N° 90, mai 2013

L’artisanat du tressage en Iran


Arefeh Hedjazi


Le tressage d’objets d’utilisation courante est un artisanat répandu dans un grand nombre de pays ayant les matières premières à disposition. Bien que le tressage réponde à la définition de l’artisanat, il n’en reste pas moins un artisanat à dimension bien plus pratique qu’artistique. La pratique millénaire de cet artisanat, en fait par ailleurs l’un des plus anciens artisanats de l’homme, est à l’origine du textile.

En Iran, les plus anciens objets tressés ont été découverts dans la région de Shahdâd à Kermân, avec une ancienneté de six mille ans. Le tressage de roseaux ou hasirbâfi dans son sens traditionnel persan désigne la création d’objets grâce au tressage de fines branches creuses entre des bandes de coton. En Iran, aujourd’hui encore, le hasirbâfi est considéré comme un métier traditionnel important et occupe des milliers de personnes.

Exemples d’objets tresses

Les matières premières utilisées par les artisans iraniens diffèrent d’une région à l’autre selon la géographie. On peut citer les matériaux suivants : feuille de dattier (pish), feuille de dattier sauvage mâle (porak), feuille de dattier sauvage femelle (dâz), roseaux dans les régions marécageuses chaudes du Khouzestân et la région froide autour du lac de Marivân dans le Kurdistân, les régions entourant la lagune d’Anzali au nord et le lac Hâmoun dans le sud-est, au Sistân et Baloutchistân, tiges de blé dans les provinces de Zanjân et d’Azerbaïdjân, roseaux d’eau douce (mour) des rivières au Fârs, etc. En Iran, cet artisanat est pratiqué dans beaucoup de provinces, notamment au Sistân et Baloutchistân, Khouzestân, Kurdistân, Hormozgân, Boushehr, Kermân, Yazd, Fârs, Mazandarân, Azerbaïdjan oriental et Guilân. Considérant l’ancienneté de cet artisanat sur le plateau iranien et les débouchés professionnels dont il bénéficie encore aujourd’hui – l’Iran étant l’un des seize pays producteurs et exportateurs d’objets tressés au monde - on est en droit de considérer cet humble artisanat comme l’un des arts nationaux d’Iran.

Le maître tresseur Mohammad Ali Rostami utilise les feuilles de palmier comme matériau premier de son art

De façon générale, il est possible de classifier les objets tressés en Iran d’après leur style en deux écoles de Yazd et de Guilân, en tant que principaux centres de production d’objets tressés. Des thèmes et des motifs variés sont utilisés dans ces deux provinces que l’on peut également différencier par la couleur. A Yazd, les couleurs utilisées sont généralement foncées et violentes alors qu’au Guilân, on préfère les teintes claires. En général, c’est le tressage simple qui est favorisé dans les deux provinces. Les motifs des objets tressés dans le Guilân sont souvent géométriques, comprenant notamment des motifs de losanges ou des motifs carrés avec des couleurs fortes et claires comme le vert, le rouge, le rose, le jaune, l’orange et parfois le marron. A Yazd, on privilégie des motifs simples en bandes fines et monochromes avec une couleur de fond qui contraste avec le motif (motif clair sur fond foncé ou l’inverse). D’autre part, les objets tressés au Guilân sont plus fins et sont plus aptes à jouer un rôle décoratif. D’ailleurs, étant donné la dimension fortement touristique de la région, on y trouve des objets tressés tant travaillés que leur valeur d’usage quotidien s’est fortement réduite en échange de leur dimension artistique, soulignée par l’extrême finesse du travail. Alors que les objets tressés à Yazd ont encore très fortement une dimension d’usage quotidien, tels que les tapis nattés, les chapeaux de paille, les éventails en feuilles de dattier, etc.

L’artisanat du tressage au Guilân

L’artisanat du tressage demeure en Iran un artisanat rural et humble, bien que son statut soit en train de changer. Cependant, des efforts ont déjà été faits pour la préservation de ce patrimoine culturel, toujours en bonne santé contrairement à d’autres artisanats en voie de disparition. Plus que la dimension artistique, c’est la dimension économique de cet art qui intéresse les organismes concernés, étant donné les débouchés en matière d’emplois et la simplicité du travail - l’artisanat du tressage ne demandant ni matériaux ni équipements particuliers, ni même d’ « atelier » - en zone rurale.


Visites: 748

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



2 Messages

  • L’artisanat du tressage en Iran 20 septembre 2015 15:52, par STOJ ludovic

    Bonjour,

    Souhaitant lancer une collection de bracelet pour homme d’ici peu, j’ai comme priorité de trouver un artisan qui serait capable de me faire le tressage du bracelet en lui même.
    Je voulais ainsi vous demander si vous faisiez également le tressage de bracelet sachant que ma matière première serait du chanvre (que je fourni).

    Si cela vous intéresse et est possible pour vous, n’hésitez pas à me contacter. Si vous avez une adresse mail, je peux vous envoyer quelques photos de ce que je souhaiterais faire pour vous éclairer un peu plus.

    Je vous remercie d’avance

    Cordialement

    STOJ Ludovic

    repondre message

  • L’artisanat du tressage en Iran 2 mars 2017 22:57, par fil2laine

    Bonjour !!!
    Je suis passionnée par les loisirs créatifs en général mais plus spécialisée dans le tricot. J’ai voulu faire partager ma passion en créant un petit atelier dans lequel nous avons des après-midi tricot. macramé, couture et depuis l’année passée, j’organise des ateliers créatifs pour les enfants avec des ateliers à thème.
    Nous habitons une superbe région et les enfants et moi adorons nous balader dans la nature afin de trouver la matière première. Il y a pas mal d’endroits avec des roseaux et les propriétaires des terrains nous ont autorisés à en récolter pour faire un atelier "tressage". Alors j’essaie de me documenter pour que cet atelier soit réussi.

    je vous dis bravo pour votre savoir-faire et votre dextérité. Bonne continuation

    repondre message