N° 125, avril 2016

Les attractions touristiques de la
province de Hamedân


Hamideh Haghighatmanesh


Mausolée d’Avicenne à Hamedân

La province de Hamedân, d’une superficie d’environ 19 493 km2, est l’une des provinces montagneuses, hautes et froides de l’Iran. Le chef-lieu de la province est la ville historique de Hamedân, dont la fondation, selon Hérodote, remonte au huitième siècle av. J.-C., à l’époque mède. Démographiquement, cette province est la 14e du pays au vu du nombre d’habitants rapporté en 2012 et la 23e en superficie.

Grotte Alisadr

La grotte Alisadr : Parmi les attractions touristiques de la province, la plus connue est sans doute une attraction naturelle, la grotte d’Alisadr, la plus grande d’Iran, avec un lac souterrain, et qui n’a pas encore été entièrement explorée. Cette grotte immense s’étend jusqu’à la province voisine. Située à 75 km au nord-ouest de Hamedân, dans les montagnes de Zâgros et à une altitude de 1980 mètres, cette grotte est accessible depuis le village de Alisadr. Les galeries ouvertes au public sont en partie uniquement accessibles par canot sur l’étendue du lac souterrain. Ce qui distingue Alisadr des autres grottes similaires est le volume de l’eau qui rend possible une longue promenade en canot dans ses galeries. La visite de la grotte en barque dure environ deux heures. L’entrée de la grotte débouche sur un long corridor qui mène à l’embarcadère souterrain. Avant d’arriver aux canots, il faut marcher une vingtaine de minutes durant lesquelles on peut admirer quelques salles de la grotte. Il faut avoir des articulations solides durant cette marche, puisqu’il y 118 marches à monter et 130 marches à descendre. Ces galeries sont nommées d’après le panorama de leurs stalactites et stalagmites. En haut des marches, à l’entrée, une stalagmite de 5 mètres de hauteur attire le regard. Les seules créatures vivantes de la grotte sont des algues. La température de la grotte ne varie pas selon les saisons : elle est de 16°C pour l’air et de 12°C pour l’eau.

Vallée de Douzakh-Darreh

La vallée de Douzakh-Darreh : Cette vallée profonde de la montagne Alvand, est connue notamment pour ses cascades. C’est ici, dit-on, qu’il y a environ trois millénaires, le premier groupe de migrants aryens s’établit en Iran. L’existence de rivières au fond des vallées des monts Alvand renforce la beauté de cette région.

La citadelle de Hamzeh Khân, village d’Oshtorân

Le village d’Oshtorân : Ce village historique comprend plusieurs monuments antiques et historiques, témoignages de la longue histoire de la région. Citons entre autres la citadelle de Hamzeh Khân, les quatre édifices qâdjârs, le hammam Ghal’eh… ainsi que de belles attractions naturelles et anciennes comme de nombreux jardins de noyers.

Montagne Garin

La montagne Garin : le mont Garin, les grottes Sarâb et Ghal’e Jough, la plaine Mishân, le village de Alân-Soflâ, proche de la grotte Alisadr, historique et entouré d’une nature vierge, les villages de Cheshmeh Malek, Mânizân, Bâbâ-Nazar ou Bahâdor-Beyg, tous implantés dans la nature préservée de cette région montagneuse, attirent chaque année de nombreux visiteurs. C’est également dans cette zone que se trouvent, entre autres, les parcs protégés de Golpar-Abâd, de Lashgar ou encore de Malousân.

Colline antique de Giân

La colline antique de Giân : cette colline antique vieille de plus de cinq millénaires est située à 19 km de Nahâvand. Les fouilles ont mis à jour de nombreux artefacts très anciens, ainsi que le squelette d’un homme de 35 ans. Les chercheurs ont également dégagé cinq étages archéologiques de cinq périodes différentes, s’étendant d’il y a 5700 ans à nos jours.

Chute de Ganj-Nâmeh, vallée d’Abbâs-Abâd

Le complexe antique et naturel de Ganj-Nâmeh : L’autre attraction à la fois historique et naturelle de la province est le complexe Ganj-Nâmeh, célèbre autant pour sa beauté naturelle que pour ses tablettes antiques gravées dans la roche. Ce complexe est situé à 5 km au sud-ouest de Hamedân, à l’extrémité sud de la vallée d’Abbâs-Abâd. La chute de Ganj-Nâmeh, haute de 12 m, coule tout au long de l’année, gelant parfois en hiver et offrant alors le spectacle de belles stalactites. Les tablettes antiques de ce complexe datent de l’ère achéménide et du règne des rois Darius Ier et Xerxès Ier. Elles ont été gravées au cœur de l’un des rochers du mont Alvand, écrites dans l’écriture officielle de l’époque, chacune ayant 3 colonnes de 20 lignes et rédigées en trois langues : vieux-perse, élamite et babylonien.

Du fait de sa longue histoire, la province de Hamedân possède un grand nombre de lieux historiques :

Vestiges de la ville antique d’Ecbatane (Hegmatâneh)

La ville antique d’Ecbatane (Hegmatâneh) : Cette ville historique a été construite par les Mèdes au XVIIe siècle av. J.-C., pour être la capitale du premier royaume d’Iran. C’est une colline de forme ovale, située dans la ville actuelle de Hamedân. Ecbatane était la capitale royale des Mèdes et la capitale d’été des Achéménides et des Parthes. Le château royal, bâti dans l’une des forteresses, contenait des centaines de chambres et la ville à proprement parler s’étendait dans les enceintes des citadelles. Une grande ville a été découverte au centre de la colline, avec notamment les vestiges de parties de bâtiments, comme des cours centrales avec des pièces disposées autour, etc. Des fouilles plus récentes ont mis à jour des parties de l’enceinte de la ville, dotée de grandes tours, et permettent de localiser les extrémités de cette ville très ancienne. Sa disposition, qui suit un plan régulier, est un point intéressant d’urbanisme à souligner au vu de l’ancienneté de l’endroit. De nombreux objets datant d’ères antiques, telles que la période achéménide, ont également été découverts. Un musée archéologique local, à l’est de la colline historique d’Hegmatâneh, expose ces œuvres découvertes à Hegmatâneh, ainsi que d’autres objets historiques appartenant aux époques pré et post islamiques. Pour finir, citons l’existence dans ce complexe d’une église vieille de 335 ans qu’il est également possible de visiter.

Shir-e sangi (lion de pierre)

Le Shir-e Sangi (lion de pierre) : La statue de Shir-e Sangi est une statue antique mède de Hamedân. Cette statue en pierre de 2,5 mètres de long, 1,15 mètre de large, et haute de 1,20 mètre représente un lion, posé dans son emplacement actuel dans la ville de Hamedân par l’architecte Houshang Seyhoun, qui est également le créateur du monument du mausolée d’Avicenne. La colline sur laquelle est actuellement posée la statue est aussi une colline antique où divers objets anciens ont été découverts, notamment un cercueil royal parthe, aujourd’hui conservé au musée Hegmatâneh.

Le mausolée d’Avicenne : C’est à Hamedân que repose l’un des grands génies de l’histoire universelle, Avicenne, philosophe, savant et médecin iranien. Son mausolée à Hamedân attire chaque année de nombreux visiteurs. Un premier monument ornant ce mausolée avait été construit sous l’ère qâdjâre, mais le monument actuel le remplace depuis 1952, année où l’Association des œuvres nationales d’Iran (anjoman-e asâr-e melli-e Irân) décida de le reconstruire, à l’occasion des mille ans de la naissance d’Avicenne. L’architecture de ce monument est un mélange de perse antique et islamique, et sa partie principale est une tour inspirée de celle de Gonbad-e Kâvous. Elle possède 12 colonnes, en allusion aux douze matières scientifiques explorées par Avicenne. La salle de sud du mausolée est consacrée à un musée exposant les antiquités datant d’avant Jésus-Christ découvertes dans la région, ainsi que des objets datant de la période islamique. La salle du nord renferme une bibliothèque de 8000 livres manuscrits et précieux, et présentant par ailleurs des expositions permanentes autour d’Avicenne, ainsi que des grands poètes de Hamedân. Un espace vert, disposé autour d’une statue d’Avicenne, complète ce complexe.

Mausolée de Bâbâ-Tâher

Le mausolée de Bâbâ-Tâher Oryân : Bâbâ Tâher est un poète mystique iranien du XIe siècle, dont les quatrains lyriques ont toujours été populaires en Iran, notamment pour leur simplicité apparente et leur musicalité. Son mausolée, sous lequel repose sa dépouille, est situé au nord de la ville de Hamedân. Ce mausolée date de l’ère seldjoukide. La tour octogonale qui l’orne, érigée sur la tombe du poète, date du XIIe siècle. Ce mausolée est un chef-d’œuvre architectural de l’ère seldjoukide. Notons entre autres sa façade en pierre et les épigraphes des mosaïques qui ornent l’intérieur. Le plafond est carrelé et l’espace intérieur de la tour est orné par 24 quatrains du poète, gravés sur 24 belles pierres. Un bel espace vert a été aménagé tout autour de ce monument.

Les attractions historiques sont nombreuses à Hamedân, et ce court article ne suffit pas à aborder tous les trésors naturels et historiques de cette province. Nous allons revenir brièvement sur quelques-unes de ces attractions :

Gonbad-e Alaviân

Gonbad-e Alaviân : Ce chef-d’œuvre architectural postislamique date de la fin de l’époque seldjoukide. Le monument aux beaux ornements en stuc fut d’abord construit par la famille Alavi pour être une mosquée, mais fut plus tard transformé en mausolée pour les membres bienfaiteurs de cette famille.

Atashkadeh de Ghareh-Tappeh : Cette colline historique, abritant un temple du feu, est située à 3 km de la ville de Fâmenin. Elle date de la période sassanide, et était un lieu d’adoration.

Atashkadeh de Noushijân

Atashkadeh de Noushijân : Cet âtashkadeh (temple du feu) était une citadelle antique renfermant un temple du feu. Elle est située à 15 km à l’ouest de Malâyer et comprend trois étages, chacun datant de différentes périodes, le premier étant attribué aux Mèdes, le deuxième aux Achéménides et le troisième aux Sassanides.

Le tombeau d’Esther et Mordechaï : Ce mausolée est le lieu de pèlerinage le plus important pour les Juifs dans le pays. Quelques tombes de personnalités marquantes de la communauté juive iranienne sont également à voir dans la salle intérieure du mausolée.

Mausolée du prophète Habacuc

Le mausolée du prophète Habacuc : Situé à Tuyserkân, ce mausolée est le sépulcre du prophète hébreu Habacuc. Selon les récits, en 548 av. J.-C., Cyrus, le roi perse, conquiert Babylone et libère les prisonniers juifs. Habacuc émigre alors en Iran et s’installe à Tuyserkân. Son mausolée est l’une des plus anciennes œuvres historiques d’Iran.

Pont Mohâjerân

Le pont Mohâjerân : Ce pont bâti à 35 km au nord-ouest de Hamedân est un des beaux ponts historiques de la ville de Bahâr. Sa construction remonte au XVIIe siècle. Ses caractéristiques notables sont sa longueur et la diversité des matériaux utilisés pour sa construction.

Pont Farsfaj

Le pont Farsfaj : Ce pont de la ville de Tuyserkân, desservant en son temps le caravansérail Shâh-Abbâsi, date de l’époque safavide (XVIe siècle). Il mesure 60 m de long et 8 m de large, et est doté d’une solidité ayant permis pendant des siècles le passage d’innombrables caravanes.

Maison traditionnelle des Mas’oudi

La maison traditionnelle des Mas’oudi : Cette maison représentative de l’architecture traditionnelle de la région est située à Tuyserkân. Bâtie il y a plus de 130 ans, elle abrite aujourd’hui le musée de l’Histoire de la culture de Tuyserkân.

Caravansérail Shâh-Abbâsi. Photo : Hamid Rezâ Malmir

Le caravansérail Shâh-Abbâsi : Ce caravansérail de 4000 m2, situé à 23 km au sud-ouest de la ville de Tuyserkân, date de l’époque safavide. Ce qui le distingue des autres caravansérails est l’existence de forteresses l’entourant et prouvant qu’outre son rôle de gîte pour les voyageurs, il avait probablement une fonction militaire.

Hammam de Hâdj-Aghâ Torâb

Le Hammam de Hâdj-Aghâ Torâb : Situé à Nahâvand et datant du XIXe siècle, cet ancien hammam abrite le musée d’anthropologie de la ville.

Tour Ghorbân

La tour Ghorbân : Cette tour historique de la ville de Hamedân est également la sépulture du maître soufi Abol-Alâ Hamedâni et de plusieurs gouverneurs seldjoukides.

Ville souterraine de Sâmen

La ville souterraine de Sâmen : Cette ville souterraine et clandestine très ancienne et datant d’avant le règne Parthe est située à 15 km de Malâyer. Son architecture et la disposition de ses espaces tendent à montrer qu’il s’agissait d’un lieu où se pratiquaient des cérémonies secrètes ou religieuses.

Intérieur du Yakhchâl-e Mir-Fattâh

Yakhchâl-e Mir-Fattâh : Datant de l’époque qâdjâre, cet édifice était un réservoir de glace. Il est haut de 12 mètres, du sol jusqu’au dôme et descend 4 mètres jusqu’au local en sous-sol où la glace était stockée. Deux rangs de briques épaississent les murs de l’intérieur et de l’extérieur et servaient à isoler le bâtiment.

La mosquée Djâme’ de Hamedân, datant de l’époque qâdjâre, le pont historique safavide de Djahân-Abâd à 6 km de la ville de Fâmenin, la maison traditionnelle qâdjâre des Lotfaliân, à Malâyer, la forteresse antique de Bâshghourtârân, à Kaboudar-Ahang, le caravansérail qâdjâr Tâj-Abâd, dans un village du même nom, et de nombreux autres édifices et vestiges historiques témoignent du long passé de la région et emportent les visiteurs dans un voyage dans le temps.


Visites: 508

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.