N° 163, juin 2019

Les sources thermales du Khorâssân du Sud


Masoud Pâkravân, Mina Alaei


L’arche de Shâh Abbâs, complexe des Bains de Mortezâ Ali, Tabas

Avec le développement du tourisme médical, le secteur du thermalisme attire de plus en plus l’attention. En Iran, où les sources thermales sont nombreuses, c’est en particulier durant les vacances de Norouz que les thermes sont pris d’assaut. Mais pas uniquement. La réputation des eaux thermales n’est pas à faire en Iran, bien que les études soient encore très rares et le secteur touristique, sous-développé. Néanmoins, le développement du thermalisme en Iran est tout à fait possible au vu du potentiel de ce secteur.

Il existe, aujourd’hui, 231 sources thermales exploitées en Iran, et un grand nombre d’entre elles sont encore laissées en l’état. 369 ont été répertoriées et considérées comme économiquement rentables.

Cet article revient sur les sources thermales et minérales de la province du Khorâssân du Sud, région désertique peu connue pour ces trésors cachés. Il existe dans cette province neuf sources thermales actuellement exploitées. Certaines d’entre elles ont récemment été transformées en centres de tourisme thermal.

Complexe des Bains de Mortezâ Ali, Tabas

La source Mortezâ-Ali, aux eaux chaudes et froides

Cette source est située à Tabas, en plein désert. Pour y accéder, il faut prendre la route du village de Khor, à 27 km de Tabas. Les deux eaux fraîches et chaudes de la source Mortezâ-Ali jaillissent du sol avec une bonne pression et ont créé un petit havre vert en plein cœur de l’environnement désertique de la région. L’endroit est plutôt bien protégé : pour y accéder, il faut parcourir à pied environ 5 km les pieds dans une petite rivière enclavée par deux murs rocheux sur lesquels des trous mystérieux, à intervalles réguliers, intriguent les visiteurs. Le chemin débouche enfin sur un espace où se trouvent plusieurs sources, certaines froides, d’autres chaudes, qui découlent toutes de la plus grande d’entre elles, connue sous le nom de « Bains de Mortezâ-Ali ». L’eau chaude de la source se jette dans la petite rivière sur sa droite, ce qui crée une nette différence de température dans l’eau, qui atteint à certains endroits les 10°C.

Complexe des Bains de Mortezâ Ali, Tabas

Le complexe des Bains de Mortezâ Ali est, avec l’arche de Shâh Abbâs, l’une des attractions touristiques les plus connues de cette région encore préservée du tourisme.

Les sources d’eau froide Mortezâ-Ali alimentent les terres agricoles environnantes, ainsi que les Jardins de Tabas. Quant aux sources thermales de cet ensemble, elles commencent peu à peu à attirer de plus en plus de voyageurs intéressés par le thermalisme ou tout simplement, venus apprécier la beauté de cette zone à la nature préservée.

Ces eaux thermales se déversent dans la rivière et ne se mélangent pas à l’eau froide sur environ 300 mètres, ce qui crée un phénomène étrange : l’eau est froide d’un côté, chaude de l’autre. On peut d’ailleurs constater cet intéressant phénomène en posant les pieds à quelques centimètres de distance, dans les parties froide et chaude de la rivière.

La source est surplombée par la vallée étroite où se trouve la fameuse arche de Shâh Abbâs, édifiée sous les Safavides. L’arche est décorée de nombreuses gravures, à même la pierre, qui représentent en particulier le bouquetin, symbole dans cette région de l’exubérance de l’eau, de la générosité et de l’abondance des dons divins. Certains chercheurs considèrent que ces bouquetins représenteraient des anges priant et remerciant Dieu pour l’abondance de l’eau et Sa générosité.

La source thermale de Lout

La source thermale de Lout est prête à accueillir les touristes

La source thermale de Khousf, dans le désert de Lout, est un autre point touristique important et méconnu de la région. Cette source thermale est dépourvue de végétation aux alentours et offre le spectacle d’une piscine naturelle enclavée dans des rochers et directement posée dans un environnement désertique, comprenant autant dunes de sable que désert rocheux. Ce contraste magnifique pose le décor d’un tourisme bicéphale : exploration du désert et tourisme thermal. Cette source tire son nom du désert de Lout.

La grande distance à parcourir dans le désert de Lout, l’un des plus sauvages au monde, en fait une source peu connue et magnifiquement préservée. La source est située à 109 km de la ville de Khousf, dans le district du même nom. Le climat de la région est désertique, chaud et sec. Il faut compter deux heures et demie de route depuis Birjand, chef-lieu de la province, jusqu’à la source, et deux heures depuis la ville de Khousf.

La construction d’un complexe thermal moderne est plutôt récente et les travaux ont été achevés en 2014. En plus du complexe ouvert toute l’année, d’autres services récréatifs attirent les voyageurs lors des fêtes de Norouz.

L’eau de la source de Lout convient dans le traitement des maladies digestives et dermatologiques. Un hôtel et des logements en location de courte durée, à proximité de la source thermale, accueillent les visiteurs.

La source thermale de Lout

La source thermale de Ferdows et ses 200 ans d’histoire

La source thermale de Ferdows est une source chaude aux propriétés thérapeutiques, située à environ 20 km au nord de la ville de Ferdows.

Ce complexe vieux de plus de deux siècles est à exactement 22 km de la rue Ferdows à Mashhad. Sa réputation en fait un centre majeur du thermalisme à l’est du pays. Il comprend, en plus du complexe thermal, un centre récréatif. 50 appartements entièrement équipés, 10 chambres, 27 connexes, un restaurant traditionnel, un passage commercial, des bassins de traitement d’eau, des salles privées, plusieurs parkings et 206 lits résidentiels composent le complexe récréatif. L’ensemble est nommé « Hellal de Ferdows », d’après le nom de la source elle-même.

L’eau minérale de Ferdows est recommandée dans le traitement des douleurs articulaires et rhumatismales, de même que certaines maladies dermatologiques, telles l’eczéma et les infections fongiques. La température de l’eau est élevée et il est difficile d’y rester plus d’une dizaine de minutes. Cette eau comprend notamment des sels de sodium, de potassium, de magnésium, de cuivre, de zinc et des composés du soufre.

Des études menées sur les sels solubles de cette eau et celle des boues thérapeutiques du lac Orumieh, à Sharafkhâheh, ont montré l’existence de combinaisons communes. Cela pourrait aider à approfondir les recherches sur l’influence des eaux thermales sur diverses pathologies.

L’eau minérale de Ferdows

La source Ab-Torsh à Sarbicheh

La source de Ab-Torsh de Sarbicheh est une autre source minérale de la province du Khorâssân du Sud. Elle est située à 70 km de Birjand, à 20 km au nord de la ville de Sarbicheh, et à proximité du village du même nom. L’eau de cette source traverse des roches andésitiques souterraines, d’où la quantité élevée de CO2 et de gaz de silice, qui fait sa particularité.

L’eau de cette source est aigre, agréable et fraîche. Elle est classifiée dans la catégorie des eaux minérales riches en chlorure de sodium et sulfate de calcium. Ces eaux sont réputées efficaces pour soulager les troubles digestifs, musculaires, cutanés, les maladies chroniques gynécologiques, les rhumatismes, les douleurs articulaires, et pour favoriser l’amélioration de certains troubles endocriniens.

En 2013, un crédit de plus de 6 milliards de rials a été investi par la ville de Sarbicheh pour la construction d’un complexe thermal et récréatif. ہ ce jour, une partie du projet est terminée, notamment une salle de piscines de 475 mètres carrés.

Source Ab-Torsh à Sarbicheh

La coexistence des eaux vertes et blanches dans la source thermale de Digue-e-Rostam

La source thermale de Digue-e-Rostam est une autre source thermale importante du Khorâssân du Sud, qui est célèbre pour les coloris vert et blanc de ses eaux. La source est située à 240 km de la ville de Tabas et à 10 km du village de Rawar, dans le village de Dihuk.

Cette source volcanique possède une eau de couleur verte très chaude et une eau de couleur blanche très froide. Le taux de soufre de la source est très élevé, au point que même les alentours sentent le soufre. La température de l’eau verte est si élevée qu’elle bout. Il a fallu aménager des parcours de refroidissement pour que la température soit tolérable dans les piscines.

Les eaux de la source thermale de Digue-e Rostam sont réputées convenir au traitement des douleurs rhumatismales. L’ensemble possède déjà des infrastructures d’accueil touristique et il est possible qu’il y ait prochainement de nouveaux aménagements destinés à agrandir le complexe. Pour le moment, des installations temporaires accueillent les voyageurs lors de Norouz.

La source thermale de Digue-e-Rostam célèbre pour les coloris vert et blanc de ses eaux

La source thermale de Gazik

La source thermale de Gazik est située à proximité du village de Gazik, dans le comté de Darmiân, à la frontière de l’Afghanistan. Le tombeau dénommé « Tombeau du sultan Ibrâhim Rezâ » se trouve à proximité de la source thermale de Gazik. Ce bâtiment date de la période timouride et sa construction a été attribuée au petit-fils de Tamerlan et Sultan timouride, Bâysanghor ou Baysunghur Ier (1399-1433)

De nombreux voyageurs viennent visiter ce monument historique et découvrent à l’occasion la station thermale de Gazik.

Les quelques sources mentionnées dans cet article sont les plus fréquentées du Khorâssân du Sud, région néanmoins peu réputée pour son thermalisme. Ces sites thermaux possèdent des infrastructures d’accueil, qui sont par ailleurs en plein développement au vu de l’essor du tourisme thermal dans le pays.

Il existe également d’autres sources moins connues. Citons-en quelques-unes :

- La source de Guendegân à 12 km de Sarbicheh.

- La source d’Elmâbâd. Les eaux de cette source jaillissent d’une roche volcanique basaltique et l’ensemble est situé au nord-est de Sarbicheh.

- La source de Tanak, située dans le village de Tanak, dans le district de Mud, à Sarbicheh.

- La source de Siâhdarreh, à proximité de Kalat-e Soleymân, à Mud, dans le district de Sarbicheh. L’eau de cette source est réputée pour sa couleur verte.


Visites: 217

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.