N° 101, avril 2014

Présentation des mouvements francs-maçons


Mireille Ferreira


La franc-maçonnerie est ainsi définie par le dictionnaire Larousse : « Ordre initiatique universel fondé sur la fraternité et visant à réunir les hommes par-delà les différences. Au sens figuré : groupe à l’intérieur duquel se manifeste une solidarité agissante entre membres. Exemple : la franc-maçonnerie des anciens élèves d’une grande école. La grande maçonnerie spéculative (moderne) est apparue en Grande Bretagne au XVIIe siècle, et en France au XVIIIe siècle. Elle se veut l’héritière de la franc-maçonnerie opérative, dont les membres étaient bâtisseurs de cathédrales. Par analogie, les francs-maçons spéculatifs travaillent à la construction du “temple de l’humanité’’. Un groupe de francs-maçons forme une loge, un groupement de loges constitue une obédience. »

Bien souvent, lorsqu’on évoque la franc-maçonnerie, seul le sens figuré de cette définition est retenu par l’opinion, dans son acception plus étroite encore de favoritisme et de réseau d’influence, suscitant défiance et incompréhension à son égard. Les francs-maçons, au contraire, considèrent qu’il s’agit d’une institution universelle philanthropique, philosophique, progressiste, confraternelle et charitable, qui se veut à la recherche de la vérité, de la morale et de la solidarité. Ils la définissent comme une alliance d’hommes libres de toutes confessions (bien que certaines loges puissent se revendiquer liées à une religion du Livre) et de tous horizons sociaux ou politiques.

Illustration d’un symbole maçonnique rappelant un temple païen, Loge Union de Boston, 1796

C’est dans les pays anglo-saxons qu’apparut d’abord le phénomène franc-maçon. On peut citer la Grande Loge [1] de Londres et de Westminster, qui fut la première, mais aussi les Grandes Loges d’Irlande, d’Ecosse ou de France, pour les plus anciennes. A partir de ces Grandes Loges, la franc-maçonnerie se répandit dans toute l’Europe et dans l’ensemble des colonies européennes, puis gagna l’ensemble des continents. Les premières loges maçonniques connues comme étant distinctes d’une corporation de bâtisseurs de cathédrales - dites modernes, spéculatives ou encore philosophiques - furent fondées en Ecosse, la toute première datant de 1599. Avant la fin du XVIIe siècle, une trentaine de loges avaient été créées en Angleterre. A cette époque, leurs membres sont des citadins de condition modeste, artisans et petits commerçants. Jouant le rôle qu’auront plus tard les systèmes publics de protection sociale, inexistants alors, elles aident leurs membres malades ou sans emploi, organisent leurs obsèques et pourvoient aux besoins de leurs veuves et de leurs orphelins.

Au Machrek, les premières loges maçonniques apparaissent au Liban et en Syrie, avec l’installation, au XIXe siècle, des manufactures de soieries françaises, puis en Palestine avec l’arrivée des Anglais. Les francs-maçons arrivent en Egypte avec l’expédition de Bonaparte en 1798 puis avec les maçons constructeurs qui viennent de France percer le Canal de Suez de Ferdinand de Lesseps en 1859. Les colons français contribuent à la création d’une franc-maçonnerie locale dans les trois pays du Maghreb, Algérie, Tunisie et Maroc. Au Proche et au Moyen-Orient, l’influence des maçons se fera sentir en raison du lien naturel entre franc-maçonnerie et éducation, particulièrement en Turquie, où elle apparait au moment de la guerre de Crimée (1853-1856) au contact d’officiers francs-maçons anglais et français et en Iran en 1919, avec la Loge « Light in Iran », associée à la Grande Loge d’Ecosse, et devenue plus tard la première Loge de la Grande Loge d’Iran. Dans les pays du golfe Persique et dans la péninsule arabique, la franc-maçonnerie est, du fait de l’hostilité des autorités, pratiquement inexistante.

Rituel d’initiation, gravure anglaise, 1809

Actuellement en France, une vingtaine de Grandes Loges sont connues. Elles accueillent pour la plupart des frères, certaines sont mixtes. La Grande Loge Féminine de France accueille des sœurs. La plus ancienne (1773) est le Grand Orient de France, c’est la plus grande obédience maçonnique française, composée d’environ 40 000 Frères et regroupant 800 Loges implantées sur la quasi totalité du territoire national. Il s’agit d’une obédience adogmatique. Considérant que la conviction religieuse relève de l’affaire privée de l’individu, elle n’exige aucune croyance religieuse de la part de ses membres. Le Grand Orient de France, obédience exclusivement masculine, accepte, toutefois, la visite de l’ensemble des Francs-Maçons de toute obédience y compris les Sœurs. Fondée en 1894, la Grande Loge de France est composée d’environ 24 000 frères regroupés dans 600 Loges avec une implantation couvrant la quasi totalité du territoire national. Il s’agit d’une obédience libérale travaillant, selon sa propre définition, à "La Gloire du Grand Architecte de l’Univers". La Bible est présente dans toutes ses Loges. Elle accepte la visite de l’ensemble des francs-maçons de toute obédience mais n’accepte pas la visite des sœurs dans ses Loges.

C’est le plus fréquemment par cooptation que l’on intègre une loge maçonnique. Pour en devenir membre, l’impétrant est soumis à un rite initiatique, qui diffère en fonction des pays et des époques.

Au sein des Loges, les membres ont en charge diverses fonctions : le Vénérable préside et anime la Loge, l’enseignement des frères et des sœurs est assuré par les Surveillants, l’Expert veille au respect de la tradition. D’autres membres sont chargés d’assister ceux qui sont en difficulté de vie. Pendant les réunions ou Tenues, les Frères et les Sœurs mettent en commun les résultats de leurs recherches concernant des sujets philosophiques, symboliques, sociaux, économiques, etc.

Tableau des loges de la Grande Loge de Londres en 1735

Bien que de nombreuses loges soient encore actives et dynamiques, il semble que le mouvement franc-maçon, très présent dans le passé, notamment dans les milieux politiques, intellectuels et professionnels libéraux, connaisse actuellement un certain déclin. Ainsi, la franc-maçonnerie ne compterait plus que de 2 à 4 millions d’adhérents dans le monde contre 7 millions au milieu du XXe siècle. On considère qu’en vingt-cinq ans, la franc-maçonnerie anglo-saxonne, à elle seule, a perdu la moitié de ses effectifs inscrits et 90 % de ses effectifs réels. Les causes en sont sans doute complexes et variées, qu’elles soient sociétales, en raison d’une meilleure protection sociale dans de nombreux pays aboutissant à un certain repli sur soi et au développement de l’individualisme, ou politiques, en raison d’une certaine défiance des autorités gouvernementales pouvant aller jusqu’à l’interdiction pure et simple, comme ce fut le cas en Iran, à partir de 1979, à l’avènement de la République islamique.

Franc-maçon anglais, XIXe siècle

Sources bibliographiques :
- Antoine Sfeir, écrivain et rédacteur en chef des Cahiers de l’Orient, entretien avec L’Express, magazine hebdomadaire français.
- Alain Bauer et Edouard Boeglin, Le Grand Orient de France, Presses Universitaires de France, collection Que sais-je ?
- Roger Dachez, Histoire de la Franc-maçonnerie française, Presses Universitaires de France, collection Que sais-je ?
- Francis Delo, Encyclopédie de la Franc-maçonnerie, Le Livre de Poche
- Paul Sabatiennes, "Pour une Histoire de la Première Loge maçonnique en Iran", Revue de l’Université de Bruxelles, 1977, éditions de l’Université de Bruxelles.

Notes

[1Un ensemble de loges constitue une Grande loge.


Visites: 2091

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



1 Message

  • Présentation des mouvements francs-maçons 1er mars 20:32, par f.zanganeh

    C EST UNE ERREURE DE DIRE QUE LA FRANC MACONNERIE EST DATE DE 1723,
    CE DATE EST VALABLE UNIQUEMENT POUR PERIODE DE L’OPERATIVE AU SEPECULATIVE
    TANDIT QUE HISTORIQUEMENT F.M EST DATE DES TEMPLE ZEROASTERIEN 3775 ANS AV JC
    SAGESSE -FORCE-BAUTE EST LE SYMBOLE DE PRECEPTE DE ZEROASTRE
    IL Y A UNE LOGE AVEC 7 GRARADE LA LOGE DE ZEROASTRE A PARIS

    repondre message