N° 163, juin 2019

L’Iran des sources thermales et son potentiel en tourisme medical


Marzieh Khazâyi


Paysage de Lighvân dont l’eau est riche en sulfates de calcium, Tabriz

Introduction

Le tourisme est un secteur essentiel susceptible de contribuer au développement d’un pays. Plus précisément, aujourd’hui, en raison du vieillissement de la population mondiale et de l’évolution des modes de vie, les gens sont attirés de façon croissante par le tourisme médical et thérapeutique. Avec plus de 369 sources d’eaux minérales et thermales, l’Iran possède un important potentiel pour ce type de tourisme. Cet article vise à présenter les principales sources d’eaux minérales d’Iran connues pour avoir des effets thérapeutiques bénéfiques.

La source thermale de Sarâb

L’Iran et la thérapie par les eaux thermales et minérales

Le tourisme de santé désigne un procédé selon lequel des individus ou groupes d’individus voyagent dans l’intention de recevoir un traitement médical. Le fait de se baigner dans des sources thermo-minérales en vue de guérir certaines pathologies fait partie de ce type de tourisme
 [1]. Les diverses sources de ce type en Iran attirent en ce sens l’attention de touristes nationaux et de la région.

Source thermale à Kermân

L’Iran possède plus de mille sources minérales et thermales [2]. Chacune comporte des bénéfices différents [3]. Les vertus de « l’eau thermo-minérale » sont à envisager sur deux plans distincts : l’un sur le plan industriel, l’autre sur le plan du thermalisme [4]. Dans le premier cas, on embouteille de l’eau minérale, et dans le deuxième cas, à savoir le thermalisme, appelé également tourisme thermal, nous sommes dans le cadre d’une activité à vocation curative et médicale.

Source de Lâridjân, époque qâdjâre, photo par Antoin Sevruguin
Source de Lâridjân

Les eaux utilisées en Iran dans le cadre de ce type d’activité se divisent en six catégories : les eaux sulfureuses, les eaux sulfatées, les eaux bicarbonatées, les eaux chlorées, les eaux riches en fer et les eaux dites « pertusa ». Les eaux sulfureuses sont bénéfiques pour ceux qui souffrent de maladies dermatologiques et pulmonaires ; c’est le cas de la source Sâdât-Mahalleh à Tonekâbon [5]. Les eaux sulfatées ont des vertus apaisantes, laxatives et anti-démangeaison ; la source thermale de Sarâb [6] possède ce type d’eau. Les eaux bicarbonatées (c’est-à-dire riches en bicarbonate de sodium) régulent le pH d’un estomac trop acide, et aident à l’amélioration du métabolisme des protéides, des glucides et des cholestérols ainsi qu’à la réduction du taux d’acide urique lorsque son taux est trop haut [7]. Les sources de Sare’aïn à Ardebil font partie de ces sources très riches en eaux bicarbonatées [8]. Les eaux chlorées sont utiles pour guérir les rhumatismes et le rachitisme ; un exemple représentatif est la source de Qaleh-‘Askar à Kermân [9]. Les eaux riches en fer, dont font partie les sources d’Ab’ali et de Lâridjân, ont des bienfaits pour la guérison de l’anémie et l’amélioration de la digestion [10]. Les eaux pertusa contiennent des gaz radioactifs d’origine naturelle, en particulier le radon, et sont utiles pour augmenter les activités métaboliques des tissus du corps et apaiser les douleurs rhumatismales, articulaires et neuropathiques. C’est notamment le cas de la source ’Ab-e-Siyâh de Râmsar, ainsi que de la majorité des sources thermales d’Ardebil [11].

Bâdâb-e Sourt, un site naturel de la province de Mâzandarân

Les sources minérales et thermales de l’Iran

L’Iran possède près de 369 sources d’eaux minérales et thermales ; les provinces de l’Azerbaïdjan occidental et du Mâzandarân, avec respectivement 46 et 40 sources, sont celles qui détiennent les plus nombreux sites de sources thermales [12]. Nous présenterons ci-dessous les plus connues.

Bâdâb-e Sourt est un site naturel de la province de Mâzandarân dans le nord de l’Iran. Les différentes sources d’eaux minérales de Bâdâb-e Surt se situent à 1850 m au-dessus du niveau de la mer. Ce site a deux sources principales : l’une très salée, et l’autre marquée par la couleur orange de son eau. La première, très salée, est bénéfique pour la guérison des rhumatismes et de certaines maladies de peau. La deuxième, qui a un goût amer, se distingue par sa couleur exceptionnelle due à la présence de sédiments d’oxyde de fer dans ses eaux. La combinaison de ces deux sources a entraîné la formation d’un certain nombre de piscines de couleur rouge et jaune-orange. Ces piscines, qui se sont constituées pendant des milliers d’années, ont la forme d’un escalier, c’est-à-dire un ensemble de bassins formés sur une pente qui ont pris la forme d’un escalier. Ce fait produit un paysage peu commun qui attire l’attention des touristes.

Source d’Ab’Ali, Damâvand

La source thermale de Ferdowsi se situe à 20 kilomètres au nord de la ville de Ferdows, l’une des villes du Khorâssân du Sud (Khorâssân-e-Djonoubi). L’eau de cette source est chargée d’éléments minéraux tels que le sodium, le magnésium, le cuivre, le zinc et le soufre [13]. C’est la raison pour laquelle son eau a des vertus thérapeutiques pour la guérison des douleurs articulaires, neuropathiques et rhumatismales, ainsi que des maladies cutanées telles que les mycoses superficielles [14]. L’eau de cette source est tellement chaude que personne ne peut y rester plus de dix minutes. Par ailleurs, pour accueillir les touristes qui s’y rendent, on y a construit des piscines de thérapie par l’eau ainsi que des bassins d’eau thermo-minérale.

La province iranienne de l’Azerbaïdjan de l’Est possède environ 290 sources dont les plus importantes se trouvent à Tabriz, Sarâb, Marâgheh et آzar-Shahr.

A Tabriz, nous trouvons des sources thermales comme celle de Lighvân (dont l’eau est riche en sulfates de calcium), la source thermo-minérale de Hamâm (dont l’eau est sulfatée et chlorée), et la source thermale de Shâlghoun dont l’eau est riche en sulfates de calcium et en chloro-sodium et dont la chaleur atteint 32°C. [15]

Source appelée Tâp-Tâpân, Marâgheh, Tabriz
La source thermale de Ferdows, ville de Ferdows, Khorâssân du Sud

Sur la route qui va de Tabriz à Marâgheh, à 5 km d’آzar-Shahr, se trouve une source appelée Tâp-Tâpân. La présence d’une grande quantité de gaz de dioxyde de carbone dans son eau révèle non seulement son origine profonde, mais aussi sa relation avec le volcan Sahand. L’eau de Tâp-Tâpân est riche en bicarbonate de calcium, en magnésium et en fer. Ses principales vertus thérapeutiques consistent en l’augmentation du taux de globules rouges (érythrocyte), la régulation de l’hémoglobine, ou encore l’amélioration du fonctionnement du système gastro-intestinal. La température de l’eau de cette source atteint 23°C [16].

Source thermo-minérale de Pehenlu, ville de Sar’eïn

Les sources les plus importantes de Marâgheh sont la source d’eau minérale de Goshâyesh et celle de Shoursouee. La source de Goshâyesh se situe à 14 km de distance au sud-est de Marâgheh et au sud-ouest du village de Goshâyesh. L’eau de cette source, classée dans la catégorie des eaux riches en bicarbonate de calcium et en magnésium, est utile pour améliorer le fonctionnement de l’appareil digestif. Sa température atteint 25°C
 [17].

Les sources thermales Allah-Hagh et Asbforoushân sont les deux plus importantes de la région de Sarâb. Elles sont toutes deux classées dans la catégorie des eaux riches en sulfates et en chlore. La température de la source Allah-Hagh atteint 39°C, et celle d’Asbforoushân 42°C.

Région de Goshâyesh, Marâgheh

La source thermale de Bostânâbâd se situe également dans la province de l’Azerbaïdjan de l’Est. Sa températureatteint 41°C. La construction d’un ensemble de bâtiments consacrés à la thérapie par l’eau près de cette source l’a convertie en haut lieu de ce type de tourisme. Parmi les vertus thérapeutiques de cette eau thermo-minérale, citons la guérison des maladies cutanées, celles liées au système gastro-intestinal, rénales, les maux de tête, ou encore les troubles du sommeil [18].

Source thermale Lâvidj, région de Nour, Mâzandarân

La province d’Ardebil est également l’un des sites iraniens centraux de la thérapie par l’eau. L’origine de ses eaux thermales est le volcan éteint des monts Sabalân. La ville de Sare’eïn, qui possède pas moins de 22 sources thermo-minérales, est l’un des plus importants sites de thérapie par l’eau en Iran et accueille chaque année un nombre conséquent de touristes [19]. Les sources de Ghara-Sou, de Général, de Gâvmish-Goli, de Besh-Bâdjilar (Les Cinq Sœurs) figurent aussi parmi les sources thermo-minérales de Sar’eïn. Le district de Meshkin-Shahr, au nord d’Ardebil, possède aussi de nombreuses sources thermo-minérales comme Ghinredjeh, Shâbil, ou encore آkhâr-Bâkhâr.

Source thermale Maksân

La province du Sistân et Baloutchistân possède également de nombreuses sources thermo-minérales.Parmi les plus connues, citons la source thermale Maksân ou encore de Jamshid [20]. Maksân se situe à 110 km de distance d’Irânshahr. La température de l’eau de cette source est de 46°C et son eau est dénuée de toute odeur ou goût. Elle est réputée être efficace dans le traitement des douleurs osseuses et des maladies cutanées [21]. Quant à la source thermale de Jamshid, son eau contient du sulfure d’hydrogène. Elle est pour cette raison réputée être efficace dans le traitement des maladies cutanées. La température de l’eau de cette source atteint 44°C [22]. La source Jamshid se trouve sur la route Bazmân-Kalâteh Jamshid.

Source thermale de Shout (‡¼{), Mâkou, Azerbaïdjan de l’Ouest

Conclusion

Les provinces du Mâzandarân, du Khorâssân, de l’Azerbaïdjan de l’Est, d’Ardebil, ainsi que du Sistân et Baloutchistan sont les principaux sites de tourisme thérapeutique iraniens. Avec leurs nombreuses sources thermo-minérales ainsi que leurs ressources pour accueillir les touristes à moindre coût, l’Iran peut être une destination de choix dans le domaine du tourisme médical. Il faut y ajouter aussi la possibilité de profiter des services d’hôpitaux bien équipés avec des prix raisonnables, en comparaison avec les autres pays de la région.

Bibliographie

- Arab-Shâhi Karizi, Ahmad ; Ariyân-Far, Mortezâ, (2014 -hiver), « Baresi-e jâegâh-e tchehsmeh-hâye garm va ma’dani dar tose’eh tourism-e darmâni dar irân » (ةtude de la place des sources thermales et minérales dans le développement du tourisme thérapeutique en Iran), hiver 2014, in : La revue saisonnière géographique de l’espace touristique, v 4, n°13, (https://www.sid.ir/fa/journal/ViewPaper.aspx?id=253880, page consultée le 8 mai 2019.

- Sâleh-Nejad, Zahrâ, (2016), « Tcheshmeh-hâye âbgarm, jâzebeh-ye darmâni dar Sistân va Baloutchestân » (Les sources thermales ; attractions thérapeutiques du Sistân et Baloutchistân),[en ligne], (https://www.kojaro.com/2016/12/9/123793/hot-springs-sistan-baloochestan/, page consultée le 8 mai 2019).

- Rahbarân Randjbar, Farnâz, (2018), « Ab ma’dani-e ferdows, shafâbakhsh-e jesm va jân » (L’eau minérale de Ferdows, guérisseuse de l’âme et du corps),[en ligne], https://www.kojaro.com/2018/10/21/165791/%D8%A7%D8%A8%DA%AF%D8%B1%D9%85-%D9%85%D8%B9%D8%AF%D9%86%DB%8C-%D9%81%D8%B1%D8%AF%D9%88%D8%B3/, page consultée le 8 mai 2019.

- Pfund, Guillaume, (thèse soutenue en 2017), Eaux thermo-minérales, usages et enjeux de développement industriel et touristique – les sites à multi usage en France et en Belgique, [en ligne], Doctoriales ASRDLF, Clermont-Ferrand, (https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01700271/document, page consultée le 8 mai 2019).

- http://www.irna.ir/fa/News/83046796, page consultée le 8 mai 2019.

- https://hamgardi.com, page consultée le 8 mai 2019.

- https://www.persistour.com/fa/tourist-information/item/373-%D8%AA%D9%88%D8%B1%DB%8C%D8%B3%D9%85-%D8%A2%D8%A8-%D8%AF%D8%B1%D9%85%D8%A7%D9%86%DB%8C, page consultée le 8 mai 2019.

Notes

[1Arab-Shâhi Karizi, Ahmad ; Ariyân-Far, Mortezâ, (2014 -hiver), « Etude de la place des sources thermales et minérales dans le développement du tourisme thérapeutique en Iran », in : La revue saisonnière géographique de l’espace touristique, v 4, nچ’b0 13, p. 143, (https://www.sid.ir/fa/journal/ViewPaper.aspx?id=253880, page consultée le 8 mai 2019).

[3Guillaume Pfund, (thèse soutenue en 2017), Eaux thermo-minérales, usages et enjeux de développement industriel et touristique – les sites à multi usage en France et en Belgique, [en ligne], Doctoriales ASRDLF, Clermont-Ferrand, p. 1, (https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01700271/document, page consultée le 8 mai 2019).

[4Ibid.

[5Arab-Shâhi Karizi, op. cit., p. 146.

[6Ibid., p. 146.

[7Ibid., p. 146.

[8Ibid., p. 146.

[9Ibid.

[10Ibid., 146-147.

[11Ibid., p. 147.

[12Ibid., p. 148.

[13Farnâz Rahbarân Randjbar, (2018), « L’eau minérale de Ferdows, guérisseuse de l’âme et du corps », https://www.kojaro.com, page consultée le 8 mai 2019.

[14Arab-Shâhi Karizi, op.cit., p. 158-159 ; Farnâz Rahbarân Randjbar, (2018), ibid.

[15https://hamgardi.com, page consultée le 8 mai 2019.

[16Ibid.

[17Ibid.

[18Ibid.

[19http://www.irna.ir/fa/News/83046796, page consultée le 8 mai 2019.

[20Zahrâ Sâlehnejâd, (2015 : 1395), « Les sources thermales ; attractions thérapeutiques de Sistân et Baloutchistan », https://www.kojaro.com/2016/12/9/123793/hot-springs-sistan-baloochestan/, page consultée le 8 mai 2019.

[21Ibid.

[22Ibid.


Visites: 55

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.