Vue extérieure du Musée du Tapis

Situé à Téhéran à côté du parc Lâleh, le Musée du Tapis (mouzeh-ye farsh) a été fondé en 1976 par la dernière impératrice d’Iran, Farah Dibâ Pahlavi. Le musée expose une variété de tapis persans en provenance de nombreuses villes du pays dont la majorité appartient à la période safavide mais aussi aux époques qâdjâre et contemporaine. La salle d’exposition s’étend sur une superficie de 3400 m² et sa bibliothèque contient près de 7000 ouvrages. La salle du premier étage du musée est consacrée à l’exposition permanente des œuvres du musée, et la seconde, aux expositions temporaires.

Tapis traditionnel bakhtiâri, Musée du Tapis

La structure perforée que l’on peut observer à l’extérieur du musée a été conçue à la fois pour ressembler à un métier à tisser, mais aussi pour projeter de l’ombre sur les murs extérieurs, réduisant ainsi l’impact du soleil estival sur la température intérieure.

A l’entrée de la salle principale du premier étage se trouve une carte présentant les centres de tissage les plus connus d’Iran. On y voit également une vitrine exposant divers outils de tissage, une autre des colorants naturels ainsi que des fils teints et un métier vertical à tisser. Afin de familiariser concrètement les visiteurs à cet art, des personnes assises derrières des métiers à tisser montrent comment se fait un tapis.

Vue intérieure du muse

Le musée possède actuellement une collection de plus d’un millier de tapis et kilims anciens. La grande majorité des éléments exposés est unique au monde. L’un des tapis les plus anciens et particulièrement important du musée appartenant à l’époque safavide est appelé "Sangeshku". Parmi les autres tapis précieux exposés dans ce musée, nous pouvons évoquer les sept tapis ornés de motifs d’animaux, les tapis de Sheikh Safieddin Ardebili, les tapis de jardin, et enfin les tapis polonais. Les tapis persans exposés ont été tissés dans les centres principaux de tissage de tapis en Iran, c’est-à-dire Kâshân, Kermân, Ispahan, Tabriz, le Khorâssân, et le Kurdistan. L’un des premiers exemples d’un genre de tapis connu sous le nom de "tapis polonais" a été tissé à Ispahan au XVIIe siècle à la suite d’une commande d’un prince polonais. Ce tapis fut ensuite envoyé en Pologne. Les matériaux utilisés dans le tissage de ces tapis sont des fibres de soie ainsi que des colorants naturels tissés avec des fils d’or et d’argent. Près de 300 tapis de ce type ont été identifiés à travers le monde, dont sept ont été rapportés en Iran.

Instruments et matériaux servant au tissage de tapis

Deux expositions temporaires sont généralement organisées chaque année au musée. Ces expositions sont souvent présentées lors de la Journée Internationale des musées, c’est-à-dire le 18 mai, ainsi que le 22 février, parallèlement à la célébration de la victoire de la Révolution islamique.

Le Musée du Tapis abrite également un département de restauration ainsi que d’apprentissage du tissage de tapis, en offrant des cours de tissage, de restauration et de conception de tapis.

Tapis de Haris, XIXe siècle, Musée du tapis

Aperçu sur l’art du tissage en Iran

Le tapis a toujours formé une partie intégrante de la culture et de la vie quotidienne des Iraniens, et fait partie des objets les plus importants de toute maison. Ainsi, l’art du tissage est un artisanat qui n’a pas connu de déclin, et qui est actuellement présent dans des zones où le tissage n’était pas traditionnellement pratiqué pas les habitants. Initialement article de nécessité servant à couvrir le sol et à protéger les tribus nomades du froid et de l’humidité, le tapis s’est embelli au cours du temps jusqu’à devenir un véritable objet d’art présent dans les cours royales.

La période la plus importante dans l’histoire du tapis persan coïncide avec l’ascension au pouvoir des Safavides (1499-1722). Des centaines de tapis issus de cette époque sont ainsi préservés dans divers musées et collections privées du monde entier, dont le Musée du Tapis. Pendant le règne de Shâh Abbâs (1571-1629), le commerce et l’artisanat du tapis connurent une expansion sans précédent. L’une des raisons d’un tel phénomène est que Shâh Abbâs encourageait notamment les contacts et les échanges commerciaux avec l’Europe et transforma sa nouvelle capitale, Ispahan, en l’une des villes les plus florissantes de la Perse, notamment au niveau commercial. Il a également créé un atelier de cour où les meilleurs artisans étaient encouragés à créer des œuvres les plus fines et belles. A cette époque, la plupart de ces tapis étaient fabriqués en soie ainsi qu’en fils d’or et d’argent, aboutissant à la création de pièces splendides.

Tapis d’Ispahan, "Les portes du Paradis"

Cette période faste du tapis persan à la cour s’acheva avec l’invasion afghane en 1722, qui infligea des dommages substantiels à Ispahan. Cependant, leur domination ne dura que jusqu’en 1736 avec la prise du pouvoir par un jeune chef du Khorrâssân, Nâder Khân, qui devint roi de Perse. Dès son ascension et durant toute la période de son règne, il mobilisa toutes les forces du pays pour mener des campagnes contre les Afghans, les Turcs et les Russes. Durant cette période et même au cours des années agitées qui suivirent sa mort en 1747, aucun tapis de valeur ne fut tissé même si l’artisanat du tissage était toujours pratiqué par des nomades ainsi que par des artisans dans de petits villages.

Tapis Pâzirak tissé à Ardebil, époque contemporaine, Musée du Tapis

Dans le dernier quart du XIXe siècle et durant le règne des Qâdjârs, le commerce et l’artisanat du tapis retrouvèrent leur importance. L’industrie du tissage fleurit de nouveau notamment grâce aux commerçants de la ville de Tabriz qui commencèrent à exporter leurs tapis en Europe via Istanbul. A la fin du XIXe siècle, certaines compagnies européennes et américaines mirent en place en Iran des entreprises de production artisanale destinées aux marchés occidentaux.

Aujourd’hui, le tissage de tapis est l’artisanat le plus répandu en Iran. Le tapis persan est par ailleurs le plus connu à l’étranger, réputé pour la richesse de ses couleurs, la variété de ses motifs ainsi que sa qualité. Le Musée du Tapis permet donc de mieux connaître l’évolution du tapis persan au cours de l’histoire et de contempler la diversité de ses modèles. Les diverses formations organisées permettent également de garder cet art plus que jamais vivant dans l’esprit et la pratique des Iraniens.

Tapis exposés au Musée

Adresse : Parc Lâleh, à la jonction des avenues Fâtemi et Kâregar
Tel : (0098) 21 88962703

Site internet du musée :
www.carpetmuseum.ir


Visites: 3413

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



4 Messages

  • Le Musée du Tapis 12 septembre 2011 18:02, par Kathy Dauthuille

    Ce dernier tapis avec ces motifs si précis et ces spendides couleurs me fait rêver. Il y a une grande mobilité à travers l’espace.

    De toute beauté !

    repondre message

  • Le Musée du Tapis 3 mai 2014 21:03, par BERNARD CASSANT

    bonjour j ai recu un tapis origine iran en heritage je ne sais pa la date on me dit 13 SIECLES 15 SIECLE OU LE PULS PROBABLE FIN 18 SIECLE SI VOUS ME CONTACTE PAR MA BOITE MAIL bernardcassant@sfr.fr et si vos experts me confirme que ces l original je peu envisager de le laisser a la disposition d un musee affin que cette" arts oriental des civilisation ancienne" soit aprecier du public des musee dans l attante d une reponse merci

    repondre message

  • Le Musée du Tapis 7 mai 2014 02:41, par CASSANT

    BONJOUR JE VOUS CONFIRME MON ADRESSE MAIL JE PENSSE QUE VOUS N AVAIS PA RECU MES DEUX MESSAGE JE VOUS LES FAIT PARVENIER A NOUVEAUX RECEVEZ MES SALUTATIONS LES PLUS DISTIENGUER

    repondre message

  • Le Musée du Tapis 21 avril 2015 08:20, par azzoug Malika

    bonjour , je me présente mme azzoug malika sociologue de formation et conservateur en chef au musée des arts et traditions populaires d’Alger en Algérie . je me suis spécialisée dans le tapis depuis quelques années , j’ai beaucoup d’articles et expositions .
    je voudrais avoir des contacts de personnes qui travaillent sur le tapis surtout la technique et les différents motifs utilisés. merci

    repondre message