N° 74, janvier 2012

Yazd, au cœur du désert et des montagnes


Djamileh Zia


La province de Yazd, qui est l’une des provinces les plus étendues de l’Iran, comprend des régions désertiques et des régions montagneuses d’une grande beauté. La nature sauvage de cette province avec sa faune et sa flore exceptionnelles attire chaque année de nombreux touristes iraniens et étrangers.

La province de Yazd est située dans la partie centrale du plateau iranien. Elle a une superficie de 131 575 km², et est à ce titre la quatrième province la plus vaste de l’Iran. Les provinces limitrophes sont celles de Semnân et d’Ispahan au nord et à l’ouest, du Khorâssân Razavi au nord-est, de Kermân et du Khorâssân Jonoubi à l’est, du Fârs au sud-ouest, et de Kermân au sud-est. L’altitude varie de 66 mètres (dans le Kavir Rig Zarrin près d’Aghdâ) à 4075 mètres (hauteur de la montagne Shirkouh). La province de Yazd est une région aride, où il ne pleut que 50 à 100 millimètres par an. Les fluctuations de la température y sont très importantes, tant au cours des saisons qu’au cours de 24 heures (entre 45° les jours d’été jusqu’à -20° les nuits d’hiver). Les températures maximales et minimales au cours de l’année fluctuent en moyenne entre 20° et 7°. Le nombre d’habitants de la province, lors du recensement de 2006, était de 983 052 personnes avec 785 213 citadins et 197 839 villageois. Actuellement, la province de Yazd comprend dix chefs-lieux (Abarkouh, Ardakân, Bâfgh, Taft, Khâtam, Sadough, Tabas, Mehriz, Meybod et Yazd qui est le centre de la province), 23 villes, et près de cinq mille villages avec 1323 villages habités (les autres villages sont inhabités du fait de la migration rurale).

Le désert

La moitié de la province de Yazd comprend des régions désertiques qui font partie des principaux déserts du centre de l’Iran. Les tempêtes de sable y sont fréquentes. Elles durent 40 à 60 jours par an dans la plaine de Yazd-Ardakân. Ces tempêtes sont parfois si intenses qu’elles plongent la région dans l’obscurité. Elles ont pour conséquence la création de collines de sable, en particulier aux alentours de Yazd, Bâfgh, Sâand, et Ardakân. Les collines de sable situées aux alentours de la ville de Yazd couvrent une superficie de près de trente mille hectares. On estime qu’elles existent depuis moins de deux mille ans, et qu’elles sont le résultat des activités humaines ayant abouti à une utilisation excessive des plantes. La plantation des arbustes de gaz dans ces régions a ralenti ce phénomène depuis quelques années. Il existe également à certains endroits de la province des étendues de sel qui se forment du fait de l’évaporation de l’eau dans des régions ayant une altitude plus basse que leurs alentours.

Colline de sable aux alentours de la ville de Yazd

Les montagnes

Deux chaînes de montagnes traversent la province de Yazd. La première correspond à une partie de la chaîne centrale de l’Iran qui s’étend du nord-ouest au sud-est ; la deuxième correspond aux montagnes situées au centre, au nord et à l’est de la province. Les montagnes les plus hautes de la province de Yazd sont le Shirkouh et le Kharânagh. Shirkouh sépare comme un mur le centre de la province des parties occidentales de celle-ci. Cette montagne est couverte en permanence de neige et de glace ; elle joue un rôle capital dans l’alimentation en eau des villes de Yazd, Taft et Mehriz. Les piémonts de Shirkouh sont composés de vallées fertiles dotées d’un climat frais au cours de l’été. Ces régions sont parmi les lieux les plus attrayants de la province et les habitants de la ville de Yazd y séjournent l’été pour fuir la chaleur torride de la ville. Les plaines de la province sont situées entre les montagnes Shirkouh, Kharânagh et les montagnes orientales de la province de Yazd qui sont moins élevées. Les deux plaines importantes de la province sont celles de Yazd-Ardakân et de Bâfgh.

La montagne Shirkouh

Les zones protégées

Les variétés de faune et de flore qui existent dans la province de Yazd sont exceptionnelles ; certaines espèces d’animaux et de plantes sont introuvables dans les autres régions de l’Iran. C’est pour cette raison qu’une vaste partie de la province (2 millions et 700 hectares dans l’ensemble) a été consacrée à la protection des animaux et des plantes sauvages. Il existe quatorze zones protégées dans la province de Yazd ; les plus importantes sont la zone de Kâlmand-Bahâdorân et celle de la montagne Bâfgh. Il y a également le parc national de Siâhkouh, près de la ville d’Ardakân. Il existe dans la province de Yazd dix espèces d’animaux en voie d’extinction dont les plus importantes sont le guépard iranien (également appelé le guépard asiatique), l’outarde, la gazelle, et le zèbre iranien. Il existe actuellement en Iran cent guépards dont la moitié vit dans deux zones protégées de la province de Yazd, l’une située à proximité de Bâfgh et Ardakân, l’autre à proximité de Tabas.

La zone protégée de la montagne Bâfgh est l’un des lieux de vie du guépard iranien
La gazelle iranienne ; zone protégée de Kâlmand-Bahâdorân

La zone protégée de Kâlmand-Bahâdorân, d’une superficie de 250 000 hectares, est située à proximité de la ville de Mehriz et s’étend au sud jusqu’à la limite de la province de Kermân. La moitié de cette zone est constituée de plaines, et l’autre moitié de montagnes difficiles d’accès et de piémonts. L’altitude y varie entre 3290 mètres (qui correspond à l’altitude de la montagne Mezvâr) et 1400 mètres. La route Yazd-Kermân, construite en 2004, traverse cette zone, ce qui a eu des conséquences négatives sur la vie des animaux qui vivent dans les plaines. Il existe à Kâlmand-Bahâdorân 115 espèces de plantes. La zone de Kâlmand-Bahâdorân est le principal lieu de vie de la gazelle iranienne. Dans Kâlmand-Bahâdorân, il existe 24 espèces de mammifères dont le guépard et le zèbre iraniens, qui sont des espèces en voie de disparition ; néanmoins, le nombre de zèbres vivant dans cette zone est en augmentation. On y trouve également des chèvres et des boucs sauvages (en altitude), des béliers et des brebis sauvages (dans les collines), des renards, des hyènes, des loups et des lapins, ainsi que différentes espèces d’oiseaux dont des aigles et des faucons.

Les zèbres iraniens ; zone protégée de Kâlmand-Bahâdorân
La zone protégée de la montagne Bâfgh

La zone protégée de la montagne Bâfgh, d’une superficie de 100 000 hectares, est à 10 km au nord-est de la ville de Bâfgh qui est elle-même à 110 km au sud-est de la ville de Yazd. Cette zone protégée comprend des montagnes étendues jusqu’à la limite de la province de Kermân, sur 70 km environ, dans un axe allant du nord-ouest au sud-est. La plupart des routes de cette région ne traversent pas ces montagnes, ce qui contribue à maintenir cette zone protégée intacte. La montagne Bâfgh est constituée de rochers difficiles à traverser et de vallées en pentes raides et profondes. La plus haute altitude dans cette région est celle du mont Bâjegân (2860 mètres) qui est situé dans le sud-est de la zone protégée. Des deux côtés de la montagne, il existe des plaines dont la plus basse altitude est de 1060 mètres. Bâfgh est l’un des lieux de vie du guépard iranien. On a recensé 194 espèces botaniques dans cette zone, ainsi que 20 espèces de mammifères, 44 espèces d’oiseaux et 16 espèces de reptiles. Un grand nombre de ces plantes et de ces animaux sont des espèces à protéger.

44 espèces d’oiseaux vivent dans la zone protégée de la montagne Bâfgh

Les grottes et les vieux arbres

Il existe près de 35 grottes dans la province de Yazd, dont quelques unes sont à plusieurs entrées ; il y a des sources d’eau dans plusieurs de ces grottes. Des traces d’une vie humaine datant de l’époque où les hommes vivaient dans les grottes ont été observées dans quelques unes d’elles. Les grottes de la province de Yazd sont visitées régulièrement par les touristes et les spéléologues. Quelques unes de ces grottes sont des lieux de pèlerinage des zoroastriens, en particulier la grotte Eshkaft-Yazdân et la grotte Farâshâh-Eslâmieh (également appelée le temple des Mobad de Firouz).

La grotte Eshkaft-Yazdân est un lieu de pèlerinage des zoroastriens

La province de Yazd est également célèbre pour ses vieux arbres dont la majorité a un âge compris entre 800 et 1500 ans. Selon le dernier recensement, le nombre de ces vieux arbres s’élève à trente huit. Le plus célèbre d’entre eux est l’arbre de 4500 ans d’Abarkouh qui est le deuxième arbre le plus vieux du monde. Comme les grottes, certains des vieux arbres de la province de Yazd sont des lieux de pèlerinage. De nombreux touristes également se rendent chaque année dans la province de Yazd pour voir ces arbres de près.

Le cyprès d’Abarkouh, âgé de 4500 ans, est le deuxième arbre le plus vieux du monde

Sources :
- L’article Ostân-e Yazd dar yek negâh (La province de Yazd en un regard), consulté le 27 nov. 2011 sur le site de l’Organisation de l’héritage culturel et du tourisme de la province de Yazd à l’adresse www.YazdCHTO.ir.
- L’article Tabi’at va mohit-e zist-e ostân-e Yazd (La nature et l’environnement de la province de Yazd), consulté sur le site www.yazdsaf.ir le 26 nov 2011.
- L’article Ghar-hâ, namâd-e dowrân-e ghârneshini dar Yazd (Les grottes, symboles de l’époque où les hommes vivaient dans les cavernes), consulté sur le site www.irandeserts.com le 29 nov 2011.
- L’article Hayât-e vahsh-e ostân-e Yazd (La faune de la province de Yazd), consulté sur le site vahsh.ir le 29 nov 2011.
- L’article Mantagheh-ye hefâzat shodeh-ye Kâlmand-Bahâdorân dar ostân-e Yazd (La zone protégée de Kâlmand-Bahâdorân dans la province de Yazd), consulté sur le site www.gandoo.mihanblog.com le 29 nov 2011.
- L’article Kouh-e Bâfgh, panâhgâh-e amn-e youzpalang-e asiâyi (La montagne Bâfgh, refuge du guépard asiatique), consulté sur le site www.hamvatavsalam.com le 29 nov 2011.
- L’article Manâtegh-e hefâzat-shodeh-ye Yazd dar gomnâmi (Les zones protégées de Yazd sont inconnues), consulté sur le site www.mehrnews.com le 29 nov 2011.
- L’article Derakhtân-e kohansâl-e Yazd (Les vieux arbres de Yazd), consulté le 10 déc 2011 sur le site vista.ir.


Visites: 2342

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.