te voilà encore dans les nuages ! Dors ! Ce n’est pas le moment de compter les étoiles !" Mohammad se (...)


  • Entretien avec Alfred Yaghobzâdeh, photographe des guerres et des conflits

    Réalisé par
    Seyyed Hamid Hâshemi
    Traduction et adaptation :

    Hamideh Haghighatmanesh N° 98, janvier 2014

    Alfred Yaghobzâdeh, né en 1958 en Iran, est réputé dans son domaine de prédilection : la photographie. Bien qu’il soit autodidacte, il considère Asghar Bitchâreh comme son professeur.
    Depuis qu’il travaille, Yaghobzâdeh a photographié un peu partout où il y avait une guerre. Du Liban à la Palestine, de la Roumanie à la Yougoslavie ou encore, il y a quelques décennies, l’Allemagne de l’Est, il a été partout présent. Il défend l’idée que le photojournaliste doit s’efforcer d’être impartial, et de (...)