Zahrâ Moussâkhâni

10 articles

  • La symbolique des différents types
    de tapis iraniens et
    la place du tapis dans la culture populaire

    Zahrâ Moussâkhâni N° 134, janvier 2017

    "Partout dans le monde, les tapis iraniens
    sont un symbole de luxe poétique." A. Pope
    La signification du symbole
    Un symbole est un signe qui représente une autre idée, image visuelle, croyance, action ou entité matérielle. En d’autres termes, les symboles prennent la forme de mots, sons, gestes, idées ou images visuelles, et sont utilisés pour transmettre d’autres idées et croyances.
    Les symboles et les dessins présents sur les tapis iraniens révèlent des informations sur leur tisseur. Qu’est-ce (...)


  • Esmaïl Fassih :
    l’un des premiers écrivains de la
    littérature de guerre en Iran

    Zahrâ Moussâkhâni N° 109, décembre 2014

    Esmaïl Fassih, auteur et traducteur, est né en 1934 dans le quartier Darkhoungâh à Téhéran. Il effectue ses études primaires à l’école Onsori avant d’intégrer le lycée Râhnamâ. Il part ensuite pour les ةtats­-Unis et obtient un diplôme en littérature anglaise. Le plus beau souvenir de Fassih à cette époque est sa rencontre avec Ernest Hemingway dans un café. Après être revenu en Iran, il est employé dans le sud de l’Iran à la compagnie nationale du pétrole iranien où il rencontre Sâdegh Tchoubak et Najaf (...)


  • Le géotourisme et les attractions
    naturelles de la province de Hormozgân

    Zahrâ Moussâkhâni N° 106, septembre 2014

    La province de Hormozgân fait partie des zones touristiques majeures de l’Iran et se distingue notamment pour ses attractions naturelles telles que ses forêts uniques de mangrove, ses plages de sable et de rochers, ou encore ses dômes de sel. Le climat à la fois chaud et humide de cette province contribue à la richesse de sa flore dont nous présentons ici les principaux aspects. La zone protégée de harrâ
    La province de Hormozgân est située sur une bande de végétation tropicale de l’hémisphère nord. (...)


  • L’influence de la franc-maçonnerie dans la Révolution constitutionnelle

    Zahrâ Moussâkhâni N° 101, avril 2014

    En 1905, la Perse est encore sous la domination de la dynastie qâdjâre, au pouvoir depuis 1781. Au cours de son règne, la Perse devient peu à peu la proie des politiques impérialistes russes et britanniques. Cette rivalité internationale affaiblit le pouvoir iranien et contribue à générer la déliquescence généralisée du pays. L’élite iranienne pense alors que la seule façon de sauver l’Iran d’une domination étrangère est de combattre le despotisme royal et d’établir un système démocratique, doté d’une (...)


  • L’influence des Iraniens sur les Mongols en Inde

    Zahrâ Moussâkhâni N° 100, mars 2014

    L’existence de relations entre la Perse et l’Inde est attestée dès l’Antiquité, ces deux entités ayant en outre de profondes racines historiques communes. Au début du XVIe siècle, lors de la prise de pouvoir de la dynastie safavide, les descendants de Tamerlan arrivèrent au pouvoir en Inde avec l’aide de la dynastie iranienne des Timourides. Au cours de cette période, ces deux dynasties ont entretenu des relations plus ou moins cordiales en exerçant néanmoins une influence réciproque remarquable l’une (...)


  • Aperçu sur la photographie de guerre iranienne

    Zahrâ Moussâkhâni N° 98, janvier 2014

    La photographie de guerre capture des images d’affrontements et de conflits armés dans les régions déchirées par la guerre. Elle vise notamment à apporter un témoignage et montrer aux gens les désastres issus de ces conflits, qui ne sont parfois pas exprimables par écrit. Ainsi, la photographie peut fournir une représentation plus directe, plus choquante aussi parfois, que la peinture, le dessin ou l’écriture. Les sujets de la photographie de guerre peuvent également être hors des régions de conflits. (...)


  • Jiroft : une civilisation perdue dans l’histoire

    Zahrâ Moussâkhâni N° 96, novembre 2013

    Jiroft est une petite ville de la province de Kermân. Dans le passé, elle a également été nommée Sabzevârâneh, et en raison de la fertilité de ses sols, on la nomme également la "petite Inde" (Hend-e Koutchak). Située dans une vaste plaine, Halil Roud, à la périphérie sud de la chaîne de montagnes Jebal Barez, cette ville est contournée par deux rivières.
    Lorsque l’Organisation iranienne du patrimoine culturel, de l’artisanat et du tourisme (ICHHTO) annonça la découverte d’une ville antique à sa proximité, (...)


  • Le dictionnaire encyclopédique persan de Mohammad Moïn

    Zahrâ Moussâkhâni N° 95, octobre 2013

    Mohammad Moïn naquit en 1914 à Rasht en Iran. A l’âge de six ans, il perdit son père et sa mère et fut élevé chez ses grands-parents. Il effectua ses études primaires à l’école islamique traditionnelle, pour suivre ensuite ses études secondaires au lycée Shâhpour à Rasht.
    Le ministère de l’ةducation du Guilân choisissait chaque année un certain nombre d’étudiants en leur donnant une bourse de 100 rials pour étudier à l’Institut Dâr-al-Fonoun à Téhéran, qui était l’équivalent de l’école polytechnique. De par ses (...)


  • Les pionniers de la médecine moderne en Iran

    Zahrâ Moussâkhâni N° 94, septembre 2013

    La médecine en Iran connut une révolution à partir du XIXe siècle en raison du développement de ses relations avec les pays européens. La modernisation de la médecine en Iran a toujours été conçue comme le produit d’une volonté politique. Cet article se propose de présenter trois personnalités qui eurent une influence significative sur le développement de la médecine moderne en Iran. Le docteur Jacob Édouard Polack (1818-1891) : le pionnier de la médecine moderne en Iran
    Historiquement, la seconde moitié (...)


  • Quelques points sur différents aspects du contenu du Coran

    Mojdeh Pour Hosseyni
    Traduction et adaptation :

    Zahrâ Moussâkhâni N° 82, septembre 2012

    Le Coran a été révélé de deux façons : une première fois le 23e jour du mois de Ramadan – durant la nuit du Destin, comme l’évoque la sourate Al-Qadr (Le destin) -, où il a été révélé en une seule fois dans le cœur du Prophète, puis une seconde fois de façon progressive durant 23 ans. Le terme inzâl désigne la révélation ("descente") immédiate et en une seule fois, tandis que tanzil fait référence à la révélation progressive. Si le Coran contient de nombreux points théoriques et concernant les croyances, dont le (...)