N° 40, mars 2009

Regards sur les attractions touristiques de Kandovân*


Maryam Soltâni


Kandovân, village troglodyte de la province de l’Azerbaïdjan de l’est, est l’un des étonnants monuments naturels de l’Iran. De loin, les cônes rocheux qui constituent les maisons originales de ce village brillent des feux des lucarnes et des fenêtres qui les constellent. Certaines de ces portes et fenêtres sont naturelles, résultat de l’érosion des pierres au sein des rochers.

La maison dans laquelle nous entrons est dotée d’une petite chambre, d’une salle de séjour d’environ neuf mètres carrés et d’une cuisine grande comme la main, (presque) cachée derrière un rideau dans un coin du cône-maison. Il n’y a pas de fenêtres mais notre guide, lui-même habitant de Kandovân, nous rassure : l’air pur passe suffisamment par les interstices de la porte.

Les hivers de Kandovân sont très froids, mais l’intérieur des cônes-maisons (les locaux les appellent Karan) est facile à chauffer.

L’histoire de l’architecture si particulière de ces maisons à même le roc remonte à l’Antiquité, avec des modifications apportées aux VIIe et VIIIe siècles.

Aujourd’hui, Kandovân abrite plus de cent familles et une population d’environ 700 habitants, dont la plupart sont agriculteurs, éleveurs et artisans. Pour les habitants de la région, Kandovân est aussi Kandojân (Kando signifie en persan "ruche"), car la ressemblance des maisons avec les ruches d’abeilles est évidente.

Il est probable que la dernière vague de migration vers ce village eut lieu lors de l’invasion mongole. L’histoire prétend que les premiers à être venus se réfugier à Kandovân étaient les habitants du village de "Hileh var", situé à 2 km de l’ouest de Kandovân, qui se sont d’abord installés dans la plaine qui fait face à Kandovân, puis se sont rapprochés des cônes rocheux dont ils ont ensuite creusé l’intérieur pour en faire des demeures.

Dans ce village, même les étables sont en roc. Elles ont des portes en bois qui se referment sur des ouvertures naturelles dans la roche. La hauteur de ces maisons coniques est de plus de 60 mètres et chacune d’elles a 2 ou 3 étages. Un escalier creusé à l’intérieur du karan permet la liaison des étages supérieurs avec l’extérieur.

Le rez-de-chaussée est occupé par l’étable et les habitants vivent dans les étages supérieurs. Le quatrième étage sert parfois de grenier. En raison du manque de cohérence des informations existantes au sujet de ce village, on ignore le nombre précis des habitations, mais elles sont probablement au nombre d’une centaine. Dans la plupart des maisons, l’étable occupe le rez-de-chaussée. Les familles, quant à elles, occupent le deuxième et le troisième étage.

Kandovân

La beauté de ce village réside en particulier dans le contraste des maisons troglodytes et les habitations conformes aux normes architecturales "ordinaires", construites plus bas sur le piémont. Il est probable qu’au fil du temps, quelques unes des familles aient préféré se construire des maisons modernes, nettement plus confortables, mais bien évidemment moins pittoresques. Ceci dit, vivre dans les maisons-cônes fait toujours la fierté des habitants et c’est cet attachement à ces belles maisons de roche qui fait sans doute la célébrité du village.

Selon notre guide, la saison des touristes est la fin de l’été et les habitants s’intéressent depuis quelques années au développement du potentiel touristique de leur village.

Le village de Kandovân, situé dans la préfecture d’Oskou, se trouve à 65 kilomètres au sud de la ville de Tabriz, chef-lieu du département d’Azerbaïdjan de l’Est, dans une région montagneuse enclavée par la chaîne de Sahand. Les verts pâturages de cette région ont de tout temps attiré des éleveurs nomades. Le sol de Kandovân est volcanique, résultat des activités du Sahand, volcan éteint qui surplombe toute la région. L’entassement des couches de lave a conduit à la formation de roches volcaniques de résistance variable. Puis, les conditions climatiques ont creusé ces roches et leur ont donné ces formes coniques visibles dans les maisons de Kandovân.

Des trois villages rocheux de cette espèce, les deux autres, la Cappadoce en Turquie et le village volcanique du Dakota aux Etats-Unis, ne sont aujourd’hui hantés que par des touristes, seul Kandovân est encore habité. La vie y suit son cours ordinaire et les habitants sont souvent éleveurs ou herboristes. Effectivement, l’une des activités commerciales importantes du village est la culture et la préparation de plantes médicinales, qui assurent aux habitants, en particulier aux femmes, spécialistes en la matière, de très bons revenus. Ainsi, le petit bazar de la ville, embaume toujours de senteurs particulières et inconnues. La maison cône la plus importante du village est la mosquée, aujourd’hui en rénovation. L’artisanat y est également bien développé.

Parmi les attractions du village, il faut également évoquer les sources thermales. Pour les habitants, le pouvoir de guérison de ces sources est quasi-miraculeux, en particulier pour les maux de rein. Des sources minérales, vieilles de six mille ans selon les spécialistes, offrent au village une eau très pure. Cependant, la plus grande attraction du village, selon les habitants, est son hôtel, "La Tulipe de Kandovân". Comprenant quelques maisons rocheuses il y a une dizaine d’années à peine, il s’est développé grâce au travail acharné de dizaines d’artisans qui ont creusé huit années durant le roc pour en faire le premier hôtel rocheux du pays. Ce bâtiment peut accueillir jusqu’à une trentaine de voyageurs et la deuxième phase de son agrandissement débutera bientôt.

Presque toute l’année, les touristes sont nombreux, sauf en hiver, qui se passe dans le froid et le calme de ce village pittoresque.


* Ce texte est la traduction d’un extrait d’article publié dans le journal Ettelaat le mercredi 24 Mordâd 1386 (août 2008).


Visites: 847

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



1 Message

  • Regards sur les attractions touristiques de Kandovân* 17 décembre 2015 10:13, par Maomao

    Bonjour Monsieur,

    Pour un tournage pour Arte nous pensons tourner 10 jours en Iran début mars prochain. Etes vous par chance déjà allés dans ces villages à cette période ? Qu’en est il de l’accès ? Les routes risquent elles d’etre bloquées .. ?

    Merci
    Bien a vous
    M

    repondre message