N° 60, novembre 2010

A l’occasion de la journée mondiale de la philosophie


Hoda Sadough


"Plus que jamais, la connaissance mutuelle et la compréhension de toutes les traditions de la pensée dans le monde sont essentielles pour le dialogue et le respect entre les peuples. Prenons le temps aujourd’hui de célébrer l’universalité de la philosophie. L’amour de la sagesse est inhérente à toutes les cultures, et constitue un patrimoine immatériel de l’humanité."

Message du directeur général de l’UNESCO à l’occasion de la journée de la philosophie (21 novembre 2002).

Il y a des années que l’UNESCO organise des congrès et des séminaires en philosophie dans l’esprit de relier la vie rationnelle de l’humanité à sa vie quotidienne. Dans le même esprit, l’UNESCO se préoccupe également d’établir une base solide et logique pour les actes humains se considérant comme habituels et enracinés dans la société. Pour atteindre ce but et en particulier pour démontrer le rapport entre culture et philosophie, l’UNESCO s’adresse tout d’abord aux cultures possédant un riche héritage philosophique.

La philosophie occupe une place importante au sein de l’UNESCO. L’analyse et la réflexion philosophiques sont indéniablement liées à l’établissement et au maintien de la paix, qui font partie des missions fondamentales de l’organisation. La nécessité d’un programme de philosophie à l’UNESCO a été soulignée dès les débuts de sa fondation. En 1946, la Commission préparatoire de la première session de la Conférence générale avait proposé l’élaboration d’un programme en matière de philosophie en vue de « faire pénétrer dans l’esprit du grand public un certain nombre de notions philosophiques et morales, qui soient de nature à consolider le respect de la personne humaine, l’amour de la paix, la haine du nationalisme étroit et du règne de la force brute, la solidarité et l’attachement à l’idéal de culture. La philosophie pourrait alors être conçue comme une école de solidarité de l’homme." Ainsi la philosophie peut-elle être aussi considérée comme une école de solidarité humaine, à la base d’une amélioration de la compréhension et du respect mutuels.

L’UNESCO tend à considérer la philosophie dans un sens large, comme devant favoriser le respect de chaque individu ainsi que la solidarité morale et intellectuelle. Loin de se restreindre uniquement à une connaissance purement spéculative, la philosophie concerne toute activité humaine et son champ est aussi vaste que les domaines de compétence de l’UNESCO. Les grandes questions qui sont traitées par l’organisation telles que l’éducation pour tous, la diversité culturelle, l’éthique scientifique, les droits de l’homme, la société du savoir, la démocratie, le dialogue interculturel et le dialogue entre les civilisations requièrent de solides fondements philosophiques et une grande rigueur analytique et conceptuelle.

En février 1995, plusieurs penseurs se sont réunis à Paris afin d’adopter la Déclaration de Paris pour la Philosophie. Selon cette déclaration, tout individu, où qu’il soit, devrait avoir le droit de s’engager dans une réflexion philosophique libre. D’autre part, l’enseignement de la philosophie devrait être maintenu et étendu là où il existe, et créé là où il n’existe pas encore. Ces penseurs ont également souligné la nécessité de développer la connaissance des conceptions philosophiques des différentes cultures tout en favorisant l’analyse de leurs points communs et de leurs différences.

L’action de l’UNESCO dans le domaine de la philosophie se concentre autour de trois axes majeurs :

- La philosophie face aux problèmes mondiaux

- L’enseignement de la philosophie dans le monde

- La promotion de la pensée et de la recherche philosophique

En soutenant la réflexion des philosophes sur les problèmes qui se posent aujourd’hui à l’humanité, l’UNESCO les encourage à jouer un rôle influent en dehors de leur sphère universitaire traditionnelle et à contribuer activement à apporter une réponse aux problèmes contemporains, en complément des recherches scientifiques en cours. Sans aucun doute, l’UNESCO, en tant qu’organisation intellectuelle et éthique, est susceptible de jouer un grand rôle dans la création d’un espace publique au sein duquel le dialogue peut obtenir une dimension internationale authentique. Dans le domaine de l’enseignement, la philosophie contribue à la formation de citoyens libres. L’enseignement philosophique stimule l’individu et le pousse à porter des jugements sur sa propre situation, à débattre de sujets divers, à respecter des opinions discordantes et à se soumettre uniquement à l’autorité de la raison. Dans ce contexte, l’UNESCO a pour objectif d’encourager entre autre la recherche sur la philosophie de l’éducation et l’enseignement de la philosophie à travers le monde entier. Pour promouvoir la pensée et la recherche philosophique, l’UNESCO a pris l’initiative depuis 2002 de célébrer la journée mondiale de la philosophie. Parmi d’autres activités, il faut indiquer le lancement d’une série d’entretiens avec des philosophes de toutes les régions du monde, la production d’émissions de télévision et de radio concernant la philosophie ainsi que la promotion de la traduction d’œuvres philosophiques (en partenariat avec les instituts de recherche et les universités).

Depuis 2002, l’Organisation de l’Education de l’UNESCO a défini le troisième jeudi du mois de novembre comme étant la journée mondiale de la philosophie. Depuis son inauguration en 2002 et surtout depuis son institutionnalisation en 2005, cette célébration de la philosophie a rencontré beaucoup d’enthousiasme. Des universitaires, des étudiants et le grand public ont tous montré de l’intérêt pour cette journée qui offre de nouvelles possibilités et de l’espace pour la réflexion philosophique et les débats critiques.

Affiche de la journée mondiale de la philosophie en Iran, 21-23 novembre 2010

La première cérémonie officielle a eu lieu le 21 novembre 2002 au siège de l’UNESCO à Paris. Diverses conférences ont été organisées à l’occasion sur des sujets tels que la pauvreté, la justice et la paix du monde, la philosophie et les droits de l’homme, la philosophie comme la voie à l’émancipation, la philosophie de la diversité culturelle et des droits culturels, la philosophie et les médias, l’éthique et science, l’épistémologie… Lors de la cérémonie, le directeur général de l’UNESCO a déclaré : « Beaucoup de gens demandent : pourquoi la philosophie à l’UNESCO ? Ma réponse est : comment l’UNESCO pourrait, comme le bras intellectuel et éthique de l’Organisation des Nations Unies, fonctionner sans promouvoir la réflexion philosophique en tant que fondement de la démocratie, des droits de l’homme et d’une société juste ? En d’autres termes, comment peut-on favoriser un fondement authentique de coexistence pacifique ? Il faudrait que nous utilisions ce sujet comme base de la paix ».

Depuis 2002, chaque pays membre a conçu et mis en place diverses activités culturelles, éducatives et scientifiques. En outre, le congrès est organisé chaque année dans un pays membre. Le Chili a accueilli le congrès en 2005, le Maroc en 2006, la Turquie en 2007, l’Italie en 2008.

Cette année, l’Iran est l’hôte de la célébration de la journée mondiale de la philosophie. Le thème principal de cette journée sera consacré aux rapports entre philosophie, théorie et pratique. Des conférences seront également consacrées à l’apport de la philosophie islamique aux pensées philosophiques de l’époque médiévale, au rapport entre philosophie islamique et morale, philosophie et culture, ou encore à la question du lien entre la philosophie et l’avenir de l’homme.

Mohammad Rezâ Saïd Abâdi, Secrétaire Général de la Commission Nationale Iranienne pour l’UNESCO, a indiqué lors d’une interview que cette Organisation souhaite utiliser le potentiel de certaines disciplines pour contribuer au maintien de la paix, dont la philosophie fait partie. Il a précisé par ailleurs que l’UNESCO s’applique à faire ressortir l’aspect pragmatique de la philosophie de sorte qu’elle puisse influencer la vie quotidienne des citoyens. Ainsi, l’organisation s’intéresse plutôt à une philosophie pratique formulée selon un langage courant et compréhensible, a-t-il précisé. Le Directeur Général de la Commission Nationale Iranienne pour l’UNESCO a souligné que malgré les progrès scientifiques et technologiques, les crises sociales se multipliaient d’une manière progressive de sorte que les sciences sociales et en occurrence la philosophie pourrait jouer un rôle essentiel pour contrer ces crises.

Le congrès international de la journée de la philosophie aura lieu du 21 au 23 novembre 2010 à l’Institut Iranien de Philosophie.

Bibliographie :
- UNESCO Strategy on Philosophy : Section of Philosophy and Human Sciences (November/December 2004)
- http://www.unesco.org/new/fr/social-and-human-sciences/themes/human-rights/philosophy/philosophy-day-at-unesco/


Visites: 512

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.