N° 34, september 2008

Les montagnes de l’Iran


Djamileh Zia


L’Iran est un pays montagneux. Deux grandes chaînes de montagnes, l’Alborz et le Zagros, bordent le plateau iranien au nord et à l’ouest

La chaîne de l’Alborz

La chaîne de l’Alborz, qui s’étire d’ouest en est au nord du plateau iranien, est constituée de montagnes très élevées, de plus de 5000 mètres d’altitude. Le plus haut sommet de cette chaîne est le mont Damâvand (5671 mètres).

La chaîne de l’Alborz, le mont Damâvand
Photo : iranmania

La chaîne de l’Alborz est reliée à la chaîne de montagnes Hindû-Kush (qui est située au nord-est de l’Afghanistan et au nord-ouest du Pakistan), et par ce biais à l’Himalaya.

Dans le dictionnaire de la langue persane Moïn, il est écrit que le mot "Alborz" a pour origine le mot "har-borz", qui signifiait en langue Pahlavi "montagne haute". Le mot "Damâvand" signifie en langue Pahlavi "qui a de la fumée", ce qui d’après Moïn est une allusion aux fumées qui s’échappent régulièrement du mont Damâvand.

Le Damâvand est un volcan actuellement éteint.

La chaîne du Zagros

La chaîne du Zagros, située dans la partie ouest de l’Iran, sépare le plateau iranien de la plaine mésopotamienne.

Cette chaîne de montagnes s’étend sur près de 1800 km, du nord-ouest au sud-est de l’Iran, depuis la frontière turque jusqu’ au détroit d’Ormouz. Elle est large de 250 km en moyenne, et atteint 4500 mètres d’altitude dans sa partie centrale (c’est-à-dire dans la zone située au sud-ouest d’Ispahan).

Zagros est le nom que les Grecs de l’Antiquité donnèrent aux montagnes de l’ouest de l’Iran.

Les montagnes de l’Alborz et du Zagros sont si élevées qu’elles surplombent les nuages. Leurs versants situés du côté du plateau iranien (placé au centre du pays et entouré par ces montagnes) ont pour cette raison un climat sec et aride.

Les vents qui soufflent en Iran passent obligatoirement par le couloir naturel s’étant formé entre ces deux grandes chaînes de montagnes.

L’influence des montagnes sur la civilisation iranienne

La civilisation créée par les peuples qui ont vécus en Iran a des liens étroits avec les caractéristiques géographiques de ce pays, situé sur un haut plateau entouré de barrières montagneuses qui isolent en quelque sorte l’Iran, si bien que "depuis la plus haute antiquité, l’Iran faisait figure d’exception. Ses voisins voyaient dans la Perse…une nation à part, bien distincte des autres peuples et empires". [1]

L’emplacement des cités en Iran (situées pour la plupart au pied des montagnes), le développement d’une technique d’irrigation spécifique de l’Iran (appelée "ghanât" ou "kâriz") permettant d’acheminer l’eau sous-terraine à partir des zones situées au pied des montagnes jusqu’aux plaines arides, les forteresses bâties dans les zones montagneuses, les techniques de communication rapide des messages avec les signaux phoniques ou optiques (avec des hommes placés à intervalles réguliers au sommet des montagnes) sont quelques exemples de ce que les habitants de l’Iran ont créé il y a des millénaires [2], et qui sont en lien direct avec les montagnes.

La chaîne du Zagros, Doroud, Lorestân
Photo : Morteza Johari

Certaines ethnies iraniennes sont nomades depuis des millénaires [3].

Ce mode de vie, structuré autour de ces deux espaces distincts que sont la montagne et la plaine, existe encore en Iran. Les tribus nomades passent l’été avec leurs troupeaux dans les montagnes, et séjournent dans les plaines pendant l’hiver.

Les citadins sédentaires aussi aiment en général passer une partie de leurs vacances dans des endroits situés en atitude, surtout l’été où ils peuvent profiter de la fraîcheur et de la verdure des montagnes.

Cette tradition remonte à des millénaires : nous savons que les Rois Achéménides séjournaient pendant les mois d’été dans leur palais à Ecbatane (ville que l’on appelle de nos jours Hamedan et qui est située dans les montagnes du Zagros) et passaient les mois d’hiver dans leur palais à Suse ou à Persépolis.

Les montagnes de l’Iran ont été le théâtre de guerres depuis des millénaires

L’Histoire de l’Iran est jalonnée de guerres et d’invasions, au cours desquelles les gorges et les passages dans les montagnes, ainsi que les forteresses bâties en altitude avaient une grande importance stratégique.

A titre d’exemple, les guerres qui ont eu lieu il y a des millénaires entre le peuple d’Elam (qui vivait en Susiane, c’est-à-dire dans le Khouzestan actuel, dont une partie est montagneuse) et les peuples qui vivaient en Mésopotamie, entre les Mèdes (qui vivaient dans les montagnes du Zagros et qui ont bâti la ville d’Ecbatane) et les Assyriens, entre les Perses et les Mèdes, entre l’armée de Darius III (Roi Achéménide) et l’armée d’Alexandre le Macédonien, ainsi que les guerres entre l’armée des arabes musulmans et l’armée de Yazdgard III (Roi Sassanide) se sont déroulées dans la région montagneuse de l’ouest de l’Iran.

La chaîne de l’Alborz, Garmsâr
Photo : Morteza Johari

Les grandes tribus nomades qui vivent actuellement dans les montagnes du Zagros (la tribu Ghachghâï par exemple) se sont constituées au moment des invasions turco-mongoles au cours du Moyen Age, invasions qui ont ravagé l’Iran et en particulier la vie sédentaire qui existait jusqu’alors dans la région du Zagros [4]. Les forteresses construites dans les montagnes d’Alamout (à proximité de Ghazvin) furent le haut lieu de résistance des Ismaïliens au VIIIe siècle de l’Hégire (XIVe siècle de l’ère chrétienne).

La résistance des habitants du sud-ouest de l’Iran face aux Anglais et la révolte des habitants de la province de Guilân (au nord de l’Iran) au cours de la première guerre mondiale, se sont organisées dans les montagnes. La guerre Iran-Irak s’est déroulée également en partie dans les montagnes du Zagros.

Les montagnes de l’Iran gardent les traces de toutes ces guerres. Ceci explique peut-être le fait que les montagnes sont si présentes dans les mythes, les contes et les légendes iraniennes.

Notes

[1J.P. Digard, B. Hourcade et Y. Richard, L’Iran au XXe Siècle, Ed. Fayard, 1996, p.9.

[2Pierre Briant, Histoire de l’Empire Perse, Ed. Fayard, 1996, p.383-388.

[3Cf. ce que P. Briant écrit à propos des Ouxiens dans le livre cité plus haut. Les Ouxiens étaient une ethnie nomade d’origine perse. Ils vivaient dans les montagnes du Zagros à l’époque de l’Empire Achéménide.

[4Dictionnaire Encyclopédique Larousse, collection In Extenso.


Visites: 11284

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



2 Messages

  • Les montagnes de l’Iran 7 novembre 2012 15:47, par Paul jean marc

    Amoureux de l’Iran et de ses habitants , mon premier voyage du mois dernier en appelle d’autres , votre site et beau,riche , éducatif , merci de cet éclectisme qui sied a ce merveilleux pays .

    jean marc

    repondre message

  • Les montagnes de l’Iran 21 février 2016 08:38, par cathy.bonpain@gmail.com

    j’ai survolé les montagnes de l’Iran en rentrant de Dubai, je suis éblouie par l’époustouflant spectacle de la nature .

    repondre message