Cher petit prince

Ce soir, je viens de finir de lire ton histoire pour la troisième fois. Je relis ce livre chaque année, et à chacune de mes lectures, je le comprends un peu plus ; mes nouvelles expériences m’aident à mieux te connaître.

Après le coucher du soleil (qui n’arrive qu’une fois toute les 24 heures sur ma planète) j’ai cherché ton étoile dans le ciel. Mais toutes les étoiles se sont perdues. Le ciel était silencieux. Je me demandais si tu vivais encore là-bas. On n’entendait plus le rire qui faisait rire les étoiles. J’avais le cœur serré.

Où es-tu maintenant ?

Est-ce que tu te rappelles de ma planète ? Celle qui n’a pas "bonne réputation". Oui, la terre. Je suis une de ses habitantes qui n’est "jamais contente là où elle est". Je fais partie des gens qui perdent leur vie à oublier la honte de perdre la vie. Je suis une de ces grandes personnes. Mais non, je n’aime pas les chiffres ! Tu sais, il y a toujours des exceptions. Est-ce que tu te souviens de l’homme que tu as rencontré dans le désert ? Il fut l’une de ces exceptions. Il a écrit ton histoire pour toutes les générations et pour tous les temps. Il t’a représenté auprès des aiguilles de roc que tu aperçus en cherchant les hommes.

Aux hommes tu as dit : "Voyez mes amis, je suis seul", et ils t’ont répondu : "Je suis seul…je suis seul". Ils étaient les plus seuls. Les rocs. Les hommes.

Un pilote t’a répondu comme un ami. Il y a toujours un puits quelque part, au désert. Il faut avoir soif, et il avait soif. Est-ce que tu sais qu’il s’est perdu avec son avion à la guerre ? Je pense que si tu étais ici maintenant, tu me poserais cette question : "Qu’est- ce que ça veut dire la guerre ?", et tu n’oublierais jamais ta question.

Les guerres sont comme les étoiles ; il y en a beaucoup. On ne peut pas les différencier les unes des autres. Mais, si on perd une fleur ou une étoile dans une guerre, alors la différence devient évidente.

Je suis née 40 années après cette guerre où ton ami s’est perdu. Je suis née à l’époque d’une autre guerre, dans une région trop loin de l’Afrique (où il t’a rencontré). Mais je vous connais bien. Tout le monde vous connaît. Ton ami n’est pas mort. Il existe avec toi.

Depuis 60 ans déjà, il parle de toi aux enfants (à ceux, aussi, qui furent des enfants) il a envie d’entendre un jour la nouvelle de ton retour, "(…) c’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui rend ta rose si importante". Donc, tu étais sa rose. On peut avoir une fleur en étant soi-même la fleur d’un autre. Il faut se sentir responsable de sa rose. Rares sont ceux qui assument cette responsabilité. Ton ami l’a assumé.

"L’essentiel est invisible pour les yeux". Les gens croient que l’amour rend aveugle. Selon toi, pourtant, "on ne connaît que les choses que l’on apprivoise". Eux sont les aveugles de ton monde. Voilà la différence entre le petit prince et les grandes personnes.

Ah ! Les grandes personnes. Elles sont plus grandes qu’auparavant, mais elles ne sont pas des personnes grandes. Elles t’aiment bien. Elles parlent de toi, elles écrivent à ton sujet. Elles ont crée la philosophie du petit prince ! Mais jamais elles ne cherchent ton étoile dans le ciel. Elles ne sont pas folles. Elles regardent le ciel seulement quand il y a une éclipse (à condition de ne pas être ébloui). Et surtout, elles ne se sentent pas responsables de leurs fleurs.

Moi, je regarde encore le ciel ( il y a des exceptions, tu sais). J’espère que ta fleur est toujours ta fleur. J’espère que tu n’es pas un grand prince maintenant.

Le ciel est silencieux et "le langage est source de malentendus". Je ne crois pas que tu puisses m’entendre. As-tu pardonné à la terre de n’avoir pas été accueillante ?

"Les enfant doivent être toujours indulgents envers les grandes personnes".

Ne l’oublie jamais.

Naghmeh Rezaie [1]

Notes

[1Naghmeh Rezaie est poétesse. Elle a publié en persan aux éditions Naghmeh-yé zendegui, entre autres, La trace de la douleur et Le cri. Elle étudie également le français à la Faculté des Langues étrangères de l’Université de Téhéran.


Visites: 989

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.