N° 96, novembre 2013

Jiroft : une civilisation perdue dans l’histoire


Zahrâ Moussâkhâni


Jiroft est une petite ville de la province de Kermân. Dans le passé, elle a également été nommée Sabzevârâneh, et en raison de la fertilité de ses sols, on la nomme également la "petite Inde" (Hend-e Koutchak). Située dans une vaste plaine, Halil Roud, à la périphérie sud de la chaîne de montagnes Jebal Barez, cette ville est contournée par deux rivières.

Lorsque l’Organisation iranienne du patrimoine culturel, de l’artisanat et du tourisme (ICHHTO) annonça la découverte d’une ville antique à sa proximité, le nom de Jiroft devint mondialement célèbre. Les ruines de l’ancienne ville de Jiroft se trouvent à un kilomètre de la ville actuelle.

Le site de Konar Sandal et les collines à proximité de Jiroft

Près de cent vingt sites historiques ont été répertoriés dans le bassin du Halil Roud, au sud de la province de Kermân. L’un d’eux se trouve à Konar Sandal (sites A et B), deux collines à une courte distance en voiture du centre-ville de Jiroft. [1]

Non loin de Konar Sandal, les inondations de Halil Roud en 2000 ont balayé la surface des sols, découvrant ainsi un autre site se composant d’un grand nombre de tombes anciennes.

Site de Konar Sandal et les collines à proximité de Jiroft

Les fouilles de Konar Sandal ont également permis la découverte des ruines d’une ville d’un kilomètre et demi de diamètre. Ces ruines auraient été les demeures des peuples qui habitaient la région en 2200 ou 2300 av. J.-C., époque où une première écriture fut inventée et où les commerçants transportaient épices et céréales, or, lapis-lazuli… le long des routes commerciales qui allaient de l’Asie centrale au Nil, et de l’Indus à la Chine. Les collines ou tappeh situées à Jiroft sont également appelées Ghal’eh koutchak, signifiant "petite citadelle". [2]

Coupe de pierre découverte sur le site de Konar Sandal

La civilisation perdue d’Aratta

Depuis 2002, des fouilles archéologiques menées par le professeur Youssef Majidzâdeh ont permis la découverte d’une ziggourat formée de plus de quatre millions de briques de boue et datant d’environ 2200 av. J.-C. Plusieurs ruines anciennes et de nombreux objets intéressants ont été découverts par les archéologues dans le site de Jiroft, désormais connu comme « le Paradis perdu des archéologues ».

Après les nombreuses découvertes dans la région, le professeur Majidzâdeh a présenté Jiroft comme l’un des berceaux majeurs de l’art. A la suite de cette déclaration, des chercheurs remirent cette théorie en question en raison du fait qu’aucune inscription ni structure architecturale n’avait encore été découverte dans le site. Néanmoins, peu de temps après, son équipe découvrit des inscriptions sur la ziggourat de Konar Sandal, aboutissant à relancer les réflexions sur la nature du site. [3]

Les inscriptions de Konar Sandal sont plus anciennes que l’inscription Inshushinak. [4] Il semble donc qu’il y ait un lien entre les inscriptions découvertes, l’ancienne écriture proto-élamite (apparue environ 2900 av. J.-C. à Suse) et l’ancienne écriture élamite (utilisée environ entre 2250 et 2220 av. J.-C.).

Colonnes de la mosquée de l’ancienne ville de Jiroft. Photo : Rezâ Roudneshin

De nombreux archéologues iraniens et étrangers considèrent les découvertes de Jiroft comme le signe de l’existence d’une civilisation aussi importante que Sumer et celle de l’ancienne Mésopotamie. Selon Majidzâdeh, Jiroft pourrait être la ville ancienne d’Aratta [5], décrite comme une grande civilisation dans une inscription d’argile sumérienne.

Au cours des fouilles, les archéologues ont également découvert une vaste collection de céramiques, des objets domestiques et de grandes statues. En outre, six grands cimetières, un grand centre de produits artisanaux ainsi que de nombreuses structures internes ont été mis au jour dans la zone étudiée. Les recherches se poursuivent néanmoins, et la zone semble loin d’avoir révélé l’ensemble de ses secrets.

Notes

[1Majidzâdeh, Youssef, Jiroft : kohantarin tamaddon-e Shargh (Jorolft : La plus ancienne civilisation orientale), Téhéran, 2003.

[2Ibid.

[3Mâheri, M., Tamadon-hâye nakhostin-e Kermân (Les premières civilisations de Kermân), Markaz-e Kermân Shenâsi, 2000.

[4Inshushinak était l’un des principaux dieux élamites ainsi que la divinité protectrice de Suse. La ziggourat de Tchoghâ Zanbil lui est dédiée.

[5Aratta est un territoire fictif qui apparaît dans les mythes sumériens et qui met en scène les rois d’Ourouk, Enmerkar et Lugalbanda.


Visites: 3446

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



4 Messages

  • Jiroft : une civilisation perdue dans l’histoire 15 novembre 2015 17:23, par Monnier

    Cet artice est tres intéressant. Est-il possible d’avoir plus d’informations sur cette culture : livre ou revue ?

    Merci par avance pour votre réponse.

    Cordialement

    Gérard

    repondre message

  • Jiroft : une civilisation perdue dans l’histoire 15 janvier 2016 12:24, par Michèle HENRY

    Bonjour,

    Mon mari (professeur d’histoire en lycée) et moi avons découvert il y a peu la civilisation de Jiroft grâce à un documentaire de 2005.
    Nous souhaiterions avoir une bibliographie sur le sujet, de préférence en français mais cela peut-être en anglais. Les articles en lignes sont soit anciens, soit issus de sites non scientifiques.
    Je vous remercie par avance.
    Cordiales salutations,
    Michèle Henry

    repondre message

  • Jiroft : une civilisation perdue dans l’histoire 17 janvier 2016 07:47, par Revue de Téhéran

    Merci pour intérêt que vous avez exprimé pour cet article. malheureusement les documents auxquels nous avons accès sont presque touts en persan. Nous vous proposons à chercher aussi dans les documents qui pourrait exister éventuellement dans les archives de l’Unesco.

    repondre message

  • Jiroft : une civilisation perdue dans l’histoire 16 mars 2017 01:45, par MESSARRA Marie-Hélène

    Je serais très heureuse de’etre tenue au courant
    des dernières découvertes de cette ville. S’il vous plait veuillez m’indiquer
    les articles en français ou en anglais relatant les nouvelles hypothèses émises au sujet de cette civilisation. Merci

    repondre message